Sympa

À 6 ans, il a réalisé son rêve d’amener l’eau potable en Afrique et maintenant, il dirige sa propre fondation

L’eau est un élément fondamental pour le développement de la vie. Toutefois, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’UNICEF, à travers le rapport Progress on drinking water, sanitation and hygiene 2000–2017, 1 personne sur 3 dans le monde n’a pas accès à l’eau potable, aux services d’assainissement et à des installations destinées au lavage des mains. Malheureusement, ce n’est pas nouveau. Depuis toujours, les pays disposant de faibles ressources sont confrontés à cette réalité. Mais par chance, de nombreuses personnes veulent changer les choses. Ryan Hreljac, par exemple âgé de seulement 6 ans, a trouvé une solution pour en venir à bout de cette problématique. Il a décidé d’œuvrer pour les personnes dans le besoin. En 2001, il a fondé la Ryan Well’s Foundation, qui assure de l’eau potable et des solutions sanitaires aux pays en développement.

Chez Sympa, nous souhaitons partager cette histoire inspirante qui prouve que l’âge n’est pas un frein pour changer le monde lorsque nous voulons aider notre prochain.

Les premiers pas

Tout a commencé en 1998, lorsque Ryan, écolier à l’époque, a été ému face à l’explication de l’une de ses enseignantes : en Afrique, des milliers de personnes devaient marcher 16 kilomètres par jour pour avoir accès à l’eau potable et beaucoup d’entre elles décédaient chaque année en essayant d’y parvenir. En rentrant chez lui, le jeune garçon a parlé avec ses parents et a décidé de mettre les mains à la pâte pour inverser cette réalité.

Il a commencé à faire des tâches domestiques pour lesquelles ses parents le rémunéraient 70 dollars chaque quatre mois, il souhaitait donner cet argent à des associations qui fournissent des solutions hygiéniques aux régions les plus touchées. Quand il a pris contact avec WaterCan, ils l’ont informé que l’argent récolté n’était pas suffisant et qu’ils avaient besoin de 2000 dollars pour construire un puits.

Un rêve, une communauté

Loin d’abandonner son idée, Ryan ne s’est pas avoué vaincu. Il était conscient qu’il ne serait pas capable de réunir cette somme avec l’aide de ses parents seuls, alors il a décidé d’inclure plus de personnes à son projet, comme ses amis, ses connaissances et des organisations de sa ville. Au bout d’un an et grâce à l’aide financière de toutes les personnes sensibles à cette cause, il est parvenu à atteindre l’objectif fixé.

Premier puits

Il est retourné à WaterCan avec l’argent nécessaire et a été interviewé par Gizaw Shibru, l’un des dirigeants de l’organisation, avec qui il a décidé du lieu de construction du puits : l’école Angolo Primary School de la ville d’Oral, Ouganda. Le puits a été construit en 1999.

En 2000, un cadre de son voisinage a offert à la famille Hreljac sa carte de points aériens pour qu’elle puisse voyager jusqu’à l’Ouganda pour assister à l’inauguration de ce grand rêve qui changerait la qualité de vie de tous les habitants.

La naissance de la Ryan’s Well Foundation

Le petit Ryan aurait pu s’arrêter là après avoir atteint son objectif de construire un puits en Afrique, mais son ambition était très grande, alors il a décidé de continuer cette tâche et de créer une fondation destinée à trouver des solutions pour améliorer l’accès à l’eau potable.

Actuellement, grâce à l’effort d’une équipe multidisciplinaire, la Ryan’s Well Foundation est à l’origine de plus de 12000 puits dans différents pays en voie de développement.

De l’Ouganda au monde entier

La fondation n’apporte pas seulement des solutions sanitaires et de l’eau potable, elle cherche également à éduquer et à sensibiliser sur son importance, ainsi que la bonne hygiène des pays en voie de développement. Ils ont atteint une portée planétaire et réalisent des actions dans différents pays comme le Burkina Faso, l’Éthiopie, le Ghana, le Guatemala, la Guyane, Haïti, l’Inde, le Kenya, le Lesotho, le Malawi, le Mexique, le Nigéria, la Tanzanie, le Togo, la Zambie et le Zimbabwe.

Un exemple à suivre

Comme l’a expliqué Ryan, lorsqu’il a décidé d’entreprendre sa première action solidaire, il était comme n’importe quel enfant de son âge : il jouait aux jeux vidéo avec ses amis et n’avait pas de grandes préoccupations. Mais prenant connaissance de la situation, le petit garçon n’a pas pu rester les bras croisés.

Avec une carrière prometteuse dans le domaine de l’humanitaire, le responsable de la Ryan’s Well Foundation invite les personnes intéressées par ses actions à s’impliquer et à agir bien que cela puisse sembler impossible : “Sors de ta zone de confort, lève la main, tu ne sais jamais l’impact que tu peux générer !”, a-t-il affirmé.

Que penses-tu du projet de Ryan ? Connaissais-tu son histoire ? Quelles autres initiatives sont envisageables pour que plus de personnes aient accès à l’eau potable ? N’hésite pas à partager ton avis dans les commentaires, nous serons ravis de les lire !