Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

10 Histoires géniales qui se sont avérées être des projets marketing

Nous voyons très souvent des exemples frappants de créativité publicitaire. Mais imagines-tu à quel point l’effet d’une campagne de marketing peut être bon et fort si elle dissimule son véritable but jusqu’au dernier moment ? Par exemple, il est possible de créer une personne paraissant tellement réelle sur les réseaux sociaux que tout le monde croira qu’elle existe vraiment, ou inviter des centaines de personnes en même temps à un rendez-vous sans qu’aucune d’elles ne se doute de rien.

Chez Sympa, on aime partager avec nos lecteurs les perles du monde de la publicité. Alors mets-toi à l’aise, et regarde ces histoires passionnantes qui se sont avérées être le résultat de l’excellent travail des spécialistes en marketing.

L’œuf qui est devenu plus célèbre que la plupart des blogueurs

Ceci semble être un œuf tout ce qu’il y a de plus banal, n’est-ce pas ? Eh bien, ça ne l’est pas. C’est l’une des publications les plus célèbres de l’histoire des médias sociaux. Cette photo est apparue sur Instagram le 4 janvier 2019 sur le compte world_record_egg. La demande de ses créateurs était simple : obtenir un plus grand nombre de “J’aime” que la photo du mannequin Kylie Jenner où elle posait avec sa fille nouveau-née (18 millions).

La réaction des internautes n’a pas mis longtemps à venir. En à peine 10 jours, la photo de cet œuf a reçu 18,2 millions de “j’aime”. Quand elle s’est rendu compte qu’elle s’était fait voler le record par un œuf, Kylie Jenner a enregistré une réponse vidéo dans laquelle elle a écrasé un “compagnon” de son rival.

Pendant quelques semaines, dans la “story” de l’œuf, on pouvait voir différentes photos publiées sur lesquelles on remarquait des fissures se former sur la coquille de l’œuf. Le 1er février, une couture a été ajoutée, comme celle que l’on peut voir sur les ballons de football américain. La publication disait qu’un message serait révélé le 4 février.

Résultat :

Tout ceci s’est avéré être un projet publicitaire réalisé par Chris Godfrey, dans l’intention de promouvoir un service d’assistance psychologique dans différents pays. Au moment d’écrire ces lignes, la première photo de l’œuf comptait 53,6 millions de “j’aime”.

Un ouvrier en bâtiment devient blogueur qui suit la vague des tendances Instagram

En Juin 2019, le compte Instagram d’un ouvrier en construction américain nommé Omar est devenu hyper populaire. Dans ses publications, il reproduit activement toutes les dernières tendances d’Instagram, en les assaisonnant d’une touche d’ironie. Aujourd’hui, le nombre d’abonnés de cette nouvelle vedette des réseaux sociaux dépasse les 540 000.

La légende de cette photo dit : “Est-ce que je le fais bien ?”

L’histoire de la soudaine popularité d’Omar est très amusante. En plus du contenu en lui-même, l’attention du public a été attirée par ce tweet de sa fille : “Mon père m’a demandé ce qu’étaient les blogueurs. Quand je lui ai expliqué, il m’a répondu : ‘Pfff, je peux le faire moi aussi.’ Et... il l’a fait ! Et le plus drôle, c’est qu’il est ouvrier en bâtiment.”

Cette publication a attiré l’attention de nombreux médias, et c’est ainsi que cet ouvrier est devenu très populaire.

Résultat :

Omar n’est pas un acteur engagé, mais la création de ce compte est l’œuvre de Mike McKim, le propriétaire du café Cuvée. On a appris cette nouvelle grâce à une enquête menée par Buzzfeed, une entreprise de médias sur Internet. Il est à noter que le nom de ce café a commencé à apparaître sur les hashtags accompagnant les photos d’Omar avant même que la vérité ne soit révélée.

Une équipe créative est chargée de toute la promotion liée à ce compte Instagram, auquel Omar n’a même pas accès. Il ne participe qu’aux séances photos pour lesquelles il est payé. Selon Mike McKim, l’entreprise cherchait à obtenir un maximum de 1 000 abonnés, et personne ne s’attendait à un tel succès. Mike a également mentionné le tweet qui s’est avéré être un faux tweet de la fille d’Omar, et il a précisé que ni lui, ni Omar n’avait idée de qui l’avait écrit.

“Ne prenez pas de photos de cet endroit afin de ne pas rendre les gens tristes.”

