Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Les rêves que font les personnes atteintes de troubles mentaux (l’un d’eux revient d’ailleurs souvent)

Dans le monde du rêve, rien n’est impossible, car quand on dort, on peut tout à fait devenir multimillionnaire, sortir avec une célébrité ou encore vivre sur une île paradisiaque. Cependant, tout n’est pas toujours rose et on peut aussi se voir braquer une banque, se débarrasser d’ennemis ou même se suicider.... Il s’avère que ces rêves-là peuvent être les symptômes directs d’un certain trouble mental.

Sympa a découvert quels sont les rêves les plus communs qui peuvent signaler un trouble mental. Pas de panique, ceci s’adresse à ceux qui font ces rêves un peu trop souvent.

1. De quoi rêvent les schizophrènes

La schizophrénie est une maladie mentale grave. Une étude a confirmé qu’une personne atteinte depuis longtemps par ce trouble, rêve avec beaucoup plus de couleurs. Les tons s’éclaircissent et l’expérience émotionnelle devient alors plus intense.

Par exemple :

  • Des images effrayantes, qui n’ont aucun rapport entre elles.
  • Un contenu brutal et violent.
  • Des rêves dans lesquels une personne se voit dans le regard de quelqu’un d’autre, sous la forme d’un enfant, d’un homme mort ou d’un animal.
  • Des objets, des personnes ou des voitures qui se déplaçant à reculons.
  • Revivre des émotions et des sentiments oubliés depuis longtemps.
  • Se retrouver dans des mondes irréels ou parallèles comme l’enfer et le paradis.
  • Le même rêve qui se reproduit encore et encore. Les médecins ont révélé qu’avec la schizophrénie aiguë, les mêmes rêves se répètent plusieurs fois au cours d’une même nuit.
  • Des rêves en couleur avec des détails bien visibles. Les personnes atteintes de schizophrénie rêvent en couleur 20 fois plus souvent que les gens en bonne santé.
  • Penser que son rêve reflète la réalité et ne plus savoir distinguer où on se trouve. Après s’être réveillé d’un épisode de ce type, le patient ne comprend pas s’il vient de faire un rêve ou si ce qu’il a vécu s’est réellement produit. Le phénomène a été décrit pour la première fois par Dostoïevski dans le roman Les Frères Karamazov, dans lequel Ivan Karamazov ne comprenait pas s’il pouvait réellement parler au diable ou si ce n’était qu’un rêve.

2. Rêves de personnes atteintes d’un trouble bipolaire

Le trouble bipolaire est une psychose maniaco-dépressive caractérisée par un changement d’humeur atypique. En règle générale, les schizophrènes sont parfois évasifs dans la description de leurs rêves, alors qu’au contraire, les personnes atteintes de troubles bipolaires les décrivent en détails :

  • Ils vivent un bonheur indescriptible. De tels rêves sont appelés “maniaques”, car la plupart du temps, ils sont observés dans des états d’hypomanie, c’est à dire dans un moment où notre humeur est changeante. Les personnes atteintes d’hypomanie n’ont généralement pas besoin de dormir autant qu’une personne normale. Ces rêves les plongent dans une ambiance lumineuse, colorée, ce qui les grave dans la mémoire pendant longtemps. Par exemple, tu peux devenir un être divin adoré dans le monde entier, et ressentir le pouvoir et le bonheur de ce qui se passe. La neuropsychologie explique des rêves comme le passage de la dépression à un état maniaque.
  • Ces rêves se répètent ou peuvent durer plusieurs années. Ils sont une sorte de série où chaque nouvel “épisode” commence à l’endroit où il a été interrompu.

3. Les rêves des personnes atteintes de dépression

Qu’est-ce qu’être dépressif et comment savoir si on l’est ? Parfois, les symptômes de la dépression sont difficiles à remarquer. Cependant, si tu fais des rêves effrayants chaque nuit, tu souffres peut-être de ce trouble. Exemple :

  • Rêver d’un endroit sombre (par exemple, un cimetière) ou même tes propres funérailles. Pendant un tel rêve, et après le réveil, le patient se sent souvent coupable.
  • La mort et la vie s’entremêlent. Si pendant le sommeil on comprend que les personnes de notre rêve ne sont pas vivantes, elles prennent l’apparence de personnes décédées.
  • Des cauchemars accompagnés d’un sentiment d’horreur indescriptible. Quand la personne se réveille, elle met du temps à comprendre que tout était un rêve, mais au moment où elle le comprend, elle se sent soulagée : “Dieu merci, c’était seulement un rêve”. De tels épisodes sont considérés comme l’équivalent de crises de panique.
  • Les rêves parallèles. Ce sont plusieurs rêves qui n’ont pas de rapport les uns avec les autres, chacun d’eux remplaçant un autre durant la nuit.
  • Rêver dans un rêve. Cela arrive quand on rêve qu’on veut dormir, qu’on s’endort et qu’on se voit rêver. Tu vois ce qui se passe dans ce rêve comme une réalité. Mais quand tu te réveilles, tu as du mal à comprendre si tu es vraiment éveillé ou si tu rêves encore. Ce phénomène est décrit pour la première fois par l’écrivain russe Nikolai Gógol dans son roman, Le Portrait, où chaque réveil du protagoniste s’avère n’être qu’une partie d’un cauchemar.
  • Des rêves avec l’expérience de la duplication, c’est à dire de la perception de soi. Exemple concret : tu es enterré, mais tu peux assister à tes propres funérailles. Tu te sens donc mort et vivant à la fois. Tu peux aussi rêver que tu participes à quelque chose et finalement tu te rends compte que ce n’est qu’un rêve. D’ailleurs, des études ont montré qu’on peut rêver de quelque chose et l’analyser en même temps.

