Sympa
Sympa

18 Moments où les attitudes inconscientes d’un adulte ont marqué la mémoire d’un jeune enfant

Les souvenirs d’enfance durent souvent toute la vie. Malheureusement, tout ce qui se passe pendant ces années d’innocence n’est pas forcément un souvenir amusant. Parfois, les adultes ont des attitudes qui, à leur insu, laissent aux petits des souvenirs amers qui peuvent durer toute une vie.

Chez Sympa, nous avons recueilli certaines des histoires des internautes, qui ont des souvenirs d’enfance peu glorieux et qu’ils se sont efforcés de ne pas répéter avec leurs enfants.

  • J’ai grandi dans un foyer avec mes trois frères. Je me souviens que j’étais une petite fille de cinq ans libre et heureuse, jusqu’au jour où mon père m’a dit : “Viens, ma chérie, assieds-toi sur mes genoux”. Jusqu’à ce jour, je l’adorais, et soudain il m’a dit : “Nous t’aimons beaucoup, mais nous t’avons prise dans un hôpital et nous t’avons élevée”. J’avais l’impression que le ciel et la terre s’enfonçaient et m’écrasaient. Parmi ces trois enfants, il y en avait un qui me rendait la vie misérable en me traitant d’"intruse“. Et quand on demandait à la maîtresse de maison : “Qui est cette fille ?”, sa réponse était toujours : “Je l’ai récupérée dans un hôpital et je l’ai élevée”. Je n’ai plus jamais été libre ni heureuse de ma vie. © Sonia Ríos / Facebook
  • Lorsque ma mère s’est remise avec son ex-partenaire, il ne nous a jamais permis, à ma sœur et moi, de porter des robes ou des jupes. Nous devions toujours porter des pantalons, des pulls par temps chaud ou des chemisiers à manches longues. Nous ne pouvions pas non plus nous couper les cheveux, et quand nous avons grandi, nous ne pouvions pas nous épiler les sourcils, nous maquiller, nous vernir les ongles, et encore moins avoir des amis garçons. En revanche, quand nous étions plus petites, c’était le contraire, avant que ma mère ne se mette avec lui, elle nous coupait les cheveux comme si nous étions des garçons. © Mariana Rocha / Facebook
  • Je n’ai jamais été aimée par mes parents. Toute ma vie, j’ai été comparée à mon frère, il était le plus intelligent, le fils exemplaire, alors que moi, j’étais un “âne”, comme ils disaient, une honte ! Maintenant que je suis adulte et mère à mon tour, j’ai décidé de donner le plus d’amour possible, d’élever ma fille avec amour et respect pour qu’elle soit une enfant très heureuse et plus tard une femme sûre d’elle, sans peurs, qui ne connaîtra jamais la douleur et l’amertume que j’ai vécues. © Akiko Denisu Pavez / Facebook
  • Il y a une boisson spécifique que je ne bois pas parce que lorsque j’allais chez la vieille dame qui était censée s’occuper de nous, elle nous menaçait de nous faire boire cette fameuse boisson et nous endormir. © Ely Ceden Fernández Ramos / Facebook
  • Ma mère m’a confié la responsabilité de surveiller mon frère lorsque nous étions enfants, j’avais six ans et lui trois. J’ai été chargé d’éteindre l’eau qui bouillait sur la cuisinière. Je me suis endormi, l’eau s’est évaporée et le gaz s’est éteint. Deux heures plus tard, quand ma mère est enfin arrivée et a ouvert la porte, toute la maison puait le gaz. On m’a grondé pour avoir mis mon frère en danger et ne pas avoir fait attention à lui. © Jack Medina / Facebook
  • Je n’ai jamais été autorisé à porter les cheveux longs, ni enfant, ni adolescent, ni adulte. J’ai toujours été un fan de rock et j’aimais les cheveux longs, mais à la maison et à l’école, ce n’était pas permis pour les hommes. Maintenant, en tant que vieil homme, j’ai les cheveux longs et je pense qu’il en sera ainsi jusqu’à mon dernier souffle. © Alejandro Lozoya / Facebook
  • Quand nous étions enfants, mes parents n’avaient presque pas de ressources, et une fois à Noël, mon père est allé nous acheter des poupées. Il les portait dans ses bras et les gens pensaient qu’il les vendait. Il a vu une opportunité de faire de l’argent et a dit qu’il les vendait. Il est donc allé en acheter d’autres pour les vendre ; à un moment donné, la police est venue l’arrêter parce que c’était interdit. Nous avons passé Noël sans poupées et avec mon père en prison jusqu’au lendemain. Je pense que c’est pour cela que je n’aime pas Noël et que cela me rend très nostalgique. © Elizabeth Montoya Urrego / Facebook
  • Ma mère appelait toujours mes frères et sœurs “mon fils”, “ma fille”. Et moi, alors ? Quand je lui demande pourquoi elle ne m’a pas appelée “ma fille”, elle se met en colère et me dit que je me souviens de tout et que je suis rancunière. Et il y a d’autres choses qui me font encore mal. © Paty Garcia / Facebook
