Sympa
Il faut vivre le moment présent, car demain pourrait ne jamais arriver

Il faut vivre le moment présent, car demain pourrait ne jamais arriver

Nous devons tous vivre le moment présent ! Demain est une notion très relative. Bien sûr, il existe la possibilité que ce jour-là n’arrive jamais. La vie n’est pas seulement intéressante, elle est aussi imprévisible : il ne faut pas en avoir peur, mieux vaut ne pas y penser. Mais oublier que le monde peut te tourner le dos est néanmoins très imprudent.

Même si tu me traites d’idiot, rien ne changera. Il n’existe qu’aujourd’hui. Point final ! C’est pour cela qu’il faut en profiter autant que possible, surtout à cet instant. Imaginer une vie dans le futur est utile pour son propre développement, mais vivre en rêvant d’un futur qui pourrait ne jamais arriver est mortel pour n’importe quel être vivant. Donc mieux vaut laisser ses rêves de côté pour profiter du moment présent !

C’est précisément maintenant le meilleur moment pour se lever du canapé et sortir faire une promenade. Qu’il pleuve ou qu’il vente. Car il n’y a que comme ça, en allant faire un tour dans la rue d’à côté, que tu pourras voir le monde, ou du moins, une partie. T’es-tu déjà demandé si ton destin ne se trouvait pas juste sous ton nez au moment où tu promènerais ton petit Carlin dans le parc du quartier ?

Si tu as déjà réfléchi à changer de travail, ou encore à changer d’orientation professionnelle, je te conseille de ne pas trop t’emballer en t’inspirant des histoires à succès de gens très lointains et que tu commences plutôt à changer quelque chose dans ta vie. Envoie ton CV où tu le souhaites, écris une lettre même si l’entreprise de tes rêves ne recrute personne en ce moment, ou appelle le contact qui figure sur l’annonce du local que tu as vue pour ouvrir ce salon de thé dont tu rêves depuis longtemps.

Il va de soi que beaucoup de gens ne croiront pas en ton projet et diront que ce ne sont que des paroles en l’air. Ah oui ? Un jour, j’ai rencontré quelqu’un qui a écrit à un gourou de la publicité. Sans avoir d’expérience dans ce domaine, l’étudiant a dit dans sa lettre qu’il n’était pas d’accord avec l’auteur, pourtant reconnu. Cette lettre, d’une manière ou d’une autre, est arrivée dans une maison d’édition très connue. Il convient de mentionner que cette personne qui a su faire preuve de courage a obtenu un travail et a eu une carrière remarquable.

Te rends-tu compte des miracles que tu peux réaliser si tu cesses pendant un moment de te contenter d’être simple spectateur de la réussite des autres, et que tu prends le taureau par les cornes ? Cesse de te lamenter sur ce que tu as perdu ou ce que tu n’as pas fait dans ta vie. C’est tellement simple de transformer le gris en multicolore, du moment que l’opinion des autres t’importe peu. On se fiche de savoir ce qu’ils pensent, après tout, ils se permettent de juger parce que tu veux changer ta vie drastiquement. Au final, si ton idée ne donne rien, tu pourras toujours te dire que tu as tout fait pour, et rien ne t’empêche de tout recommencer dès le départ. Ces essais sont illimités !

Depuis mes cinq ans, je voulais écrire, et pourtant, je ne faisais que repousser le moment. Chaque jour, je trouvais une autre tâche plus importante. De l’argent, de l’argent, lire un livre au parc, passer cinq heures à faire du shopping, de nouveaux projets, de vieux projets, je ne voulais pas froisser les gens, je ne voulais pas manquer aux besoins de ma famille, il fallait leur rendre un service, je devais faire des heures supplémentaires, et enfin, j’en arrivais à la conclusion que j’avais besoin de plus d’heures de sommeil.

Et un jour, la vie m’a tellement secouée que j’ai failli ne plus être de ce monde. Alors, il est devenu évident que si mes lendemains n’arrivaient jamais, je n’aurais que ce que j’ai à ce jour. Je me suis alors sentie frustrée et honteuse de mes peurs et de ma paresse. Aujourd’hui, j’écris beaucoup. Peu importe si cela ne plaît pas à tout le monde et que je ne fasse pas tout ce que je voudrais faire à 100%. Mais tout cela, aujourd’hui, c’est mon présent. Et même quand rien ne va comme je le voudrais, je regarde au-dessus de mon ordinateur, par la fenêtre, et je me rends compte que je suis exactement où je voudrais être aujourd’hui, à ce moment précis.

Maintenant, à chaque fois que je dois choisir entre un voyage le week-end dans un endroit où je me sens bien, et l’achat d’un nouveau manteau à la mode, je me demande ceci : “est-ce que je me souviendrai de ce manteau dans quelques décennies ?”

Mais si demain n’arrive pas, alors, ce maudit manteau sera-t-il gravé dans mes souvenirs ? Non, merci. Je préfère sortir un jour où il fait beau, sentir l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, et remarquer une nouvelle tache de rousseur sur mon nez à cause du soleil. Je préfère cesser de repousser un rendez-vous avec quelqu’un d’important pour la seule raison que je n’ai rien à me mettre ou parce que mes cheveux sont un peu gras ce jour-là.

Sûrement que la plupart des gens trouveront des excuses, à cause de l’argent par exemple. C’est un mensonge. Ce sont des prétextes qui nous servent à rejeter notre droit à vivre aujourd’hui et maintenant. C’est plus simple de repousser l’échéance plutôt que de se rendre compte de la facilité d’arriver quelque part dans ce monde. Même avec des possibilités limitées. Il faut juste arrêter de perdre du temps et de faire des efforts pour des choses inutiles et dédier toute ton énergie à tes souhaits. Alors, ils deviendront réalité. Vivre en bord de mer, piloter un avion, sauter en parachute, étudier le reiki, publier un livre, avoir un enfant... tout ce qui se trouve au fond de ton cœur peut devenir réalité.

L’important, c’est de commencer maintenant ! Même si tu n’as pas de plan. Maladroitement. Peu importe si les autres te regardent bizarrement. Il faut sentir ce vent qui te porte et faire un pas en avant.

Vivre le moment présent n’est pas une proposition psychologique. C’est quelque chose que nous devrions tous apprendre. Il faut s’inscrire dans ce mouvement, aujourd’hui même. Se réjouir de chaque petit pas réalisé, même s’il est minuscule. Parce que demain pourrait ne jamais arriver. Point final !

Source Olga Gerda pour Sympa