Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

On pensait tout savoir de l’ADN mais voici la preuve en 16 points que rien ne fonctionne comme on a pu le voir à l’école

Est-il vrai que nous pouvons créer l'humain parfait et même cloner un dinosaure ? Pourquoi n'est-il pas si simple d'envoyer des jumeaux en prison ? Les chimères existent-elles vraiment ? Même si tu n'as raté aucun cours de biologie à l'école, nous avons plein de choses à t'apprendre aujourd'hui.

Sympa-sympa.com a compilé 16 faits nouveauxsur le fonctionnement de l'ADN. À la fin de cet article tu auras un bonus : comment séparer et observer de plus près l'ADN des fraises. Tu vas être surpris...

16. 1 gramme d'ADN contient 215 millions de gigabytes d'information

Alors que nous sauvegardons l'information sur une clé USB, les scientifiques enregistrent des sonnets de Shakespeare et des vidéos du groupe OK Go dans l'ADN. Cette méthode de stockage est coûteuse mais prometteuse. Si nous codifions toutes les réalisations, l'histoire, les travaux de l'humanité et toute l'information sur cette unité, l'ADN avec toutes ces données pourrait occuper une pièce de taille moyenne.

15. Nous sommes à 65% des bananes et à 95% des chimpanzés

Nous avons beaucoup de points communs avec les bananes mais encore plus avec les chimpanzés. Bien sûr, il n'est pas nécessaire de prendre ça au pied de la lettre : les celulles de notre corps se ressemblent dans de nombreux aspects et réagissent de la même façon.

Il est possible d'approfondir la question et de calculer combien pèse l'ADN humain. Selon des calculs approximatifs, l'ADN d'une personne de 65 kilos pèse environ 200 grammes.

14. Ce qui différencie les humains les uns des autres est stocké dans 0,01% de l'ADN

Selon des études récentes, les personnes sont identiques à 99,9% en termes d'ADN. D'un côté, cela nous montre seulement que nous sommes tous frères et sœurs . De l'autre, que seulement 0,01% nous rend unique : il détermine la couleur des yeux, les préférences musicales et même l'habitude de toujours être en retard.

13. À l'intérieur des cellules de l'ADN, se produisent jusqu'à 10 000 lésions quotidiennes. Nous sommes capables de remplacer les parties abîmées par des nouvelles.

Tous les jours, notre corps peut subir jusqu'à 10 000 impacts nocifs dans son ADN. Cela répond à notre métabolisme naturel. Par conséquent, la nature a donné aux cellules la capacité de corriger les dommages chimiques et les cassures dans les molécules d'ADN.

12. La mutation est un phénomène normal dans le développement de l'ADN

Sous l'influence de l'environnement externe ou interne, la mutation de l'ADN apparaît. La plupart des scientifiques la considèrent comme une erreur dans son fonctionnement. D'autres la voient comme une évolution programmée. De cette façon, les humains qui se sont étendus vers le nord, ont fini par avoir les yeux bleus et la peau claire.

Ne nous arrêtons pas là. Récemment, il a été découvert que certaines personnes ont un gène muté qui ralenti considérablement le processus de vieillissement.

11. Fumer provoque des mutations et suite à cela, des cellules cancéreuses apparaissent

L'effet de la radiation ultraviolette et le fait de fumer provoquent des mutations qui forment des cellules cancéreuses. En fumant un paquet de cigarettes, tu peux provoquer jusqu'à 150 mutations dans les celulles pulmonaires, 18 mutations dans les cellules de la vessie et 6 dans le foie. Si l'une d'entre elles conduit à la formation de cellules cancéreuses et que le corps n'est pas capable de la détruire à temps, elle pourrait causer ta mort.

10. Nous représentons environ 8% des restes de virus qui existaient sur la planète il y a 50 millions d'années

Approximativement, 8% de notre ADN est composé des restes de virus qu'ont connu les derniers dinosaures. Et les scientifiques ne peuvent toujours pas dire s'il s'agit d'une bonne chose ou non. Il est certain que ces gènes affectent le développement humain : certains peuvent causer de graves maladies, d'autres viennent en aide à l'adaptation aux changements climatiques.

9. Le génie génétique est la chirurgie du XXIème siècle. Même les adultes peuvent être traités pour le cancer, le VIH et retrouver leur jeunesse.

Le changement des gènes est l'un des moyens "d'actualiser" le corps et d'exécuter certains programmes, même sur un organisme adulte : les aires d'ADN endommagées peuvent être réparées comme des gènes inhabituels peuvent être rajoutés. Les scientifiques espèrent trouver un remède contre le VIH, le cancer et d'autres maladies.

8. Pour créer l'humain parfait, de bons gènes ne suffisent pas. Tout est décidé par l'environnement et les conditions climatiques.

On sait déjà qu'une mutation dans un gène spécifique a l'effet de "sérum super-soldat" : la personne commence rapidement à obtenir une masse musculaire et à avoir une plus grande résistance.

Mais la présence des gènes «normaux» chez l'être humain ne suppose aucune garantie de succès. Les conditions de leur développement et de leur alimentation influencent la manière dont chaque gène se comporte séparément. Par exemple, le genre de certains reptiles est déjà formé après la conception et dépend de la température entourant la cellule fécondée.

