Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Tous les enfants devraient entendre ces 11 phrases magiques

----
10k

Entre les milliers de paroles que nous disons à nos enfants de nos jours, certaines les rendent plus forts, intelligents, bons et sûrs d'eux-mêmes.

Sympa-sympa.com a rassemblé 11 phrases qui permettent le développement harmonieux des enfants et les rendent plus heureux.

11. Je suis heureux de t'avoir.

Sans le faire exprès, les enfants nous mettent toujours à l'épreuve avec leur comportement ; "M'aimeras-tu toujours si je me comporte mal ?" La réponse doit être ferme : "Bien sûr que oui ! Je suis heureux de t'avoir. Si je devais choisir entre tous les enfants du monde, c'est toi que je choisirai". Voilà comment créer une base émotionnelle stable chez les enfants.

10. Je t'aime.

Ces paroles magiques sont très importantes pour le développement de l'enfant. Tu dois les renforcer avec des actions réelles : passer du temps avec lui, rire, jouer, faire des bêtises, l'enlacer, lui parler de ses problèmes et le soutenir si nécessaire.

9. Je remarque et j'encourage tes réussites.

"Waouh ! Ta chambre est bien rangée ! C'est vraiment super, et tu as même fais ton lit ! Bravo ! Tu as plié tous tes vêtements !", ce type de phrases aide l'enfant à sentir ton soutien et la confiance que tu lui portes et lui laisse entendre que ses efforts sont valorisés. Tout type de "renforcement positif" provoque des émotions agréables. Cela conduit à développer un comportement adéquat dans le futur.

8. Pardon. Je suis désolée.

Nous sommes tous humains. Nous pouvons tous nous tromper, être perdus ou nous sentir mal. Il est important d'avoir la capacité d'accepter ses erreurs et de demander pardon aux enfants. Ainsi nous leur laissons entendre qu'ils sont importants pour nous et que nous les respectons. Et nous leur apprenons aussi que si nous nous trompons, nous devons demander pardon et ne pas recommencer.

7. N'aie pas peur des émotions négatives.

Supprimer les émotions négatives provoque des névroses et des maladies psychosomatiques. L'enfant a le droit d'être fâché. Il a le droit d'être triste car il a perdu son jouet préféré ou de pleurer quand il a mal quelque part. Lui interdire de montrer ses sentiments négatifs revient à l'empêcher d'être lui-même.

Ta tâche en tant que parent est d'apprendre à l'enfant à exprimer ses émotions sans faire de mal à personne.

6. Brave est celui qui sait surmonter ses peurs.

Il est important que ton petit comprenne qu'il est impossible de ne pas avoir peur. Nous avons tous peur de quelque chose et le courageux n'est pas celui qui ne craint rien mais celui qui sait surmonter ses peurs. Si ton enfant a peur de quelque chose, tu peux partager avec lui tes souvenirs et ton expérience ; explique-lui comment tu as appris à surmonter tes peurs.

5. Ecoute-toi : qu'aimerais-tu faire maintenant ?

En donnant à l'enfant le droit de choisir, nous lui apprenons à écouter son instinct le plus profond et à ne pas avoir peur de rejeter une proposition qui va à l'encontre de ses convictions personnelles, ses désirs et ses intérêts.
Les enfants à qui on dit toujours quoi faire grandissent passifs, dépendants et sont faciles à contrôler voire manipuler.

En exigeant qu'il t'obéisse en tout, pense à son futur. Veux-tu vraiment que ton enfant obéisse à tout le monde sans chercher à défendre son point de vue ?

4. Te rappelles-tu comme tu avais fait ...?

En rappelant à l'enfant ses réussites passées, tu renforces sa confiance en ses propres forces et tu l'aides à se rendre compte de ses succès et de ses victoires.

3. Commettre des erreurs est normal.

"Ce n'est pas grave, essaie encore", "Je crois en toi !", "Il est rare de réussir du premier coup" : voici ce que tu devrais dire à l'enfant en cas d'échec, même si celui-ci semble "grave" (par exemple s'il n'a pas réussi un examen).

Il est important de sentir qu'on a le droit de se tromper. L'enfant doit avoir la notion que toute personne qui a réussi a commis des erreurs et que celles-ci aident à devenir endurant, patient et donnent d'autres qualités importantes.

2. Qu'est-ce que tu ressens ?

"Qu'est-ce que tu ressens ?", "Et toi, comment était ta journée ?", ces questions aident à former un lien émotionnel entre parent et enfant. Ensuite, elles permettent de former son habileté à exprimer ses pensées. Mais surtout, elles permettent à l'enfant d'être suffisamment sensible et attentif à lui-même.

1. Tu l'as fait toi-même !

Les parents utilisent souvent le pronom "nous" pour se référer à leur enfant : "Nous avons déjà appris à marcher", "Nous avons été à l'école", "Nous allons finir l'école primaire". Pour un bébé, cette union entre lui et sa mère est saine et même nécessaire à sa survie. Cependant, continuer d'utiliser cette expression quand l'enfant grandit peut contribuer à freiner son développement et ne permet pas que l'enfant se sépare de sa mère psychologiquement.

L'enfant est intéressé par sa propre expérience. Les psychologues sont sûrs que l'objectif de l'éducation est d'apprendre à l'enfant à être autosuffisant. Et le premier pas commence avec le pronom "tu".

Ilustradora Yekaterina Ragozina pour Sympa
----
10k