Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Les scientifiques osent parfois faire des expériences pires que celles que l’on voit dans les films de science-fiction, en voici 9 exemples

On dit parfois que les scientifiques sont des savants-fous. Dans cette profession, nombreux sont ceux qui éprouvent un désir ardent de connaître l'inconnu. Cela mène souvent à de grandes découvertes, mais parfois en faisant d'horribles expériences dépassant de loin toute éthique.

Chez Sympa, nous avons trouvé pour toi 9 exemples des expériences les plus folles effectuées par des scientifiques.

Les expériences de l'armée sur le LSD.

Au mois d'août 1951, dans la ville de Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, il y a eu une épidémie de psychose qui a touché environ 500 personnes et tué 7 d'entre elles.

Certaines théories affirment que ceci était une expérience menée par la CIA dans le cadre du projet MK Ultra. En 1949, diverses expériences sur l'utilisation d'un nouveau médicament, le LSD, ont commencé à se dérouler aux États-Unis, afin de chercher à l'utiliser en tant qu'arme. Après avoir pénétré le corps humain, cette substance modifie la perception de la réalité, conduisant l'ennemi à une incapacité d'agir absolue.

Certains chercheurs pensent sérieusement que les habitants de la ville de Pont-Saint-Esprit ont halluciné sous l'influence du LSD qui aurait été introduit dans le pain. On a également soupçonné que l'entreprise chimique Sandoz développait en très grande quantité une arme psychique pour la CIA.

Quel est le poids de l'âme ?

En 1901, le Dr Duncan MacDougall a décidé de découvrir si l'âme humaine pesait quelque chose. Le scientifique a rassemblé un groupe de patients gravement malades et a soigneusement enregistré tous les changements qui se produisaient chez eux. Au moment de la mort, le poids de chaque sujet aurait diminué d'exactement 21 grammes. Ne trouvant aucune autre explication, le Dr McDougall a déduit que ces 21 grammes correspondaient au poids de l'âme.

Le scientifique a étudié tous les aspects qui auraient pu causer ce changement de poids, comme l'expiration de l'air des poumons, l'évaporation de la sueur ou la vidange de l'intestin, mais rien de tout cela n'est venu remplacer les 21 grammes manquants.

Alors le docteur a exécuté une série d'expériences semblable sur des animaux, mais n'a obtenu aucun résultat, ce qui a d'ailleurs confirmé sa théorie selon laquelle les animaux n'auraient aucune âme. Le Dr McDougall avait l'intention de poursuivre les expériences à plus grande échelle, mais il décéda subitement en 1920, et ses investigations prirent fin.

La digestion en direct.

Un jour, le chirurgien William Beaumont a reçu un patient inhabituel : Alexis St. Martin, qui s'était fait tirer dessus alors qu'il chassait, et avait un trou béant au milieu du ventre. Malgré la gravité de la blessure, le patient survécut, mais le trou dans son estomac ne s'est pas refermé, ce qui a donné l'occasion à ce chirurgien curieux d'étudier le système digestif.

Beaumont proposa au patient de rester avec lui pour effectuer différentes expériences : par exemple, il prélevait de la nourriture dans l'estomac de son patient, directement à travers le trou, afin d'observer ce qui lui arrivait. Il a ainsi découvert le rôle des sucs gastriques dans la digestion. Il semblerait qu'aucun patient n'aurait pu endurer quelque chose comme ça, mais Alexis St. Martin est régulièrement retourné chez le médecin pour continuer ces expériences. Par la suite, le Dr Beaumont a écrit un recueil dans lequel il relatait ses découvertes, et après sa publication, il reçut le surnom de "père de la physiologie gastro-intestinale".

Chauves-souris explosives.

Les scientifiques sont parfois complètement fous. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont travaillé sur un projet de formation de chauves-souris kamikazes pour bombarder les Japonais. Le dentiste Little Adams a suggéré cette idée à la Maison Blanche en 1942, après avoir visité une grotte remplie de chauves-souris au Nouveau-Mexique. Il lui est venu à l'idée d'attacher des mini-explosifs à ces animaux et d'utiliser leur écholocation à des fins militaires. Les chauves-souris lâchées au-dessus du Japon se réfugieraient automatiquement dans les recoins de tous les bâtiments des villes ennemies, après quoi les bombes seraient activées à distance.

Le Corps des Marines a donc commencé à capturer des milliers de chauves-souris, et a développer des explosifs adaptés à ce plan, mais en 1943 le projet a été annulé, probablement en raison des progrès dans les recherches sur la bombe atomique.

Expérience de libération du cerveau.

