Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Des scientifiques ont analysé les nouveaux comportements des utilisateurs de réseaux sociaux

Certains utilisateurs des réseaux sociaux pensent que savoir prendre un selfie et avoir une bonne image de profil est une science. Les scientifiques étudient les médias sous différents angles. Certains s'inquiètent et considèrent les réseaux sociaux comme une menace pour la société puisque l'esprit humain devient comme celui d'un robot, trouvant en eux des sources de dépendance qui sont comparables à la consommation de drogues et à l'alcoolisme. D'autres voient une multitude d'avantages à ce phénomène massif et moderne.

Sympa-sympa.com a recueilli des données scientifiques intéressantes que les utilisateurs des réseaux sociaux peuvent facilement prendre en considération. À la fin de l'article, tu pourras trouver un selfie extraordinaire qui est devenu très populaire sur Internet.

1. Obtiens un meilleur selfie en posant avec le visage du côté gauche

Le selfie parfait se réalise par le biais d’un petit angle du bras gauche. Cela a été confirmé par un Australien, spécialiste de la psychologie cognitive, après avoir analysé des milliers de photographies. Le pourcentage de selfies réalisés par les gauchers a également été pris en compte.

La posture du côté gauche rend ton visage plus expressif et émotionnel. Le côté droit rend ces caractéristiques moins visibles. Selon le spécialiste, le côté gauche du visage semble plus attrayant en particulier parce qu'il est contrôlé par l'hémisphère droit du cerveau, qui assume la responsabilité des émotions.

2. Photographier la nourriture pendant sa consommation aggrave l'appétit !

Un groupe de professeurs de l'Université du Minnesota a réalisé une enquête. Les résultats ont démontré le lien entre le sentiment d'être repu et regarder des images de nourriture.

Prendre des photos du plat que tu vas bientôt manger, et partager les photos sur les réseaux sociaux est encore à la mode. Mais cela va générer surtout un rejet ultérieur, au moment de le manger. Une telle évaluation de la nourriture réduit le plaisir de sa consommation et provoque plus rapidement la sensation d'être rassasié. Ceci s'applique également à la visualisation de photos de nourriture sur les réseaux sociaux, à l'heure de manger.

3. Un selfie avec les doigts en "V" est dangereux !

La technique de reconnaissance d’empreintes digitales est devenue extrêmement populaire. Par exemple, elle est actuellement utilisée pour accéder au menu de ton smartphone.

Les scientifiques japonais recommandent, avec insistance, aux adeptes de cette technologie de faire très attention. Selon leurs analyses, les photos qui sont prises, même à une distance de trois mètres, peuvent être une cible facile pour capturer tes empreintes digitales. Par conséquent, les amateurs de selfies courent un risque plus important. Ce pourrait être embarrassant de donner l’accès aux informations personnelles de ta carte bancaire à tes contacts privés ou d'autres choses à d'autres personnes.

4. Les filtres reflètent la dépression

À l'aide d'un programme, des scientifiques des Universités du Vermont et d'Harvard ont découvert un fait curieux. Sur les photos analysées, dans lesquelles se trouvaient des personnes dans un état dépressif, les nuances étaient plus sombres et, en général, le gris et le bleu étaient des couleurs qui revenaient fréquemment. Les chercheurs savaient à l'avance que 43% des personnes souffraient de dépression et le programme a constaté que plus de 70% des photos avaient de telles caractéristiques.

En d'autres termes, le filtre Inkwell, qui prend des photos en noir et blanc, est souvent utilisé par les personnes dépressives. Les autres préfèrent montrer leurs photos avec des nuances plus vives et utiliser des filtres comme Valencia.

5. Les réseaux sociaux réduisent les capacités de ton cerveau

Les chercheurs de Stanford ont découvert que les personnes qui passent beaucoup de temps sur les réseaux sociaux sont plus sensibles au bruit externe et sont moins capables d'effectuer plusieurs tâches, en même temps.

Par conséquent, selon l'opinion des scientifiques, en faisant un usage prolongé et intensif des réseaux sociaux, le cerveau humain commence à fonctionner dans un schéma réduit dans lequel il est probable de rencontrer des problèmes avec la filtration de l'information et sa mémorisation, en général.

De plus, les spécialistes rejettent le fait que la communication virtuelle aide les gens à développer leurs compétences en la matière.

6. Les optimistes dirigent la caméra vers le bas pour prendre un selfie

Des spécialistes de Singapour ont réalisé une analyse des selfies. Pour leurs recherches, 13 paramètres différents ont été déterminés y compris le placement de la caméra, l'arrière-plan et l'éclairage. Il est intéressant que d'autres personnes puissent inconsciemment lire cette information qui détermine leur attitude initiale envers la personne.

Enfin, les scientifiques ont conclu que les optimistes placent généralement la caméra vers le bas et que les amateurs de selfies "duckface", selon l'avis des chercheurs, sont généralement sujets à la névrose. De plus, il est dit que les personnes les plus conscientes n’indiquent pas où elles se trouvent.

7. Avec le temps, le selfie peut devenir un outil de gestion politique

Un chercheur de l’Université de Californie a analysé les aspects culturels et politiques propres au phénomène du selfie. Selon son opinion, les images présentes sur les réseaux sociaux ne sont pas une manifestation du narcissisme comme le prétendent beaucoup de psychologues. Si nous les analysons, elles représentent une forme de manifestation révolutionnaire.

Les actions ou les différents défis que l'on entreprend participent à la réalisation des selfies et les publications massives représentent un caractère social. Selon l’avis du chercheur, au fil du temps, ces phénomènes vont prendre une dimension plus globale, en prenant en compte le fait que les réseaux sociaux puissent collecter les statistiques de ses utilisateurs.

8. Le risque de dépression et le nombre de réseaux sociaux dans lesquels un utilisateur est enregistré sont proportionnels

Les employés de l’Université de Pittsburgh argumentent le fait que la quantité de plateformes, sur lesquelles un utilisateur est enregistré et le temps qu’il consacre aux réseaux sociaux, est en relation avec le risque de dépression. Les participants à cette expérience qui n’utilisent pas plus de deux réseaux sociaux ont ressenti moins d’anxiété que ceux qui possédaient plusieurs profils sur différents réseaux.

Les scientifiques émettent souvent des hypothèses sur l’influence négative des réseaux sociaux, et selon les facteurs mentionnés précédemment, la quantité de problèmes augmente chaque fois un peu plus.

Bonus

Cette photo nous amène à te donner un autre conseil : n'éternue pas en prenant un selfie ! Si ce n'était pas pour cette photo extraordinaire, les auteurs n'auraient pas reçu autant de réactions que maintenant.

Actuellement, les réseaux sociaux représentent une partie essentielle de la vie quotidienne. Les scientifiques ont un vaste domaine à étudier. Les résultats peuvent être nécessaires, non seulement pour les utilisateurs, mais aussi pour la société, en général.

Photo de couverture eastnews.ru, eastnews.ru