Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Qu’est-ce que le masculinisme et pourquoi les hommes ne veulent plus être machos ?

Lorsque les suffragettes, puis les féministes se sont battues pour leurs droits, la société a regardé avec grand intérêt les femmes obtenir le droit d’aller voter ou de travailler où elles le voulaient. Et personne n’a pensé à demander : " Comment vont les hommes ? " Il s’est avéré qu’à la suite de cette lutte, ils ont été privés d’une partie importante de leurs droits et de leurs opportunités et on peut même dire qu’ils sont victimes de discrimination.

Sympa a décidé de découvrir pourquoi les représentants masculins modernes sont malheureux.

Qu’est-ce que le masculinisme et pourquoi devrions-nous nous en soucier ?

En réalité, les hommes ne devraient pas se plaindre (c’est ainsi que notre société est organisée), mais ils commencent néanmoins à être insatisfaits du caractère unilatéral du féminisme. Dans les années 1960, un mouvement masculin est apparu aux États-Unis : le masculinisme. Ses représentants luttent pour l’égalité des droits des hommes et des femmes. Ils affirment également que les garçons et les hommes sont souvent humiliés à cause des stéréotypes sexistes.

Les masculinistes ne sont pas des pleurnicheurs offensés par les femmes. Ils ne se disputent pas avec les féministes, mais veulent simplement que la société ne leur demande pas de réaliser l’idéal du “prince charmant”. Voici les problèmes les plus épineux qui concernent les masculinistes modernes.

“Lookisme” qui nuit aux hommes

Le lookisme (du mot anglais lookism, composé de look : apparence) désigne la création de stéréotypes et les discriminations pour cause d’apparence physique. Les hommes souffrent également des stéréotypes parce que dans la vie privée et professionnelle, les hommes attirants ont plus d’avantages. Les scientifiques confirment les paroles des masculinistes.

  • La femme moyenne rêve d’un homme grand : plus de 181 cm. Cependant, la taille moyenne des hommes n’atteint pas l’idéal féminin et est de 175-176 cm.
  • Les roux et les chauves perdent contre les bruns. Selon l’enquête, une bonne partie des femmes rêvent d’un brun aux yeux marrons. Voici ce que disent les filles : “Nous aimons les bruns, parce que les hommes avec cette couleur de cheveux donnent l’impression d’être plus forts d’esprit, énergiques et sûrs d’eux.”
  • La barbe est un autre avantage. Les hommes qui ont des poils sur le visage sont perçus comme étant audacieux, résolus et brutaux. De plus, ils sont plus susceptibles d’être embauchés.
  • Les femmes aiment les hommes aux épaules larges. Ceci est également confirmé par la recherche.
  • La publicité et le cinéma ont créé l’image d’un homme idéal, mais il est infiniment loin de la réalité. De plus, cette image est largement utilisée par les grands fabricants : les femmes achètent souvent ces produits qui sont annoncés par de vrais hommes.

Cependant, le lookisme masculin a de tristes conséquences. Par exemple, la dysmorphophobie (pensées excessives et une obsession d’un défaut imaginaire). Les hommes modernes commencent à avoir honte de leur corps parce qu’il n’est pas suffisamment gainé / fort / bronzé / musclé, etc. La dysmorphophobie mène à l’abus de stéroïdes et à la dépression en raison de l’incapacité d’atteindre l’idéal publicitaire.

Les hommes aussi souffrent de violence domestique

La violence domestique est associée à une femme victime et à son mari tyrannique. Mais les hommes aussi en souffrent.

  • 30 % des victimes de violence familiale sont des hommes maltraités par leur petite amie, leur femme et/ou leur mère. Cependant, ils n’ont personne vers qui se tourner : il n’y a pratiquement pas de centres spéciaux pour soutenir les hommes en situation difficile.
  • Les femmes sont plus créatives en matière de violence. Bien sûr, il y a des femmes qui frappent les hommes en causant des blessures plus ou moins graves. Dans la plupart des cas, cependant, il ne s’agit pas de violence physique. Il s’agit de harcèlement émotionnel, de chantage financier et d’abus sexuels.
  • Les hommes sont gênés de demander de l’aide : la société ne prend pas ce problème au sérieux. On croit qu’un “vrai homme” ne devrait pas se plaindre, et en général une femme ne sera pas capable de lui faire du mal.

Cependant, les temps changent et, au Royaume-Uni, tu peux maintenant aller en prison pour comportement coercitif. Par exemple, Valerie Sanders du North Yorkshire a passé plusieurs heures derrière les barreaux et a été poursuivie pour avoir forcé son mari à passer l’aspirateur.

Les pères ont moins de droits dans le processus parental

En cas de divorce, dans la plupart des pays du monde, la mère se voit attribuée la garde des enfants. Peu importe à quel point le père est bon, il doit se battre pour le droit d’élever son enfant.

  • En matière de reproduction, les hommes n’ont généralement aucun droit : le droit de décider d’avoir ou non un enfant, quand avoir un enfant appartient presque exclusivement aux femmes.
  • Dans la télévision moderne, au cinéma, dans les livres, les pères, en règle générale, sont maladroits. Ils ne savent pas comment nourrir l’enfant, au lieu d’un chapeau, ils mettent une culotte sur la tête du bébé, et s’évanouissent à cause de l’odeur de la couche.

