Sympa

Grâce à l’affection mutuelle, cette prison donne une seconde chance à la fois aux prisonniers et aux chiens abandonnés

1--5
841

Oui, on peut se réjouir, car il y a encore des raisons de croire en l’humanité : une prison a mis en place un programme qui offre une seconde chance à ceux qui, de façon plus ou moins controversée, ont fini derrière les barreaux : des chiens et des humains.

Chez Sympa, nous croyons en l’idée que tous les êtres dans le monde méritent l’amour, peu importe que leur passé soit triste et sombre ; c’est pourquoi nous souhaitons te parler de cette brillante initiative.

Le chien, meilleur ami de l’homme

Ce n’est pas pour rien que nous trouvons généralement chez les chiens l’affection la plus sincère et la plus pure que nous puissions ressentir, tant à donner qu’à recevoir. Ces animaux sont capables de transmettre beaucoup de sérénité, de tendresse et d’émotions de toutes sortes. Ils nous rappellent que nous sommes vivants et qu’il vaut la peine de poursuivre cette existence malgré les difficultés qu’elle présente.

Cette complicité s’applique également aux individus qui ont commis des erreurs, et qui pour une raison ou une autre sont enfermés dans des cellules et se disent qu’il n’y a plus d’opportunités pour eux. Heureusement, une organisation nommée Canine CellMates a pris la décision de lancer un programme qui encourage à former des liens forts entre les détenus d’une prison américaine et des chiens sauvés de la mort ou de l’abandon. Le but est de réintégrer les détenus dans la société, de réduire leur risque de mauvaise conduite et de récidive.

La prison de Fulton, un exemple à suivre !

Comme de nombreuses prisons dans le monde, la prison du comté de Fulton, à Atlanta, réglemente strictement la journée de chaque détenu, en particulier ses horaires de sommeil et de repas. Mais en mars 2014, en association avec Canine CellMates et pour la première fois, 12 détenus ont non seulement reçu des ordres mais en ont également donné : des ordres tels que “assis”, “couché”, et même “donne la patte”.

Un programme a été mis en place dans le cadre duquel des chiens, qui étaient également derrière des barreaux et sur le point d’être abattus au refuge de Fulton County, ont été assignés aux détenus de la prison. Ces derniers suivent un cours de dressage afin de s’occuper des animaux.

Le programme Canine CellMates

Grâce à ce programme et comme son nom l’indique, les chiens et les détenus deviennent compagnons de cellule pendant environ deux mois. En d’autres termes, les chiens mangent, dorment et font de l’exercice avec leurs maîtres, un temps où chacun, sans exception, apprend de précieuses leçons de vie : les chiens deviennent des animaux de compagnie, tandis que les détenus apprennent les responsabilités et l’engagement.

Ainsi, le programme a réussi à apporter des bienfaits que peu de gens croyaient réalisables ; certains craignaient même pour l’intégrité des chiens que l’on souhaitait avant tout sauver. Mais contrairement à ce que ces gens pensaient, il s’est avéré que les animaux de compagnie ont un effet très positif sur les détenus, principalement par les principes et les valeurs que ces animaux font naître chez les détenus.

Comment a commencé ce programme :

Canine CellMates est  d’un projet qui semblait impossible, créé par la propriétaire d’un magasin de vêtements à Sandy Springs, dans le comté de Fulton. Son nom ? Susan Jacobs-Meadows. Elle a étudié divers programmes déjà mis en œuvre dans tout le pays, puis a lancé le sien en 2013. Sa motivation principale était de sauver les chiens de l’euthanasie, qui était alors le destin de plus de 40% des chiens du refuge du comté de Fulton.

Susan pensait que l’entraînement à l’obéissance attirerait des adeptes. Et elle a eu raison puisque le programme a permis l’adoption de plus de 40 chiens dressés au cours des deux premières années. Parmi eux se trouve Heidi, un colley croisé qui est devenu chien-assistant pour un pompier blessé de l’Alabama.

Parallèlement, Canine CellMates a également permis de faire comprendre aux gens les défis auxquels les détenus font face lorsqu’ils sortent de prison, comme l’obtention d’un téléphone portable, l’achat de vêtements ou de titres de transport, soit “tout ce que nous tenons pour acquis ”, explique Diana Brace, une bénévole du programme. Ainsi, les objectifs ont été élargis et se concentrent désormais aussi sur le soutien aux détenus qui commencent à se réinsérer dans la société à leur sortie de prison, grâce à l’affection de leur chien.

Les résultats

Le taux de récidive de la prison du comté de Fulton était d’environ 70%, soit un peu plus élevé que la moyenne nationale. Mais ce programme a permis de le réduire à 42% en 2015, et de diminuer la violence carcérale en général. La sergente Makisha Adams travaille dans la prison depuis plus de 15 ans et est persuadée que le programme a contribué à réduire la probabilité qu’un détenu soit de nouveau incarcéré après sa sortie.

La relation d’engagement entre les détenus et les chiens a suscité chez les prisonniers des émotions et des sentiments qu’ils n’avaient jamais éprouvés auparavant. J. Lennox Gavin, dresseur de chiens professionnel et directeur de la formation pour Canine CellMates, explique que c’est ainsi qu’ils apprennent aux détenus à traiter les problèmes de façon positive, et que cela a provoqué une véritable transformation chez eux. Brace, bénévole, affirme également que de nombreux ex-prisonniers servent désormais de mentors à des détenus qui sortent tout juste de prison.

Makisha Adams pense que le programme remplit son objectif parce que les chiens offrent aux prisonniers ce que personne d’autre ne leur donne : la confiance. Cette confiance permet aux hommes de “découvrir quelque chose sur eux qu’ils ne soupçonnaient pas”. “Le programme est similaire à un processus de guérison”, explique Adams. Quand les hommes entrent en prison, “ils refusent de s’ouvrir”. Mais les chiens les aident à le faire.

Bonus : Le cas de Leon et Tony. Qui a sauvé qui ?

Leon Jennings est un ancien détenu qui a eu beaucoup de mal à socialiser avec les gens. Jennings a passé des années à entrer et sortir de prison pour diverses raisons. Mais la dernière fois qu’il a été en prison, il a décidé de rejoindre le programme Canine CellMates. Leon n’avait jamais possédé de chien, mais tout à coup, il s’est engagé à gagner la confiance d’un Tony à fourrure, une race croisée de berger d’Anatolie. Avec le temps, tous deux ont réussi à ouvrir leur esprit et leur cœur ; Leon est devenu plus sociable et Tony plus affectueux. “C’est vraiment agréable quand un chien te fait confiance, quand il doit accepter une remontrance ou qu’il obéit à tes ordres”, confesse Jennings.

Après une période de deux mois, Jennings est sorti de prison et a recommencé une nouvelle vie en partant de zéro. Il a désormais un toit au-dessus de sa tête et deux emplois qui l’occupent. Pendant son temps libre, Leon participe à des événements d’adoption pour les chiens. Il explique aux familles la chance qu’elles auraient d’avoir un chien issu du programme Canine CellMates chez eux.

Certes, Jennings a souffert en disant adieu à Tony, mais sept mois après l’adoption de son compagnon, il lui a rendu visite dans sa nouvelle maison. “Il m’a reconnu tout de suite”, raconte Jennings, “et j’ai réalisé à quel point il était heureux de me voir”.

Nous sommes persuadés que ce genre de programme peut donner aux détenus les outils dont ils ont besoin pour grandir en tant qu’êtres humains ; et toi, qu’en penses-tu ? Donne-nous ton avis dans les commentaires !

Photo de couverture Canine CellMates / Facebook
1--5
841