Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

11 Réponses correctes aux questions déroutantes des enfants

1-1-
23k

Les enfants posent parfois des questions dont on ne sait pas trop si on doit en rire ou en rougir. Mais pour le petit, il est important d'obtenir une réponse. Il ne veut pas qu'on l'ignore, qu'on lui mente ou qu'on se moque de sa candeur.

C'est pourquoi Sympa-sympa.com publie les réponses correctes à toutes ces questions gênantes des enfants.

Sois honnête, mais sans rentrer dans les détails.

"Quand deux personnes s'aiment, elles s'enlacent et s'embrassent. Le papa transmet sa graine à la maman. Elle s'unit à celle de la maman et un bébé apparaît dans le ventre de cette dernière. Il est tout petit, il nage comme un poisson dans le ventre de la maman. Puis il grandit, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus y tenir, et alors il naît." Si les enfants sont plus grands, on peut leur parler des spermatozoïdes et des ovules.

Essaie de parler de ce sujet sans gêne, il est tout à fait normal que l'enfant s'intéresse aux organes génitaux.

"Ces différences sont nécessaires pour avoir des enfants. Les garçons ont un pénis et deux testicules. Les filles ont un vagin et un utérus, et une poche spéciale pour que le bébé puisse se développer. Les garçons et les filles grandissent et lorsqu'ils sont grands, ils s'aiment et souhaitent avoir des enfants à leur tour. Ils s'emboîtent comme les pièces d'un puzzle, et ensuite, un bébé grandit dans le ventre de la maman".

Quasiment tous les petits garçons posent cette question lorsqu'ils découvrent le sexe opposé. Il convient de répondre gentiment "non".

"Chacun a son rôle dans la famille. Ta sœur ne peut pas devenir ton papa, ni ton papa devenir ta grand-mère. Et toi, tu ne peux pas être le mari de ta propre maman. Lorsque tu seras grand, ta maman sera déjà vieille. Tu pourras encore l'aimer et prendre soin d'elle, mais tu voudras te marier avec une femme jeune et belle. Vous allez vous aimer et vous pourrez avoir vos propres enfants".

Un enfant se sent inconsciemment coupable lorsque ses parents se disputent. Il est important qu'il sache que ce n'est pas sa faute.

"Les gens se disputent parce qu'ils ne sont pas toujours d'accord avec l'opinion de l'autre. Et les enfants aussi peuvent se disputer, et parfois avec les adultes. Mais dans tous les cas, nous faisons toujours la paix et nous nous aimons. Et chacun de nous t'aime".

Ne fais pas taire ton enfant s'il manifeste de la curiosité pour les gens qui ont un aspect inhabituel et qu'il pose des questions dans un lieu public ; le réprimander conduit à l'intolérance.

"Tout le monde est différent. Il y a des gens grands et d'autres petits, des gros et des maigres ; mais n'importe qui peut se sentir gêné ou vexé, donc il ne faut pas pointer du doigt les gens qui sont différents des autres. Il vaut mieux me poser ce genre de questions quand nous sommes seuls, comme ça nous sommes sûrs de n'offenser personne".

Les frères et sœurs sont toujours en compétition pour l'amour de leurs parents. Ne prends jamais l'un de tes enfants comme exemple pour son frère ou sa sœur, et ne lui dis jamais que tu aimes davantage l'un ou l'autre pour ses résultats à l'école.

"Chacun de vous est différent, et notre amour peut se manifester de différentes façons. Mais nous vous aimons autant l'un que l'autre, de même que tu aimes autant ton papa et ta maman. Je vous aime énormément tous les deux".

Tu dois expliquer à ton enfant que le traitement est nécessaire. En aucun cas il ne faut le traiter de peureux ou se moquer de lui parce qu'il est effrayé.

"Le docteur ne cherche pas à te faire du mal, c'est son travail, pour combattre les germes et soigner tes blessures. Cela peut te faire un peu mal, mais c'est pour ton bien. Quand j'étais malade, on m'a aussi fait des piqûres. J'avais peur, mais je me suis laissée faire. Et tu en es capable aussi. Tiens, ton lapin aussi est malade et nous devons l'emmener chez le médecin. Il a très peur, mais nous allons lui expliquer pourquoi ce n'est pas justifié".

Ne mens pas à ton enfant sur son invulnérabilité et ton immortalité. Il est tout à fait capable d'accepter la vérité.

"Les gens, les animaux, et même les fleurs finissent par mourir un jour. C'est la loi de la nature. C'est ainsi qu'il y a de la place dans le monde pour tous ceux qui naissent, et qui à leur tour vont mourir un jour, mais pas tout de suite. Je serai très vieille, comme ta grand-mère, et toi tu seras un adulte, comme moi aujourd'hui, et tu auras tes propres enfants, qui vont grandir, et tu vas vieillir et finir par t'en aller. Mais avant cela, tu vas vivre une vie merveilleuse, pleine d'aventures et de découvertes".

Explique-lui que ton travail fait partie de la vie, que tu dois le faire et qu'il doit l'accepter. Insiste sur la joie que vous allez avoir de vous retrouver à nouveau.

"Je ne souhaite pas être séparé de toi, mais c'est nécessaire, et il n'y a rien à y faire. Le travail c'est très important. Mais souviens-toi que je serai de retour ce soir et que nous allons être très contents en nous revoyant. Faisons un petit échange : prends mon bracelet, moi j'emporte ta peluche, et comme ça nous sentirons la présence de l'autre même en étant séparés".

N'aie pas peur d'admettre que tu n'es pas parfait(e). Il est important que les enfants comprennent que toutes les actions de leurs parents ne peuvent pas être copiées.

"Oui, je fume, et parfois je reste longtemps devant l'ordinateur, mais je ne veux pas que tu répètes mes erreurs. Ce sont de mauvaises habitudes dont je dois me débarrasser car je souhaite m'améliorer".

Prends les angoisses de ton enfant au sérieux et réfléchis avec lui à la façon de transformer les choses négatives en choses positives.

"Parle-moi de ce monstre. Savais-tu que les monstres ont peur des sorts ? Nous allons en trouver un ensemble. Regarde, cette télécommande ne contrôle pas seulement la télévision ; tu vois ce bouton secret ? Quand tu appuies dessus, les monstres disparaissent. On va la laisser à côté de ton lit".

Règles pour répondre aux questions des enfants :

  • L'enfant n'a pas besoin d'en savoir plus que ce qu'il a demandé. La réponse doit être simple.

  • Ne lui mens pas. Si tu ne connais pas la réponse, dis-lui simplement. Vous pouvez même chercher ensemble la réponse. Cela ne fera que renforcer ta crédibilité, alors que le mensonge, au contraire, peut la détruire. Lorsque ton enfant apprendra la vérité par d'autres moyens, il faudra que tu te justifies.

  • Ne parle pas d'un ton supérieur ou avec un ton directif comme si tu étais son maître. Évite de le ridiculiser, considère ses questions avec sérieux. Tu souhaites que ton enfant continue à te poser des questions, n'est-ce pas ?

  • Essaie de comprendre pourquoi il te pose cette question. Parfois cela traduit une demande à l'aide inconsciente, ou une peur plus profonde. Essaie de donner du sens à ce que ton enfant est réellement en train de te demander.
Illustratrice Ekaterina Gapanovich pour Sympa
1-1-
23k