Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

14 Conseils d’une psychologue pour celles qui ont subi au moins une fois des violences domestiques

Dans de nombreux pays, le taux de victimes de violences domestiques a atteint des chiffres effrayants. Et nous vivons au 21ème siècle ! Cette question a motivé la psychologue Anastasia Rubtsova à écrire une série de conseils adressés à sa fille, mais qui devraient permettre d’aider chaque femme du monde.

La rédaction de Sympa est d’accord avec chacun des paragraphes du texte et te recommande de les lire attentivement.

Un jour, ma fille va quitter la maison parentale, pour aller vivre sa propre vie ailleurs avec la personne de son choix. Elle décidera peut-être de se marier et d’avoir cinq enfants. Ou, elle ne voudra pas avoir d’enfants du tout. Elle aura peut-être une petite amie. Qui sait ? Mais ce qui est important, c’est que dans cette future relation, sa sécurité ne dépendra plus de moi.

Maintenant et tant qu’elle est encore ici avec moi, je commence à penser à un ensemble de conseils que je peux lui donner pour sa vie. Je tisse tout doucement, une chemise de sécurité magique et je prie que cela la protègera si je ne suis pas là. Et quand elle sera un peu plus âgée, je lui dirai ceci :

  • S’il te frappe, ramasse tes affaires tout de suite. Fais comme si un tremblement de terre venait de se produire : prends tes papiers et tes enfants, tu t’occuperas du reste plus tard. N’accepte pas ses excuses ou s’il a du regret, et surtout ne négocie pas. Tous les “pardonne-moi”, peuvent devenir dans le futur un “tu m’as provoqué”. Il est très facile de tomber dans ce piège, tout comme il est très difficile de s’en sortir. Ne doute pas de toi une seconde, pars au plus vite.

  • Garde toujours à l’esprit que les phrases “c’est de ta faute” et “tu me provoques”, sont complètement fausses. En fait, cela signifie : “Je sais que je peux te frapper, t’offenser et t’insulter et rien ne va m’arriver, donc je ne vois aucune raison de me contrôler”.

  • Tu peux toujours venir me voir. Toujours. Dans n’importe quelle circonstance. Avec des larmes aux yeux et les pieds nus. Même si tu as le sentiment que ta vie va complètement de travers. Sache, que je ne t’en voudrais jamais. Bien sûr, je pourrais te dire : “Je t’avais prévenue”, mais je ne dirais rien et je garderais tous mes reproches dans ma tête car je sais que ça ne sert à rien de planter des aiguilles dans une plaie.

  • Si je ne suis pas là (on ne sait jamais, les parents sont de simples mortels), j’espère que tu as des amis tellement proches que tu peux leur demander de l’aide. Si tu n’as personne, demande de l’aide à n’importe qui, et n’aies pas honte de l’accepter. Plains-toi, crie et dis à tous ceux qui sont prêts à t’écouter ce qui t’arrive. Essaie toujours d’avoir des témoins parce que ce genre de violence est pire quand il est gardé sous silence et vécu dans la solitude.

  • Une relation nocive, ne commence jamais par des coups. Les premiers signes ressemblent plutôt à “tu es une imbécile”, “occupe-toi de tes oignons”, “tu ne comprends rien”, “si je le dis, tu le fais”. En premier lieu, une demande devient un ordre. Ensuite, les petites humiliations deviennent fréquentes. Les grossièretés deviennent monnaie courante car “ça reste en famille”. Ne laisse personne t’humilier et te blesser exprès. Ne te dis jamais “Je suis intelligente, alors cela ne m’arrivera jamais. Des femmes plus intelligentes que toi et moi sont tombées dans ce piège.

