Sympa

6 Grands écrivains qui étaient loin de l’image du mari idéal (il n’y a qu’à regarder l’attitude de Saint-Exupéry)

Le talent ne rime pas toujours avec les qualités humaines et les principes moraux. Les épouses de personnages célèbres et talentueux ont parfois dû endurer le mauvais caractère de leurs époux, ainsi que leurs caprices et leurs infidélités, au nom de l’amour.

Chez Sympa, nous avons étudié d’un peu plus près les biographies de quelques écrivains de renom, et nous avons découvert quel genre de maris et d’hommes ils étaient dans la vie.

Mikhaïl Boulgakov a forcé sa femme à aller lui chercher des doses de morphine en la menaçant avec un revolver.

Tatiana Nikolayevna Lappa fut la première femme de Mikhaïl Boulgakov. Peu après leur mariage, la Première Guerre mondiale a éclaté, et l’écrivain russe a dû aller au front. Sa femme l’a suivi et a commencé à travailler comme infirmière.

  • Un jour, afin de ne pas attraper la diphtérie, il s’est injecté lui-même un vaccin très douloureux. La morphine l’a aidé à endurer la douleur, et l’écrivain est rapidement devenu accro. Quand son corps a eu besoin d’une dose, Boulgakov est devenu dangereux : il a forcé sa femme à aller lui trouver sa drogue, et il l’a même menacée avec un revolver. Du coup, Tatiana a commencé à réduire graduellement les doses de morphine qu’elle lui rapportait en les diluant avec de l’eau.
  • Quand Mikhaïl attrapa le typhus, Tatiana le sauva en prenant soin de lui, vendant tous ses bijoux pour acheter de la nourriture pour son bien-aimé.
  • Tatiana a activement aidé son époux à écrire La Garde Blanche, l’une de ses œuvres les plus célèbres. Peu après, le succès de ce livre a uniquement été attribué à Mikhaïl Boulgakov, attirant de nombreux amateurs de “son” style littéraire.
  • Plus tard, il avouera en toute franchise à sa femme qu’il avait besoin de rencontrer des femmes dans le cadre de son travail, et que la jalousie de cette dernière l’en empêchait. Il lui expliqua ainsi que le divorce était la solution la plus pratique.
  • Le couple s’est séparé, et Mikhaïl s’est remarié. Tatiana n’a jamais pu lui pardonner. Elle est décédée à l’âge de 90 ans, ayant donc vécu 42 ans de plus que son ancien époux.

Pourtant, l’amour et la tendresse n’étaient pas des sentiments étrangers à Boulgakov : il aimait beaucoup sa famille et entretenait une relation étroite avec elle. D’ailleurs, son livre La Garde Blanche, contant l’histoire de la famille Tourbine, est une œuvre autobiographique. Des chercheurs ont découvert que chacun des personnages du roman correspondait en fait aux amis de jeunesse de Mikhaïl Boulgakov.

Alexandre Blok avait sa propre idée du concept de fidélité conjugale, et il trompait sa femme sans le moindre scrupule.

Liubov Mendeleïev, la fille du célèbre chimiste Dmitri Mendeleïev, a décrit dans ses mémoires la relation qu’elle entretenait avec le poète russe. Des sentiments mutuels sont nés entre eux alors qu’ils n’étaient encore que des adolescents.

  • Alexandre Blok avait une manière très particulière d’exprimer son amour : il rendait un véritable culte à Liubov. Dans ses poèmes, la femme était d’ailleurs érigée sur un piédestal, et décrite comme inaccessible. C’est pourquoi, lorsqu’ils se marièrent, le poète refusa catégoriquement tout plaisir charnel avec sa femme. Liubov a passé sa nuit de noces à sangloter de honte et d’humiliation. Cette histoire d’abstinence conjugale a quand même duré près de deux ans ! Mais la femme a fini par réussir à “convaincre” le poète.
  • Blok expliquait son abstinence par le fait qu’il ne voulait pas entacher les sentiments si purs qu’il avait pour sa femme. Par conséquent, il préférait la tromper, ne se cachant aucunement de ses nombreuses liaisons extra-conjugales. Il se décrivait d’ailleurs ainsi : “Dans ma vie, il n’y a eu que deux femmes : Liubov et toutes les autres.”
  • Le poète ne pouvait pas devenir père, parce qu’il a eu la syphilis dans sa jeunesse. Liubov a souffert du fait qu’ils ne pouvaient pas avoir d’enfants, et en même temps, elle avait de la peine pour son mari.
  • Alexandre Blok ressentait constamment le besoin de vivre de nouvelles aventures, alors que Liubov rêvait d’une famille unie. Ses rêves ne se sont pas réalisés, et finalement, la femme a suivi le même chemin que son mari, et ils ont commencé à se tromper mutuellement pendant des années. Il en a résulté une relation “compliquée”, et de fréquentes disputes.
  • Lorsque la Première Guerre mondiale a commencé, Liubov est allée au front en tant qu’infirmière, en mettant un terme à la relation qu’elle entretenait avec l’écrivain. Elle manquait terriblement à Blok qui a commencé à noyer sa tristesse dans le vin et dans la luxure.