La municipalité du village de Bergün, en Suisse, a décidé d’interdire aux touristes de photographier sa région. Les résidents ont rapidement fait valoir cette dure décision en l’expliquant ainsi : il est scientifiquement prouvé qu’une personne qui regarde des photos de beaux endroits, mais qui ne peut pas s’y rendre pour les visiter, peut souffrir de grave dépression.

Cette initiative a été prise très au sérieux. En cas de violation de cette interdiction, une amende de cinq francs suisses pourrait être infligée aux contrevenants (l’argent serait utilisé pour la protection de l’environnement). Pour des raisons de prévention, des panneaux d’avertissement ont été placés à l’entrée de la ville, et l’office du tourisme local a retiré toutes les photos de ce village pittoresque des sources officielles.

Résultat :

Ce n’était pas un coup de folie, mais le résultat d’un projet à grande échelle d’une agence de marketing de Zurich. Imagine : cette action a été préparée pendant six mois, tous les habitants et les autorités locales y ont participé, et la loi en question a été publiée sur le compte Facebook officiel du village de Bergün. Le buzz fut un succès, et l’afflux de touristes à Bergün a considérablement augmenté.

Des chaussures qui cachent un grand secret

Un grand détaillant américain a ouvert une boutique de chaussures de luxe appelée Palessi à Santa Monica, aux États-Unis, et des personnalités du monde de la mode ont été invitées à la cérémonie d’ouverture. Au cours de la première heure 3.000 $ de chaussures ont été vendus, le prix d’une paire variant de 200 à 650 $. Tous les représentants de l’industrie invités ont fait l’éloge de la qualité du matériau et du design de ces chaussures.

Résultat

Ça a l’air un peu nul comme histoire, non ? Eh bien, il y a une chute ! Cette boutique était fausse, et son ouverture a été organisée par la célèbre chaîne américaine de magasins de chaussures à bas pris Payless (= “payer moins”). Dans ladite “boutique”, il y avait en fait des modèles dont la valeur ne dépassait pas 40 $. Selon les organisateurs, il s’agissait d’une expérience sociale dont le but était de prouver que des chaussures bon marché n’étaient pas pour autant de mauvaises chaussures. Les “victimes” ont été indemnisées d’une partie des sommes qu’elles avaient dépensées, et leur réaction au moment de découvrir la vérité a été filmée. La photo ci-dessus montre justement l’une des clientes “piégées” au moment où on lui explique que les chaussures de luxe qu’elle vient de s’offrir sont en fait un modèle bon marché.

La “terreur volante” de Red Bull

Le 20 mars 2019, des habitants de Los Angeles ont vu un objet lumineux non identifié voler dans le ciel. Les gens ont immédiatement paniqué, et de sombres spéculations sur la nature du phénomène ont commencé à apparaître sur le net. Les hypothèses étaient variées, allant d’une météorite tombée sur la ville à une invasion extraterrestre. La police a dû commencer à répondre à ces rumeurs pour calmer les citoyens de Los Angeles, en leur expliquant qu’il s’agissait du tournage d’un film.

Résultat :

La police avait raison, mais pas entièrement. C’était bien un tournage, non pas d’un film, mais d’une publicité à venir pour la société de boissons énergisantes Red Bull, qui surprend régulièrement le monde entier en organisant des événements extrêmes.

Cette fois-ci, l’équipe “Red Bull Air Force” avait organisé une fête d’adieu à la “super lune” (c’était la période où la Lune et la Terre étaient très proches l’une de l’autre) en faisant voler un homme équipé d’une combinaison volante “wingsuit” au dessus de la ville. Pour plus d’efficacité, on avait équipé sa combinaison de dispositifs pyrotechniques, afin de créér derrière lui une trace ressemblant à celle d’une comète. Tu peux voir la vidéo du vol ici.

Le piège tendu par Tinder

Le 18 août 2018, plusieurs dizaines de personnes attendaient l’arrivée d’une jeune femme à Union Square, à New York. Il y avait une scène à proximité, mais elle n’a attiré l’attention de personne. En effet, ce jour-là, un DJ devait y jouer. Mais Natasha, la jeune femme que tous ces hommes attendaient pour un rendez-vous galant, est soudain apparue sur scène.

Elle a salué tous ses prétendants, et leur a expliqué que trouver le garçon idéal via l’application Tinder, par laquelle tous ces hommes l’avaient rencontrée, était une tâche difficile, et qu’elle avait alors décidé de choisir un garçon personnellement. Et pour avoir un rendez-vous avec elle, il faudrait se battre.

Une photo de la scène, publiée par l’une des “victimes”.

Natasha a immédiatement écarté les hommes qui ne répondaient pas à certains de ses critères : une longue barbe, un ventre à bière, ceux dont la dernière relation s’est terminée à l’initiative de la femme, etc... Beaucoup sont repartis seuls, trahis par leurs propres agissements. Pour les autres, Natasha a organisé une sorte de “Hunger Games”, dont les épreuves consistaient à faire des pompes, à courir, ou à expliquer en une minute pourquoi le candidat pense qu’il serait le meilleur compagnon pour Natasha. Elle “swipait vers la gauche” (glisser une photo) les hommes qu’elle voulait éliminer en faisant le même geste que l’on utilise sur l’application lorsqu’on écarte un candidat déplaisant. Un des prétendants invités a publié ce qui était en train de se passer sur Twitter, et d’autres l’ont ensuite confirmé.

Résultat :

Finalement, il s’est avéré que derrière cet étrange événement se cachait l’agence de marketing Rob Bliss Creative. Le but de cette expérience était de faire comprendre aux jeunes gens qu’il était temps de laisser tomber le style grossier et évaluatif de la communication inhérente des applications du genre de Tinder.

La mauvaise blague de Taco Bell

La chaîne de restauration rapide Taco Bell a décidé de racheter la “Liberty Bell” (la “cloche de la liberté”), un célèbre symbole national américain. Cette annonce est parue le 1er avril 1996 dans plusieurs grandes maisons d’édition, et a été présentée par un cabinet de relations publiques de grand renom, de sorte que personne n’a douté de la véracité de l’information.

Résultat :

Bien sûr, c’était un poisson d’avril, et à midi, les représentants de Taco Bell révélaient déjà la vérité. Mais la colère des gens ne pouvait plus être apaisée. Des manifestants ont fait irruption aux portes de différents établissements de la chaîne, et les sénateurs de l’État ont même envoyé des lettres à l’administration du parc où se trouvait la célèbre cloche, afin de clarifier la situation. Par conséquent, la chaîne a subi 300 000 $ de pertes, mais en raison de la mention de cet incident dans la presse, et de la réussite de ce canular, l’afflux de clients dans les restaurants a augmenté. Selon les experts, Taco Bell aurait finalement gagné près de 25 millions de dollars grâce à cette histoire.

Publicité explosive

En 2007, la police de Los Angeles a commencé à recevoir des informations selon lesquelles des distributeurs automatiques de journaux contenaient des bombes rouges ressemblant à des émetteurs radio. À cause d’un de ces appareils, un centre médical pour anciens combattants a été évacué, et l’un des distributeurs du journal Los Angeles Times a dû être détruit.

Résultat :

Tout ceci était en fait une mauvaise publicité pour le film Mission Impossible 3. Des témoins oculaires ont rapporté que ces appareils jouaient en fait la fameuse musique du film, mais cela n’a pas pour autant apaisé l’anxiété des gens. Les studios Paramount ont dû payer 75 000 $ pour résoudre ce conflit.

La douleur sans nom des fans de The Big Lebowski

Le 24 janvier, le compte Twitter de Jeff Bridges (qui interprétait Lebowski dans le célèbre film des frères Coen) présentait une mystérieuse vidéo portant la légende : “Tu ne peux pas vivre dans le passé, mec. Reste connecté.” Les fans ont immédiatement partagé ce tweet et ont commencé à discuter de la possible sortie d’une suite du film culte.

Résultat :

La déception des fans fut terrible lorsque, au lieu de la bande annonce tant attendue, une publicité pour une célèbre bière est sortie avec Jeff Bridges dans le rôle du “Duc”, et Sarah Jessica Parker dans le rôle de Carrie Bradshaw de la série Sex and the City.

“Appuyez pour plus d’action.”

Cette vidéo devenue virale est l’un des plus anciens succès d’Internet. Il s’agit d’une campagne publicitaire belge pour une chaîne de télévision américaine, à laquelle les passants ont participé. Il est inutile de la décrire, il suffit de la regarder. Voici la vidéo de cette publicité au cas où tu l’as oubliée, ou que tu ne l’avais jamais vue.

Que penses-tu de toutes ces campagnes de marketing ? Crois-tu qu’il soit permis de tromper ainsi les gens uniquement à des fins promotionnelles ? Laisse ton avis dans les commentaires, et partage cet article avec les personnes de ton entourage !