Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

La couleur peut tout changer dans un film, en voici 5 preuves flagrantes

Un bon film ne repose pas seulement sur une histoire intéressante et la performance des acteurs. C'est aussi une combinaison de décors, de musique, de mise en scène, et surtout d'un choix de couleurs. On ne remarque pas toujours le rôle de la couleur et de la lumière dans les films ; or il est primordial.

Chez Sympa, nous avons effectué une petite enquête et avons découvert comment la couleur peut aider un simple film à devenir une œuvre d'art.

1. Elle permet au spectateur de se repérer

Dans certains films, l'histoire n'est pas présentée de façon chronologique, ou bien deux histoires parallèles s'entrecroisent. Par exemple, dans le film Memento de Christopher Nolan, la couleur aide le spectateur à se repérer dans le temps : les scènes en noir et blanc sont dans l'ordre chronologique et racontent les événements du présent, tandis que les scènes en couleur sont dans l'odre anti-chronologique, et reflètent des événements passés.

Dans le film Matrix, la couleur indique dans quel monde les scènes se déroulent : le monde réel est montré dans des tons de bleu tandis que les événements de la matrice sont en vert.

2. Elle fait avancer l'histoire

Souvent, la couleur renforce le déroulement de l'histoire et marque des moments-clés avec précision, même si ce n'est pas toujours facile à faire. En voici quelques exemples :

Dans le film Drive, on perçoit clairement une gamme de couleurs orange. Après la scène de l'ascenseur, lorsque le personnage joué par Ryan Gosling liquide froidement son ennemi sous les yeux de l'héroïne, on peut voir l'état de choc dans lequel se retrouve cette dernière. Puis elle sort de l'ascenseur et les tons passent au bleu : un symbole de refroidissement, et du fait qu'elle ne regardera plus jamais le héros comme avant. Parallèlement, ce dernier reste plongé dans un univers orangé, et la porte de l'ascenseur se referme en séparant les deux personnages.

Dans le film Les Évadés, la prison et tous les événements qui s'y déroulent sont filmés dans des tons de gris pâle et de bleu, tandis que les scènes en liberté sont brillantes, vives et joyeuses. Le cinéaste a ainsi voulu marquer la différence nette entre ces deux mondes.

Te souviens-tu à quel point les deux premiers films de Harry Potter sont brillants et colorés ? Cela est dû en partie à la façon de filmer de Chris Columbus, mais aussi au fait qu'Harry n'est alors encore qu'un enfant. D'ailleurs, le même procédé est utilisé lorsque l'on nous montre des souvenirs d'enfance du professeur Rogue, dans lesquels on aperçoit Lily, la mère d'Harry.

Et plus l'histoire avance et s'assombrit, moins les couleurs sont vives à l'écran : dans les derniers épisodes, les couleurs sont aussi sombres que les événements relatés. Cela est particulièrement notable dans les scènes tragiques et les combats.

Dans la série Breaking Bad, une technique liée à la couleur est également subtilement utilisée. Bien-sûr, tous les fans de la série se souviennent de la transformation d'un simple professeur de chimie en narco-trafiquant. Et maintenant souviens-toi de la scène de dialogue entre Walter et sa femme lorsqu'il prononce sa fameuse réplique : "I am the one who knocks" ("Je suis celui qui frappe à la porte").

Au début du dialogue, Walter est assis à côté de sa femme dans une chemise rouge : même s'il est énervé, on voit encore en lui le professeur de chimie. Mais alors qu'il s'énerve encore plus, il enlève sa chemise et se retrouve en t-shirt bordeaux foncé, il prononce sa fameuse réplique et il n'est plus le même homme, il est beaucoup plus viril et sûr de lui.

3. Elle crée des détails frappants

Certains cinéastes jouent avec la couleur de façon tellement littérale qu'il est impossible de ne pas le remarquer.

