Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Ces super-créatures pourraient survivre à une guerre nucléaire !

----
915

On imagine souvent qu'aucune trace de vie ne pourrait rester sur Terre, suite à une guerre nucléaire. Mais, il existe, en fait, des organismes dont les aptitudes les rendent particulièrement résistants.

Sympa a rassemblé des données scientifiques sur neuf formes de vie qui ne seraient pas affectées par une telle guerre.

La dose de 5 Gy (Gray) est mortelle pour l'être humain

Nous vivons dans un environnement rempli de radiations. La lumière et la chaleur des réactions nucléaires qui se produisent dans le soleil sont indispensables à notre existence. Toutefois, l'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl a montré les dangers des radiations pour l'être humain. Tandis qu'une radiation de 5 Gy est mortelle pour l'homme, il existe des formes de vie qui peuvent supporter des niveaux bien supérieurs.

E. coli supporte une radiation de 60 Gy

E. coli peut tolérer une radiation de 60 Gy. Cette bactérie constitue 80% de notre flore intestinale, donc même si nous mourons, nous pouvons être sûrs que dans un coin de notre intestin, certains organismes vont survivre.

Les cafards : 100 Gy

Les cafards sont capables de survivre à des conditions extrêmes. Ils ont réussi à fuir l'épicentre de l'explosion d'Hiroshima, en 1945, et à s'adapter au nouvel environnement radioactif. Les armes modernes sont beaucoup plus puissantes, mais en comparaison avec les humains, les cafards ont beaucoup plus de chances de survivre. Environ 10% des cafards pourraient supporter une radiation de 100 Gy.

Les drosophiles : 650 Gy

Ces mouches peuvent supporter une radiation de 650 Gy. Elles ont développé cette résistance grâce à la lente division des cellules de leur organisme. L'avantage de cette mouche est qu'elle puisse se reproduire extrêmement rapidement, si bien qu'elle s'adapte facilement à de nouvelles conditions.

Le scorpion : 900 Gy

Les scorpions vivent sur tous les continents de notre planète, sauf en Antarctique. Ils peuvent, non seulement survivre à une radiation de 900 Gy, mais aussi à un hiver nucléaire. Si une explosion créait un nuage de poussières qui bloquait la lumière du soleil, ils pourraient quand même survivre.

Les braconidés : 1 800 Gy

Ces insectes peuvent supporter une radiation allant jusqu'à 1 800 Gy et se reproduisent rapidement.

Les amibes peuvent hiberner

Les amibes, l'une des formes de vie les plus simples, pourraient servir à l'évolution de nouvelles espèces dans un monde post-nucléaire. Les experts sont persuadés que les amibes survivraient à une telle catastrophe. Ces organismes peuvent hiberner, ils ne sont pas sensibles aux radiations, et comme ils sont très nombreux, ils se reproduisent très vite.

La bactérie Deinococcus Radiodurans est capable de restaurer son propre ADN

Les radiations sont dangereuses, car elles détruisent l'ADN des êtres vivants, mais cette bactérie peut tolérer une radiation 5 000 fois plus élevée que la dose mortelle pour l'être humain. Deinococcus Radiodurans résiste aussi aux rayons ultraviolets, à l'acide, au froid, à la déshydratation, à la faim, et elle est même capable de restaurer son propre ADN.

Les lombrics peuvent s'adapter à un environnement contaminé

Dans le lac qui se trouve près de la centrale nucléaire de Tchernobyl, deux types de vers ont réussi à modifier leur technique de reproduction et à s'adapter aux nouvelles conditions.

Les tardigrades sont capables de survivre dans l'espace

La résistance de ce minuscule invertébré est fascinante ! Il est même capable de survivre dans l'espace ! Résistant aux radiations, il peut demeurer pendant longtemps dans une atmosphère saturée en dioxyde de carbone et en sulfure d'hydrogène. Après avoir atteint un état de mort clinique, ces micro-organismes peuvent revenir à la vie au bout de 10 jours. Quant aux radiations, elles sont quasiment insignifiantes pour eux.

Photo de couverture Diane Nelson
----
915