Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

16 Anecdotes de locataires qui ont pris leurs jambes à leur cou laissant tomber le logement

Malheureusement, tout le monde n’a pas la chance d’être propriétaire, ce qui nous oblige, à un moment ou à un autre, de louer un logement. Chaque locataire a sûrement une histoire à raconter sur ses aventures lors de ses recherches ou après. Tout comme les héros de notre article d’aujourd’hui : un jour, ils ont tous décidé de louer un appartement, et ont tous été confrontés à quelques soucis, tantôt drôles, tantôt du genre qui donne la chair de poule.

Chez Sympa, travaillent des personnes qui ont dû louer un appartement plus d’une fois. Nous sommes donc bien placés pour comprendre toutes les difficultés et les joies de cette expérience. Le bonus te fera découvrir la surprise tout à fait inattendue qu’un locataire a trouvé au plafond de sa maison de location.

  • Je louais une chambre et partageais la salle de bain avec la propriétaire. Elle faisait tremper son linge dans la baignoire et partait pour quelques jours chez son copain. Le linge moisissait, et je faisais ma toilette dans une bassine. La proprio revenait et disait avoir oublié le linge. Mais en repartant chez son copain, elle refaisait la même chose. J’en avais marre et un jour, j’ai vidé le linge dans la bassine pour pouvoir prendre ma douche correctement. La dame a été ô combien mécontente ! Au point que j’aie été obligée de chercher une autre location. © Людмила Волкова / Facebook

  • Les souvenirs de mon logement pendant mes études me donnent des frissons. Interdiction de prendre le bain. Le matin, il fallait sortir sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller Madame. Je la trouvais souvent en train de dormir avec son chien dans mon lit. La dernière goutte qui a fait déborder le vase était qu’elle m’a demandé de lui faire une pédicure. © Наташенька Жембровская / Facebook

  • Pendant mes études je louais un appartement qui a changé de propriétaire trois fois. Un an et demi plus tard, alors que j’avais déjà quitté les lieux et que j’habitais ailleurs, j’ai reçu un message : “Vous n’avez pas emporté, par hasard, notre tapis qui était dans la petite pièce ?” J’ai répondu que non, et qu’il n’y avait eu aucun tapis dans l’appartement. Les gens sont incroyables ! Ils nous ont bien embêtés durant la location, et même un an et demi plus tard, ils ne voulaient pas nous lâcher. Je les ai blacklistés. © ldemigodl / Pikabu

  • Je louais une chambre dans un appartement, où habitait la propriétaire avec sa famille. Le logement était bien entretenu et elle assurait le ménage, mais tout le reste était l’enfer absolu ! Il m’était interdit d’inviter des amis et de préparer à manger. Je pouvais faire ma lessive uniquement en cycle court de 30 minutes. La propriétaire surveillait également le temps que je passais à me brosser les dents. Au bout de la première semaine, j’ai été réprimandée sur ma consommation excessive d’eau. Ma chambre ne se fermait pas à clé, alors elle pouvait y entrer à sa guise. © Mia Peel / Quora

  • J’ai eu la propriétaire la plus cinglée de tous les temps : elle inspectait l’ensemble de l’appartement chaque mois pour s’assurer que tout avait été bien nettoyé et brillait de propreté. Elle était capable, par exemple, de me virer parce que la table de cuisson était sale. Elle habitait à côté et mettait son nez dans nos affaires.

  • Bien sûr, c’était normal que je nettoie après mon animal de compagnie, mais ma propriétaire avait 35 chats qui erraient dans la cour, hurlaient et se battaient toute la nuit. Elle laissait des gamelles avec de la nourriture dans chaque recoin de la maison, il y avait des mouches partout et une odeur nauséabonde. Au moment du départ, je n’ai pas fait le ménage. Elle ne s’était jamais donné la peine de nettoyer après ses chats, alors j’ai décidé de faire pareil. © Heidi Gray / Quora

  • J’ai loué une chambre dans un appartement où vivait la propriétaire. Les portes de ma chambre étaient faites avec du verre opaque. Eh bien, il était évident que la nuit, la lumière de la télé se voyait à travers. Ma routine du soir était de rentrer chez moi, manger et me coucher avec un film. Je mettais la minuterie pour une demi-heure pour pouvoir m’endormir avec un bruit de fond. Un beau soir, on a frappé à la porte. La proprio martelait en hurlant : “Éteins-la, éteins-la ! Je ne permettrai pas que la télé marche aussi longtemps !” Le matin, elle a commencé à me mettre à la porte. Je lui ai demandé alors de me rembourser l’argent pour les deux semaines qui restaient. Elle s’est alors calmée. J’y ai vécu jusqu’à la fin du mois et déménagé ensuite. © vados****s / Pikabu

  • Nous avons emménagé dans deux chambres (trois filles, colocataires), dans la troisième chambre éloignée habitait une grand-mère de 92 ans. Il n’y avait pas de factures séparées pour l’eau et l’électricité, le prix comprenait le tout. Nous avons découvert presque immédiatement ce qu’était réellement le " bouquet de services " pour les honoraires convenus. Toute assiette devait être retournée. Si tu ne la retournais pas toi-même, on la retournait à ta place et te réprimandait pour cela. L’ustensile non retourné accumulait de l’énergie négative. Il était pratiquement interdit de cuisiner : nous étions " jeunes et stupides, nous allions tout abîmer et brûler toute la maison “. Nous nous faisions à manger quand même, bien sûr. Mais elle était là tout le temps, chaque seconde. Peu importe si tu cuisinais des boulettes, ou que tu mettais la bouilloire à chauffer, ou autre chose. De plus, en son absence, il nous était strictement interdit de faire quoi que ce soit : quand elle partait aux toilettes, nous devions retirer le plat inachevé du feu, tout éteindre et attendre son retour. © gerda_matis / LiveJournal