C'est le cas dans le film La Liste de Schindler : dans ce film en noir et blanc traitant de l'Holocauste, le seul détail en couleur est le manteau rouge d'une petite fille qui apparaît brièvement dans une scène. D'après certains critiques, ce détail est une allégorie de l'Holocauste, que tous les pays pouvaient clairement voir, mais qu'aucun n'a essayé d'empêcher.

Le film mystique Le Sixième Sens, lui, crée une tension palpable, et confronte en permanence le spectateur au thème de la mort à l'aide d'objets rouges qui apparaissent à l'écran : un pull, une poignée, un ballon ou une couverture.

Pleasantville est un autre magnifique exemple du rôle primordial que peut jouer la couleur dans un film. L'histoire est celle de deux adolescents qui voyagent des années 90 aux années1950, dans un monde en noir et blanc. Ce voyage n'est pas sans effet sur les habitants de l'époque : plus les héros de Pleasantville découvrent de nouvelles choses, plus des couleurs vives apparaissent dans leurs vies, et le film se colore au fur et à mesure que l'histoire avance.

Et bien-sûr, nous ne pouvons pas ne pas mentionner Sin City, ce film artistique en noir et blanc inspiré d'une bande dessinée, où la couleur est utilisée de façon si précise qu'elle acquiert une signification profonde dans l'histoire.

4. Elle aide à la construction des personnages

La technique préférée de beaucoup de cinéastes est l'attribution d'une couleur à un personnage.

Dans Alice au Pays des Merveilles, il est intéressant de noter que beaucoup de personnages ont leur propre couleur : le rouge et le blanc sont les couleurs de la reine, celle d'Alice est le bleu, et celle du Chapelier Fou, l'orange. Dans les scènes-clés, les couleurs des personnages s'intensifient, elles se mélangent et s'influencent mutuellement.

Dans le film Mr. Nobody, plusieurs chemins de vie s'ouvrent devant le personnage principal, qui dépendent surtout de la femme qu'il choisit. Chaque héroïne a sa propre couleur, qui l'accompagne tout au long du film : celle de Jean est le jaune, celle d'Elise est le bleu, et celle d'Anna est le rouge.

5. Elle égaie la vue

La couleur au cinéma est aussi souvent utilisée pour embellir l'arrière-plan. Par exemple, l'association de couleurs complémentaires, c'est-à-dire de deux couleurs opposées, aident à donner vie à une scène, car l'œil perçoit de façon harmonieuse l'opposition d'une couleur chaude et d'une couleur froide.

L'exemple le plus probant de cette technique est peut-être l'association du bleu et du jaune, tellement utilisée par les créateurs de block-busters.

Même si c'est moins fréquent, on utilise aussi l'association du rouge et du vert, qui attirent l'attention et donnent de la vie à une scène. Cette association est beaucoup utilisée dans Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain.

Une autre technique est l'utilisation d'un schéma de couleurs complémentaires, c'est-à-dire des couleurs qui sont symétriques par rapport au centre du cercle chromatique. Cela crée une atmosphère chaleureuse, et une image agréable à regarder.

Créer une explosion de couleurs qui ne soit pas chaotique n'est pas une tâche facile, et encore une fois, les schémas de couleurs sont utiles. Le jeu en vaut la chandelle, et le film La La Land en est un exemple excellent : les scènes pimpantes et colorées recréent l'atmosphère des années 60 et 70, et transmettent parfaitement l'esprit artistique du Los Angeles de l'époque.

En même temps, fais attention à la façon dont les couleurs et la lumière se "tamisent" lors des moments tristes ; on le voit clairement dans la scène de dispute pendant le dîner, ainsi que dans la scène d'adieu dans le bar.

Toutes ces techniques d'utilisation de la couleur affectent autant la perception de l'image que les émotions des spectateurs, et laissent une marque dans la mémoire.

En as-tu d'autres exemples dans des films que tu as vus récement ? Partage tes observations dans les commentaires !