Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

13 Étranges habitudes des Chinois qu’un Européen ne comprendra jamais

Il y a des spécificités culturelles dans chaque pays. Mais plus notre mentalité diffère, plus les traditions, les goûts et la mode des autres semblent étranges voire incompréhensibles. La Chine est exactement l’un de ces pays qui peuvent nous choquer en raison des coutumes et habitudes locales. Pantalons ouverts pour enfants, “bikini de Pékin”, fausses fesses... Voici un tout petit extrait de ce qui nous laisse perplexes et nous fait poser pas mal de questions, dont la principale est : qu’est-ce que tout cela signifie ?

Sympa a étudié les bizarreries les plus surprenantes de l’Empire du Milieu et a tenté de comprendre leurs origines. Nous t’avons également préparé un bonus pour apprendre comment quitter un bâtiment de 5 étages en quelques secondes.

1. Le “bikini de Pékin”

Quand l’été arrive en Chine, les habitants exposent leur ventre sans vergogne. Il n’y a pas de limite d’âge, tout le monde le fait, des personnes âgées jusqu’aux plus jeunes. Cette mode estivale masculine a reçu le nom “bikini de Pékin” et s’est répandue non seulement à Pékin, mais dans tout le pays. Trois raisons expliquent ce phénomène. Premièrement, les Chinois pensent que de cette façon, le corps “respire”. Deuxièmement, en exposant leur ventre bien nourri, ils informent les autres qu’ils peuvent se procurer une quantité “digne” de nourriture.

La troisième raison remonte quant à elle à la médecine chinoise selon laquelle il est nécessaire de permettre à l’énergie du “Chi” de circuler librement autour des organes internes. On ne sait pas laquelle de ces trois règles chaque Chinois suit, mais une chose est évidente : cette habitude est fermement ancrée dans leur vie. Selon les données les plus récentes, les autorités locales de Jinan veulent interdire cette tendance, car elle porte atteinte à l’image de la ville et repousse les touristes.

2. Les ongles longs chez les hommes

Nous pouvons trouver étrange que certains hommes chinois préfèrent avoir les ongles longs. Le fait est que, pendant des siècles, cela a été un symbole de richesse. Seules les personnes aisées et ayant une profession intellectuelle pouvaient laisser pousser leurs ongles. Des ongles courts laissaient entendre que leur “propriétaire” travaillait dur physiquement et ne pouvait tout simplement pas se permettre un tel luxe. Aujourd’hui, certains hommes les laissent pousser sur tous leurs doigts, d’autres uniquement sur les petits doigts, comme porte-bonheur.

3. Les fausses fesses

Peut-être que la célébrité de Kim Kardashian obsède les femmes chinoises. Toujours est-il que les fausses fesses gagnent de plus en plus en popularité chez les jeunes filles. Si l’on a la malchance d’avoir peu de formes, les fabricants chinois ont trouvé la solution. Les femmes de l’Empire du Milieu expérimentent volontiers les nouveaux accessoires créés par des entreprises qui imaginent et conçoivent des dispositifs divers et variés pour modifier l’apparence des consommatrices.

4. Les faux mollets

Plutôt que de se rendre à la salle de sport pour donner plus de volume à leurs jambes, les Chinoises peuvent tirer parti d’une autre invention, à savoir les faux mollets en silicone.

Cet accessoire est déjà fermement enraciné dans le quotidien des Chinoises car il aide à augmenter visuellement les muscles du mollet en quelques minutes. Le tout c’est de bien faire attention à ce que ces extensions collantes ne tombent pas au moment le plus inopportun.

5. Les bandes adhésives pour les paupières

Anatomiquement, la structure des paupières des Asiatiques est différente de celle des Européens. Mais pour être à la mode en Chine, il faut ressembler à une Occidentale : toutes les filles sans exception rêvent donc de grands yeux avec un regard “ouvert”. Tous les moyens sont bons pour parvenir à cet idéal de beauté, des bandes adhésives pour paupières et jusqu’à la blépharoplastie. Cet acte de chirurgie plastique est cependant beaucoup plus cher. Beaucoup de Chinoises recourent donc aux bandes adhésives afin d’obtenir un regard plus grand sans souffrir.

6. Le “lotus d’or”

Cette coutume des pieds bandés remonte à une époque fort lointaine. On attachait les orteils des jeunes filles issues du milieu aristocratique à leur pied, afin qu’elles aient des pieds minuscules. La taille idéale était de 7,5 centimètres et était appelée “lotus d’or”. On pensait que plus les pieds étaient petits, plus la fille à marier était “précieuse”. Aujourd’hui, en Chine, tu peux toujours rencontrer des femmes aux pieds déformés par des “chaussures de pieds bandés”.

