Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Voici l’histoire de Colette, l’écrivaine française qui a surmonté les stéréotypes de son temps et publié ses livres sous son nom

4-15
684

Au début du XXe siècle, les femmes ne jouissaient pas de droits fondamentaux comme celui du vote, et celles qui avaient le courage de se lancer dans le monde de la littérature n’étaient pas prises au sérieux. Mais cela n’a pas empêché Colette, une dame qui, à travers ses romans, ses histoires, ses essais et ses mémoires, a défié les normes imposées à son genre. Son talent d’écriture était si remarquable, qu’en 1948, elle a été nominée pour un prix Nobel et elle est par la suite devenue la première femme écrivaine française à recevoir des obsèques nationales dans la cour d’honneur du Palais-Royal. Cependant, certaines des réalisations de Colette sont restées dans l’ombre parce que ses premiers livres ont été publiés sous le nom de son mari, qui s’est attribué tout le mérite de son travail pendant des années...

Sympa a fait des recherches plus approfondies sur la vie de Colette et veut partager avec toi l’histoire de sa lutte pour que ses mérites lui reviennent !

Colette, une fille de la campagne française

Sidonie-Gabrielle Colette, plus connue sous le nom de Colette, est née le 28 janvier 1873 dans le petit village de Saint-Sauveur-en-Puisaye en Bourgogne. Sa mère, Sidonie, l’adorait et la considérait comme un “joyau en or”. Elle a été une grande source d’inspiration pour la jeune fille : elle lui a appris à être forte et à ne jamais se laisser stopper à cause de son genre. Elle a par exemple surpris ses voisins en refusant de porter des vêtements de deuil après la mort de son mari, un acte considéré comme scandaleux à l’époque.

Colette avec son mari, Willy, et son chien, Toby

Colette avait la vie typique d’une fille de la campagne quand, à 16 ans, elle a rencontré Henry Gauthier-Villars âgé de 30 ans. C’était un romancier parisien bien connu qui publiait son travail sous le pseudonyme de Willy. Le couple s’est marié quatre ans plus tard, en 1893, et ils sont partis vivre à Paris, où il lui a fait découvrir le monde des salons fréquentés par les écrivains et artistes reconnus de l’époque. C’est là que Colette a vu pour la première fois des homosexuels qui étaient tolérés par les gens de ce groupe social. C’est quelque chose qui influencera sa vie amoureuse par la suite.

Willy souffrait constamment du blocage de l’écrivain et comptait sur une multitude d’auteurs fantômes pour composer ses œuvres. Peu après le mariage, il a découvert le talent d’écriture de Colette et l’a mise au travail en collaboration avec son équipe.

Les quatre romans de Claudine

Willy l’a encouragée à écrire les histoires de sa vie à l’école pour lesquelles il portait beaucoup d’intérêt. Le travail de sa femme était si brillant qu’après avoir fait quelques petites rectifications, il a tout envoyé à son éditeur sous son propre nom. C’est ainsi que sont nés les quatre romans de Claudine, qui sont instantanément devenus des best-sellers en France. Tout le mérite du travail est revenu à Willy, qui s’est enrichi grâce à la vente de ces livres.

“Tu vois qui est Claudine ? Elle est exactement comme moi avant mon mariage : une fille de la campagne, dans sa maison, entourée de bois, de musique, assez coquine, avec des tresses tellement longues qu’on pouvait les comparer à un serpent.”
Colette

Au fil des années, le couple a mené une vie hédoniste financée par le profit de ces romans à succès. Colette n’aimait pas particulièrement écrire et était facilement distraite, si bien que plus d’une fois son mari l’a enfermée dans une pièce pendant des heures, l’empêchant de partir avant qu’elle n’ait écrit plusieurs pages.

La littérature n’était pas la seule activité que son mari encourageait Colette à pratiquer. Au fur et à mesure que leur popularité grandissait dans les salons parisiens, ils ont aussi commencé à avoir des relations extraconjugales. Willy était ravi de permettre à sa femme de rencontrer d’autres personnes, à condition qu’elles ne soient que des femmes. Lui et Colette se sont même embarqués dans une aventure simultanée avec la même demoiselle. Cette relation a servi d’inspiration pour le quatrième roman de Claudine.

Vie comme une actrice et romance avec une femme

Après treize ans de mariage, Colette a vécu une grande déception face à son mari qui refusait de la reconnaître comme l’auteur des livres de Claudine. Le couple a fini par divorcer en 1906. Toutefois, même après la séparation, Willy a continué à toucher de l’argent provenant des royalties des quatre romans rédigés par Colette.

