Sympa

La vie et la carrière de la plus belle femme d’Hollywood qui a vécu et travaillé malgré la maladie que tout le monde a confondue avec de la mauvaise humeur

Elle a magnifiquement interprété les héroïnes classiques du théâtre, qui a toujours été considéré comme supérieur au cinéma : Ophélia et Cléopâtre, Juliette et Lady Macbeth. Elle a révélé son talent dans des drames et est connue dans le monde entier sous les noms de l’inimitable Scarlett O’Hara dans Autant en emporte le vent et de Blanche DuBois dans Un tramway nommé Désir. Elle est devenue la première actrice britannique à remporter un Oscar et elle rêvait de faire sourire les gens. Mais derrière son physique parfait et son destin incroyable, se cachait la vie compliquée de Vivian Mary Hartley, le vrai nom de Vivien Leigh.

Sympa s’est intéressé à la vie de cette femme extraordinaire, qui pensait que l’on pouvait tout réussir si l’on donnait son maximum. Cependant, la vie lui a montré ses différentes facettes, et Vivien a jonglé entre la dépression et le bonheur tout en essayant de toujours rester elle-même.

L’actrice est née en 1913 en Inde britannique où elle a forgé son caractère de future star . À l’âge de 7 ans, ses parents décidèrent de rentrer en Angleterre et l’envoyèrent dans un couvent de Londres pour l’éduquer et lui “retirer son esprit indien”. Elle rentra chez elle après ses 11 ans.

Ce sont les représentations théâtrales au couvent auxquelles elle participa qui permirent à Vivien de découvrir le métier qu’elle voudrait exercer plus tard. À 18 ans, elle entra à la Royal Academy of Dramatic Art (Académie royale de l’art dramatique) de Londres, mais y étudia un peu moins d’un an, car elle avait décidé de devenir l’épouse d’un “véritable anglais”.

Son premier mari fut l’avocat Herbert Leigh Holman, de 12 ans son aîné. Il désapprouvait fortement les cours de théâtre, donc Vivien quitta l’école mais n’abandonna pas son rêve de devenir célèbre. Durant son mariage avec Holman, elle donna naissance à sa fille unique, Suzanne, mais ne parvint pas à devenir une bonne épouse anglaise. Elle parvint à obtenir de petits rôles dans des publicités et des scènes de films. Elle adopta le nom d’artiste Vivien Leigh et joua son premier rôle dans The Mask of Virtue, après quoi elle fut perçue comme “une actrice prometteuse à l’incroyable beauté” par les cercles artistiques londoniens.

C’est à cette époque qu’elle rencontra Laurence Olivier. En le voyant sur scène, Vivien dit à son amie qu’elle épouserait cet homme. Son amie lui rappela qu’elle était déjà mariée, ce à quoi Vivien répondit par un sourire mystérieux. Les deux acteurs commencèrent à jouer ensemble sur scène. Leur relation simplement amicale au début se transforma rapidement en histoire d’amour torride.

Olivier se souvient avoir été sous le charme de la “surprenante et inimaginable” beauté de Vivien. La femme de Laurence Olivier et le mari de Vivien Leigh n’acceptèrent pas leurs divorces respectifs pendant longtemps, et le couple d’artistes ne put se marier que 6 ans plus tard.

À ce moment-là, Vivien s’était déjà distinguée dans le monde entier grâce à son rôle de Scarlett O’Hara et avait reçu son premier Oscar.

L’équipe du film Autant en emporte le vent après avoir gagné l’Oscar du meilleur film

ainsi que 9 autres titres

<p>“J’espère avoir une caractéristique que Scarlett n’a jamais eue : le sens de l’humour. Je veux connaître le bonheur dans la vie. Et elle avait une autre caractéristique que j’espère ne jamais avoir : l’égoïsme.” </p>
Vivien Leigh

La célébrité de Vivien se transforma en une véritable épreuve pour les sentiments d’Olivier. C’était un acteur et réalisateur connu, mais il n’eut jamais la même renommée que sa femme. Il y eut de la jalousie, de l’envie et de la suspicion, bien que Vivien ait fait tout son possible pour ne pas les provoquer.

Elle continua à jouer dans des pièces produites et filmées par Olivier. Leur collaboration était connue dans le monde entier, et plus tard, ils furent même nommés le plus beau couple d’Hollywood dans le film That Hamilton Woman.

L’actrice vécut cependant une tragédie personnelle : durant le tournage de César et Cléopâtre, elle vécut son deuxième avortement spontané. Cet événement provoqua sa première dépression nerveuse et c’est précisément à ce moment-là que tout le monde put voir Vivien en colère pour la première fois. Après l’incident, elle ne se souvenait plus de rien et s’excusa auprès de toute l’équipe de tournage, qui lui avait raconté ce qu’elle avait dit aux gens.

Au sommet de sa gloire, Vivien part en tournée en Afrique. À son retour, elle découvre qu’elle a la tuberculose. Le diagnostic fut posé en 1945 et elle commença immédiatement un traitement. Mais il se passait des choses étranges : la maladie aurait aussi provoqué des accès de folie. Elle commença à être violente physiquement avec son mari mais ne se souvenait de rien ensuite. Elle avait des sautes d’humeur très soudaines : de l’euphorie à l’épuisement complet, et ces choses se sont même produites sur scène durant les tournages.

