Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
10 Idées reçues sur la Chine qui sont très éloignées de la réalité

10 Idées reçues sur la Chine qui sont très éloignées de la réalité

Masha Pipenko, voyageuse, maîtresse de kung-fu et amie de Sympa-sympa.com, aime et connaît la Chine comme sa poche. Elle a déjà écrit plusieurs articles pour nous à propos de ce pays. Cette fois-ci, elle a essayé de casser tous les stéréotypes étranges que nous avons sur la Chine et les Chinois.

Lisons ce qu'elle a à nous dire :

"Soyons honnêtes : beaucoup de gens ont un a priori négatif sur les Chinois. Cela est sans doute du aux touristes chinois qui ne cadrent pas vraiment avec la culture occidentale, et aussi aux préjugés superficiels de certains Occidentaux qui visitent ce pays sans l'approfondir.

Personnellement, j'adore la Chine et les Chinois, et cela m'attriste de voir que la première impression, qui n'est pas toujours positive, peut conduire à une attitude négative et des malentendus. C'est pourquoi j'ai décidé de rassembler les stéréotypes les plus fréquents sur les Chinois et de partager mon avis sur la réalité.

  • Les Chinois ne connaissent pas les bonnes manières. Ils mangent la bouche ouverte, crachent et se bousculent. C'est vrai. Cependant, du point de vue des Chinois, un individu bien élevé et aux bonnes manières doit posséder des qualités toutes autres, que la plupart des étrangers qui visitent ce pays n'ont pas. Se moucher avec une serviette en papier, appeler une personne âgée par son prénom, laisser son ami payer l'addition, s'assoir à la place d'honneur (en face de la porte) : tous ces comportements sont considérés comme des entorses graves à l'étiquette chinoise. Mais les Chinois, par politesse, ne te le feront jamais remarquer. Et signaler une faute à quelqu'un revient à lui faire "perdre la face". Un Chinois bien élevé ne le ferait jamais. Qu'importe ce que pensent les étrangers, les Chinois pensent d'abord au bien-être des autres. "Nous nous efforçons tellement de comprendre les besoins des autres que nous ne savons pas formuler ce que nous voulons pour nous-mêmes", m'a dit un jour une amie.
  • Les Chinois sont cruels et mangent les chiens et les chats. On a tous vu des photos choc de camions pleins de chiens pour le festival de la viande. Certes, c'est terrible. Et je ne me lancerai pas dans une polémique sur le bien-fondé de manger du boeuf et du porc et sur la cruauté de manger du chien. Je me contenterai de citer les paroles d'une étudiante chinoise : "Comment est-ce possible que des gens mangent des chiens ? Ce sont nos amis ! A la télé on nous dit toujours de bien les traiter". Oui on mange du chien en Chine, mais le nombre de personnes concernées est très faible. La plupart des Chinois condamnent cette pratique.
  • Tous les Chinois se ressemblent. Non ils ne se ressemblent pas ! De même que les Malaysiens sont très différents des Singapouriens, on peut aussi distinguer en Chine continentale les Chinois du Nord de ceux du Sud. Certes, si tu vas en Chine pour la première fois, la multitude de visages asiatiques peut sembler se fondre en un seul, mais au bout de quelques semaines, tu commenceras à voir à quel point ils sont différents.
  • Les Chinois sont tous petits. Tout d'abord, la "petite taille" des Chinois est liée à leur alimentation. Ces 20 dernières années, du fait de l'augmentation du niveau de vie, les Chinois ont beaucoup grandi. On le remarque particulièrement lorsque l'on compare la taille des élèves dans les grandes villes riches et dans les villages pauvres. Plus les enfants consomment de protéines, et plus ils sont grands. Un de mes élèves de kung-fu m'a raconté que jusqu'à ses 17 ans, quand il vivait encore dans son village, il ne mangeait de la viande qu'une fois par an. Aujourd'hui tout a changé. Même moi, avec mes 170 centimètres, je n'ai pas l'impression d'être une géante dans le métro de Shanghaï, à côté d'un groupe d'adolescentes qui ont parfois une tête de plus que moi.
