Sympa

15 Bizarreries de la vie quotidienne en Turquie auxquelles on ne pourra jamais s’habituer

Nous avons l’habitude de penser que la Turquie est une destination de voyage avec de beaux paysages, une mer chaude, et des séjours bon marché tout compris. Cependant, il ne faut pas oublier que dans ce pays où l’Orient rencontre l’Occident, les gens ont un mode de vie différent des autres pays du monde.

Chez Sympa, nous voulons te parler des us et coutumes turcs, ainsi que de certaines règles cachées aux touristes.

Les Turcs ne sont jamais pressés

En Turquie, les gens sont habitués à vivre au jour le jour. Planifier, respecter un horaire, ou bien vivre à un rythme effréné, ce n’est certainement pas pour eux. De l’extérieur, on peut avoir l’impression que les gens n’ont rien à faire : ils boivent du thé, se prélassent au soleil, bavardent et font des commérages sur les voisins, entre voisins. Cela s’applique également aux entreprises : quand il n’y a pas de clients, ne fais rien. Personne ne poussera les employés, exigera l’exécution d’un projet ou les menacera de licenciement. L’inconvénient de cette attitude nonchalante, c’est la difficulté à organiser des réunions, les retards étant considérés comme quelque chose de tout à fait naturel.

L’invasion des hommes aux étranges bandeaux noirs
sur la tête

À Istanbul, il n’est pas rare de croiser des hommes au crâne rasé arborant un ruban noir et ayant une blessure à l’arrière de la tête. La première pensée qui vient à l’esprit est qu’il s’agit de membres d’une secte qui accomplissent une sorte de rituel étrange, ou qu’ils sont atteins d’une curieuse maladie. Il s’avère que ce sont des hommes qui viennent à Istanbul exprès pour se faire greffer des cheveux. En effet, Les Turcs deviennent chauves très tôt et sont très inquiets de cette particularité. Il est alors facile de deviner que les cliniques de greffe de cheveux en Turquie sont florissantes.

Au lieu du traditionnel lancer de bouquet,
on lance une semelle de chaussure

Il existe de nombreuses coutumes intéressantes lors des mariages turcs. Par exemple, avant la cérémonie, la mariée écrit sur la semelle de ses chaussures les noms de ses amies non mariées. Selon cette tradition, le nom qui s’effacera en premier sera celui de la prochaine fille qui se mariera. Depuis peu, à cette coutume, a été ajouté le traditionnel lancer de bouquet.

Les femmes préfèrent la césarienne à l’accouchement naturel

Plus de la moitié des femmes turques choisissent la césarienne lors de l’accouchement, même si elle n’est pas médicalement justifiée. Beaucoup attribuent cette attitude à leur éducation : les femmes turques, qui depuis l’enfance ont été choyées et bercées par l’amour de leurs parents, ne veulent tout simplement pas endurer la douleur. Ces dernières années, les médecins turcs ont tout de même de plus en plus insisté sur la nécessité de l’accouchement naturel, et celles qui ont encore peur se voient proposer d’accoucher dans l’eau. Par ailleurs, les hommes turcs n’ont rien contre le fait d’être présents lors de la naissance de l’enfant et se prêtent même volontiers à une séance photo.

Les conjoints ne s’appellent pas par leur prénom

Si tu t’apprêtes à épouser un Turc, n’oublie pas que tu devras dire au revoir non seulement à beaucoup de choses de ta vie d’avant, mais aussi à ton prénom. En effet, dans les familles turques, les époux s’appellent par des mots tels que aşkım (mon amour), güneşim (mon soleil), canım (mon âme), meleğim (mon ange) et bien d’autres mignons petits sobriquets à consonances orientales, mais pas par leur prénom. On considère que l’emploie du prénom est nécessaire pour les amis ou les connaissances, mais le mari et la femme sont des personnes plus proches et n’ont pas besoin de cette formalité.

On ne berce pas les enfants dans les bras,
mais avec les jambes

Ce n’est un secret pour personne que dans ce pays les enfants sont traités avec beaucoup de tendresse et de respect. D’ailleurs, les visiteurs s’étonnent lorsqu’ils voient de quelle manière on berce les enfants. Effectivement, les enfants ne sont pas bercés dans les bras, mais avec les jambes. Au lieu de porter les enfants pendant des heures dans leurs bras, ils les allongent sur leurs jambes tendues et les balancent ainsi en les berçant doucement. Cette méthode permet d’endormir les enfants assez facilement et elle a l’avantage de libérer les bras : tu peux donc lire un livre ou manger des graines de tournesol en même temps.

Les noms drôles (voire obscènes) des plats traditionnels
ne surprennent plus personne

Dessert " Nombrils de femmes ".

Il existe de nombreux plats en Turquie, dont certains noms font beaucoup rire les Turcs eux-mêmes. Si tu vois dans un menu des spécialités telles que des “Escalopes à l’épreuve des balles”, des “Nombrils de femmes”, des “Montagne des impies”, un “Imam évanoui” ou un “Dessert du bordel”, n’hésite pas à les commander : ils satisferont ton appétit et te mettront, par la même occasion, de bonne humeur.

Les adultes ne fêtent pas leur anniversaire

" On t’aime, Katrina ".

En Turquie, pour une raison que l’on ignore, seuls les anniversaires des enfants sont fêtés en grande pompe. Devenus adultes, les gens cessent de célébrer cette fête, ils se réunissent simplement, donnent ou reçoivent des cadeaux. Par contre, s’ils organisent tout de même une fête, cela se fera exclusivement dans le cadre restreint du cercle familial, assis autour d’un thé et d’un gâteau. En règle générale, on reçoit simplement un SMS de ses amis et connaissances.

La folie de la propreté

La plupart des femmes turques s’occupent exclusivement des tâches ménagères et de l’entretien de la maison. En tout cas, peu importe le soin avec lequel tu laves le sol et les murs, un vrai Turc trouvera toujours quelque chose à redire. Une femme russe qui a épousé un Turc s’est plainte dans son blog : " Jusqu’à présent, je me considérais comme étant une personne très tatillonne sur le ménage, mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque mon mari m’a fait la remarque qu’il restait 3 gouttelettes au fond de l’évier. De plus, lorsque que nous rendons visite, durant plusieurs jours, à la mère de mon mari Tariq, chaque journée commence par un grand nettoyage, alors que la peinture de la maison s’effrite, la douche fuit, et que nous déjeunons assis sur le sol... mais la propreté de la maison passe avant tout ! "

Des fontaines en mémoire des parents décédés

Peu de gens savent que de nombreuses fontaines installées dans les rues des villes et villages de Turquie sont érigées en mémoire de proches décédés, le plus souvent les parents. Au-dessus de chaque fontaine, on trouve un panneau indiquant le nom et le prénom du défunt. On pense que les passants, en allant boire à la fontaine, prieront pour le repos du parent, et que cela lui sera adressé dans l’autre monde.

Les toilettes sont différentes

Les toilettes traditionnelles en Turquie sont un trou dans le sol, près duquel est installé un robinet dans le mur, et à côté, est disposé une cruche pour se laver. De nos jours, les cuvettes des toilettes modernes sont équipés d’une douchette hygiénique spéciale, qui gagnent en popularité. " Lors de sa première visite en Europe, mon mari turc ne pouvait pas expliquer ce qu’il cherchait dans mes toilettes “, a raconté la jeune fille dans son blog. ” En Turquie, ça va de soi : il voulait simplement se nettoyer ".

Les plus jeunes embrassent les mains des plus âgés

Selon les règles de politesse, pour exprimer son respect envers les anciens, il est de coutume de faire un baiser sur la main et ensuite de la porter à son front. Néanmoins, ne t’avise pas de faire cela à des personnes de ton âge ou aux plus jeunes : cela serait considéré comme un geste d’auto-humiliation.

Sois prêt à te faire rouler

" Délice turc "

Les Turcs ont un penchant naturel pour la duperie et pour la négociation, c’est plus fort qu’eux : ça coule dans leurs veines. Les plus habiles des escrocs sont les vendeurs de souvenirs locaux, les chauffeurs de taxi, les nettoyeurs de chaussures et les autres membres des professions qui semblent être toutes aussi inoffensives en apparence.

Des relations amicales qui frisent l’obsession

L’une des caractéristiques des Turcs, qui suscite chez nous perplexité et irritation, est le non-respect et la méconnaissance de l’espace vital, des limites et des frontières personnelles. Effectivement, ils peuvent te rendre visite sans y avoir été invités, et peu importe qu’il soit 8h ou 20h, et rester, sans égard pour leur hôte, assis là toute la journée, à raconter des ragots — tout seul, bien sûr. Évidemment, tu n’échapperas pas non plus aux questions sans tact sur tes revenus et sur ta vie personnelle, parlant sans cesse de toi ou de tes enfants, et pourquoi pas des deux en même temps ! Les étrangers, eux aussi, présentent un intérêt particulier pour les locaux : leur curiosité prime sur toutes les règles de décence, et ils souhaitent enseigner aux “ignorants” tous les secrets de la vie locale.

Pas de chaussures dans les appartements

En Turquie, il est d’usage de retirer ses chaussures avant d’entrer dans une maison. En effet, ils les enlèvent sur le seuil de la porte, les laissant le plus souvent là, dans l’entrée, ou à l’extérieur dans la rue. Dans chaque maison turque, il se doit d’y avoir quelques paires de pantoufles pour les invités, mais tu peux aussi venir avec les tiennes. Cela ne surprendra personne.

Quelles caractéristiques et coutumes turques as-tu préférées ?
Et auxquelles n’adhères-tu pas ?
N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Photo de couverture pauljames87 / Twitter