Colette et la Marquise, plus connue sous le nom de “Missy”

Alors qu’elle était encore mariée à Willy, Colette a commencé une relation de six ans avec la marquise de Belbeuf dite “Missy”. C’était une aristocrate qui remettait en question les stéréotypes de son genre et l’une des premières femmes de sa génération à avoir osé s’habiller comme un homme et à assumer la masculinité comme partie de son identité.

Sans toucher d’argent pour son travail d’écrivain, Colette est partie avec Missy, et a commencé une carrière extravagante au théâtre. Elles se sont produites ensemble sur les scènes de tout le pays. Dans le but de briser les stéréotypes de son époque, elle est apparue à moitié nue dans plusieurs de ses représentations. Sa notoriété a atteint son summum lorsque des émeutes ont éclaté devant le Moulin Rouge après qu’elle ait embrassé Missy lors d’une représentation.

Colette et Missy jouant ensemble dans le célèbre Moulin Rouge

De retour en tant qu’écrivain et second mariage

En 1910, Colette a publié son premier livre sous son propre nom : La Vagabonde, l’histoire d’une femme divorcée qui est devenue actrice. C’est le premier de ses romans entièrement écrit sous sa direction à avoir été pris au sérieux par la critique. Mais ce n’est qu’en 1912, lorsqu’elle épouse son second mari, Henry de Jouvenel, rédacteur en chef du journal français Le Matin, qu’elle se remet sérieusement à écrire. Année après année, elle a publié des romans, pour la plupart des autobiographies qui n’avaient que très peu de différences avec sa vie personnelle. À 40 ans, elle a été surprise de tomber enceinte de sa première et unique fille, Colette Renée de Jouvenel, dite “Bel-Gazou” (“beau gazouillis” en provençal). Pendant la Première Guerre mondiale, Colette a commencé à travailler comme journaliste.

Colette avec l’actrice Audrey Hepburn pendant les répétitions de la pièce Gigi

La fabuleuse période de La Belle Époque à Paris a été le cadre de nombreux romans de Colette dans les années 1920 et 1930, qui a finalement réussi à être reconnue et louée pour son écriture. Une grande partie de son travail était basée sur ses propres relations sexuelles avec des hommes et des femmes. En 1920, elle publie Chéri, un conte sur l’amour entre une femme âgée et un homme très jeune. L’un de ses livres les plus populaires, Gigi, est devenu une comédie musicale de Broadway, et le rôle principal a été interprété par Audrey Hepburn, qui débutait sa carrière à ce moment-là.

Dernier mariage et vieillesse

Après que Colette ait eu une liaison avec le fils d’Henry, âgé de 17 ans, le couple a divorcé. En 1925, à l’âge de 52 ans, elle épouse son troisième et dernier mari, Maurice Goudeket, qui a 16 ans de moins qu’elle. Ils sont restés ensemble pendant 30 ans et ne se sont séparés que brièvement lorsque Paris est tombée aux mains des Nazis en 1941, pendant la Seconde Guerre mondiale. Maurice a été arrêté car il était juif. Cependant, l’écrivaine de 67 ans a réussi, grâce à ces contacts, à faire libérer son mari.

Elle a souffert d’arthrite dans les dernières années de sa vie, mais ce n’était pas un obstacle pour Colette, qui a continué à écrire des romans et est devenue une grande dame de la scène littéraire de Paris. Maurice a consacré sa vie à prendre soin de Colette jusqu’à sa mort en 1954, à l’âge de 81 ans.

“Quelle vie merveilleuse j’ai eue ! Je regrette simplement de ne pas l’avoir réalisé plus tôt.”
Colette

L’héritage de Colette

Colette a vécu avec la même passion que celle avec laquelle elle décrivait les héroïnes dans ses histoires. Son style et ses dialogues exotiques en ont fait l’un des auteurs français les plus aimés de son temps. En 1945, son travail a été reconnu lorsqu’elle a été élue première femme présidente de l’Académie Goncourt, grâce à ses cinquantaines de romans et des dizaines de nouvelles.

Des années plus tard, les livres de Claudine ont commencé à être publiés sous le nom de Colette Willy. Après la mort de Willy, Colette s’est rendue au tribunal pour exiger que seul son nom soit utilisé et que l’implication de son ex-mari soit éliminé dans les écrits.

Qu’est-ce qui t’a le plus étonné dans la vie extraordinaire de Colette ? Penses-tu que les femmes d’aujourd’hui ont toujours les mêmes difficultés à réussir dans différents métiers ? Partage ton avis dans les commentaires ci-dessous !

4-15
684