Sympa
Sympa

15+ Faits étonnants concernant la vie de château que les cinéastes hésitent à porter à l’écran

Lorsque nous regardons des films et des séries télévisées historiques, nous admirons toujours la beauté des châteaux et des palais : il y a des halls luxueux, des passages secrets, des chambres dorées et de grandes cheminées. Mais en réalité, la vie n’y était pas du tout aussi romantique que ça.

Chez Sympa, nous avons aujourd’hui décidé de découvrir si les faits que beaucoup d’entre nous croyaient étaient vrais. Dans le bonus, nous te révélerons les autres idées fausses qui circulent sur cette époque, à cause de l’industrie cinématographique.

  • Tout d’abord, il faut faire la distinction entre un château et un palais. La différence entre les deux ne réside pas dans la présence de tours. Les châteaux ont entre autres été construits pour la défense, ce qui implique des murs épais, des portes lourdes, des tours d’observation et des fossés défensifs. Les palais, en revanche, étaient destinés à une vie paisible. Il y a des salles de bal, des salles à manger et une salle du trône, ainsi que des chambres richement décorées.
  • Il est difficile d’imaginer qu’un château puisse être confortable. Les châteaux étaient des bâtiments immenses et froids, avec des courants d’air constants et une obscurité permanente. La lumière provenait de petites fenêtres, souvent dépourvues de verre : tout le monde ne pouvait pas se le permettre à l’époque.
  • Les palais et les châteaux étaient chauffés par des cheminées. Pour garder la chaleur, les murs étaient recouverts de tissus et de tapisseries. Et des baldaquins étaient placés au-dessus des lits pour protéger les gens des courants d’air.
  • À l’origine, les tapisseries représentaient des sujets historiques et religieux. L’un des avantages de ces décorations murales consistait en leur facilité à être transportées. Elles pouvaient être déplacées dans une autre pièce si on le souhaitait. Les propriétaires des châteaux et des palais les emportaient souvent en voyage.
  • La vie dans un palais ou un château était très agitée. Les châteaux n’étaient pas la résidence permanente de la noblesse. Les riches pouvaient se permettre de changer de maison et de déménager avec tous leurs domestiques et leurs biens. Les membres de la famille n’étaient pas les seuls à voyager. Le nombre de personnes participant au voyage variait de 30 à 150. Bien entendu, les propriétaires devaient emmener avec eux non seulement les enfants, mais aussi les palefreniers, les nounous et autres domestiques.
  • Comme tous les travaux ménagers étaient effectués à la main, les châteaux et les palais abritaient un grand nombre de domestiques, surtout si le maître était à la maison. La comtesse Jeanne de Valence, par exemple, gardait une centaine de domestiques dans son petit château de Goodrich.
  • Outre les nobles et les servants, de nombreuses autres personnes vivaient dans les châteaux. Il y avait souvent un prêtre dans les palais.
  • Ce nombre de bouches affamées signifiait que les cuisiniers devaient travailler dur. Au château de Goodrich, le cuisinier de la comtesse nourrissait 200 personnes deux fois par jour. Le menu comprenait des plats élaborés que nous ne mangeons pratiquement plus aujourd’hui. On préparait des cygnes, des paons, des alouettes et des hérons.
  • Le roi Henry VIII s’est battu contre la saleté et la puanteur. Il a même dû publier un décret interdisant aux cuisiniers de travailler nus ou dans des vêtements sales et de dormir sur le sol près du foyer.
  • Ce souverain est considéré comme l’un qui aimait le plus la propreté. Malgré cela, lorsque lui et son entourage se rendaient dans une autre résidence, le “grand nettoyage” commençait : le château était aéré et les déchets accumulés dans les réservoirs étaient écopés.
  • Pour empêcher les domestiques d’uriner dans le jardin, le roi Henry VIII a tracé des croix rouges sur les zones “problématiques”. Mais au lieu d’utiliser les toilettes, les servants ont commencé à se rendre aux endroits marqués par le roi pour y faire leurs besoins.
  • Les châteaux et les palais étaient aussi habités par les rats. Au palais de Buckingham, par exemple, on a tenté de s’en débarrasser dès le règne de la reine Victoria. Il y avait même un métier spécial : le dératiseur. Des pièges, des poisons et des chats étaient utilisés pour combattre les nuisibles. Bien entendu, les chasseurs de rats n’utilisaient pas de flûtes pour attraper les rongeurs, c’est un autre mythe courant lié à un célèbre conte.
  • Les palais ne sentaient pas bon. Il y avait beaucoup de linge non lavé dans les chambres, et les habitants eux-mêmes n’aimaient pas prendre des bains. Souvent, les habitants des palais ne prenaient pas la peine de trouver leur pots de chambre et faisaient leurs besoins là où ils se trouvaient. Même au Louvre, il y avait des excréments partout, notamment dans les grands escaliers et derrière les portes.
  • Si les habitants décidaient d’aller aux toilettes sans le faire sur le sol de la pièce, ils utilisaient soit des pots de chambre que les domestiques sortaient, soit le “vestiaire”, une petite pièce située sur le côté extérieur du château. Il y avait aussi des toilettes portables — une chaise avec un trou au milieu.
  • Les palais avaient des passages et des pièces secrets. Ils étaient nécessaires si, par exemple, il y avait un besoin urgent de s’échapper.
  • Contrairement à une opinion répandue, tous les palais et châteaux n’avaient pas leurs propres catacombes. C’était plutôt l’exception à la règle. Les cachots étaient situés dans des tours, et non sous terre.
  • Les chambres à Versailles avaient des lits très courts, comme pour des enfants. En fait, personne de petite taille ne vivait dans le château. C’est juste qu’à cette époque, les gens dormaient principalement à moitié assis. Ils s’appuyaient généralement sur la tête de lit ou les coussins. On pense que cette méthode a été choisie pour faciliter la respiration et aussi pour améliorer le processus de digestion.

Bonus : un autre fait curieux sur la vie au palais

Au Moyen Âge, on avait de grands préjugés à l’égard des chats : on les associait aux sorcières et aux hérétiques. Les scientifiques sont arrivés à la conclusion que la raison de cette méprise était la nature indépendante des chats. Les médiévaux croyaient que les animaux avaient été créés pour servir l’homme. Et un chat, même domestiqué, ne peut pas être dressé comme un chien. Mais certaines personnes n’avaient pas peur des chats. Les nonnes, par exemple, en avaient comme animaux de compagnie.

Il est vrai que toutes nos idées sur les châteaux et les palais, façonnées par les images des films, ne sont pas si proches de la réalité. Et toi, que trouves-tu étrange dans le mode de vie des habitants des châteaux et des palais ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Sympa/C’est curieux/15+ Faits étonnants concernant la vie de château que les cinéastes hésitent à porter à l’écran
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire