Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Que se passe-t-il avec les jeunes, et pourquoi n’y a-t-il plus de sous-culture ?

----
366

Chaque nouvelle génération est vite discréditée par la précédente, car elle tire soi-disant le monde vers le bas et ne sait pas réfléchir. Ce phénomène s'inscrit dans la vieille tradition du "c’était mieux avant". Mais la jeunesse actuelle, venue au monde, pour la première fois de l'histoire de l'humanité, avec un Smartphone à la main et Internet disponible partout et tout le temps, est si radicalement différente de toutes les autres, qu'il ne semble pas approprié de la critiquer.

Chez Sympa, nous avons décidé d'observer à quel point les jeunes de la nouvelle génération deviennent différents à partir du moment où ils sont nés, entourés qu’ils sont par le monde virtuel.

Leur monde est régi par la hype.

Si nous avions traduit le terme "hype" il y a quelques générations, nous aurions obtenu le mot "fureur". Bien sûr, la fureur a toujours existé, mais elle n'avait jamais atteint la vitesse de diffusion des informations dans le battage médiatique moderne.

Quelques exemples : de nos jours, une bonne publicité est une photo publiée avec succès sur Internet (souviens-toi de la robe bleue ou blanche). Les nouvelles les plus fraîches se trouvent d'abord sur Twitter. L’explosion de créativité vient des vidéos YouTube. Les producteurs de cinéma et leurs projets à plusieurs millions de dollars ne font plus recette. La seule chose qui fonctionne est ce qui est capable de rentrer dans la hype machine, de chevaucher l'onde chaotique ultra-rapide engendrée par la fureur des réseaux.

Pour être au top de cette vague, les jeunes doivent constamment s'adapter au changement. Par conséquent, sous nos yeux est en train d'éclore une génération d'individus polyvalents qui peuvent rapidement s'adapter à toute nouveauté, et établir de nouvelles règles du jeu autant de fois que nécessaire. Nikita Shirobokov, spécialiste reconnu du social marketing, a écrit une phrase intéressante à ce sujet dans son article de réflexion sur la jeunesse.

"Ils viennent le mercredi et l'adaptent au gré de leur sentiment. Ma pensée préférée : est qu'ils vont bientôt faire face aux institutions étatiques. Comme je n'aimerais pas être à la place de ces institutions durant ce développement millénaire. Elles seront complétement dépassées."
Nikita Shirobokov

Ils ne se soucient pas des études.

Selon le Huffington Post, de nombreux employeurs prédisent qu'un pourcentage élevé d'adolescents entreront sur le marché du travail avec des diplômes reçus en ligne ou sans même avoir terminé leurs études.

Simplement parce qu'ils savent exactement ce qu'ils veulent et ne passeront pas cinq ans à suivre des cours universitaires pour recevoir un précieux diplôme qui n'aura pas grand-chose à voir avec leur vraie spécialité. On n'entendra plus d'arguments du type : "Un élève intelligent ne devrait pas se passer de diplôme." À l'avenir, le parcours universitaire traditionnel cèdera la place à l'auto-éducation (qui inclut toutes sortes de cours spécialisés).

Ils n'ont pas besoin de posséder leur propre voiture ou appartement.

Au cours des dernières années, les ventes de voitures neuves aux États-Unis ont chuté drastiquement. Les constructeurs automobiles se demandent sérieusement comment ils pourraient vendre des voitures à cette maudite génération. Et les économistes déclarent que le monde n'avait jamais vu des individus aussi radins que ces jeunes.

Ils ne sont pas radins, ils ont simplement une vision différente du concept de possession ou de propriété. La situation économique défavorable et le développement sauvage des technologies ont fait en sorte que les jeunes d'aujourd'hui font plus attention à l'argent, et ne le dépensent pas aussi facilement que leurs parents.

