Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Selon une étude, s’énerver beaucoup pourrait être à l’origine de la prise de poids

Si tu avais besoin d’une raison supplémentaire pour lutter contre ta mauvaise humeur, un expert en nutrition va te donner une bonne raison étonnante. Il explique comment l’énervement joue contre tes efforts pour perdre du poids. Qu’importe le temps passé à faire du sport, si tu continues à “manger” tes émotions (au sens propre comme au figuré), tu n’arriveras jamais à atteindre ton poids idéal.

Chez Sympa, nous avons donc cherché plus d’informations à propos de la relation entre le surpoids et la nourriture.

Une personne qui s’énerve est exposée à la prise de poids

Being Grumpy Makes you Fat (Être de mauvais poil vous rend gros) est le titre du livre écrit par le nutritionniste mexicain Juan Manuel Romero Villa. Il y affirme que la mauvaise humeur peut être une raison au surpoids. Dans son travail, l’auteur explore la relation entre les émotions et la nourriture que nous consommons, en mettant l’accent sur le fait que le surpoids va au-delà de l’apparence physique : il s’agit également d’une carapace pour affronter certaines situations comme la douleur, la peine, l’anxiété, etc.

Qu’est-ce que l’énervement a à voir avec la prise de poids ? Lorsqu’une personne est agacée, l’organisme commence à sécréter de l’adrénaline et du cortisol, une hormone qui est libérée en cas de stress et qui augmente le taux de sucre dans le sang. Normalement, elle est produite lors d’un effort physique, mais avec l’énervement, le glucose généré ne peut pas être utilisé par les cellules et finit par se déposer sous forme de graisse.

Ce livre est le résultat de plus d’une décennie de travail de l’auteur, en plus de ses recherches universitaires, des expériences personnelles et de celles de ses patients. Il a remarqué que beaucoup d’entre eux avaient l’énervement comme point commun, mettant en évidence la relation entre l’obésité et une mauvaise gestion de la mauvaise humeur.

Évidemment, le surpoids et l’obésité peuvent avoir des causes endogènes (internes) comme le syndrome métabolique, les problèmes hormonaux ou thyroïdiens, ou bien des causes exogènes (externes) comme de mauvaises habitudes alimentaires et le manque d’activité physique. La colère est donc un élément qui vient s’ajouter à ces causes, mais ce n’est pas le seul.

Le poids des émotions

Les émotions négatives comme la contrariété, la tristesse ou l’anxiété, affectent énormément la façon de s’alimenter et dans de nombreux cas, elles provoquent le surpoids et l’obésité. Ces émotions se canalisent à travers la nourriture qui se transforme en une protection inconsciente contre les difficultés affectives.

La nutritionniste Sigrid Pimentel Martín affirme que “les émotions sont des énergies qui se transforment en surpoids, indigestion, un système immunitaire faible”, il faut apprendre à les identifier et à les gérer pour qu’elles aient un effet positif sur l’individu, en améliorant son humeur et sa relation avec la nourriture.

Il faut prendre le contrôle sur nos propres émotions et trouver des moyens plus positifs pour les canaliser. Faire du sport est une bonne idée, tu pourrais également trouver un nouveau loisir comme la peinture, le dessin, l’écriture ou simplement sortir te promener lorsque tu as besoin de te détendre l’esprit.

Fais attention à ta façon de t’alimenter

Prendre conscience de tes habitudes alimentaires, bonnes ou mauvaises, est la clé pour les améliorer, car tu pourras ainsi détecter les facteurs qui stimulent ton envie de manger et les aliments qui ne sont pas sains pour toi. Un bon conseil à suivre est de prendre cinq minutes avant de céder à une pulsion, plutôt que de te lancer de façon automatique : prends du temps pour réfléchir à comment tu te sens et vois si tu ne peux vraiment pas éviter d’engloutir ces carrés de chocolat.

S’alimenter est une action quotidienne à laquelle nous n’y prêtons pas assez attention. Il est important d’éviter les distractions comme le téléphone ou la télévision : en d’autres termes, lorsque nous mangeons, l’aliment doit être l’élément principal.

Si l’on souhaite améliorer nos habitudes alimentaires sur le long terme, il faut aussi mener un travail introspectif pour connecter nos émotions et comprendre la manière dont elles deviennent des déclencheurs lors de certains comportements face à la nourriture. C’est un excellent moyen de soigner le problème à la racine.

Si tu as débuté un processus de perte de poids, as-tu déjà pensé que la contrariété pouvait être à l’origine de ta difficulté à maigrir ? Partage ton avis dans les commentaires.

Photo de couverture Norbit / DreamWorks Pictures