Pendant longtemps, Vivien interpréta cela comme de la simple fatigue et du stress, mais elle a fini par consulter des médecins. Elle n’a pas obtenu un diagnostic exact et des méthodes très radicales ont été utilisées pour traiter ses troubles, y compris la thérapie électroconvulsive. Vivien a accepté plusieurs séances parce qu’elle était désespérée, mais cela n’a fait qu’aggraver son état.

Il s’est avéré par la suite que son trouble bipolaire avait notamment été causé par les médicaments antituberculeux qu’elle consommait depuis un an.

Pendant son congé forcé, sa célébrité se dissipa un peu. Elle avait l’impression de ne pas parler la même langue que les réalisateurs, qui ne la prenaient pas au sérieux à cause de sa beauté. Vivien était convaincue qu’ils ne lui permettaient pas de montrer toute l’étendue de son talent dramatique et comique. Mais la raison était toute autre : l’actrice avait la réputation d’être difficile dans le travail, précisément en raison de ses changements d’humeur. Vivien essayait de masquer ses crises mais ce n’était pas simplement de la mauvaise humeur, c’étaient des symptômes de la maladie. La rumeur avançait, le bouche à oreille faisait son œuvre et les réalisateurs ne voulaient pas prendre de risques.

Par la suite, elle ne fit que quelques projets sans grand succès, dont le film Anna Karénine. Au même moment, Laurence Olivier jouait le rôle principal d’Hamlet, qui lui fit remporter son premier Oscar.

Bien sûr, il inclut Vivien dans ses pièces et ils partirent ensemble en tournée, mais leurs chemins finirent par se séparer parce que lui était absorbé par le travail et elle par la maladie.

En 1947, Vivien lut la pièce Un tramway nommé Désir de Tennessee Williams et voulut interpréter Blanche DuBois comme elle l’avait fait pour Scarlett. Les critiques parlèrent de son incroyable sensibilité dans ses rôles : celui-ci fut sa deuxième meilleure performance, un travail absolument remarquable, qui lui permit de recevoir son deuxième Oscar. Ses proches déclarèrent que dans Scarlett et Blanche, il y avait tellement de Vivien elle-même, qu’elle ne pouvait tout simplement pas les avoir mal jouées.

Malgré les critiques controversées, Un tramway nommé Désir fut joué 326 fois au théâtre de Londres. Vivien joua ensuite dans le film éponyme aux côtés de Marlon Brando. Ce rôle apporta une nouvelle vague de reconnaissance à l’actrice, mais aggrava sa maladie. “Pendant 9 mois, j’ai été Blanche DuBois, et depuis lors, elle me contrôle. C’est un personnage tragique et je la comprends. Mais quand je l’interprète, je sombre dans la folie”.

La maladie progressa et finit d’envenimer sa relation avec son mari. Le jour de l’anniversaire de Vivien, Laurence Olivier lui fit un incroyable cadeau : il lui offrit une Rolls-Royce, mais lui demanda également le divorce. Après une séparation difficile, Vivien se mit en couple avec l’acteur John Merivale.

Vivien Leigh avec son mari Laurence Olivier, et sa fille Suzanne, issue de son premier mariage.

Entre les épisodes dépressifs, l’actrice essaya d’assumer tous les rôles et de se consacrer à son travail sans relâche. Elle reçut un Tony Award (récompense du théâtre américain) pour le meilleur rôle dans la comédie musicale Tovaritch, une autre récompense pour le film Le Visage du plaisir et La Nef des fous, dans lequel on voit l’actrice sous un jour inhabituel, dans un rôle très mature. Le réalisateur, Stanley Kramer déclara : “Elle était malade, mais elle était courageuse et allait toujours de l’avant. C’est incroyable, mais ça ne pouvait pas être autrement.”

Dans sa vie privée, Vivien adorait son rôle de grand-mère : sa fille avait donné naissance à trois enfants et cela améliora la relation entre la mère et la fille, qui avait du mal à pardonner à l’actrice de l’avoir “remplacée par le théâtre”.

Elle accueillait régulièrement ses amis dans sa nouvelle maison avec un étang et un moulin. Winston Churchill était l’un de ses invités fréquents. Apparemment, le bonheur était de retour. Mais un vieil ennemi était revenu lui aussi : la tuberculose.

Vivien dans son dernier rôle pour le film La Nef des fous

En 1967, elle reprit courage et commença à répéter à Londres pour l’œuvre de Tchekhov, Ivanov. Malgré le développement de sa tuberculose, elle continua à répéter chez elle dans l’espoir de monter sur scène.

Le vendredi 7 juillet, en rentrant des répétitions, Merivale jeta un œil dans la chambre de Vivien et la trouva morte, étendue par terre.

Vivien Leigh mourut à 53 ans seulement. Le jour de sa mort, tous les théâtres du centre de Londres éteignirent les lumières pendant une heure pour honorer sa mémoire. Elle n’avait pas peur de vieillir et rêvait d’interpréter des rôles dans lesquels les spectateurs pouvaient voir sa personnalité et non son physique. Elle l’a en partie réalisé.

<p>“La beauté est fugace. Mais la beauté de l’esprit, de l’imagination et de l’âme sont de véritables vertus. Je ne suis pas jeune. Mais qu’y a-t-il de mal à ça ?”</p>
Vivien Leigh

Alors, connaissais-tu ce visage de Vivien Leigh ? As-tu déjà vu des films dans lesquels elle joue ? N’hésite pas à nous en dire plus dans les commentaires ci-dessous !

Photo de couverture East News, East News