Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

12 Mystères sur Pétra, la cité perdue taillée dans la pierre, au milieu d’un désert de roches

----
612

Pétra est une ville antique, ciselée dans la roche. Ses ruines se situent en Jordanie, un pays du Proche-Orient, dont la majeure partie du territoire est couverte de déserts. Pour rejoindre ce lieu mythique et unique, il faut tout d’abord longer les rives de la mer Morte, puis rejoindre la ville actuelle de Pétra dans les montagnes de roches désertiques au sud du pays. Et c’est une fois sur place que l’on peut finalement s’engouffrer à pied, à cheval, à dos d’âne ou de chameau, dans un passage long et étroit, niché au sein d’un canyon de roche rose, rouge et orange. En tout cas, ce ne sont pas ces quelques difficultés qui rebutent les amateurs et passionnés de ruines antique à venir découvrir la beauté unique du site.

Chez Sympa, nous avons toujours été passionnés et attirés par les énigmes des villes et cités antiques perdues, que ce soit dans le temps ou géographiquement. Et après nous être intéressés à la cité troglodyte de Pétra, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait beaucoup plus de questions que de réponses.

Quand et par qui la ville a-t-elle été construite ?

La cité antique de Pétra a été abandonnée il y a près de 1300 ans, et différents événements ayant convergé à la même période semblent en être la cause commune. En effet, la cité qui a rayonné durant près d’un millénaire aurait souffert de plusieurs séismes successifs qui l’auraient détruite en grande partie, et la modification des routes commerciales, ainsi que sa conquête par les Arabes, ont définitivement signé son déclin. C’est la situation géographique de Pétra qui a fait sa fortune et sa renommée, la plaçant au cœur des routes commerciales et faisant de la cité le passage obligé des marchands et commerçants qui apportaient la soie, les épices et les parfums d’Inde, d’Arabie, d’Afrique ou d’Égypte. Cela a permis à la cité de prospérer un certain temps et aux habitants de la cité de s’enrichir.

On ne sait pas vraiment depuis quand la ville existe et quand exactement elle a été construite, mais on suppose que cela se situe autour de VIIe siècle av. J.-C. Pétra était la capitale de royaume Nabatéen. Et selon certaines recherches, la population aurait atteint jusqu’à 20 000 personnes à son apogée.

Comment a-t-on réussi à ériger une ville dans la roche de ces falaises ?

Les façades des édifices sont creusées et gravées directement dans les parois des falaises du site, qui sans nul doute frappaient déjà à l’époque — et frappent encore aujourd’hui — l’imagination de tous les visiteurs. Les frises et autres gravures fines certifient du haut niveau de développement et de maîtrise de cette civilisation.

À l’embouchure d’un long et sinueux passage, on découvre avec émerveillent le joyau de la cité appelé la " Khazneh " (le Trésor). Ce sont les bédouins locaux qui ont surnommé le monument ainsi, car ils croyaient réellement que d’innombrables richesses étaient renfermées quelque part à l’intérieur. La façade du " Trésor " est sculptée dans un magnifique grès rose, et c’est aussi pour cette raison que Pétra est aussi appelée la cité rose.

Cependant, il est difficile de comprendre la manière dont-ils s’y sont pris pour construire ces monumentaux bâtiments. En effet, il n’y a rien aux alentours, aucune forêt et donc aucun arbre pour fournir le bois à l’élaboration d’échafaudages. C’est pour cela que les spécialistes du site supposent que les Nabatéens auraient débuté la construction des monuments par le haut, car les bâtisseurs pouvaient se tenir debout sur la roche encore non travaillée, puis progressivement descendre, étage par étage. Et, ce serait la raison pour laquelle, en utilisant que des ciseaux et des marteaux, les constructeurs auraient obtenu cet étonnant et prodigieux résultat.

Les roches servaient-elles à protéger les habitants des assauts des ennemis ?

D’autres peuples étaient jaloux de la richesse et de l’influence commerciale des Nabatéens. Pétra fut par la suite sous domination romaine. Malgré cela, Petra a continué à prospérer durant encore de nombreuses années.

Au IVe siècle apr. J.-C., un gros tremblement de terre a détruit une grosse partie de la ville et a produit des dommages irréparables dans de nombreuses zones. Les Romains ont alors décidé de quitter la ville endommagée. Et plus tard, elle fut reconquise par l’Empire romain d’Orient (Byzantin).