  • Nous avons loué un appartement à une certaine Valentine. Tout l’ameublement, à l’exception du canapé et de l’armoire, était composé de pupitres d’école. De pupitres d’école, tu imagines ! Elle travaillait à l’école et a meublé l’appartement avec goût. Mon mari et moi avons rassemblé les pupitres et les avons sortis sur le balcon. Après quoi, nous avons eu le droit à un scandale suivi d’une expulsion, car ‘les meubles allaient s’abîmer’ sur le balcon. Fin du spectacle. © famous_hamster / LiveJournal

  • J’ai loué un appartement, où le robinet de cuisine était en céramique, et datait d’il y a quarante ans, de l’époque de la construction de l’immeuble. Un jour, il s’est cassé, et je n’ai pas pu retrouver toutes les pièces. À moins d’aller chez un antiquaire. Les vendeurs me prenaient pour une folle. J’ai appelé le propriétaire, et lui ai expliqué le problème. Il m’a fait un énorme scandale du genre ” c’était son robinet préféré, qui avait bien fonctionné pendant quarante ans, et que j’ai cassé en arrivant ". Il a refusé de changer le robinet, ni à mes frais, ni aux siens. J’ai fini tout de même par le faire, ayant choisi un de milieu de gamme. La deuxième partie du scandale concernait le fait que l’ancien robinet était plus esthétique, si beau, etc., et que, d’une manière générale, il aurait fallu l’utiliser moins souvent, il n’aurait pas cassé. Ce robinet-là, le propriétaire ne me l’a jamais pardonné. © IMarisaMalfoy / Pikabu

  • Nous avons loué un appartement misérable. N’ayant que peu d’argent, on a acheté du papier peint et du carrelage de fin de séries, pour trois francs six sous. Nous avons trouvé des idées et avons fait les travaux nous-mêmes. Le résultat était non seulement propre, mais plutôt élégant. Un mois plus tard, la propriétaire est passée. Elle a regardé autour d’elle et nous a annoncé que l’appartement dans cet état coûterait plus cher. Elle a augmenté le prix de 25% direct, dès le mois suivant. C’était scandaleux, nous avons décidé de partir. Mais avant, on a enlevé tout ce qui avait été posé. © dogJake / Pikabu

  • J’ai loué une chambre chez une mamie de 80 ans. C’était ma mère qui m’avait trouvé cette location, j’étais en première année de fac. En arrivant j’ai trouvé une grand-mère, comme dans les contes les plus terrifiants pour enfant : bossue, avec un nez crochu, tout comme il se doit. Au bout d’un mois, elle a commencé à me traiter de sorcière. Elle entrait dans la pièce, pointait son doigt en ma direction et criait : “Sorcière !” Apparemment, elle a commencé à avoir des maux de tête et à entendre des voix depuis mon arrivée. Elle disait que j’écoutais trop fort la musique avec mon enceinte, que ma télé faisait trop de bruit, alors que je n’avais qu’un portable. Je n’avais même pas d’ordinateur à l’époque, et pour écouter la radio je mettais mes écouteurs. Elle a été au comble de son délire quand elle m’a accusée de lui avoir volé 15 euros, en me disant qu’elle appellerait la police. Le lendemain, je n’étais plus là. Je me suis enfuie. © Катерина Розова / Vk

  • J’ai trouvé une chambre à louer dans un appartement où vivait la propriétaire de 80 ans. C’était proche de mon travail, donc pratique. Je ne rentrais à la maison qu’à 22 heures. Le dimanche c’était mon jour de repos. La mamie me permettait de faire bouillir uniquement de l’eau sur la cuisinière, pour pas que cela sente la nourriture dans l’appartement. Elle-même, bien sûr, avait le droit de cuisiner. Elle contrôlait la durée de ma douche et m’interdisait d’allumer la lumière dans la chambre le soir, même si je rentrais tard. Malgré tout, je réglais le loyer à temps et à l’heure. Un jour, j’ai remarqué qu’elle nourrissait son chat avec mes produits. Quand j’ai décidé enfin de partir, la mamie a déclaré que je lui avais volé les fourchettes et les cuillères. Je n’avais jamais rien utilisé dans cette cuisine, et avais toujours pris mes repas du midi dans une cafétéria. © Олеся В. / Facebook

  • Un jour, lorsque j’étais étudiante, la propriétaire de l’appartement, où je louais une chambre, m’a mise à la porte. Pour être plus exacte, elle ne m’a pas laissée entrer dans ma chambre, parce que je lui aurais volé des pinces à linge, qu’en vérité je n’avais même pas touchées. D’une manière générale, elle espérait que je serais pour elle comme sa propre fille, mais moi, je faisais mes études et je travaillais. Du coup, je suis restée sur le palier, les voisins étaient vraiment désolés pour moi. © Kuchmiy Nataly / Facebook

  • Dès que j’ai fermé le robinet de la douche, la propriétaire de l’appartement a crié à travers la porte de la salle de bains : “Tu te rends compte de la quantité d’eau que tu utilises ? Ce n’est pas la première fois que tu te douches pendant un quart d’heure.” Et quand elle m’a vue cuisiner les pâtes avec le couvercle ouvert, elle a grogné : “Cela bout trop fort. Tu gaspilles du gaz, et la vapeur fera décoller la peinture des murs.” © Mark Grinstein-Camacho / Quora

Bonus

As-tu déjà eu affaire à des propriétaires qui t’ont donné une seule envie, celle de fuir ? N’hésite pas à partager ton expérience avec nous dans les commentaires.

Photo de couverture dogJake / Pikabu
Partager cet article