L'une des expériences les plus horribles a été pratiquée par le scientifique John Lilly.
Suivant son désir de déconnecter les stimuli externes du cerveau, il a inventé la première chambre de pression isolée (caisson de privation sensorielle) du monde, dans laquelle les sujets pouvaient demeurer pendant très longtemps dans un état d'isolement sensoriel total. Les volontaires recevaient de puissants psychotropes avant de s'immerger dans l'eau d'un caisson où ils ne voyaient et ne ressentaient absolument rien. Ceci a été appelé "expérience de libération du cerveau". L'isolement sensoriel total associé à l'effet des drogues agissait de manière destructrice sur le cerveau, la réalité se mêlait aux illusions, et d'importants troubles mentaux pouvaient se développer.

Ce sont probablement les expériences de ce scientifique, ainsi que le concept de chambre de privation sensorielle qui ont inspiré les réalisateurs de la fameuse série Stranger Things.

Le premier cyborg.

Kevin Warwick, professeur de Cybernétique, était tellement intéressé par l'étude des robots qu'il décida de devenir lui-même le premier cyborg. En 1998, il a implanté une puce RFID sur sa peau, à l'aide de laquelle il lui a été possible de contrôler le fonctionnement de portes, lampes, radiateurs et autres appareils pouvant être manipulés par ordinateur.

En 2002, Kevin Warwick est réellement devenu un cyborg. Pour ce faire, ila eu besoin de matériel électronique sophistiqué, de l'aide d'un chirurgien, et d'une bonne dose de courage : en effet, tout le monde ne serait pas forcément motivé à intégrer une interface neurale à son propre système nerveux ! Maintenant, l'enseignant est l'heureux propriétaire d'une main bionique qui peut répéter à distance tous les mouvements qu'il désire. Le scientifique a un site web que tu peux consulter ici.

L'éducation d'un singe par l'Homme.

Il existe beaucoup de cas d'enfants humains élevés par des animaux. Mais il n'y a jamais eu d'exemple inverse. Le psychologue Winthrop Kellogg a décidé de savoir ce qui se passerait si la situation était inversée.

Pour mener son expérience à bien, le scientifique a ramené chez lui un chimpanzé femelle prénommé Gua, âgé de 7 mois. Avec sa femme, Winthrop Kellogg a commencé l'élever exactement de la même manière que Donald, leur fils de 9 mois. Cependant, leurs constantes tentatives pour développer les compétences sociales chez le singe n'ont conduit à rien. Au contraire, c'est Donald qui a même commencé à perdre ses qualités humaines. Quant au bout de 9 mois, Donald a commencé à demander de la nourriture en émettant le cri caractéristique d'un singe, il est devenu clair que l'expérience devrait cesser. Gua a été envoyée dans un centre pour primates et on n'en a plus jamais entendu parler.

Contrôler un taureau à distance.

Un journée de l'année 1963, un employé de l'Université de Yale, José Delgado, se trouvait dans une arène, sous un soleil brûlant. Il y avait également sur place un énorme taureau furieux. Un spectateur présent aurait pu voir le taureau charger vers l'homme qui, en appuyant sur le bouton d'une télécommande, provoqua l'arrêt brusque du taureau, qui fit demi-tour et reparti paisiblement. Magique ? Non, scientifique !

Dans le cerveau de l'animal, on avait préalablement implanté une puce capable de recevoir un signal électrique qui affecterait le comportement du taureau, ou plus précisément, qui stimulerait différentes zones de son cerveau. Ces stimulations pouvaient faire bouger les différents membres du taureau, contrôler ses émotions et son appétit.

Cela ressemble vraiment à de la science-fiction. Dans les années 1970 et 1980, les études dans le domaine de la stimulation électrique du cerveau ont progressivement diminué, notamment sous l'influence du grand public qui craignait que, de la même manière, il soit un jour possible de contrôler un cerveau humain.

Seul dans le noir.

Un géologue français de 23 ans, Michel Siffre, a décidé de subir une expérience qui a reçu le nom de "Hors du temps".

En 1962, le scientifique a vécu pendant 2 mois dans un glacier souterrain de 100 mètres de profondeur. La température de l'eau dans la grotte était proche de 0ºC, et l'humidité y était de 98%. Juste une fois, le scientifique s'est trouvé au bord de la folie, alors qu'il commençait à chanter et à danser. Quand Michel Siffre a quitté la grotte, il était persuadé que la date correspondait au 20 août, alors que c'était déjà le 14 septembre. Son esprit avait perdu la notion du temps, mais pas son corps. Alors qu'il vivait dans la grotte, le scientifique appelait ses assistants à chaque fois qu'il se réveillait, qu'il allait se coucher, ou qu'il mangeait. Michel Siffre a ainsi découvert le principe de l'horloge interne.

Pense-tu que ce type de recherches profite réellement à l'humanité ? Laisse ton opinion dans les commentaires !

Photo de couverture netflix