Pourquoi Pétra a été perdue et où les habitants sont-ils partis ?

Les progrès techniques et le développement des peuples et des civilisations avec lesquels les Nabatéens commerçaient, seraient en grandes parties responsables du déclin de la cité. En effet, d’autres routes commerciales maritimes et terrestres sont alors apparues, et Pétra aurait ainsi perdu son importance stratégique et son hégémonie sur les échanges commerciaux de la région et du monde. C’est pour cela qu’elle fut abandonnée, puis oubliée pour finalement disparaître durant plusieurs siècles avant d’être redécouverte.

Cependant, il faut savoir que Pétra n’était perdue que pour les civilisations occidentales, car en ce qui concerne les habitants de cette contrée, ils n’ont jamais cessé d’en connaître l’existence. D’ailleurs, La tribu bédouine Bdoul vivait dans les habitations troglodytes de la ville, et ils prétendaient même être les descendants du peuple Nabatéen. Les Bdouls avaient peur que s’ils dévoilaient l’emplacement de leur cité, des gens viennent fouiller à la recherche d’hypothétiques trésors qui finiraient de détruire les derniers vestiges de Pétra. Voilà pourquoi ils ont gardé secrète l’existence de la ville Nabatéene pendant de nombreuses années.

Comment les Européens ont-ils redécouvert l’existence
de Pétra ?

La cité a été redécouverte le 12 août 1812 grâce au jeune Suisse Johann Ludwig Burckhardt, qui a entendu parler d’une ville mystérieuse pendant sont voyage au Caire en Égypte. Il dut même s’habiller en Arabe et maquiller son teint pour convaincre son guide de lui faire découvrir ce lieu mystérieux.

Malheureusement, Johann n’a pas pu rester longtemps à Pétra, et c’est pour cela qu’il n’était pas sûr que c’était bien la cité qu’il recherchait, car rien ne pouvait le lui prouver. Une fois revenu en Suisse, il fit connaître ses découvertes et d’autres chercheurs européens se sont rendus à Pétra et ont fait des dessins précis. Pourtant, les premières fouilles n’ont commencé qu’en 1929, près d’un siècle après sa redécouverte.

À quoi servait le " Trésor " ?

Les archéologues ne comprennent pas vraiment à quoi servait le monument la " Khazneh “. Certains pensent qu’il s’agirait du tombeau d’un roi Nabatéen tandis que d’autres supposent que c’était un temple ou bien un lieu où étaient entreposés des documents. On sait que le ” Trésor " a été l’une des dernières constructions de la ville, qui était déjà riche et prospère.

Comment les gens pouvaient-ils survivre dans un désert
de roches sans eau ?

Les habitants de Pétra étaient des experts en techniques de captation, de collecte et de stockage des eaux de pluies et de ruissellements. Ainsi, ils construisaient des réservoirs et autres citernes, et creusaient à même la roche des canalisations pour capter et amener les eaux jusqu’à un point d’écoulement et de stockage. La ville était une sorte d’oasis pour les pèlerins fatigués. Ces technologies parfaitement maîtrisées et développées permettaient aux habitants de rester dans leur ville même pendant les périodes de sécheresse.

Parfois, Pétra était confrontée à des inondations, mais les Nabatéens avaient géré ce problème en construisant des barrages et des aqueducs qui redirigeaient les flux des eaux de pluies. C’est grâce à tout cela que les Nabatéens pouvaient vivre dans la cité.

Les gens vivaient-ils dans les grottes ?

Pétra était un gros centre religieux et c’était, hypothétiquement, un lieu de résidence pour les hommes de Dieu, les marchands, les sculpteurs et les gens engagés à leurs services. À Pétra, on a retrouvé plus de 1000 sépultures : plusieurs parmi elles étaient prévues pour accueillir des familles entières et même des tribus. Il est probable que beaucoup de citoyens aient été en relation avec les affaires funéraires.

On ne sait pas si les 20 000 habitants (voire 30 000 selon d’autres données) vivaient vraiment dans la cité de Pétra intra-muros. De plus, selon certaines estimations, si une famille comptait en moyenne 10 personnes, on devrait dénombrer pas loin de 2000 maisons à l’intérieur de la ville, mais en réalité il y en a beaucoup moins. C’est pourquoi on suppose que les habitants vivaient aussi dans des tentes derrière les murailles de pierre.

Qui repose dans les tombeaux de Pétra ?

