Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

12 Tendances effarantes qui ont un jour été à la mode

Chaque peuple a sa propre vision de la beauté ; et le meilleur moyen de le prouver, c'est d'observer les traditions de chaque ethnie.

Sympa-sympa.com a décidé de rédiger un article sur les tendances les plus intéressantes, mystérieuses et parfois terrifiantes qui ont un jour existé sur Terre.

12. De drôles de sourcils, Chine ancienne

La mode des sourcils en Chine à différentes époques (entre le VIIè et Xè siècle avant J.-C.)

Autrefois en Chine, les femmes s'épilaient les sourcils et redessinaient de drôles de formes : totalement rondes ou carrées. Chaque forme de sourcil avait un nom poétique : "colline lointaine", "feuilles de saule" ou encore "antennes de vers à soie".

En même temps, le sourcil a toujours subi les différentes tendances de mode, et c'est encore le cas aujourd'hui.

11. Le sourire tatoué, chez les Aïnous

Le peuple des Aïnous a vécu sur les îles japonaises et en Russie. Leurs femmes se tatouaient des sourires. Aujourd'hui, on aurait tendance à dire qu'elles ressemblent au Joker.

On croyait dans cette tribu que ce genre de tatouages aidait à se marier et à reposer en paix dans l'autre monde. Cela se faisait en plusieurs étapes, et le processus commençait dès l'âge de sept ans.

10. Des crânes allongés, dans plusieurs endroits du monde

C'est surprenant, mais les crânes artificiellement allongés étaient populaires à différentes époques et ce, chez plusieurs peuples alors qu'ils n'avaient rien à voir entre eux : les Huns et les Sarmates en Eurasie, les Mayas en Amérique, quelques peuples d'Afrique et même en France, près de Toulouse au XIXème siècle. On n'a toujours pas compris pourquoi ils trouvaient ça joli.

Pour déformer le crâne d'un bébé, on le couchait dans un berceau spécial et on lui mettait une sorte de ruban autour de la tête.

9. Les dents noires, dans l'Ancien Japon

L'ohaguro, cette tradition japonaise de se peindre les dents en noir, a perduré jusqu'à la fin du XIXème siècle. Aujourd'hui, tu ne trouveras des sourires noirs que dans les théâtres traditionnels.

Cette teinte sombre n'avait pas seulement une fonction décorative : elle protégeait aussi les dents et compensait les carences en fer de l'organisme, car il s'agissait d'une solution de fer et d'acide acétique agrémentée d'une touche de baies de sumac.

8. Absence de cils et de sourcils, en Europe médiévale

Avoir une pilosité développée n'était pas très populaire à l'époque en Europe : on se rasait le front, les sourcils et même les cils.

Cette mode très étrange est sûrement apparue à cause du rachitisme qui provoquait la chute des cheveux. Certaines femmes de la noblesse en ont fait l'une de leurs caractéristiques, et d'autres ont suivi leur exemple.

7. Les ongles vraiment longs, en Chine ancienne

Les nobles de la Chine ancienne se laissaient pousser les ongles. C'était un signe de richesse et cela permettait de montrer qu'on ne réalisait aucune tâche manuelle (comment aurait-on pu travailler avec des ongles aussi longs ?). De plus, on croyait que la communication avec les esprits était plus simple ainsi.

On fondait même de l'or pour en faire des étuis - ce qui protégeait les ongles - et on les décorait de pierres précieuses.

6. Le visage tatoué, chez les Maoris

Les Maoris d'Océanie sont connus pour leur amour des tatouages. Les hommes se tatouaient tout le corps et le visage, et les femmes se tatouaient le menton, la partie supérieure du cou et les lèvres.

Ils réalisaient leurs tatouages avec une sorte de burin spécifique, et non pas avec une aiguille comme on le fait aujourd'hui. On imagine que ce n'était pas l'expérience la plus agréable.

5. De gros mollets chez les hommes, en Europe

Comme au XVIIIème siècle, au Moyen-Âge, alors que les femmes cachaient leurs jambes sous des jupes longues, les hommes, au contraire, dévoilaient les leurs. Ils mettaient des sortes de collants pour faire ressortir leurs mollets, et ce, de toutes les manières possibles.

Ceux qui n'avaient pas de mollets proéminents les rembourraient.

4. Les tatouages païens, dans les Balkans

Ne sois pas surpris si tu vois des grands-mères tatouées lorsque tu voyages dans les Balkans.

Dans certains villages de Bosnie, de Croatie et d'Albanie, les femmes se tatouent les bras de symboles solaires depuis toujours. Ces dessins sont les vestiges des racines païennes des Slaves des Balkans, et ils sont symboles de protection. On les faisait le jour de l'équinoxe de printemps.
De plus, ils présentaient un avantage notoire : les Turcs ne pouvaient pas séquestrer les femmes tatouées pour les emmener dans leurs harems.

3. Le nez percé, en Inde

En Inde, encore aujourd'hui, la tradition veut que l'on se perce le nez, et ce, pour différentes occasions. En général, l'anneau est relié à l'oreille par une chaîne.

En général, ce type de piercing se fait avant le mariage. De plus, l'Ayurveda - la médecine traditionnelle indienne - veut que se percer la partie gauche du nez facilite l'accouchement et renforce la fertilité.

2. Les concours de beauté masculine, chez les Wodaabe, au Nigéria

Dans la tribu des Wodaabe, c'est tout le contraire de chez nous : ce ne sont pas les femmes qui veulent être belles, ce sont les hommes. Il existe même un concours de beauté masculine, et les femmes s'y rendent pour choisir un mari.

Les hommes font ressortir la blancheur de leurs dents et de leurs yeux, en se peignant les paupières et les lèvres en noir. Ils portent des sortes de chapeaux, se peignent le visage, et voilà ! Ils sont plus beaux que jamais ! Bien sûr, les femmes de cette tribu sont aussi à la mode : ce seraient même les plus belles femmes d'Afrique.

1. Les cheveux longs, chez les Yao, en Chine

Dans le village chinois de Huangluo, on trouve des femmes qui ont des chevelures particulièrement longues. Elles la coupent une seule fois dans leur vie : durant le rituel d'initiation, lorsqu'elles fêtent leurs 16 ans.

Autrefois, on disait que si un homme voyait une femme Yao lâcher ses cheveux, il devait se marier avec elle. Cette règle n'est plus appliquée aujourd'hui et les femmes peuvent montrer leurs cheveux à qui elles veulent.

Bonus : Des bouchons dans le nez, chez les Apatani

Les coutumes que tu as lues plus haut ont toutes des motivations esthétiques. Mais ce n'est pas le cas des femmes Apatani qui vivent en Inde.

Il y a longtemps, ce peuple a été confronté à un problème de taille : il était menacé d'extinction car les femmes étaient séquestrées par d'autres clans. La tribu a donc décidé que les femmes gâcheraient volontairement leur beauté naturelle en portant des sortes de bouchons dans le nez et en se tatouant le visage. Grâce à cela, l'ethnie a survécu.