Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

10 films aux messages subliminaux insoupçonnés

Tout comme les livres, les films sont remplis d'énigmes, de métaphores et de sens cachés. Les scénaristes et les metteurs en scène écrivent des histoires, nous créent des décors et d’une manière extrêmement habile et parfois profonde, nous installent, une époque, un contexte pour parler d’un problème philosophique, historique ou social.

Chez Sympa-sympa.com, nous avons voulu te montrer les messages cachés dans tes films préférés !

Inception : le processus de création d’un film

Le film Inception serait une métaphore du processus d’élaboration d’un film. En effet, chaque personnage de « l’équipe des rêves » a un rôle correspondant aux responsabilités des membres d’une équipe de cinéma : Eames (Tom Hardy) est l’acteur, celui qui change facilement d’apparence et de rôle, Ariane (Ellen Page) crée le scenario et le décor des rêves, Saito (Ken Watanabe) est le producteur, c’est le chef du projet qui finance l’expérience onirique, Yusuf (Dileep Rao) est le responsable des effets spéciaux. Arthur Joseph Gordon-Levitt) est l’assistant-réalisateur, celui qui s’occupe de l’organisation du tournage, qui manage les équipes et rend toutes les idées réalisables, et enfin, Cobb (Leonardo DiCaprio), est le réalisateur, le seul qui puisse visualiser le résultat final. La mission de l’équipe est de s’unir pour faire littéralement d’une idée un rêve. N’est-ce pas le but du cinéma ?

Matrix : la théorie du complot

Matrix est sans doute le film qui a le plus d’interprétations possibles et imaginables. Le film est truffé de symboles et de signes. Cela commence par le lapin d’Alice aux pays des merveilles et se termine par des insinuations de complot maçonniques. Chacune des théories nécessiteraient une explication détaillée, mais nous parlerons ici d’un seul et unique détail, le plus inquiétant et mystérieux de tous, comme la date d’expiration du passeport de Neo : le 11 Septembre 2001. Le film est sorti en 1999. Coïncidence ou complot ?

Spiderman : la puberté

Pourquoi Spiderman a-t-il eu autant de succès ? Et bien parce que l’histoire de Peter Parker c’est un peu aussi la nôtre ! Evidemment, en général, pour nous la transition est un peu plus sobre… Le film nous montre une transformation drastique du personnage quand il est encore adolescent, comme une métaphore de la puberté. Peter se rend compte que son corps change, il a peur, et ses proches sont inquiets pour lui. Il découvre ses pouvoirs de façon plutôt inattendue et franchit une nouvelle étape qui soudainement changera sa vie.

X-men : la lutte pour les droits civiques

Le premier scénario de X-men a été écrit dans les années 1960. A l’époque, le thème du film semblait être la lutte pour les droits civiques des afro-américains, des indiens d’Amérique, des gays, des femmes, etc. Dans les années 2000, tous les sujets n’étaient plus d’actualité, mais celui des droits des homosexuels était au cœur de l’époque. Désormais, vous verrez d’un autre œil les slogans contre les mutants dans le film comme par exemple : « Nous devons protéger nos enfants ! », ou encore lorsque, terrifiés, ils clament : « Bientôt les mutants seront des citoyens de plein droit dans notre société.. »

Le jour sans fin : atteindre le nirvana

Le personnage principal du film vit encore et encore le même jour, jusqu’à ce qu’il comprenne vraiment le sens de ce qui est en train de se passer. Ce n'est que lorsqu’il saisit, qu’il arrive à sortir de cette infinie boucle temporelle. On retrouve ici la philosophie bouddhiste : chaque jour est une nouvelle vie qui commence, le personnage se rapproche chaque fois un peu plus du nirvana puis, à la fin, le rejoint.

Le seigneur des anneaux : l’instauration du régime totalitaire

Le seigneur des anneaux est une autre saga aux multiples interprétations. Certains y voient un lien avec la première guerre mondiale, d’autres l’assimilent à la relation entre les occidentaux et les orientaux, ou encore à des mythes antiques sur le bien et le mal. Un des détails les plus étranges est l’œil de Sauron, l’incarnation du mal absolu, qui se trouve en haut de la Tour Sombre. Cet œil est souvent comparé à celui se trouvant sur le symbole appartenant aux francs maçon - un œil dans une pyramide - et que l’on retrouve sur les billets d’un dollar accompagné de la phrase : « nouvel ordre mondial ». Il peut aussi rappeler le Grand Frère du livre 1984 de George Orwell. Dans tous les cas, cet œil est le sommet d’une considérable machine de pouvoir qui essaie d’instaurer un régime totalitaire basé sur l’ordre et la peur dans le monde entier.

Toy Story 3 : l’holocauste

Certains voient une référence évidente à l’holocauste dans le troisième volet de Toy Story. Rappelons l’histoire : le petit garçon devenu grand n’a plus besoin de ses jouets, ils vont donc finir au grenier. En réalité, le destin fait qu’ils terminent dans une crèche`maudite. Pour les jouets, cette garderie est un véritable camp de concentration qui subit le régime totalitaire de l’Hitler local, l’ours Lotso. Les personnages du film seraient comme des juifs qui se seraient sauvés du camp à temps. Les partisans de cette théorie y voient également un écho à l’histoire d’Anne Franck, dont la famille essayait de se cacher dans le grenier où ils pensaient ranger les vieux jouets. On nous aurait menti ?Toy Story, un film engagé ?

Le magicien d’OZ : populisme

Ce conte de fée n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. La route de brique jaune est une référence à l’or, au système économique, les personnages sont le peuple, le magicien représente la politique au pouvoir qui promet beaucoup et qui fait peu, et toute la ville d’Esmeralda et ses habitants escrocs, symbolisent le pouvoir trompeur des billets verts. Tout ça peut sembler fantasque, mais de nombreuses études sur le film ont démontré qu’il s’agit bien d’un peu plus qu’une petite fille qui quitte sa maison.

Games of Thrones : la guerre des roses

L’auteur de la série de romans Le trône de fer sur lequel se base la série Games of Thrones confirme qu’il s’est inspiré du conflit entre les York et les Lancaster au XVeme siècle, mieux connu en Angleterre sous le nom de « la guerre des roses ». Trente ans de guerre, six rois, et des gouvernants sans scrupules pour se marier dans leur propre intérêt ou pour obtenir des terres. On trouve également des points communs entre les personnages historiques et ceux de la série, et l'on peut aussi constater que, tout comme celle de la Grande-Bretagne, la carte de Westeros est divisée en sept parties.

Photo de couverture New Line Cinema
Based on materials from whatculture, therichest