Terry Crews a déjà provoqué la colère des utilisateurs de Twitter. L’acteur a déclaré que le rôle du père dans l’éducation est extrêmement important et que les enfants de familles sans homme souffrent du manque d’éducation masculine. Crews a été critiqué pour avoir continué à partager les “valeurs traditionnelles de la société patriarcale”.

Les hommes ont des emplois dangereux

Certaines professions sont traditionnellement considérées comme masculines. Ce sont les plus dangereuses : par exemple, les mineurs, les bûcherons, les pêcheurs.

  • Les hommes sont tués ou blessés au travail 10 fois plus souvent que les femmes.
  • Selon les statistiques, les hommes sont prêts à passer plus de temps sur le chemin du travail que les femmes.

Et tout cela parce que l’homme est le soutien de famille et, pour un salaire décent, il doit sacrifier son temps et sa santé. C’est un autre stéréotype du genre auquel s’opposent les masculinistes.

Leur espérance de vie est plus courte que celle des femmes

Partout dans le monde, les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Dans les pays développés, la différence est de 4 à 5 ans, et encore plus dans les pays du tiers monde.

  • Les hommes se suicident 4 fois plus que les femmes.
  • Aux États-Unis, 35 000 hommes meurent chaque année du cancer de la prostate et 43 000 femmes meurent du cancer du sein. En même temps, l’État dépense 6 fois plus d’argent pour la recherche sur le cancer du sein et fournit tout le soutien informationnel nécessaire.
  • Les hommes sont plus susceptibles de souffrir de maladies cardiovasculaires. Cependant, la situation est en train de changer et, selon les prévisions des scientifiques, d’ici 2050, les représentants du sexe fort vivront plus longtemps : dans certains pays, des stratégies sont élaborées pour prévenir les maladies typiques des hommes.

Tabous sur les activités féminines traditionnelles et stéréotypes sexistes rigides

La douleur principale des masculinistes est peut-être les stéréotypes de genre (idées sur ce qu’un “vrai homme” devrait ou ne devrait pas faire). Par exemple, l’expression “pleurer comme une fille” blesse les représentants de ce mouvement. Selon le public, un homme devrait toujours être confiant, sévère, serein et ressembler à un mâle joué par Clint Eastwood. Et ces stéréotypes nous sont inculqués dès l’enfance.

  • Malgré plus d’un siècle de féminisme, les femmes sont encore considérées comme des créatures faibles. L’homme est contraint de renoncer à sa place dans l’autobus, de porter les sacs, même s’il rentre chez lui après une longue journée de travail ou s’il a des problèmes de santé. De plus, un homme qui gagne moins que sa femme ou qui prend un congé de paternité est inhabituel par crainte de devenir l’objet de ridicule.
  • Les psychologues ont mené une série d’expériences et ont montré qu’un groupe de personnes en situation d’urgence serait plus disposé à sacrifier un homme qu’une femme. Par exemple, si un homme et une femme coulent et qu’il n’y a qu’un seul radeau de sauvetage, ils le lanceront à la femme.
  • Les parents sont gênés par les petits garçons qui sont attirés par les passe-temps de fillettes : jouer avec des poupées ou apprendre à broder. Et ces mêmes parents sont plus tolérants envers les filles.
  • Les délinquantes vivent mieux que les hommes qui ont enfreint la loi. Dans certains pays, les femmes ne sont pas condamnées à la prison à vie.

Où ce combat peut-il nous mener ?

Parfois, la lutte pour l’égalité avec les femmes prend un caractère étrange. Au Japon, un groupe appelé “hommes herbivores” (en japonais soshoku danshi) a récemment fait son apparition. Contrairement aux prédateurs, ce sont des hommes qui n’ont “aucune relation romantique, et ont une attitude indifférente et non assertive envers le désir de la chair”. Ils ne sont pas homosexuels, c’est juste que le rôle traditionnel de soutien de la famille est trop lourd pour eux.

Aujourd’hui, en Asie, la tendance est à la “masculinité douce”. Les hommes n’ont pas honte d’utiliser des cosmétiques pour les soins du corps et du visage. La brutalité est passée de mode et on retrouve, parmi les dernières tendances, les “bons garçons” avec une belle coupe de cheveux.

Bien sûr, comparé au féminisme, le masculinisme semble fragile. La lutte pour les droits des femmes a une longue histoire, et traditionnellement il y a plus de compassion pour le sexe faible. De plus, le féminisme est déjà commercialisé : des films sont produits sur ce sujet, des articles sont vendus pour “femmes fortes et indépendantes”. En ce sens, les hommes ont moins de chance : la société prend leurs exigences pour de la faiblesse.

Que penses-tu du masculinisme ? Soutiens-tu ce mouvement ou penses-tu que ses exigences sont ridicules ? Donne-nous ton opinion dans les commentaires ci-dessous.

Photo de couverture David GandyFR / Youtube, Pexels
Illustré par Yekaterina Ragozina pour Sympa