Tous les achats sont analysés à l'avance, les prix sont comparés en ligne, et le moindre achat est remis en question : s'il est plus rentable de louer un appartement que de l'acheter, alors il vaut mieux le louer, et personne ne se soucie plus des stéréotypes, qui ont perdu le poids qu'ils avaient auparavant. Si un nouveau smartphone est plus cool qu'une voiture, ils négligent la nécessité d'avoir une voiture et choisissent le smartphone !

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur ce sujet, nous recommandons la lecture de notre article "Pourquoi les jeunes ne veulent plus acheter de voitures ni de maisons ?".

Ils sont très difficiles à duper.

Avant, les gens faisaient confiance à l'autorité. Nous avons fait confiance à nos parents et à nos profs. Aujourd'hui, un enseignant moyen a parfois du mal à rivaliser avec ses élèves. En effet, grâce à Internet, ils peuvent vérifier n'importe quelle information en un dixième de seconde, et démontrer le contraire de ce qu'on leur dit. De plus, la vérification des informations reçues est le leitmotiv des jeunes.

Leur pensée est en format clip.

La pensée est ce qui a été le plus affectée par la technologie. Si la génération précédente a appris à apprendre, la génération moderne apprend à googler. C'est sans doute la raison pour laquelle les connaissances de la plupart des jeunes sont devenues superficielles, et leur pensée est en mode "clip-vidéo". Mais de cette façon, ils filtrent toujours l'information la plus pertinente. Et on remarque qu'ils vivent très bien cet afflux d'informations, qui les aide à gérer certaines tâches beaucoup plus efficacement. Le monde moderne évolue à une vitesse incroyable : au bout du compte, la vieille génération et son apprentissage par cœur finira par disparaître.

Ils sont multitâches.

De nos jours, les adolescents ressemblent à un téléphone avec plusieurs applications ouvertes en même temps. Ils peuvent descendre dans la rue, et rechercher simultanément dans la bibliothèque virtuelle de Cambridge des informations sur le projet de l'école, pendant qu'ils sont en train d’écouter une conférence TEDx, et discuter sur Facebook du nouvel album d'un DJ de "Witch house".

Imagine à quel point ces Césars modernes vont chambouler le développement du siècle à venir !

Ils n'ont plus de sous-cultures

As-tu remarqué à quel point tous les gothiques, punks et autres marginaux, qui avec leur apparence avaient fait souffrir les directeurs d'école, sont tombés brusquement dans l'oubli ?

La signification même des sous-cultures dans le monde moderne a tout simplement disparu, et il y a deux raisons principales à cela :

  • Chaque sous-culture du siècle passé était basée sur une idée, une protestation, et parfois même une certaine forme d’agression. Aujourd'hui personne n'exprime de rébellion à travers la façon de s'habiller. Ton apparence n'a d'importance pour personne ! Tu veux exprimer quelque chose ? Fais-le en ligne. Pourquoi crois-tu que Twitter, Instagram et Facebook ont été inventés ?
  • Le côté positif de cette époque est l’éclectisme. Aujourd'hui, un adolescent peut danser sur du Lil Pump mêlé à de la techno, pleurer en écoutant du Linkin Park, puis se rendre à une conférence sur l'histoire de la robotique de la seconde moitié des années 2000, avec une exotique afrohouse dans son casque. Il n'est plus nécessaire de choisir, nous pouvons tirer le meilleur parti de tout ce qui nous entoure.

Et à la fin que reste-t-il ? Une multitude de jeunes ouverts à tout ce qui est nouveau, qui ne se soucient pas des stéréotypes, font preuve de pragmatisme, se développent à la vitesse vertigineuse de la hype, et ont une pensée en mode clip. Et on pense encore qu'ils tirent le monde vers le bas ?

Chez Sympa, nous sommes convaincus du contraire.

Et toi qu'en penses-tu ? Les jeunes autour de toi vont-ils dans le sens de nos observations ?

Photo de couverture eastnews, depositphotos, wikipedia, vimeo
----
366