Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

9 Secrets que cache le continent le plus mystérieux de la Terre : l’Antarctique

Le continent le plus mystérieux de la Terre attire les chercheurs, les explorateurs et autres conspirologistes. L’étude de l’Antarctique démontre clairement que la science est en train d’être créée devant nos yeux. Les découvertes fabuleuses surprennent non seulement les gens communs mais aussi les scientifiques : les “Blood falls” ou les “cascades de sang”, une météorite martienne, des fossiles et même un énorme lac sont restés cachés des milliers d’années sous la glace.

Sympa a décidé de vérifier quelles étaient les découvertes qu’ont réalisées les scientifiques modernes et de quoi parlent les théoriciens de la conspiration lorsqu’ils font référence à l’Antarctique.

Une météorite martienne avec des traces de vie

La météorite martienne, que l’on connaît sous le nom d’Allan Hills 84001, a été retrouvée dans les montagnes de Allan Hills, dans l’Antarctique, le 27 décembre 1984. Cette découverte a provoqué une grande réaction publique à cause de la surface de la météorite, où l’on a trouvé des structures microscopiques fossilisées qui pourraient être des bactéries. L’hypothèse de l’origine extraterrestre des bactéries est toujours ouverte, et elle est d’ailleurs favorisée par le fait que la taille des structures trouvées est de 20 à 100 nanomètres de diamètre, ce qui est beaucoup plus petit que n’importe quelle autre forme de vie cellulaire que l’on connaît sur Terre.

La singularité de ALH 84001 est aussi due au fait que, selon l’enquête, elle se serait séparée de sa planète natale il y a quatre mille millions d’années, quand il y avait encore de l’eau liquide ; le reste des météorites trouvées sur la Terre n’appartiennent plus à l’ère “humide” de Mars.

Un lac dissimulé sous quatre kilomètres de glace

L’une des découvertes géographiques majeures du Xxème siècle a été le lac subglaciaire Vostok, qui se trouve en Antarctique. Le plus surprenant est qu’il était caché sous une couche de glace de quatre kilomètres d’épaisseur. Les scientifiques croient que le lac a été isolé du monde extérieur par un glacier durant plusieurs millions d’années.

Les dimensions de Vostok sont vertigineuses : la surface totale du lac est d’environ 16 000 kilomètres carrés, et sa profondeur peut atteindre les 1200 mètres. Le plus probable est qu’il soit enfoui si loin sans se congeler à cause des sources géothermiques souterraines. La perforation a été un processus long et difficile, qui a été initié en 1989, suspendu en 1999 (par peur de contaminer un éco-système unique), puis repris en 2006 pour se terminer en 2013. Depuis 2015, l’étape d’exploration active du lac a commencé. Dans un échantillon d’eau, les scientifiques ont découvert des micro-organismes, l’un d’eux est de type inconnu. Mais il ne s’agissait que d’échantillons de la surface ; le plus intéressant serait d’arriver à prélever des échantillons dans le fond, où, selon les suppositions, l’eau se réchaufferait grâce à des sources thermales et où elle permettrait la vie. Peut-être que bientôt, les scientifiques pourront découvrir des espèces inconnues. Qui sait comment a eu lieu l’évolution dans l’éco-système très fermé de Vostok...

Un bois calciné

Depuis l’époque des premières expéditions, les scientifiques ont émis l’hypothèse selon laquelle l’Antarctique aurait été un continent vert. Il y a peu, ils ont en effet découvert un élément qui a déconcerté la science moderne : à deux reprises, ils ont trouvé des bois calcinés et pétrifiés dans différentes zones de l’Antarctique, qui premièrement, vérifient la théorie d’une “Antarctique verte”, et deuxièmement, qui représentent un nouveau défi pour les scientifiques : déterminer ce qui s’est passé dans ces bois.

L’étude des fossiles a montré un grand niveau de dégâts provoqués par le feu, ce qui suggère que les bois anciens ont disparu il y a 250 millions d’années, et seraient le résultat d’un incendie massif qui, à son tour, aurait pu être provoqué par la chute d’une météorite, ou par une activité volcanique. Les recherches sur ce thème sont toujours en cours à l’heure actuelle.

91 volcans sous la glace

Il y a peu, les scientifiques ont découvert, cachée sous la glace de l’Antarctique, une crête volcanique. On peut dire que c’est la crête la plus grande du monde, car elle regroupe 91 volcans ! On ne sait pas encore combien d’entre eux sont toujours actifs, car ils sont cachés sous un glacier dont l’épaisseur atteint parfois les deux kilomètres. La région a été sondée grâce à des radars et autres équipements spécifiques.

L’un des chercheurs, Robert Bingham, est certain que d’autres volcans peuvent être cachés dans les fonds de mer, sous la plate-forme glacière, ce qui pourrait faire de l’Antarctique la région avec la plus grande concentration de volcans. Désormais, les scientifiques sont particulièrement préoccupés par la question suivante : “en quoi une éruption potentielle pourrait affecter la fonte des glacs et quels risques engendrerait-elle ?”