4. Petits détails de rêves qui peuvent traduire des symptômes d’anesthésie mentale

L’anesthésie mentale est une perte partielle de la capacité d’éprouver des émotions positives et négatives, non seulement pendant l’éveil, mais aussi pendant le sommeil :

  • Perte de soi, du corps ou des émotions. Par exemple, tu sens ton âme dans le sommeil, mais tu ne perçois pas ton propre corps. Tu te regardes dans un miroir, mais tu ne vois pas ton reflet.
  • Tu rêves que tu meurs plusieurs fois dans la même nuit.
  • Sentiment “d’irréalité” de ce qui se passe dans le rêve. C’est-à-dire, tu es clairement conscient que rien de tout ce que tu vis est réel.
  • Absence de sentiment ou, au contraire, tu ressens des émotions que tu avais oubliées, qui n’ont pas été présentes dans ta vie réelle depuis longtemps. Tu peux alors faire des rêves comme par exemple : un chien qui t’attaque et te mord, mais rien n’est réel.
  • Rêves de dépersonnalisation : les lieux familiers et les proches sont perçus comme quelque chose d’étranger et d’inconnu. Par exemple, tu rêves que tu es dans ta propre maison, mais tu as l’impression de la voir pour la première fois.
  • Perte de la sensation de sommeil : tu es maître de ton sommeil et tu décides quand dormir et quand te réveiller.
  • Perception de ce qui se passe avec les yeux des autres, mais sans perdre le sentiment de son propre “moi”.

5. Rêves qui se répètent chez les patients atteints de trouble obsessionnel-compulsif (TOC)

Le besoin de se laver les mains 10 fois par jour, de retourner constamment à la maison pour vérifier si le fer à repasser est éteint, ou bien de vérifier cinq fois dans la même heure que le gaz est fermé, sont des symptômes du trouble obsessionnel-compulsif, aussi connu sous l’acronyme TOC. On vit avec ces troubles sans répit, même à l’heure du coucher.


Voici les rêves les plus récurrents chez les personnes atteintes de trouble obsessionnel-compulsif :

  • Lutte contre des désirs contradictoires obsessionnels. Tu peux rêver que tu es en train de lutter contre une de tes peurs, et soudain abandonner cette lutte. Au réveil, tu te sentiras coupable d’avoir abandonné.
  • Émotions extrêmes, sentiments forts de culpabilité, honte et colère.
  • Imaginer que tu as une sorte de pouvoir magique et que tu es capable de contrôler les autres.

6. Rêves suite à un stress post-traumatique

Le stress post-traumatique est un cas de stress bien différent puisqu’il résulte d’une situation psycho traumatique. En règle générale, cela a pour conséquence de faire des cauchemars. Voyons cela plus en détails :

  • Les personnes atteintes de ce syndrome rêvent sans cesse de la situation traumatisante qu’elles ont vécue. Par exemple, un homme qui a survécu à une guerre rêve souvent qu’on lui tire dessus et, à ce moment-là, il se voit toujours à court de munitions.
  • Les rêves de ce genre sont les mêmes et ils sont en général dénués de sens. Tu arrives à te souvenir d’eux et même à savoir comment ils finiront. Tu peux même en changer parfois la fin.
  • Des rêves interrompus qui finissent toujours au même endroit.
  • La perception de fragments d’images qui apparaissent dans le rêve. Par exemple, rêver d’un demi homme ou d’une bouche parlant d’une voix sinistre.
  • Rêver d’une seule couleur.
  • Tu fuis quelqu’un et tu as l’impression de ralentir. Comme si tu voyais l’image enregistrée au “ralenti”. D’habitude, tu ne vois pas qui te poursuit, mais la plupart du temps, tu devines de qui il peut s’agir.
  • Réincarnation en animal ou en arbre. Habituellement, de tels rêves se déroulent sans mots ni pensées.
  • Contrôler tes rêves. Tu es maître de tes rêves et tu sais comment ils commencent et comment ils finissent.
  • Les rêves de changement de sexe. Une femme, par exemple, peut se sentir comme un homme avec une moustache. Et inversement !
  • Les rêves où tu te vois comme un criminel, même si tu n’as rien fait de grave. 30 % des personnes reconnues coupables d’actes illégaux font ce genre de rêves.

As-tu déjà fait l’un des rêves que nous avons mentionnés dans notre article ? Parle-nous de ton expérience la plus étrange dans la section des commentaires ci-dessous.

Ilustrado por Leonid Khan pour Sympa