Alexandre Blok est mort jeune, à 40 ans, et Liubov Mendeleïev ne s’est jamais remariée.

Journal intime, luxure, paternité de 13 enfants, et mœurs particulières de Léon Tolstoï.

Quand ils se sont mariés, Léon et Sophie Tolstoï avaient respectivement 34 et 18 ans. Il avait déjà une grande expérience, chose que sa femme a découvert à travers son journal intime. Dans un élan d’honnêteté, l’écrivain avait décidé de le lui donner pour qu’elle le lise. Sophie a été choquée losqu’elle s’est rendu compte que son mari cherchait à séduire les femmes de chambre, et son seul choix était de n’embaucher alors que des femmes bien plus âgées.

  • Bien que Léon Tolstoï condamnait les pensées lubriques, il a quand même eu 13 enfants avec Sophie. Il accusait d’ailleurs souvent sa femme de ne pas être capable de satisfaire son “appétit voluptueux.”
  • L’écrivain laissait toutes les tâches quotidiennes, aussi bien domestiques, économiques et familiales, à la charge de sa femme.
  • Un jour, Léon Tolstoï a fait un tel scandale à sa femme Sophie, en hurlant et en brisant de la vaisselle, que celle-ci qui était enceinte, fit une fausse couche.
  • On ne sait pas si c’était de son plein gré ou non, mais Sophie a réécrit Guerre et Paix sept fois à la main ! Et en guise de remerciements, l’écrivain la considérait comme une source constante d’irritation.
  • Sophie Tolstoï était préoccupée, à raison, par la décision de l’écrivain de renoncer à ses droits de propriété, à son héritage, et même aux revenus tirés de ses livres. Sophie devint furieuse quand Léon commença à donner des sacs remplis d’argent autour de lui.
  • Elle a aussi tenté de se suicider : la femme de l’écrivain a voulu se jeter sous un train, comme Ana Karenine. Malgré tout, ils sont restés mariés 48 ans, même si la fin de leur histoire fut bien triste : Léon tostoï s’est enfui de chez lui, soit-disant à cause du contrôle total que sa femme avait sur lui. Il est mort dans la maison du chef de gare d’Astapovo. Compte tenu de la décision commune de leurs enfants et des médecins, Sophie n’a pas été autorisée à revoir Léon. Elle ne put rendre visite à son mari mourant que lorsqu’il était déjà inconscient.

Malgré les difficultés de leur relation, il y avait tout de même de l’amour entre eux. Et les notes laissées dans son journal le montrent bien : “Je l’aime terriblement, et seul ce sentiment me possède, m’envahit complètement...”, écrivait Sophie en son temps. “Plus j’apprends à le connaître, plus je l’aime. Chaque jour qui passe, je me dis que je ne l’avais jamais aimé comme ça auparavant. Et de plus en plus. Rien d’autre que lui et ses intérêts n’existent pour moi.” Léon Tolstoï a également noté dans son journal à propos de sa femme : “Un bonheur incroyable. C’est impossible que ça prenne fin un jour... Je l’aime de plus en plus. Elle est si charmante.”

L’amour et la jalousie ont conduit la femme d’Antoine de Saint-Exupéry dans un hôpital psychiatrique.

L’histoire d’amour de ce couple a commencé en Argentine, où ils ont été présentés l’un à l’autre par un ami commun. Consuelo Suncín Sandoval, 26 ans, était déjà veuve à deux reprises, et Antoine de Saint-Exupéry est tombé amoureux de la jeune femme dès le premier regard. Une semaine plus tard, il l’a demandée en mariage et lui a offert son cœur. En raison de sa relation avec Antoine, Consuelo a perdu une importante pension, de nombreux avantages sociaux, et une partie des biens auxquels elle avait droit en tant que veuve d’un ancien diplomate guatémaltèque.

  • L’écrivain ne s’est pas empressé de se marier, prétextant tantôt l’absence de sa famille en Argentine, ou bien son éloignement de Paris. Mais, finalement, le mariage a tout de même eu lieu.
  • Antoine comptait une liste impressionnante de maîtresses. Consuelo a aussi commencé à tromper son mari, mais elle devint furieuse le jour où elle s’est rendu compte que, aux yeux de son époux, elle passait au second plan, après ses maîtresses. Les disputes et les scandales sont devenus une partie intégrante de leur vie. Antoine de Saint-Exupéry s’est mis à garder sa femme à une certaine distance, situation qui rendait Consuelo folle de rage.
  • La jalousie a fini par s’emparer complètement d’elle, se transformant en véritable névrose, et après une énième dispute avec le célèbre écrivain, elle s’est retrouvée internée dans un hôpital psychiatrique. Consuelo a aussi été soignée une autre fois dans un hôpital psychiatrique, après avoir appris que son mari a failli mourir dans un accident d’avion. Malgré cette relation compliquée, Consuelo découvrit qu’Antoine avait une maîtresse régulière, sa muse, dont parlait tout Paris.
  • Les interminables séparations et infidélités épuisèrent le couple, surtout Consuelo, qui se sentait très seule. Mais son mari lui expliqua un jour son point de vue sur le mariage : “Tu es ma femme, ma chère femme, je t’apprécie à chaque instant de ma vie. Tu dois être capable de me comprendre comme une mère comprend son enfant. J’ai besoin de ce genre d’amour.”

Juger les relations des autres n’est pas la tâche la plus noble, mais leurs amis communs les décrivaient comme deux personnes totalement incompatibles, mais qui comme des aimants, s’attiraient mutuellement. Les amis d’Antoine parlaient de lui comme d’une personne gentille et romantique, tandis que sa femme, au contraire, était décrite comme cynique et indifférente.

Promesses non tenues et cinq ans de correspondance amoureuse pour Kafka.

Franz Kafka a vécu une histoire d’amour très étrange avec Felice Bauer : une relation d’environ cinq ans, essentiellement basée sur des lettres d’amour.

  • La première lettre que l’écrivain austro-hongrois écrivit à Felice date du 20 septembre 1912. Suivirent une deuxième, puis une troisième, etc... Et Felice n’y était pas indifférente. Kafka a écrit : “...Même si les trois directeurs adjoints se trouvaient dans mon bureau, là, maintenant, regardant par-dessus mon épaule, je lui répondrais quand même et sans délai, parce que sa lettre est tombée sur moi comme un cadeau du ciel...”
  • Franz Kafka a demandé la jeune femme en mariage à deux reprises, elle a accepté à chaque fois, mais il n’a jamais osé franchir le pas. Leur relation épistolaire était très importante pour Kafka, qui créait ses meilleures œuvres pendant qu’elle rêvait de fonder une famille. Plus tard, leur correspondance attirera l’attention non seulement des philologues, mais aussi des jeunes romantiques.
  • En plus du fait que Felice a fini par en avoir assez de cette attente épuisante, il y a eu un événement nouveau. Franz a commencé à s’intéresser à Grete Bloch, une amie de Felice, et il a écrit à sa fiancée qu’il aimerait qu’ils vivent ensemble, tous les trois.

Les deux jeunes femmes ont accusé Kafka de mentir. Naturellement, Felice et lui se sont séparés. Elle s’est mariée et est partie vivre aux États-Unis.

Dostoïevski a forcé sa femme à lui donner de l’argent qu’il a immédiatement perdu à la roulette.

  • Le célèbre écrivain russe était un joueur qui volait constamment de l’argent à sa femme Anna. Fiodor Dostoïevski pensait savoir comment gagner de l’argent, mais il finissait toujours par tout perdre.
  • À chaque fois que Fiodor perdait tout son argent à la roulette, il essayait immédiatement d’en retrouver, par tous les moyens, dans le seul but d’assouvir ses pulsions. Anna a tenté d’aider son mari de toutes les manières possibles, bien que sa dépendance au jeu l’épuisait. Il lui est souvent arrivé de mettre des objets en gage, et de perdre immédiatement l’argent reçu en échange.
  • Une fois, Dostoïevski a perdu tellement d’argent qu’il n’avait même plus les moyens d’acheter un billet de train pour rentrer chez lui (il se trouvait en Allemagne). L’écrivain a alors demandé à sa femme de lui envoyer de l’argent, qu’il a immédiatement perdu dans le jeu. Il lui a fallu un mois pour rentrer chez lui.
  • Anna a enduré sans jamais broncher les difficultés liées à ce vice, bien que cela n’était pas facile. Et au bout du compte, sa patience, son soutien et son amour ont aidé l’écrivain à se débarrasser de sa dépendance. Il est à noter qu’Anna admirait l’œuvre de son mari avant même de le rencontrer. C’est d’ailleurs peut-être le fait d’honorer son talent qui lui donnait sa force. En signe de gratitude, Fiodor Dostoïevski a dédié son dernier roman, Les Frères Karamazov, à son épouse.

Toutes les souffrances que le couple a enduré ensemble n’ont fait que les rapprocher, les faire s’apprécier, et mieux se comprendre. Ils sont devenus une famille soudée, et c’est ce qui les a aidés à faire face aux épreuves de la vie.

Penses-tu que les personnes talentueuses ont toujours un caractère compliqué, ou y a-t-il des exceptions ? Laisse un message dans les commentaires, et partage cet article avec les personnes de ton entourage !

Photo de couverture AKG Images / Eastnews