Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Ces 12 histoires prouvent qu’au travail aussi on peut s’amuser

Ces 12 histoires prouvent qu’au travail aussi on peut s’amuser

Même avec un travail très sérieux, éviter les situations ridicules et les incidents amusants est quasiment impossible. On passe tellement de temps de notre vie au travail qu'il nous arrive forcément des histoires à raconter. Ces personnes ont décidé de faire part de certaines anecdotes qui ont marqué leur journée de travail.

Sympa a trouvé pour toi 12 histoires d'événements insolites qui se sont produits au travail, concernant des employés aussi variés qu'un officier de police ou un distributeur de flyers déguisé en hot dog.

  • Lorsque j'ai quitté mon travail, j'ai voulu le faire de façon mémorable. J'ai d'abord remis ma lettre de démission à mon chef, qui se trouvait être un homme doté d'un grand sens de l'humour. Le jour "J" est arrivé, je suis allé travailler comme d'habitude, et j'ai même fini un rapport. Soudain, six de mes amis ont fait irruption dans le bureau, portant des uniformes des forces spéciales (avec armes et masques, comme dans les films), ils se sont approchés de moi, m'ont attaché les mains derrière le dos, et m'ont emmené en déclarant : "Enfin nous l'avons attrapé". Aucun de mes collègues ne m'a plus jamais revu.
  • Alors que j'attendais mon avion à l'aéroport, je regardais un technicien de piste aider le pilote à stationner correctement. Je l'ai vu lentement écarter ses bras, puis les croiser au-dessus de sa tête, et l'avion s'est immobilisé. Le technicien a levé le pouce pour signaler que tout était ok, puis, soudain, il s'est mis à sauter et danser, et à la fin du dernier saut il a terminé par un "split". Cet homme adore son travail !
  • Je suis en vacances. Aujourd'hui, à 7 heures du matin, ma chef m'a appelé et m'a dit d'une voix étrange : "Il te reste sept jours...". Puis elle a ri et elle a raccroché.

  • Nous avons une petite tradition dans notre équipe de travail. Tous les mois, nous tirons au sort le nom de l'un d'entre nous, et tous les autres deviennent ses "anges gardiens". La tâche consiste à lui faire de petites surprises agréables, comme par exemple lui laisser sur son bureau des mots doux, des pommes, des chocolats... tout cela en cachette. Je le recommande à tous ceux qui veulent souder une équipe.

  • Mon mari travaille comme réparateur de téléphones portables. On lui apporte des téléphones ayant subi toutes sortes de châtiments : noyés dans la soupe, passés à la machine, tombés d'un balcon... J'ai toujours beaucoup ri en apprenant ce qui s'était passé pour chaque téléphone, jusqu'à ce que je fasse moi-même tomber le mien dans les toilettes. Deux fois.

  • Je travaille dans une entreprise de téléphonie mobile, et lorsque je parle avec un client, j'entends non seulement sa voix mais aussi tous les bruits qui l'entourent. Un jour, une femme appelle et se met à exprimer tous ses griefs. Et soudain, j'entends une sonnerie désagréable dans son appartement, un son très aigu à mes oreilles. Alors je lui dis : "Madame, allez d'abord ouvrir la porte, puis si vous le voulez nous continuerons cette conversation". Une pause... puis j'entends la voix de la femme, horrifiée, criant loin du téléphone : "Nicolas, apporte-moi vite ma robe de chambre, ils peuvent nous voir maintenant !"
  • J'ai un nouveau travail. Mon chef s'appelle Julien Bombe. Avant de nous faire des reproches pour une erreur, il prononce toujours la phrase suivante : "La bombe est sur le point d'exploser !". Un homme plein d'humour, sans aucun doute.
  • Comme j'effectue beaucoup de voyages d'affaires, mais que je dois quand-même assister à des réunions de travail, en général nous organisons des vidéo-conférences par Skype. Un jour, j'ai reçu un appel de ma femme et de ma fille, puis juste après un appel du travail. Les deux choses se sont mélangées dans ma tête, si bien qu'à la fin de la réunion avec mes collègues je leur ai dit : "Je vous aime mes chéris". Je n'avais jamais entendu autant de gémissements émus.
  • Aujourd'hui je suis allé à un entretien. Le responsable des ressources humaines m'a donné un ordinateur portable et m'a lancé le défi de le lui vendre. J'ai pris l'ordinateur, je suis sorti et suis rentré chez moi. Lorsque je suis arrivé, le responsable m'a appelé et a commencé à me crier dessus : "Rendez-moi mon ordinateur immédiatement !". Je lui ai répondu calmement : "200 euros et il est à vous".

  • Travail de promoteur : je distribue des flyers déguisé en hot dog. Il fait une chaleur suffocante à l'intérieur du costume, donc je suis souvent en sous-vêtements. Aujourd'hui, à l'heure de pointe, j'ai eu envie d'aller aux toilettes. Je crois qu'il est facile d'imaginer le regard ahuri des gens qui ont vu un hot dog géant essayer sans succès d'entrer dans des toilettes publiques, puis d'enlever son costume pour y entrer, se retrouvant du coup en sous-vêtements dans la rue.
  • J'ai été témoin d'un incident amusant à l'hôpital. Un couple de personnes âgées était assis là, et l'homme se tenait le cœur, gémissait et manquait de souffle ; un médecin s'est approché et a proposé de lui faire passer un examen. Le viei homme a alors blêmi, et, en bégayant, il a dit : "Pas toi... non... pas toi... Je t'ai fait passer l'examen final à l'université, je sais que tu serais capable de tuer un patient avant de lui prendre sa température ! Chérie, je n'ai plus si mal au cœur. Partons d'ici !". Voici comment l'élève, à défaut d'avoir dépassé le maître, a au moins réussi à lui faire peur.
  • L'une de mes amies avait un entretien d'embauche, mais une guêpe l'a piquée pendant le trajet, et au visage qui plus est. Son visage a enflé, mais mon amie, comme si de rien n'était, a quand même décidé d'aller à son entretien. L'un de ses yeux n'était même plus visible. Elle leur a raconté sa mésaventure, et leur a proposé de remettre l'entretien à plus tard s'ils ne souhaitaient pas la voir dans cet état. Elle a été prise immédiatement. Ils lui ont dit que si elle avait osé se présenter comme ça, c'est qu'elle était quelqu'un de responsable, et c'est justement ce dont ils avaient besoin.

Based on materials from Палата №6, Pikabu