Les scientifiques n’ont fait que des suppositions à ce sujet, car ils ne peuvent rien affirmer pour l’instant. Ce dont on est sûr, c’est que les niches ont été creusées à différentes périodes de l’histoire du site, et c’est pourquoi elles sont toutes tellement différentes les unes des autres. Les habitants de Pétra, à l’inverse des autres Nabatéens, ne faisaient aucune marque ni inscription sur les tombeaux, ce qui aurait aidé les archéologues à décrypter les noms ou leur aurait permis d’obtenir d’autres informations sur les personnes qui avaient été placées dans ces tombeaux. Cependant, les Nabatéens pensaient que les défunts, en passant dans l’autre monde pouvaient manger et passer du bon temps, c’est pourquoi ils plaçaient à côté des corps de la nourriture et d’autres objets de la vie quotidienne.

Il est également intéressant de savoir que Pétra avait, dans un premier temps, été considérée par certains chercheurs comme étant une immense nécropole, à cause du nombre incroyable de tombeaux présents dans la cité. Et ce n’est que quelque temps plus tard que les scientifiques se sont finalement rendu compte que Pétra avait été une ville riche et développée.

Qu’y a t-il d’intéressant à voir à Pétra, à part de belles façades sculptées dans la roche ?

L’un des bâtiments les plus remarquables du site est l’amphithéâtre situé au cœur de la ville, qui pouvait accueillir jusqu’à 8500 personnes. Parmi les autres lieux marquants, on peut citer la falaise percée de tombeaux, ainsi que le " Deir " ou le " monastère ", appelé ainsi car les chrétiens s’en servaient comme monastère. C’est un magnifique bâtiment monumental au sommet d’une montagne rocheuse, dont le but est encore à ce jour ignoré des archéologues.

En 1985, Pétra est entrée au patrimoine mondial de l’UNESCO, et en 2007, elle fut classée comme l’une des Sept nouvelles Merveilles du monde. Pour préserver le site, un accord a été conclu avec les Bédouins pour qu’ils soient relogés à une certaine distance de la ville, et ils vivent désormais dans un campement spécialement construit pour eux. L’une de leurs principales activités est le tourisme.

Derrière les portes naturelles de Pétra, on retrouve des blocs de pierre monumentaux. À quoi pouvaient-ils bien servir ?

Il est vrai que Pétra renferme encore beaucoup de mystères. Par exemple, nous ignorons toujours ce que sont et à quoi servaient les énormes blocs de pierre carrés et sculptés dispersés à l’extérieur des murailles naturelles de la ville. En effet, personne ne sait pourquoi ils ont été placés là et ce qu’ils sont réellement. Selon certaines traditions orales, des génies auraient été emprisonnés à l’intérieur pour protéger l’ancienne capitale Nabatéene.

Pourra-t-on un jour découvrir tous les secrets de Pétra ?

Pétra est aujourd’hui encore une source de découvertes. En effet, en 2016 les archéologues ont encore découvert un immense site cérémonial. Et à ce jour, les scientifiques essaient toujours d’apprendre de quoi il s’agit réellement et à quoi cela servait exactement. En 1993, des rouleaux de l’époque Byzantine ont été retrouvés. Leur contenu reste à ce jour un véritable mystère.

Les archéologues présument que seulement 15 % de la ville ont été découverts, et que 85 % restent encore sous terre. On peut donc espérer en apprendre encore davantage sur ce joyau perdu.

Le Moyen-Orient n’est pas une destination populaire pour les touristes. Et malgré cela, en 2019 Pétra a été visitée par plus d’un million de touristes. C’est l’un des plus célèbres sites archéologiques à travers le monde. De plus, le lieu est devenu extrêmement populaire depuis la sortie du film " Indiana Jones et la dernière croisade ", où se déroule une partie de l’intrigue.

Parfois des excursions nocturnes sont organisées pour les touristes, et Pétra se pare alors d’un féérique chemin de lumière composé de bougies et de lanternes.

Si tu n’as pas encore eu la possibilité d’aller visiter cette cité antique, Google propose une excursion virtuelle accompagnée d’un guide audio.

Et toi, as-tu déjà visité Pétra ? Qu’as-tu pensé de cette beauté antique ?
N’hésite pas à partager ton expérience sur cette énigmatique ville troglodyte dans les commentaires !

Photo de couverture Depositphotos
----
612