  • À 17 ans, j’avais un petit ami, que je n’aimais pas vraiment, mais j’aimais passer du temps avec lui et je me disais : “Peut-être qu’un jour je l’aimerai”. Il m’a toujours dit qu’il m’aimait beaucoup. Il m’aimait tellement qu’un jour je l’ai trouvé en train d’embrasser ma sœur. Je me fiche de ce qui a bien pu se passer entre eux, mais ce qui m’a brisé le cœur plus que la “trahison” de ma sœur et de ce petit ami qui disait m’aimer tant, c’est ce que ma mère m’a dit.
    Elle a découvert la situation, parce que je lui ai évidemment dit, et sa réponse a été : “Eh bien, à quoi t’attendais-tu ? Je trouvais étrange que ce garçon te remarque. Je pense qu’il a joué avec toi ou que sais-je. Ta sœur est vraiment jolie et ce n’est pas sa faute s’il est tombé amoureux d’elle, et je te dis une fois pour toutes que si tu te mêles de son bonheur, tu n’y mettras pas fin”. J’ai entendu ça. Je n’arrivais pas le croire. Je ne peux toujours pas lui pardonner. Je l’aime, c’est ma mère, mais je suis si heureuse loin d’elle. Je vis dans un autre État et je ne la vois qu’une fois par an. © Mara Ramos / Facebook
  • J’ai une sœur qui a six ans de moins que moi. Nous avons le même père, mais pas la même mère. Notre père traînait toujours avec les enfants des voisins et nous ignorait pratiquement. Une fois, ils ont organisé une fête d’anniversaire pour mon voisin et ont invité mon père et sa nouvelle femme. Ma sœur est allée chez moi pour pouvoir assister à la fête avec moi, elle avait environ cinq ans et moi 11, mais mon père nous a renvoyées à la maison et nous a dit qu’il nous donnerait quelque chose à manger à travers la clôture de la cour qui séparait la maison du voisin et notre maison. Ma sœur a beaucoup pleuré, elle s’est sentie humiliée et blessée.
    Je ne peux pas oublier ce jour-là, je lui ai promis que je serais toujours à ses côtés. Depuis ce jour, le peu d’affection que j’avais pour mon père a disparu. Aujourd’hui, nous sommes adultes, elle a un beau bébé et nous sommes toujours ces filles soudées qui s’aiment inconditionnellement, mais elle a été trop blessée par ce genre de rejet mais moi à 32 ans, je ne veux toujours pas avoir d’enfants. © Anita Dominguez / Facebook
  • Lorsque j’ai terminé mes années de lycée et voulu faire des études supérieures, il y avait deux options qui m’intéressaient, travailler en tant qu’assistante sociale ou les sciences de la communication. Lorsque j’en ai parlé à mes parents, leur réponse a été : “Non, parce que tu vas passer pour une folle” (avec les garçons), et lorsque j’ai insisté sur le travail social, ils ont dit : “Tu vas mourir de faim si tu étudies cela” (ma mère a étudié cela dans sa jeunesse et a eu un bon travail). Bref, ils préféraient me voir mariée à 20 ans, mais maintenant ils disent que je ne voulais pas étudier parce que j’avais l’air d’une folle. © May Dugram / Facebook
  • Une fois, à l’occasion de la journée de la femme, le professeur de ma classe a demandé à tous les garçons de verser une petite somme pour acheter un chocolat pour les filles de la classe et le leur offrir. Quand les chocolats sont arrivés, elle a dit aux garçons d’en prendre un et de l’offrir à n’importe quelle fille de la classe. La boîte était pleine et petit à petit, j’ai vu les chocolats disparaître au fur et à mesure que les enfants les distribuaient à chaque fille, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus un seul, et devinez qui n’a pas eu de chocolat ? Je me suis sentie très triste, mais j’ai réussi à très bien le cacher. La maîtresse s’est seulement excusée en disant que je n’en avais pas eu parce que je lui avais dit à plusieurs reprises que je ne pouvais pas participer à des activités qui impliquaient de l’argent, car mes parents ne pouvaient pas se le permettre, et que c’était la raison pour laquelle je n’avais pas eu de chocolat ce jour-là. © Lidiany Quiñonez / Facebook
  • Mon fils ne peut oublier que lorsqu’il avait environ trois ans, il jouait sur le trottoir avec ses voitures Hot Wheels, un garçon est passé et en a pris une, comme ça, sans rien dire. Mon fils l’a juste regardé sans savoir quoi faire. Aujourd’hui encore, il aime les voitures et les collectionne. © Lïra Yenïffër / Facebook
  • J’ai été élevée par ma grand-mère maternelle et depuis que je suis enfant, elle m’a toujours mal traitée, il n’y avait jamais un mot d’affection. Elle me criait toujours que j’étais folle et que je venais d’une famille avec des problèmes mentaux. C’est quelque chose que j’ai gardé en moi et il est difficile de grandir avec ça. Néanmoins, je n’ai pas reproduit ce schéma avec ma fille. © Silvia Vega Cardona / Facebook

Quelles sont les choses qui te sont arrivées à l’école ou quand tu étais enfant, et qui étaient si choquantes que tu t’en souviens encore aujourd’hui ?

Photo de couverture Vilma Ana / Facebook
Sympa/Gens/18 Moments où les attitudes inconscientes d’un adulte ont marqué la mémoire d’un jeune enfant
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire