Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Nos enfants nous posent souvent des questions délicates, voici 10 manières de leur répondre

Il n'y a personne de plus aimé et chéri que tes enfants. Mais souvent, avec toutes nos préoccupations quotidiennes (qu’est-ce que tu as mangé à midi, quelles notes as-tu obtenues aux derniers devoirs, as-tu fait la vaisselle ?), nous oublions de traiter avec eux d'autres sujets beaucoup plus importants. Soit nous ne trouvons pas les bons mots, soit nous estimons simplement qu'ils sont encore trop petits.

Sympa-sympa.com a compilé pour toi quelques sujets dont tu devras parler ouvertement avec ton enfant afin que l'amour et la compréhension des uns et des autres se construisent sur des liens forts et réels.

Sur le corps

Les connaissances de base en anatomie et en physiologie aident à comprendre si le corps fonctionne correctement ou s'il est temps d'aller chez le médecin. Informe ton enfant sur son corps et sur le soin qu’il doit apporter à ses parties intimes. Aucune zone du corps ne doit être une source d'embarras. Cela vaut la peine, dès le début, d'enseigner aux enfants les noms des organes génitaux dans leur forme correcte : "pénis" et "vulve". Dans ces cas, ils auront une prédisposition saine vis-à-vis de leur propre corps et de leur sexualité, le droit d'en parler sans rougir et la possibilité de raconter, dans tous les cas, tout ce qui pourrait être lié à un possible harcèlement sexuel.

Questions à traiter avec les enfants plus âgés :

  • Pourquoi nos corps sont-ils si différents ?
  • Quoi de plus important : l'âme ou le corps ?
  • Puis-je me faire tatouer ? Que puis-je faire si vous arrêtez de m’aimer ?

Un livre pour les filles sur le sujet : A la découverte de mon corps de Lynda Madaras,

Sur le sexe

Pour un petit enfant, dis-lui simplement, sans entrer dans les détails : "Quand un homme et une femme sont amoureux, ils s'embrassent et s'embrassent. Papa passe sa cellule à Maman, elle se connectent et un bébé commence à grandir dans le ventre de Maman". Si l’enfant a déjà entre 5 et 6 ans, tu peux lui parler du sperme et de l'œuf. Entre 10 et 12 ans, tu peux parler de masturbation, de désir sexuel, de règles, de protection et surtout qu’une relation sexuelle ne peut survenir qu'avec le consentement strict et total de l’autre : "non" signifie "non".

Questions à traiter avec les enfants plus âgés :

  • À quel âge les gens commencent-ils à avoir des relations sexuelles ?
  • Est-il possible de refuser d'avoir des relations sexuelles si d'abord on a consenti, mais que plus tard, on change d’avis ?
  • Qui est responsable si une grossesse non désirée se produit ?

Un livre sur le thème: Katie Daynes, D'où viennent les bébés?

Sur l'espace personnel

Les « cercles de confiance » aident à prévenir la violence physique et psychologique. Dis à ton enfant ce qui est permis et ce qui est interdit de la part des personnes appartenant aux différents cercles : qui peut l’embrasser et le câliner et avec ils doivent garder une distance. L'idée qui devrait prévaloir est que personne ne peut toucher un enfant sans son consentement, même les personnes les plus proches. Si l'enfant se sent mal à l'aise, il ne devrait pas avoir peur de dire « non », et il doit savoir qu’il peut raconter ses problèmes sans craintes aux adultes en qui il a confiance.

Apprends à ton enfant à respecter son espace personnel et celui des autres.
Commence par le plus simple : avant d'entrer dans sa chambre, frappe toujours à sa porte.

Questions à traiter avec les enfants plus âgés :

  • Qu'est-ce que le respect ?

  • Comment apprendre à dire "non” ?

  • Peut-on forcer les autres à faire ce qu'ils ne veulent pas ?

Sur l'amour

L'amour signifie la tendresse, le désir d'être proche, le respect et une responsabilité mutuelle. L'amour peut se développer de manières diverses : entre membres de la famille, entre amis, envers un homme ou une femme. Et cela peut s'exprimer de différentes façons : par du soutien, du réconfort, avec des câlins, des baisers, de l’attention, de la tendresse. L'amour n'est pas basé sur un "pour". Personne n'a le droit de dire : "Je ne t’aimerai que si tu te comportes d'une manière ou d'une autre, ou fais telle ou telle chose".

Questions à traiter avec les enfants plus âgés :

  • Est-il nécessaire d'être d'accord en tout avec les gens que tu aimes ?
  • Que faire quand l'amour n'est pas réciproque ?
  • Quelle est la différence entre aimer et être amoureux

Un livre sur le sujet : Bénédicte Carboneill, Je t'aime.

Sur la mort

Quand un enfant te pose des questions sur la mort, ne lui ment pas. A sa question "Vais-je mourir ?", répond-lui : "Dans un avenir très lointain ! Les gens ont tendance à mourir quand la vieillesse arrive, mais avant, tu as tellement, tellement de temps pour faire des choses importantes et intéressantes, ta vie ne fait que commencer ! ». Tu peux ajouter : "Je pense rester à tes côtés pendant encore longtemps".

Reconnais que les gens meurent au lieu d'aller dans un nouveau monde. Ne compare pas la mort avec le sommeil : cela peut effrayer l'enfant, lui faire penser qu’il va mourir en dormant.

Si quelqu'un que l’enfant connaissait décède, ne lui cache pas. Explique-lui brièvement : "Nous ressentons de la douleur parce que papi est mort." Explique-lui que pleurer et ressentir cette douleur est quelque chose de naturel, car il faut du temps pour faire disparaître la tristesse. L'image d'un être cher restera toujours dans le cœur de ceux qui l'aiment le plus.