Une cascade de “sang”

Imagines-tu ce qu’a vécu Griffith Taylor lorsqu’il a découvert les “Cascades de Sang” en 1911 ? Des coulées rouges sortent d’un glacier blanc comme la neige ; cela terroriserait n’importe qui. Le scientifique n’a pourtant pas perdu la tête. Il a pensé que ce qui teignait l’eau en rouge étaient des algues miraculeusement conservées dans le glacier.

Durant longtemps, les “Cascades de Sang” sont restées un mystère, qui a été récemment résolu, au XXIème siècle. Les échantillons d’eau du glacier et d’autres études ont démontré que l’eau provenait d’un lac subglaciaire, qui était complètement isolé durant très longtemps. Les micro-organismes qui y habitaient ont néanmoins réussi à s’adapter, malgré l’absence de lumière et d’oxygène. Et dans le processus d’évolution, ils ont commencé à recevoir de l’énergie vitale en restaurant les sulfates dissous dans l’eau en sulfites.

Ce phénomène incroyable permet aux scientifiques d’émettre l’hypothèse selon laquelle, la vie sur les autres planètes aurait pu être préservée de la même manière.

Les dinosaures de l’Antarctique

Les scientifiques ont trouvé les premiers restes des dinosaures en Antarctique en 1986, et en 2006, ils ont pu répéter cette fabuleuse découverte. Mais il s’agissait d’exemplaires individuels. En 2016, sur l’île James Ross, une expédition a eu la chance de vivre un moment sans précédent : au total, ils ont retrouvé plus d’une tonne de restes de dinosaures.

Cette quantité de matériel disponible est une excellente opportunité de procéder à une analyse détaillée afin de faire la lumière sur l’extinction des dinosaures. Les restes découverts font l’objet d’un travail sans relâche. Certains de ces échantillons ont plus de 71 millions d’années. Même si l’on ne dispose pas d’informations détaillées sur les espèces, on sait néanmoins que certains os appartiennent aux plésiosaures, et aux mésosaurus ; d’autres, à des oiseaux plus petits et même à des canards datant de la fin de la période Crétacé.

Mystifications et falsifications

L’Antarctique fait partie des mythes et des mystifications les plus diverses, et plusieurs théories de la conspiration sont nées des investigations menées sur ce continent. Sur Internet, il y a toujours moyen de trouver de fausses informations, à première vue convaicantes, qui parlent de découvertes fascinantes et incroyables qui pourraient bien révolutionner la science moderne.

Et voici les plus populaires.

  • Des pyramides dans l’Antarctique

Depuis 2013, plusieurs rapports ont affirmé que les scientifiques avaient trouvé en Antarctique des pyramides similaires à celles des Égyptiens, avec les mêmes paramètres et la même architecture. Des photographies et des images satellites de quelques pyramides ont été dévoilées. La nouvelle “sensationnelle” a provoqué une avalanche de discussions et d’interprétations, et la vérité a assez tardé à être révélée.

Le responsable de la diffusion de la nouvelle erronée est Steven Hannard, l’un des membres de l’Alien Disclosure Group, qui a été impliqué dans la création de falsifications à plusieurs reprises. La photo des pyramides est, en réalité, une photographie d’un blog d’escaladeurs qui sont montés aux pics du massif Vinson. La “pyramide” de la photographie et de l’image satellite est l’une des montagnes de ce massif, qui a pris une forme étrange à cause des particularités de sa structure et à cause des conditions climatiques.

  • Des crânes allongés

Une autre “nouvelle impactante” qui a fait beaucoup de bruit a été la découverte de crânes étrangement allongés en Antarctique, qui indiquaient apparemment la colonie du continent (selon une version, il s’agissait de quelques individus, pour d’autres, il s’agissait d’une civilisation extraterrestre). Plusieurs photos de crânes ont été publiées, et en réalité, il s’agissait d’expositions de musées qui démontraient la déformation artificielle des crânes, très pratiquée dans l’Antiquité.

  • L’atterrissage d’un OVNI

Les individus qui ont Google Maps et qui disposent de beaucoup de temps libre ont découvert il y a peu, dans l’Antarctique un objet étrange, situé aux coordonnées 54°39’44.62"S и 36°11’42.47“W. La découverte, de manière inattendue, est devenue virale sur Internet ; tout le monde a commencé à commenter le sujet, et la vidéo originale a déjà été reproduite plus de trois millions de fois.

Beaucoup de suppositions ont été émises à propos de la nature de l’objet, mais la plus populaire a été celle de l’atterrissage d’un OVNI sur l’Île de San Pedro. Les scientifiques, de leur côté, se sont montrés extrêmement sceptiques à ce sujet. Ils sont certains que la mystérieuse “navette spatiale extraterrestre” n’est rien de plus qu’un bloc de glace tout ce qu’il y a de plus courant. Mais cela n’arrête pas les conspirologistes.

Laquelle de ces informations t’a le plus surpris ?

Photo de couverture Google Maps