Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

12 personnes partagent quelques souvenirs de leur enfance et nous plongeons dans la nostalgie et l’émotion avec eux

Dans l'enfance, l'herbe était plus verte, le ciel plus clair et les glaces avaient un meilleur goût. Si seulement on pouvait parfois y retourner au moins pour une journée !

Sympa-sympa.com a rassemblé quelques histoires qui, comme une sorte de machine à remonter le temps, nous renverrons directement à cette merveilleuse époque de notre vie.

  • Depuis tout petit, j'ai toujours eu un rêve. Je voulais lancer un ballon d'hélium dans le ciel pour qu'il aille dans différents pays, où les gens écriraient sur lui leurs noms et celui de leurs pays, avant de le relançer de nouveau dans le ciel. De cette manière, le ballon survolerait le monde entier. Quand j'ai eu 7 ans, mes parents et moi avons lancé un ballon dans le ciel. Après un an, mes parents m'ont ramené "le" ballon ! Il y avait de tout écrit dessus : "Bob of America", "Louis de Paris", "Chani of Japan" ... Ce sont bien entendu mes parents qui l'ont fait, en prenant le soin d'utiliser différentes écritures ! C'est le plus beau souvenir de mon enfance.

  • Un jour, alors que ma sœur et moi étions petits (5 et 6 ans), mes parents nous ont laissés seuls à la maison. Nous n'avions rien de mieux à penser que de jouer à la coiffeuse. À cette époque, la coupe au bol était à la mode. Eh bien on s'est mis un bol sur la tête et on s'est coupés les cheveux. Nos parents étaient furieux.

  • Alors que mon frère et moi n'avions que 6 ans, nous avons décidé d'aller loin de la maison. Après avoir marché un moment, nous étions assez loin de la maison et nous avions très soif, quand nous avons trouvé une flaque d'eau. Mon frère m'a dit que si nous crachions dedans et que la salive ne coulait pas, ça voulait dire qu'on pouvait boire l'eau. Il a craché, la salive a flotté et nous avons donc bu cette eau. Plus tard, j'ai raconté cette histoire à mes parents, mon père nous appelle encore "petits ânes".

  • Aujourd'hui je suis végétarienne, mais durant mon enfance, voici ce qui m'est arrivé. Je passais toujours les étés à la campagne chez ma grand-mère, là où il y avait des chèvres, des poules et des coqs. J'avais toujours peur de ces derniers car il y en avait toujours un qui était méchant. Je me souviens qu'un jour, il m'a poursuivie dans la cour et m'a picoré la tête. Une autre fois, il m'a blessé les épaules, j'en avais tellement peur que je suis restée terrée dans le hangar jusqu'à la nuit. Le lendemain, au déjeuner, mon père m'a dit que ce coq qui me persécutait était dans la soupe que nous étions en train de manger. Je n'ai jamais mangé de viande avec autant de plaisir que ce jour-là.

  • Quand j'étais jeune, il y avait une publicité pour les bandes de cire dépilatoire à la télévision. Une fille retirait une bande de sa jambe et y passait ensuite un mouchoir de soie qui y glissait magnifiquement. Après avoir vu cette publicité si souvent, je faisais la même chose en utilisant du scotch et un châle de ma grand-mère.

  • Je me souviens que quand j'étais enfant, mon père rentrait fatigué du travail et jouait au "cheval mort" avec ma sœur et moi. C'était un homme de deux mètres, et il se laissait tomber sur nous alors que nous étions allongées sur le lit. Pendant une demi-heure, on essayait de ramper pour se sortir de sous lui alors qu'il dormait.

  • J'ai retrouvé mon journal intime de quand j'étais petite fille. Quand j'avais 10 ans, j'ai été très vexée par ma mère, à tel point que je ne lui ai pas parlé de toute la journée. Trois pages du journal ont été consacrées à ma douleur et à l'incompréhension dans laquelle j'étais de la raison pour laquelle ma mère ne m'aimait pas. Tout ça parce qu'elle a donné du poisson à mon frère pour le déjeuner et pas pour moi. P.S : Je ne voulais jamais manger de poisson.

  • À la maternelle, je suis tombée amoureuse d'un garçon. Nous marchions main dans la main, il me donnait des chocolats... un amour... Une fois, j'ai décidé de mettre ma plus belle robe pour lui. Ma mère m'a fait des boucles, et dans l'attente de son admiration, je suis fièrement allée à l'école (bien sûr avec ma mère). Malheureusement, ce garçon était tombé malade et il n'est pas venu pendant une semaine. Quand il est revenu à l'école, je ne l'aimais plus.

  • J'étais une petite fille joufflue. J'avais un gros ventre à cause des délicieux gâteaux que faisait ma grand-mère. Un jour, j'ai entendu dire que pour perdre du ventre, il fallait faire des efforts. Du coup, pendant presque un mois, j'ai dormi sur le dos avec une grosse encyclopédie sur mon ventre.

  • Les plus beaux souvenirs de mon enfance sont associés à la préparation pour aller à l'école, et plus précisément au cacao préparé par ma mère le matin. Une boîte de "Nesquik" se vidait très rapidement parce que j'aimais également le manger sec, sans lait. Maintenant, j'ai deux enfants qui me demandent aussi du cacao le matin. Le pot se vide aussi vite, mais mes enfants n'y sont pour rien... C'est moi qui le mange...

  • J'étais petite, et c'était l'anniversaire de mon père. Ne sachant pas encore écrire les cartes d'anniversaire, je lui ai demandé de l'aide. Nous nous sommes assis dans la cuisine et je lui ai dicté les mots. Quand il a fini de l'écrire, je lui ai offert la carte. Mon père a fait semblant d'être surpris et m'a dit qu'il ne s'y attendait pas.

  • Quand j'étais petite, j'étais très proche de mon père. Chaque soir en rentrant du travail, il me racontait des contes de fées. En général, ces histoires étaient très longues, et il lui fallait donc plusieurs jours pour me les raconter. Ça prenait parfois des semaines. Une fois, mon père devait partir en voyage d'affaires pendant toute une semaine et j'étais très triste. Mais le premier soir, j'ai trouvé plusieurs cassettes numérotées sur mon bureau. Papa avait enregistré pour moi la suite du conte de fées pour que je l'écoute chaque soir durant son voyage !