Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Des études ont démontré que notre tour de taille avait un lien direct avec les bactéries intestinales

Perdre des centimètres de tour de taille est un combat constant pour certains, et il existe de nombreuses techniques pour ce faire, de l’exercice physique à la chirurgie esthétique. Cependant, il a été récemment découvert que la flore intestinale jouait aussi un rôle important sur cette partie du corps, même si on a du mal à le croire...

Sympa souhaite partager avec toi quelques études scientifiques qui mettent en lien l’état des bactéries dans nos intestins avec l’apparence de notre ventre.

Connaître la flore intestinale

C’est ainsi que l’on appelle l’ensemble des bactéries qui vivent dans nos intestins. Il en existe cent milliards dans l’organisme, et presque toutes habitent dans le côlon. Elles se développent dès la naissance et sont souvent inoffensives, à moins qu’elles ne subissent une altération qui les fasse proliférer ou disparaître, perdant ainsi leur équilibre délicat.

Elles constituent une sorte de second ADN, car il existe 40 trillions de cellules bactériennes dans tout le corps humain, tandis qu’il existe 30 trillions de bactéries humaines (ce qui veut dire que nous sommes plus des bactéries que des humains !).

Quelle est leur fonction dans l’organisme ?

En étant si nombreuses, les bactéries intestinales contribuent en grande partie à la santé humaine, car leur principale fonction est l’absorption des nutriments apportés par les aliments. Néanmoins, leur travail ne s’arrête pas là, car elles ont beaucoup d’autres fonctions dans le corps :

  • Elles contribuent à la production de vitamines, comme les vitamines B et K, mais aussi les acides aminés.
  • Elles absorbent les minéraux nécessaires, comme le magnésium et le fer.
  • Elles aident à défendre notre organisme contre les virus et autres bactéries en “enseignant” aux cellules intestinales lesquels d’entre eux appartiennent à l’organisme et lesquels sont invasifs.
  • Elles métabolisent certains glucides, en les rendant digestibles pour les êtres humains. De plus, elles font fermenter ceux qu’elles ne peuvent pas transformer, en permettant ainsi un bon transit intestinal.
  • Elles sont associées à la longévité de l’être humain.

Comment les bactéries intestinales influent-elles le tour de taille ?

Si les bactéries sont aussi cruciales pour protéger la santé humaine, et en prenant en compte que le surpoids entraîne de nombreuses conséquences négatives, comment peuvent-elles nous laisser développer l’obésité ? Certaines études semblent avoir trouvé un semblant de réponse, même si selon les auteurs, il est encore tôt pour tirer des conclusions définitives.

Les bactéries intestinales sont responsables de l’extraction de l’énergie des aliments. Selon une recherche, la capacité d’absorption de ces nutriments peut varier d’une personne à une autre, car la composition de la flore intestinale se développe différemment chez chaque individu.

À partir de la différence des micro-organismes intestinaux de chaque personne, des scientifiques ont mené une étude visant à déchiffrer la relation entre cela et l’obésité, et aussi à identifier les agents qui la modifiaient.

Les matières fécales de 393 paires de jumeaux ont été analysées pour déterminer si la génétique avait quelque chose à voir avec cela, car le contenu des excréments renferme des cellules qui permettent de connaître la composition microbienne de l’intestin. Les scientifiques en sont arrivés à la conclusion que les gènes n’influençaient qu’une partie des processus intestinaux, tandis que les facteurs environnementaux étaient responsables de 68% de l’altération de cet écosystème des bactéries.

Toutes ces recherches ont mené à la conclusion que la flore intestinale participait aussi au processus de stockage des graisses dans le corps, si bien qu’un type de micro-organismes plus efficace dans l’absorption de nutriments pourrait provoquer une prise de poids, surtout au niveau de la taille de l’individu.

De plus, il a été déterminé qu’une alimentation riche en graisses pouvait altérer un micro-organisme intestinal et le rendre plus propice à générer l’obésité. Ces bactéries ont également une influence à hauteur de 6% sur la variation de triglycérides, et à hauteur de 4% sur celle du cholestérol.

Néanmoins, même si des niveaux de graisses élevés dans l’organisme constituent l’un des facteurs de risque majeurs pour souffrir de problèmes cardiaques, une autre étude suggère qu’il existe une corrélation plus étroite entre les micro-organismes intestinaux et le comportement du système cardiovasculaire.

Même si les études mentionnées sont encore très novatrices en la matière, les médecins qui les ont réalisées ont trouvé que les conditions telles que l’hypertension pourraient être en lien avec de faibles quantités de communautés bactériennes. Ils ont découvert cela en transplantant les bactéries de certains sujets atteints de maladies sur des sujets sains, qui ont commencé à présenter une tension artérielle plus élevée.

On associe aussi la flore intestinale à la croissance de la plaque d’athérome, laquelle obstrue les artères au cours du processus d’athérosclérose, favorisant ainsi la croissance et la rupture de cette plaque. Un micro-organisme intestinal altéré peut aussi affecter la capacité des artères à s’élargir et donc à permettre un flux de sang continu, ce qui empire la situation.

Comment prévenir ces problèmes de santé :

Même si l’on continue d’étudier les effets du déséquilibre de la flore intestinale sur le corps humain, il nous manque encore de nombreuses réponses. La bonne nouvelle, c’est qu’à la différence de l’âge et de la génétique, les facteurs de risque associés aux bactéries de l’intestin peuvent être modifiés.

Les médecins recommandent principalement d’adopter un style de vie sain dans tous les sens du terme, mais le principal reste encore de prendre soin de son alimentation :

  • Réduire la consommation de sucres et de graisses en évitant les repas tout prêts, car ils favorisent la croissance des mauvaises calories. Il faut leur préférer les fruits et les légumes (cinq par jour), comme les aliments riches en fibres, car ils contiennent des glucides complexes qui aident à faire proliférer les bactéries bénéfiques.
  • Boire beaucoup d’eau pour purifier l’organisme des déchets.
  • Manger de petites quantités d’aliments plusieurs fois par jour, car les intestins se nettoient environ toutes les deux heures et il vaut mieux ne pas les faire travailler en excès.
  • Consommer des prébiotiques, des aliments avec des nutriments pour alimenter les bonnes bactéries. On pourra par exemple les trouver dans les bananes, l’ail, l’artichaut et bien d’autres encore.
  • Prendre des probiotiques, qui sont des aliments ou des suppléments qui contiennent des micro-organismes vivants qui améliorent la santé, en quantités raisonnées. Le yaourt, le kéfir, le kombucha, la choucroute et d’autres produits fermentés font partie de cette liste.

Dans des cas exceptionnels, comme la perte totale des bactéries bénéfiques à cause de la prise d’antibiotiques, on pourrait réaliser une transplantation de microbiote fécal d’une personne saine au patient.

Savais-tu que les bactéries avaient autant d’influence sur l’organisme ? Quels sont les autres bienfaits que tu ajouterais à cette liste ? Raconte-nous dans la section des commentaires et partage cet article avec tes amis !

Illustratrice : Ekaterina Gapanovich pour Sympa