  • Les produits chinois sont de mauvaise qualité. Certes, la qualité de la plupart des produits chinois laisse à désirer. Toutefois, si tu retournes ton iPhone, ou que tu regardes les étiquettes des produits de marques comme Reebok ou Adidas, tu verras aussi l'indication "Made in China". La qualité d'un produit est déterminée par le client et non par le fabriquant, c'est pourquoi la responsabilité doit être assumée par ceux qui définissent la qualité et le prix des produits, et non par ceux qui fabriquent la marchandise.
  • La Chine est un pays bon-marché. J'entends cela tout le temps mais ce n'est pas vrai. Tout d'abord, il existe une grande différence de coût de la vie entre les grandes villes et les campagnes. Par exemple, dans une petite ville du centre de la Chine, tu peux louer un grand appartement confortable pour 200 dollars par mois, alors qu'à Shanghaï, tu trouveras difficilement un studio à moins de 500 dollars. Même l'iPhone est plus cher en Chine que dans d'autres pays, bien qu'il soit produit ici. La seule chose qui soit vraiment moins chère en Chine par rapport aux autres pays, ce sont les restaurants.
  • Les Chinois passent leur temps à manger du riz. Voici la question que l'on me pose le plus souvent : "Au bout de trois ans en Chine, tu n'en as pas marre de ne manger que du riz ?". Mes chers lecteurs, la gastronomie chinoise est la plus variée du monde. Pour commencer, vous trouverez ici plus de légumes que dans les pays occidentaux. Sans parler des différentes manières de préparer les plats et de la variété des épices. Le riz n'est pas considéré comme un plat principal, mais il remplace le pain. Dans les restaurants, il est généralement servi à la fin du repas au cas où vous n'auriez pas assez mangé. La cuisine chinoise offre une grande variété de plats en fonction de la saison et des régions, et elle ne se résume pas seulement au riz et aux nouilles comme le pensent la plupart des gens.
  • Les sanctions sont très lourdes pour les délits liés à la drogue. La cruauté des peines provoque l'indignation de beaucoup d'étrangers. À la différence des autres éléments de cette liste, ceci n'est pas un cliché mais bien la vérité : en Chine, on punit sévérement ce genre de délits. La possession, la consommation et le trafic de drogue sont passibles de plusieurs années de prison, voire de la peine de mort. Mais il s'agit moins de cruauté que d'une nécessité dont dépend le bien-être général du pays. Au XIXème siècle et au début du XXème siècle, un tiers des Chinois étaient accros à l'opium, donc ce n'est pas surprenant que le gouvernement essaye d'éviter que cela ne se reproduise.
  • Tous les Chinois sont des maîtres de kung-fu. Bien-sûr, et tous les Américains sont accros aux hamburgers. Le kung-fu occupe une part importante de la culture chinoise. Quasiment tous les films et séries qui traitent de sujets historiques comportent des scènes de kung-fu, sans parler des nombreux films d'action. Les Chinois pratiquent le kung-fu, mais le niveau général est très faible : plus ou moins à la hauteur du football de rue.
  • Ils ne peuvent avoir qu'un enfant par famille. Ce cliché me rappelle que je ne demandais pas spécialement à mes amis chinois s'ils avaient des frères et soeurs avant que le sujet ne soit évoqué, et il s'avère que presque tous avaient un ou plusieurs frères et soeurs. J'ai aussi découvert qu'un enfant unique est plutôt le signe que la famille vient d'une grande ville, alors que la norme à la campagne est d'avoir deux ou trois enfants. Les parents se contentent de payer une amende au moment d'enregistrer l'enfant à l'Etat civil, ou alors ils ne le déclarent pas. Vivre toute sa vie sans papier dans un village est assez classique. Et depuis le premier janvier 2016, il est permis d'avoir deux enfants. Donc on peut considérer que ce stéréotype est aujourd'hui démenti.

Il est évident qu'un contact trop superficiel avec une autre culture suscite beaucoup d'incompréhensions et d'interrogations. Il importe de ne pas oublier que nous sommes tous des êtres humains. Et au lieu de tirer des conclusions hâtives, essayons de ne pas nous sentir supérieurs à quiconque et de comprendre ce qui se cache derrière le comportement des étrangers".

Masha Pipenko pour Sympa