Questions à traiter avec les enfants plus âgés :

  • Y a-t-il une vie après la mort ?
  • Pour quoi vivons-nous ?
  • Devrions-nous avoir peur de la mort ?

Un livre sur le sujet : Wolf Erlbruch, Le canard, la mort et la tulipe.

Sur la foi

Peu importe si tu es athée ou croyant, mieux vaut ne pas imposer tes croyances à ton enfant. Parle de façon très neutre : il y a des gens qui croient qu’un dieu existe, ils vont à l'église et ils sont convaincus que si tu te sens mal, tu peux lui demander l’aide et dieu t’aidera. Mais tout le monde ne pense pas pareil. Explique à ton enfant les différentes religions, ainsi que leurs différences.

Questions à traiter avec les enfants plus âgés :

  • Pourquoi les gens ont-ils besoin de Dieu ?
  • Pourquoi y a-t-il tant de religions différentes dans le monde ?
  • Est-ce que les gens choisissent eux-mêmes comment agir ou tout arrive-t-il par la volonté de Dieu ?

Un livre sur le sujet : Oscar Brenifier, La question de Dieu.

Sur la tolérance

La tolérance peut être discutée de manière simple ou complexe, toujours en fonction de l'âge de l'enfant, mais l'idée principale doit toujours prévaloir : ni le genre, ni l'apparence, la nationalité, le poids, la couleur de la peau, ni les capacités intellectuelles ne peuvent être des raisons pour considérer une personne moins bien qu’une autre, l'offenser ou se moquer d'elle. Si tout le monde sur cette terre était identique, ne serait-ce pas terriblement ennuyeux ?

Questions à traiter avec les enfants plus âgés :

  • Qu'est-ce que le harcèlement ?
  • Pourquoi y a-t-il des guerres ?
  • Pourquoi quelqu’un peut-il avoir un ennemi ?

Sur l'argent

Cultiver le mépris ou l'amour envers l'argent chez l'enfant est une mauvaise idée. L'attitude envers cette question doit être neutre. L'argent est un outil que tu dois apprendre à utiliser. Des concepts tels que "une personne honnête ne peut pas être riche" ou "C'est l'homme qui doit gagner l'argent de la famille" peuvent empêcher l'enfant d'établir une relation saine avec les finances.

Tu peux commencer à lui verser une paie hebdomadaire à partir de l’âge de 5 ans. N'intervient pas sur sa manière de le dépenser, et ne dis rien si ce qu’il veut acheter ne te plais pas.

Questions à traiter avec les enfants plus âgés :

  • Pourquoi y a-t-il des pauvres et des riches dans le monde ?
  • Qu’est ce qui est mieux, demander un prêt ou économiser ?
  • Est-il possible d'acheter le bonheur avec de l'argent ?

Sur la sécurité sur Internet

Même si l'enfant ne cherche pas d'informations interdites, celles-ci peuvent apparaître sous forme de pop-ups ou messages d'inconnus. Enseigne à ton enfant les règles de comportement sur Internet :

  • Ne poste jamais pas tes informations personnelles : adresse, numéro de téléphone, informations sur toi et ta famille. Mieux vaut remplacer son nom par un pseudo.
  • Ne rencontre pas tes amis virtuels dans la vraie vie sans avertir un adulte à l'avance.
  • Ne réponds pas aux menaces et / ou aux messages suspects. Tu dois toujours raconter ces situations à tes parents, ou à des adultes responsables.
  • Ne participe pas à des tombolas de prix et loteries sur Internet, n'envoie pas de SMS pour confirmer l'inscription sur des sites.

Établis le « contrôle parental », mais n'interdis pas à ton enfant d'utiliser les réseaux sociaux : sinon il finira par le faire en secret et tu ne pourras ni voir avec qui il discute, ni ce qu’il publie, ni les choses qui l’intéressent.

Sur la sécurité dans la rue

Évite les expressions générales telles que «ne parle jamais à un inconnu », «n'entre pas dans un ascenseur avec des étrangers». Dis-lui ce qu'il doit faire exactement. Avertis-le que des adultes inconnus ne devraient pas aborder un enfant dans la rue, ni lui demander de l'aide. Si cette situation se produit, ton enfant ne doit pas être obéissant. Répète avec lui les réponses : "Je ne te parlerai pas", "Je suis pressé, ils m'attendent". En cas de danger, il peut tout faire : se jeter dans une flaque d'eau, donner un coup de pied, crier "Lâche-moi, je ne te connais pas !"

Questions à traiter avec les enfants plus âgés :

  • Que dois-tu faire si tu vois un adulte essayer d’enlever un enfant ?
  • Que devrais-je faire si un petit enfant est seul dans la rue et pleure ?
  • Dois-tu dire à un adulte si tes amis ont l'intention de faire quelque chose de dangereux ?

Pour savoir si ton enfant a appris les règles de sécurité, tu peux passer un test avec lui.

Quel que soit le sujet, choisis des mots simples pour les petits ou dis-leur de façon plus détaillée si l'enfant est plus âgé, mais en tout cas, tu devrais toujours parler calmement et sincèrement. Si l'enfant a posé la question, il est très probablement prêt à entendre une réponse.

Un bon début de conversation peut être ceci : "Je ne sais pas tout à ce sujet, mais je vais essayer de répondre à toutes tes questions, ou ensemble, nous pouvons aussi trouver les réponses dans un livre. Si tu oublies de demander quelque chose maintenant, assure toi de le faire quand tu as besoin".

Est-ce qu'un enfant t'a déjà posé une question à laquelle tu as eu du mal à répondre ? Raconte nous en commentaire !

Ilustradora Mariya Zavolokina pour Sympa