7. Nous pouvons cloner un mammouth ou un animal de compagnie mais il est peu probable d'obtenir un nouveau "Jurassic Park"

La plupart des scientifiques considèrent que nous ne pourrions pas cloner un dinosaure même si nous retrouvions son sang dans un moustique piégé dans de l'ambre. Les études montrent que l'ADN a sa propre date de péremption, une fois dépassée, il est détruit : tout ce qui a vécu il y a plus de 2 millions d'années a peu de chance de revenir à la vie.

Et pendant que les scientifiques essayent de cloner un mammouth, le service qui propose de cloner ton animal de compagnie décédé gagne en popularité. Beaucoup de personnes sont prêtes à payer 100 000 dollars pour avoir l'opportunité, à travers une copie, de redonner vie à leur chien ou chat adoré.

6. Les chimères existent vraiment : ce sont des animaux dont le corps héberge des ADN différents

Les Grecs de l'Antiquité appelaient chimères les monstres avec la tête et le cou d'un lion, le corps d'une chèvre et la queue d'un serpent. Aujourd'hui, les biologistes donnent ce nom à n'importe quel organisme qui est composé de différents ADNs.

Par exemple, en 1953, on a découvert pour la première fois une femme dont le sang s'est avéré être un mélange de deux groupes différents. La cause provient des cellules souches de son frère, qui étaient également présentes dans son corps. En 1996, nous avons eu la preuve que ce phénomène n'était pas si étrange.

5. L'ADN des jumeaux n'est pas similaire à 100% et cela crée de sérieuses difficultés pour la police.

L'ADN des jumeaux n'est similaire qu'au moment de la conception. Plus ils vieillissent, plus la différence est importante. Il est intéressant de savoir que lors des tests ADN, seule une partie des marqueurs sont examinés, et ils peuvent coïncider ou non. Il y a un cas particulier dans lequel la police allemande n'a pas pu déterminer lequel des deux jumeaux était auteur de l'infraction, et n'a donc pas pu arrêter le criminel.

Il y a une possibilité sur un milliard que l'ADN de deux individus différents coïncide à 99%. Et donc que quelqu'un puisse aller en prison sur de fausses accusations à la place de quelqu'un d'autre.

4. La femme sait reconnaître grâce à son odeur l'homme qui a l'ADN le plus compatible avec elle

Ce fait a été établi pour la première fois au cours d'une expérience réalisée en 1995 : les femmes se sentent attirées par l'odeur des hommes qui sont capables de transmettre à leurs enfants des gènes avec un système immunitaire différent.

Selon une autre étude, les personnes qui, en général, construisent des amitiés fortes, ont des gènes similaires. Entre deux meilleurs amis, les ADN sont aussi similaires qu'entre toi et ton arrière-arrière-grand-père.

3. Pour maintenir sa virginité pendant 30 millions d'années, cet organisme vole un ADN étranger

Ces rotifères sont complètement asexués. Pour se multiplier, ils incluent dans leur ADN les gènes des organismes qu'il ont mangé (des animaux, plantes, champignons et bactéries) sans contact intime.

Aucun autre organisme n'est capable de faire quelque chose de similaire. Par conséquent, les histoires selon laquelle une femme reçoit et garde l'ADN de tous ses partenaires sexuels dans son corps et les transmet ensuite à ses enfants ne sont que pures inventions.

2. Une femme peut héberger un ensemble de chromosomes différents. Il est peu probable de le savoir, jusqu'à ce qu'un test soit réalisé.

Une grande quantité de personnes sont porteuses d'une rare combinaison de chromosomes. Par exemple, une femme sur mille a trois chromosomes X. Ils sont parfaitement sains. Ils hébergent seulement une différence dans leur apparence qui est à peine perceptible.

Le syndrome XYY (« disomie Y » ou encore « double Y ») se détecte chez un homme sur 1000. Ils sont souvent impulsifs et émotionnellement immatures. Un nouveau-né sur 500 ou 700 héberge le syndrome XXY. Ces personnes sont de haute taille, ont de grandes jambes, grands et, souvent, des glandes mammaires surdéveloppées.

1. Le caviar et le vin doivent également passer un test ADN pour confirmer leur origine

La preuve ADN est utilisée pour contrôler la qualité des vins d'origine contrôlée et pour connaître l'origine du caviar afin d'identifier les produits du marché noir. Certains proposent d'utiliser le test d'ADN comme une sorte de scanner d'articles, en commençant par les peaux et en terminant par un filet de poulet, afin de déterminer exactement ce que contient sa composition et quelle a été la destination de l'un ou l'autre avant de le proposer à la vente.

Bonus : Comment distinguer l'ADN des fraises à la maison

  1. Mets une bouteille d'alcool à usage médical au congélateur. Dans un verre, verse 90 millilitres d'eau.
  2. Rajoute 10 millilitres de produit vaisselle et 1/4 de cuillère de sel. Remue le contenu dans le récipient jusqu'à dissolution du sel.
  3. Prends un sachet de congélation, mets une fraise dedans et rajoute le mélange obtenu précédemment.
  4. Enlève tout l'air contenu dans le sachet, ferme-le et écrase la fraise.
  5. Passe la purée obtenue dans un tamis et mets-la dans un verre. Transvase le contenu dans un autre verre et rajoute une cuillère d'alcool à usage médical refroidi.

C'est prêt ! La mousse visqueuse qui se forme à la surface de ce liquide est l'ADN de la fraise !

Quelle est l'information qui t'a le plus étonné ? Raconte-nous !

Photo de couverture U.S. Army RDECOM / flickr