Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

10 Effets psychologiques qui dirigent notre vie

Nous pensons que nos actions sont vraiment le résultat de nos décisions, et pourtant, rien n'est moins sûr. Le cerveau parvient toujours à nous tromper, en modifiant notre perception de la réalité.

Sympa-sympa.com te présente les 10 effets psychologiques qui dirigent notre comportement, la plupart du temps sans que nous nous en rendions compte.

Le syndrome de la grenouille chauffée

Ce syndrome se base sur une véritable expérience : si tu introduis une grenouille dans l'eau à une température confortable pour elle et que tu commences à la chauffer doucement, la grenouille utilisera toutes ses forces pour stabiliser sa température corporelle ; quand l'eau commencera à bouillir, elle ne sera plus capable de sauter et mourra. Cependant, si nous la mettons directement dans un récipient avec de l'eau bouillante, elle sautera immédiatement.

Il se passe la même chose avec les personnes ; quand elles sont confrontées à une situation désagréable, mais qui ne menace pas leur existence, elles préfèrent supporter les petites gènes constantes jusqu'à ce qu'elles s'épuisent émotionnellement. Les relations douloureuses avec les proches, un travail insupportable... font partie des pièges dans lesquels nous nous mettons nous-mêmes sans prendre l'initiative de les changer.

Esprit conservateur

Souvent, notre cerveau s'accroche à de vieilles idées qui sont fermement ancrées chez la majorité des personnes, et se refuse à intégrer des idées nouvelles et fiables. Un exemple classique : pendant longtemps, les gens n'acceptèrent pas le fait que la Terre est ronde (c'est toujours le cas pour certains d'ailleurs). En effet, l'information que la terre était plate était plus "pratique" à assimiler par le cerveau, et nous le savons, tout ce qui est nouveau fait peur !

Dans la vie quotidienne, nous sommes nombreux à être extrêmement conservateurs : il nous est difficile de nous débarrasser d'une information obsolète et, aussi, de sentiments qui n'ont plus lieu d'être.

L'effet autruche

Quand les choses vont très mal, nous ne souhaitons parfois pas analyser les origines de nos malheurs, tout comme l'autruche, qui enterre sa tête dans le sable quand elle a peur. Nous ignorons l'information alarmante et nous préférons ne pas penser au problème. Par exemple, nous sommes contents que le professeur nous annonce qu'il ne rend pas les copies quand nous pensons avoir une mauvaise note et préférons ne pas connaître le résultat.

Le biais cognitif

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le fait que nous ne puissions pas reconnaître les distorsions cognitives en nous-même est en soi-même une distorsion. Le "biais cognitif" en est une, par exemple. Les gens tendent à percevoir les erreurs dans le comportement des autres mais ils ignorent les leurs (même les plus évidentes). Selon les études, toute personne à expérimenté au moins une fois dans sa vie cet effet.

Heuristique de disponibilité

Quand nous prenons une décision, nous surestimons l'importance de l'information disponible. Par exemple, une personne qui défend une mauvaise habitude dira qu'elle connait quelqu'un qui fumait 3 paquets de cigarettes par jour et qui a vécu jusqu'à 100 ans. Le cerveau exclut la probabilité que cet exemple, même s'il a été inventé, soit impossible. Automatiquement, la personne extrapole l'exemple utile pour e conforter dans sa situation et cesse de se préoccuper.

Effet Dunning-Kruger

Quand nous réussissons bien quelque chose de nouveau, notre ego gonfle brusquement, mais de manière biaisée et excessive. C'est pour cela que des petits nouveaux se retrouvent à donner des conseils aux plus expérimentés de leur entreprise sans se rendre compte de leurs propres erreurs. Au fur et à mesure de l'apprentissage ou de l'expérience, la personne commence à se rendre compte de tout ce qui lui reste à apprendre, et la distorsion cognitive passe de positive à négative, causant une perte brutale d'estime de soi.

Préférence pour le risque zéro

Une nouvelle étude a révélé que si les personnes se trouvent confrontées à un choix comme la réduction à zéro d'un petit risque ou la réduction significative d'un risque énorme, la majorité choisira la première option (même si elle est contreproductive). Que préférons nous faire ? Réduire la probabilité - déjà faible - d'accident aérien à zéro ou réduire le nombre d'accidents de la route - beaucoup plus élevé. En général le risque zéro paraît plus attirant pour notre cerveau.

Syndrome du panier de crabes

Des études ont prouvé qu'un crabe ne peut sortir d'un seau que tout seul. S'il est avec plusieurs congénères, ils vont s'accrocher les uns aux autres, et finalement, aucun d'entre eux ne pourra sortir.

La même chose se produit dans la société. Inconsciemment les gens ne souhaitent pas que la vie de quelqu'un de leur entourage change en bien, car en se comparant avec le succès des autres, ils se sentent inférieurs. Par exemple, quand une jeune fille annonce à ses amies qu'elle a décidé de s'inscrire au gymnase, le reste du groupe tentera de la dissuader ; "Mais tu es déjà mince !", "Pour quoi faire ?". Au fond, personne ne souhaite que son entreprise ne réussisse.

Effet docteur Fox

Voilà un effet très puissant : il fait que des informations douteuses restent attirantes pour le public. Il est seulement question de charisme : la grande majorité des personnes tend à croire les paroles des bons orateurs expérimentés ayant une bonne image d'eux-même.

Derrière leur charisme, on ne perçoit pas le manque de logique de leur discours ni les erreurs. Au contraire, les paroles d'individus moins brillants mais plus compétents ne paraissent pas aussi importantes et intéressantes. C'est comme cela que les sectes gagnent leur popularité.

Anticipation émotionnelle

Imagine que tu commences une nouvelle relation et que tu sois hypnotisé par ton partenaire : ces sentiments se confondent facilement avec l'amour. Ton cerveau projette déjà un mariage, et tu fantasmes sur la vie future que vous allez avoir. Cependant, quand la passion initiale entre vous deux disparaît, tu peux te sentir déçu ; ton partenaire n'est pas à la hauteur de tes attentes antérieures. La même chose se produit pour tout ce que tu anticipes à l'excès : plus tu attends quelque chose, plus tu fais croître l'excitation, et plus ton état émotionnel sera mauvais à la fin de l'attente.

Illustrateur Oleg Guta pour Sympa