Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Une étude démontre que l’appétit a sept “âges”, et le fait de les connaître peut t’aider à améliorer ton alimentation

L’être humain a de nombreuses relations assez difficiles, certes, et la nourriture s’avère être l’une des plus compliquées. En effet, nous ne mangeons pas toujours simplement parce que nous avons faim, mais souvent à cause de la publicité qui nous entoure. Et alors l’appétit s’éveille pour des raisons qui n’ont rien à voir avec un estomac vide. La consommation d’aliments augmente, et donc le poids aussi, ce qui nuit à notre santé. Une étude a mis en exergue le fait que l’appétit change selon notre âge, et le fait de connaître les différentes étapes nous aide à améliorer notre alimentation et à faire face à différents problèmes tels que le surpoids.

Chez Sympa, nous nous sommes intéressés au sujet de cette étude, et nous tenons aujourd’hui à te parler de “l’âge de l’appétit”, afin que tu prennes les mesures alimentaires nécessaires pour rester en forme et en santé selon l’étape de la vie que tu traverses.

Première décennie : zéro à 10 ans

Les habitudes alimentaires acquises lors de la première enfance peuvent se poursuivre à l’âge adulte. Un enfant obèse sera probablement un adulte avec du surpoids si les parents ne prennent pas les mesures nécessaires pour l’éviter. Il est donc important d’habituer les petits à goûter des aliments aux goûts, aux couleurs et aux textures différents afin qu’ils ne craignent pas de manger certains plats.

D’après la recherche, les enfants ont le même comportement que leurs parents concernant la nourriture. Aussi, leur entourage doit-il être positif, équilibré et inclusif, avec des aliments sains tels que les légumes. Il faudrait aussi que les enfants puissent contrôler leurs portions, car le fait de les obliger à tout manger peut leur faire perdre leur capacité de reconnaitre des signaux de faim et de satieté, donnant ainsi lieu au surpoids.

Deuxième décennie : 10 à 20 ans

Pendant la puberté et l’adolescence, l’augmentation de l’appétit est influencée par les hormones. À ce stade, la relation de l’enfant avec la nourriture est liée à sa santé et à sa croissance. Cette période est décisive pour déterminer les habitudes alimentaires à l’âge adulte.

Les jeunes ont tendance à préférer les aliments peu sains dont la consommation peut avoir des conséquences qui se poursuivent jusqu’à l’âge adulte. Il est donc très important de leur donner des conseils en la matière. D’autre part, les scientifiques ont souligné que les jeunes femmes ont davantage tendance à souffrir de carences nutritionnelles, car c’est à ce stade qu’elles développent leur capacité de reproduction.

Troisième décennie : 20 à 30 ans

À l’âge adulte, les changements de style de vie peuvent causer la prise de poids. Et ces kilos en plus, il est difficile de les perdre. À ce stade, le corps envoie des signaux forts pour manger lorsqu’il a faim, mais ceux qu’il envoie pour rejeter la nourriture lorsqu’il est rassasié sont très faibles. L’étude réalisée explique que cela est dû au fait qu’il existe de nombreux facteurs physiques et psychologiques qui influencent l’appétit, ce qui fait que les gens continuent à manger, même quand ils n’ont plus faim.

À ce stade, il est important d’apprendre à repérer la satiété, à écouter le corps lorsqu’il n’a plus faim et à éviter ainsi une consommation excessive. Pour ce faire, il faut choisir des aliments riches en fibres et en protéines qui t’aident à te sentir " rassasié " plus longtemps, contrairement aux produits riches en sucres et en graisses.

Quatrième décennie : 30 à 40 ans

À ce stade, les effets du stress commencent à se faire sentir. Il a été démontré que les difficultés de l’âge adulte peuvent entraîner des changements dans la routine alimentaire et altérer l’appétit qui peut devenir vorace ou, bien au contraire, très faible.

Certains traits de personnalité tels que le perfectionnisme, influencent le comportement alimentaire car ils peuvent rendre les gens anxieux. Il est donc essentiel de changer les mauvaises habitudes au moment des repas, que ce soit au travail ou à la maison. Par exemple, il est fortement conseillé d’éviter le distributeur automatique au bureau, et remplacer les collations hypercaloriques par des aliments sains et frais.

Le fait de repérer les situations qui te causent du stress et de les minimiser t’aidera également à améliorer ta prédisposition à manger sain.

Cinquième décennie : 40 à 50 ans

D’après la recherche, il est très difficile de changer à cet âge ce qui n’a pas été modifié auparavant. Tu sais que tu devrais avoir un régime équilibré et faire du sport, mais tu continues à mal manger, et à faire des excès.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, c’est à ce stade que des problèmes de santé résultant des mauvaises habitudes alimentaires se présentent : hypertension, taux de cholestérol sanguin élevé et diabète, parmi tant d’autres. Les changements devraient viser à améliorer la santé avant que les symptômes ne deviennent irréversibles.

Sixième décennie : 50 à 60 ans

À partir de 50 ans, la masse musculaire commence à diminuer de manière progressive et constante. Les scientifiques parlent donc de “sarcopénie”. Des facteurs tels que le manque de nutriments et d’activité physique, ainsi que la ménopause, accélèrent ce processus.

À ce stade, il est essentiel de maintenir une alimentation saine et riche en protéines. Et pourtant, les repas simples sont généralement remplacés par d’autres qui ne répondent pas aux besoins nutritionnels des personnes de cette tranche d’âge, soit par manque de temps, soit par perte d’appétit.

Septième décennie : 60 à 70 ans

À ce stade, le corps devient fragile et tu peux perdre du poids involontairement. Tu n’as plus faim, ton appétit a changé. Cette étude signale qu’à cet âge, le fait de manger représente surtout une expérience sociale.

Le veuvage, la solitude et le manque de ressources empêchent de profiter de la nourriture. À cela s’ajoutent d’autres facteurs tels que les difficultés de mastication et certaines maladies. Une nutrition guidée par un spécialiste est donc essentielle pour prolonger l’espérance de vie.

As-tu aimé cet article ? Dois-tu faire des changements dans ton régime ? N’hésite pas à nous répondre dans la section des commentaires !

Illustré par Ekaterina Gapanovich pour Sympa