  • Ton pire ennemi est le sentiment que “ce n’est qu’une crise, mais ce ne sera pas comme ça toujours”. Aujourd’hui, il se comporte tout à fait correctement et le lendemain, quelque chose en lui s’éveille, et il devient un méchant sadique. Et le surlendemain, le soleil se lève et tout va bien à nouveau. Et tu te dis : “Il a eu un petit problème”. Si cela se produit souvent, sois prudente. Ce sentiment peu biaiser ta perception de la réalité et te pousser à prendre de mauvaises décisions. Ne va pas trop vite dans une relation comme celle-ci, garde tes distances et essaie de ne pas avoir d’enfants ou de démarrer un travail avec cette personne.

  • Une chose très importante c’est que tu sois économiquement indépendante. Si tu es une femme au foyer, ouvre ton propre compte bancaire et garde quelques petites économies, au cas où. Parles-en avec ton conjoint avant de demander ton congé maternité. C’est très important. Lorsque les enfants sont jeunes, nous dépendons beaucoup de l’autre personne et sommes extrêmement vulnérables.

  • Ne laisse pas la relation devenir la seule chose qui compte dans ta vie. C’est une construction dangereuse. Les amis, le travail, le sport, les loisirs : tu dois garder tout cela en sécurité. Gagne de l’argent. Étudie. Si ta relation se finit un jour, et cela arrive plus souvent que nous ne le souhaiterions, ce sera toujours douloureux et difficile. Mais il vaut mieux qu’une tour s’effondre et non pas tout le château.

  • Prends soin de toi et de ta santé, pour être en forme.

  • Ne tombe jamais dans le piège “tout le monde vit comme ça”. Ce n’est pas vrai. Et je ferai de mon mieux pour te montrer des familles où il n’y a pas de violence ni de grossièreté et où les gens se parlent avec respect, même quand ils sont très en colère. Et pour ma part, j’essaierai de ne pas être un mauvais exemple pour toi.

  • Ne tombe jamais dans le piège de “cela ne m’arrive qu’à moi, je suis une idiote, quelle honte”. Ce n’est pas vrai non plus. Ce n’est pas un gros problème de se trouver dans une situation de violence. Le problème, c’est d’y rester coincée pendant des années. Tu n’es pas obligée d’avoir une famille. Tu n’as pas besoin d’une famille idéale pour faire la une d’un magazine. Tu as besoin d’un endroit où tu te sens bien et en sécurité, et où tu reçois du soutien et de l’amour. Ce sont deux choses complètement différentes (cela ne vient pas nécessairement d’une famille).

  • Les gens peuvent changer. La preuve, c’est que des millions de gens le font tout le temps. Nous changeons avec l’âge et l’expérience. Et ce qui semble juste être une bêtise d’enfance, peut avec le temps, s’avérer être une maladie mentale ou tout simplement une personne qui aime la violence. Parfois, les gens se comportent mal lorsqu’ils comprennent qu’une personne dépend d’eux. Si cela t’est déjà arrivé, ne t’en veux pas pour “ne pas avoir été capable d’identifier ce crétin avant”. Il y a beaucoup de choses que nous ne pouvons pas discerner alors qu’elles sont cachées sous terre. Agis, retourne au point un.

  • Expérimente et essaie de nouvelles choses. Comme par exemple un nouvel emploi, une nouvelle coupe de cheveux, un nouveau sport, de nouveaux plats, des nouvelles règles pour la famille ou de nouvelles façons d’avoir des relations intimes. Plus tu te permettras de nouvelles choses dans ta vie, et plus tu te sentiras en sécurité dans une relation.

  • Partage ces règles. Parles-en à tes amis. Ne sois pas indifférente si tu vois quelqu’un se faire insulter ou intimider sous tes yeux. N’oublie pas que les gens ressentent parfois beaucoup de douleur et sont gênés lorsqu’ils veulent demander de l’aide. Pourtant, ils en ont besoin. Peut-être que tu es la seule à percevoir la douleur de quelqu’un d’autre, et c’est pourquoi tu devrais faire quelque chose.

Es-tu d’accord avec les conseils d’Anastasia Rubtsova ? As-tu quelque chose à ajouter à cette liste ? Partage ton avis dans les commentaires.