7. Le tai-chi-chuan et la “marche en arrière”

Le taiji quan, ou tai chi, est une gymnastique de bien-être chinoise. C’est un ensemble de mouvements lents que les gens de tous âges peuvent effectuer. L’exercice de “marche en arrière” appartient bien au tai chi. Dans les parcs et sur les places publiques, on peut souvent voir des exercices en groupe, les personnes âgées marchant en rythme, penchées vers l’avant. Cela s’accompagne parfois d’applaudissements. On pense que cette série d’exercices soulage la tension des muscles du dos. En outre, un mode de déplacement aussi inhabituel nécessite une activité cérébrale accrue, qui permet par ailleurs de prévenir la démence sénile.

8. La vente de lait maternel à des millionnaires

En Chine, il n’est pas habituel d’allaiter au sein et les mères préfèrent les mélanges de laits. Cela a été popularisé par la croyance selon laquelle l’allaitement nuit à la santé et à la silhouette de la maman. En Chine, on pense également que le lait perd complètement ses propriétés bénéfiques lorsque le bébé a 4 mois. Mais il est impossible de se débarrasser de cette superstition du jour au lendemain. Les femmes essaient donc de lui trouver une “utilité” et le vendent sur diverses plateformes en ligne et sur des sites spécialisés. En conséquence, le lait maternel est devenu populaire parmi les millionnaires, qui l’ajoutent à leur régime alimentaire car ils pensent qu’il est riche en vitamines et minéraux. Ce service n’est pas bon marché et coûte environ 5 000 dollars par mois aux consommateurs.

9. Le mah-jong dans une piscine

Dans la ville chinoise de Chongqing, il y a un parc aquatique qui propose non seulement des activités nautiques, mais aussi de jouer au mah-jong sur une table dans la piscine. Ce jeu est apparu dans les années 1920 et a rapidement acquis le statut de jeu national. E 1998, il a même été officiellement reconnu comme un sport.

10. La baignade dans les algues

La ville de Qingdao est baignée par la mer Jaune. Au début de l’été, toute la côte est recouverte d’algues vertes. Les autorités locales tentent chaque année de les combattre, mais sans succès jusqu’à présent. Ce n’est pas un obstacle pour les Chinois, qui n’hésitent pas à nager dans le liquide vert pour échapper à la chaleur

11. Les gens ensablés

Les Chinois fuient le soleil de différentes manières et certaines solutions peuvent surprendre. Si sur la plage tu vois un homme enterré dans le sable, ne sois pas surpris, c’est le rituel estival habituel de la population locale. Et pour ne pas attraper de coups de soleil sur le visage, ils utilisent des masques ou des parapluies spéciaux. Ces derniers sont d’ailleurs plus souvent utilisés en Chine pour se protéger des rayons ultraviolets que de la pluie.

12. Les concours de mangeurs de pastèques, également utilisées comme bols rafraîchissants

En Chine, on aime tellement les pastèques que l’on est prêt à en ingurgiter un maximum lors de concours extrêmes. Certains compétiteurs parviennent même à manger une tranche de pastèque en une fraction de seconde, comme ce soldat chinois.

Les Chinois trouvent toujours une utilité à ce fruit et se servent parfois de l’écorce d’une demi-pastèque comme bol. Il paraît qu’un tel récipient permet de rafraîchir sa portion de riz en cas de forte chaleur.

13. Le pantalon ouvert pour les enfants

Les touristes devront également faire face à un autre aspect étonnant de la culture chinoise. En été, les enfants portent des pantalons avec une fente sur les fesses, on les appelle “kai dang ku”.

Les pantalons ouverts pour enfants étaient courants pendant la période des Six Dynasties. On utilisait alors principalement de la soie. Ils étaient fixés par-dessus avec une ceinture ou une bande élastique. Aujourd’hui, ces vêtements pour enfants sont fabriqués à partir de différentes matières : il existe des options chaudes pour l’hiver et des pantalons d’été légers, et se ferment comme des pantalons ordinaires. Cette mode a une explication simple : la commodité. En effet, ce vêtement permet à l’enfant de se soulager où il le souhaite, il lui suffit de s’accroupir. Grâce à lui, les bébés apprennent rapidement à faire leurs besoins sur le pot. Certes, les gens ne se préoccupent pas particulièrement de ce que peuvent ressentir les autres face à cette pratique, mais ces dernières décennies, de plus en plus de parents chinois décident de faire porter des couches à leurs enfants et cette tradition ancestrale est en train de disparaître progressivement.

Bonus : des toboggans d’urgence

Toute aussi étrange qu’elle puisse paraître, c’est une invention très utile. Zhou Miaorong a en effet imaginé une glissière d’urgence permettant de quitter rapidement le bâtiment en cas d’urgence. Par exemple, pour descendre du 5e étage, cela ne prendra que 14 secondes.

Alors, que penses-tu de ces particularités locales ? Et toi, quelles étranges habitudes emprunterais-tu aux Chinois ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !