Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Ces 7 arnaques figurent parmi les plus téméraires de l’histoire de l’humanité et ont même inspiré des films et des livres

Chacun trace son propre chemin vers la richesse. Tandis que certains travaillent d'arrache pied, d'autres plantent des arbres à billets quand la lune est montante, et d'autres encore prennent des libertés avec la loi.

Sympa-sympa.com te raconte aujourd'hui sept grandes escroqueries hors du commun, tellement dingues qu'on dirait des scénarios de film, tant elles sont téméraires et osées. Nous avons gardé pour la fin de cet article un bonus qui va te dévoiler le secret de l'un des endroits les plus protégés au monde, qui cache depuis des années quelque chose de précieux.

Un cleptomane de l'art : 1,4 milliards d'euros

Nous te présentons Stéphane Breitweiser. Il a volé 172 musées et a rassemblé, pendant plus de six ans, une collection estimée à 1,4 milliards d'euros. Lors du procès, ce français, au demeurant très sympathique, a déclaré qu'il volait des chefs d'œuvre par amour de l'art. Et il était peut-être sincère, car il n'en a vendu aucune, et lorsqu'il a appris que sa mère allait cacher des preuves, il a détruit une partie de sa collection et a même essayé de se suicider.

Condamné à trois ans de prison, cet expert de l'arnaque a été libéré avant pour son bon comportement, et a écrit un livre où il raconte sa vie d'escroc. On ignore si sa profession d'écrivain lui plaisait. Toujours est-il que quelques mois plus tard, le cleptomane d'œuvres d'art a été capturé de nouveau pour un autre délit : sa si belle histoire d'amour entretenue avec l'art a pris d'autres couleurs et a volé en éclats lorsqu’il a été découvert en train d'essayer de vendre une partie de ce qu'il avait dérobé.

Vol dans un musée : 300-500 millions d'euros

Une nuit, au Musée Isabella Stewart Gardner, à Boston, des voleurs déguisés en agents de police ont sonné à la porte. Dès qu'ils sont entrés, l'un des officiers a dit à l'agent de sécurité qu'il ressemblait à un criminel fugitif, et lui a demandé ses papiers d'identité. Le gardien s'est retrouvé menotté en un clin d'œil, sans savoir pourquoi.

Les voleurs ont alors emporté des tableaux de Degas, de Rembrandt, de Manet et de bien d'autres peintres pour une valeur de 300 à 500 millions d'euros. Ils sont à l'heure actuelle toujours portés disparus. L'identité des escrocs est également inconnue. En l'honneur des chefs d'œuvre perdus, les murs du musée sont décorés de cadres vides.

Sur les traces de Hitchcock : 103 millions d'euros

En 1955, à l'hôtel Carlton, à Cannes, Alfred Hitchcock a tourné le film La Main au collet. Un demi-siècle plus tard, ce même hôtel a été témoin d'un crime qui a rappelé au monde entier le scénario du film.

Dans cet établissement avait lieu une exposition de bijoux Leviev. Tout à coup, un homme est entré dans la salle. Il portait des gants, un bonnet et une écharpe. Menaçant tout le monde avec son pistolet, il a emporté dans son sac des bijoux estimés à 136 millions d'euros, il est sorti par la porte arrière, et a disparu dans les ombres de la nuit. Malgré toute la simplicité de ce braquage, le vol a fait l'objet d'une minutieuse préparation. La police soupçonne une bande criminelle appelée "La Panthère Rose".

Un crime fait tout en douceur : 71 millions d'euros

C'est au Brésil qu'a eu lieu le "braquage du siècle". Il a été commis par une bande criminelle qui s'est arrangée pour "travailler" dans les meilleures conditions. Ces délinquants ont loué une maison attenante à la banque, et ont creusé un tunnel de 80 mètres de long, qui aboutissait juste dans le coffre-fort de la banque. Sans hâte, pendant trois mois, juste à côté des agents de sécurité et des employés de la banque, ils ont tranquillement creusé.

Tout a été mis en place afin de ne pas devoir sortir de la zone pendant le coup. La police s'est étonnée du fait que les voûtes du tunnel avaient été renforcées avec du bois couvert de panneaux en plastique. Au total, l'argent volé pesait 2,5 tonnes. Toujours est-il que les criminels n'ont eu aucun problème pour le transporter, car le tunnel avait même de l'électricité.

Sans armes, sans haine, sans violence : 30 millions d'euros

En 1976, la Société Générale de Nice a été braquée, également à l'aide d'un tunnel. Les criminels n'étaient pas pressés : ils ont fait un pique nique devant la caméra de l'établissement et n'ont même pas ramassé les bouteilles de vin vides. Avant de quitter l'endroit, ils ont écrit une légende sur le mur : "Ni armes, ni haine, ni violence".

Très vite, la police a remonté la piste d'Albert Spaggiari, photographe de la ville sans histoire. Il est incarcéré, puis se sauvera cinq mois plus tard au cours d'une évasion spectaculaire : il saute par les fenêtres du Palais de justice de Nice, tombe sur le toit d'une voiture qui y était garée, puis s'enfuit en conduisant une moto préparée par ses complices. Il ne sera jamais attrapé et mourra en cavale, 12 ans plus tard, d'un cancer de la gorge.

Le casse le plus spectaculaire : cinq millions d'euros

Un cambriolage style Hollywood est survenu en Suède. Après avoir kidnappé un hélicoptère, les délinquants ont atterri sur le toit de l'immeuble d'une société multinationale qui abritait une grosse somme d'argent. Ils sont entrés par une fenêtre. Tandis que la police entourait le bâtiment, les intrus ont mis le butin dans l'hélicoptère (cinq millions d'euros environ). L'affaire ne dura pas plus de 20 minutes.

Les hélicoptères de la police n'ont pas pu poursuivre les voleurs, ceux-ci ayant déposé à côté de la porte du hangar un sac avec le message "bombe". Ce n'était qu'une imitation d'explosifs, mais cela a retardé la police et permis leur fuite. Tu peux regarder ici la vidéo du braquage, fournie aux journaux télévisés par la police elle-même.

L'escroc du siècle : 2,5 millions d'euros

Sur la photo de gauche nous avons le légendaire faussaire Frank Abagnale Jr., dont la vie est décrite dans le film Arrête-moi si tu peux, avec Leonardo DiCaprio. Son charisme sans limite et son habilité à falsifier des documents lui ont permis d'être à la tête d'une fortune estimée à 2,5 millions d'euros quand il n'avait même pas 21 ans.

Fugitif, il a montré une capacité surprenante à se réinventer en se faisant passer par un pilote, un médecin, un avocat et bien d'autres professions.

Suite à son séjour en prison, Abagnale s'est retrouvé au chômage, et a eu du mal à trouver un emploi à cause de ses antécédents. Il a donc offert à une banque de lui montrer les différentes méthodes de fraude. Si l'information s'avérait utile, il gagnerait 500 euros. Très tôt, l'ex escroc est devenu conseiller légal de ce type d'affaires, et à l'heure actuelle, ses services sont hautement convoités par des sociétés au niveau mondial. L'ancien faussaire s'est reconverti en consultant en sécurité.

Bonus : le bunker contenant la recette du Coca-Cola

La recette du Coca-Cola fait partie de la liste des formulations les plus secrètes et les mieux protégées au monde. La société a refusé par le passé d'entrer sur le marché indien parce que les autorités du pays exigeaient que la composition de leur boisson fût révélée. Depuis 2011, la recette est protégée dans un bunker. Aux dires de certains cependant, ce n'est qu'un mensonge, car la recette est connue uniquement de certains directeurs, qui ne voyagent jamais dans le même avion afin d’éviter de perdre à jamais la formule de cette fameuse boisson.

Connais-tu d'autres fraudes célèbres au niveau mondial ? Partage-les dans tes commentaires !

Photo de couverture Marcus JB/Wikipedia