Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Voici un texte honnête qui montre que les hommes perdent patience aussi bien que les femmes

Pour poser le décor, prenons mon cas. Je suis une femme gentille, modeste et docile. Si j’étais un homme, je me marierais, c’est sûr. Parce que tout ce que je semble faire quand je vois une tache sur la cuisinière (à nettoyer), un énorme chien errant dans la salle de bain (à laver) ou que je trouve une chaussette dans un sucrier, c’est d’avoir une légère prise de tête à domicile. Sinon, je n’aime pas les scandales, je n’ai ni le temps ni l’envie d’en faire. Pour moi, il est plus facile d’éliminer la source constante d’irritation. Je ne comprends donc pas comment cela se fait que le don de se prendre la tête est attribué exclusivement aux femmes, quand les hommes y sont super performants, et savent eux aussi...

...contrôler le temps libre

Quand j’avais huit ans, une parente s’est mariée hâtivement. Je ne sais pas comment elle a fait pour choisir son futur mari et si elle a réfléchi au moins une fois. Mais dès qu’ils ont emmenagé ensemble, elle a constaté que son élu avait une habitude désagréable. En fait, il s’en prenait à elle, cherchant à contrôler son temps libre.

Cette parente enseignait à l’université, et quand elle rentrait chez elle, fatiguée, le ménage était la dernière de ses préoccupations. Elle dînait, regardait des films, lisait des magazines, bref, elle se reposait, alors que tout ce qui relevait du nettoyage et de la lessive, attendait le week-end, et même alors, elle ne s’y investissait pas trop. Voilà que deux semaines après le mariage, ayant compris son mode de vie, le jeune mari (en réalité, pas si jeune), qui avait en plus emménagé chez elle, s’est mis à la tancer.

— Pourquoi tu es couchée ?! demandait-il, regardant avec étonnement sa femme, confortablement installée sur le canapé avec un magazine.

— Je lis, répondait celle-là flegmatiquement.

— Et ma mère ne s’est jamais permis ça !

C’est comme cela qu’elle a découvert petit à petit que la mère de son époux était occupée de l’aube jusqu’à tard dans la nuit, qu’elle se levait avant tout le monde pour préparer le petit-déjeuner, se couchait la dernière, après avoir tout rangé. Elle passait son temps à “vaquer aux soins du ménage”, “s’affairait” et n’avait pas “une minute de libre”. Peu à peu, ma parente s’est rendu compte qu’elle ne pouvait ni s’asseoir, ni s’allonger, ni même se tenir tranquille dans sa maison sans que son mari ne vienne lui reprocher son désœuvrement comme si elle n’était pas une femme, mais un avion affrété pour travailler jour et nuit. Il était constamment sur son dos pour la tanner et pour grogner, et cela a fini par impacter son moral et sa santé. Quatre mois plus tard, ils se sont séparés.

...contrôler l’argent personnel

Mon premier copain était merveilleux et terrible à la fois. Merveilleux car il a toujours été sérieux pour son âge. Il avait été premier de sa classe au lycée et a obtenu le diplôme avec mention, il avait de l’expérience dans le domaine de la construction, il a très bien géré son héritage, ayant prévu la hausse des prix de l’immobilier, et n’a jamais jeté de peaux de banane par la fenêtre.

Et pourtant, une goutte de fiel gâtait une mer de miel. Mon copain cherchait à contrôler mon argent, qui n’avait rien à voir avec lui. Les dépenses anodines féminines, comme une manucure ou une coupe de cheveux avec un brushing, étaient pour lui synonymes de la prodigalité et de gaspillage les plus dégoûtants, et il les assimilait aux pires des péchés.

Je me rappelle que le jour où j’ai reçu une bourse majorée, je me suis fait faire une manucure avec nail art, très à la mode à l’époque. Rien d’extraordinaire, juste quelques lignes sur le vernis. Par contre, la réaction de mon petit-ami a été explosive... Ni un avion à réaction, ni une baleine bleue, ni une éruption volcanique sur l’île de Krakatoa, rien n’aurait pu noyer ses hurlements. Le scandale suite à cette manucure de malheur, qui n’avait coûté que 10 euros, a duré 40 minutes. Il criait que notre vision de la vie était trop différente et que nous n’étions pas faits pour être ensemble. C’est probablement cet épisode qui a miné notre couple, et à partir de ce moment-là, la rupture était inévitable. Que celui qui considère que cela n’est pas une façon de s’en prendre à quelqu’un, me jette la première pierre sur son écran.

...tatillonner

En règle générale, la conscience collective s’imagine là, une femme qui pousse des cris déchirants dès qu’elle voit un siège de toilette sale ou une chaussette sur la table à manger. Mais il ne faut pas penser qu’il s’agit d’un caractère sexuel secondaire, parfois un homme peut être tatillon et faire le difficile beaucoup plus qu’une femme.

L’adepte du yoga, qui a entrepris une attaque audacieuse contre ma charcuterie, a marqué mon esprit avec un autre détail étonnant. Dans sa cuisine, il y avait un support spécial pour les tasses. Et si après avoir lavé les tasses, sa copine les suspendait du mauvais côté (!), cela suffisait pour provoquer des scandales dont l’un a même abouti chez un psychologue. De plus, c’est lui qui a insisté pour qu’ils aillent en thérapie et qui a cherché à obliger le spécialiste à corriger la nana nulle. Je ne les connais pas très bien, mais pendant le temps que nous communiquions, les scandales continuaient d’éclater à cause de serviettes mal accrochées, d’un élastique à cheveux, qui s’est retrouvé près du téléphone, et non dans le tiroir... Et aussi parce qu’elle refusait de se réveiller à cinq heures du matin dimanche pour méditer pour qu’ils deviennent compréhensifs, détendus et paisibles. Messieurs qui vous plaignez d’une femme revêche qui ne vous laisse pas mettre des chaussettes dans la soupe, que diriez-vous d’un tel colocataire ?

Bref, s’en prendre aux autres n’est pas une particularité féminine. Et ce n’est pas masculin non plus. La tendance de faire des disputes pour des choses insignifiantes, d’afficher une méticulosité frôlant un trouble mental et de casser les pieds aux autres sont des traits de personnalité. Et ils ne peuvent pas être roses, avec de la dentelle pour les femmes. Ni strictement bleus, pour les hommes...

Autre chose, certains considèrent qu’on peut repousser les demandes de la partenaire comme une mouche ennuyeuse. Avec un raisonnement du style : me voilà, entièrement à toi, tu n’as qu’à prendre soin de moi, à réaliser ton instinct maternel. Que veux-tu de plus ? Mais ceci, comme on dit, c’est une tout autre histoire...

Alors, que penses-tu de ces histoires ? Est-ce qu’il t’est arrivé d’avoir affaire aux gens qui perdent patience et s’en prennent aux autres ? N’hésite pas à parler de ton expérience dans les commentaires !

Sympa publie ce texte avec autorisation de son auteure, blogueuse Morena Morana

Partager cet article