Sympa
Sympa

15+ Pratiques courantes lors des bals qui ne nous auraient pas surpris il y a deux siècles

Si nous étions nés il y a 200 ans dans les cercles de l’aristocratie britannique, nous serions bel et bien occupés en cette période d’été, car à cet instant précis, c’était l’apogée de la Saison. C’est ainsi que l’on appelait, avec une majuscule, le laps de temps où la haute société bourdonnait comme une ruche : des bals et des fêtes étaient donnés partout, les jeunes filles étaient présentées au beau monde, et les messieurs célibataires espéraient trouver une épouse. À première vue, tout cela paraît merveilleux et splendide. Cependant, des règles strictes étaient en vigueur aux bals, dont beaucoup sont assez surprenantes pour nous qui vivons au XXIe siècle.

Chez Sympa, nous avons essayé de comprendre les traditions de la haute société qui existaient lors des bals autrefois.

  • Il y a deux siècles, assister aux bals était probablement le passe-temps principal. Ils étaient organisés non seulement par des représentants de la haute société, mais aussi par divers clubs et associations, qui réunissaient les pompiers, les enseignants ou les militaires.
  • La bourgeoisie cherchait à imiter l’aristocratie à tout prix et organisait également des soirées dansantes. Certes, les moyens employés étaient bien plus modestes. Pour rafraîchir l’air dans les maisons bourgeoises beaucoup plus petites et dont les fenêtres ne s’ouvraient pas toujours pour aérer, on brûlait des feuilles de menthe ou utilisait du vinaigre.
  • Dans l’Empire de Russie, les bals étaient organisés séparément non seulement pour différentes classes et professions, mais aussi en fonction de l’âge des invités. Les soirées pour jeunes filles étaient très populaires : lors des bals “blancs”, leurs parents cherchaient un futur mari pour leur fille. Quant aux jeunes mariés, ils attendaient avec impatience le bal “rose”, organisé spécialement pour les couples qui venaient de se marier.
  • Ceux qui souhaitaient assister au bal devaient payer leur droit d’entrée. Si au XIXe siècle le “ticket d’entrée” coûtait 50 centimes, aujourd’hui, il faut débourser une coquette somme, qui peut aller jusqu’à plusieurs centaines d’euros.
  • Habituellement, la soirée commençait vers 20 h et se terminait vers 4 h du matin. Tous les participants étaient en excellente forme physique : il le fallait bien, pour être capable d’enchaîner des pas de danse divers et variés presque sans s’arrêter pendant 8 heures d’affilée !
  • Le dîner aux bals était servi assez tard, pas avant une heure du matin. De ce fait, il était conseillé de manger un peu chez soi avant de s’y rendre.
  • En Angleterre, le mets le plus courant pour le dîner était la “soupe blanche”, un plat copieux et savoureux à base de bouillon, de poudre d’amande et de crème ; on la servait presque partout. En Russie, les plats traditionnels faisaient souvent partie du menu du bal : la soupe de poisson, la brioche, le koulibiak.
  • Le gibier, le homard et la glace au parmesan étaient également très répandus. Souvent, les organisateurs utilisaient des structures à plusieurs étages décorées de fleurs, de papier doré et de perles : ces présentoirs recevaient les desserts, et la construction tout entière était très élégante.
  • La robe ne pouvait être portée au bal qu’une ou deux fois. Tous les accessoires, tels que les gants et les éventails, devaient être renouvelés à chaque occasion. Les invités emportaient toujours avec eux une paire de chaussures de rechange, au cas où ils en auraient besoin.
  • La danse était généralement enseignée par les membres de la famille plus âgés ou par des professeurs de danse. Il existait par ailleurs des gravures conçues à cet effet, qui présentaient les mouvements de base à apprendre.
  • Le code vestimentaire d’aujourd’hui se trouve à des années-lumière des normes strictes des bals victoriens. Le physique de la personne : sa couleur des cheveux et sa carnation, les particularités de la silhouette, tout prédéterminait le choix de la tenue. Les dames devaient rigoureusement respecter la règle suivante : des robes aux couleurs pastel délicates pour les blondes, et des tenues de couleurs vives pour les brunes.
  • La séquence des danses était strictement réglementée. Dans l’Empire russe, par exemple, les bals s’ouvraient sur une polonaise. Au cours de cette danse tranquille, qui pouvait durer une demi-heure ou plus, les danseurs faisaient connaissance et discutaient. À cause de cela, la polonaise était souvent appelée “la conversation en promenade”.
  • La dame ne pouvait pas refuser une danse à un monsieur qui ne lui plaisait pas. Si elle disait non à au moins une invitation, elle était dans l’obligation de décliner les suivantes.
  • Les gants remplissaient avant tout une fonction hygiénique : ils étaient portés pour éviter de toucher le partenaire avec les mains moites. Les gants blancs étaient considérés comme le meilleur choix. Si la dame tenait à porter des gants de couleur crème ou perle, elle devait faire attention à ne pas tacher le costume de son partenaire, car la teinture du tissu pouvait déteindre à cause de la chaleur de ses mains.
  • Les règles interdisaient aux messieurs de se parfumer. Le maximum autorisé était d’appliquer un peu de parfum sur son mouchoir, à condition que l’essence soit de grande qualité.
  • Il y a deux siècles, le bal pour les aristocrates n’était pas vraiment un divertissement, mais une sorte de fardeau social. Dans l’Empire russe, ne pas se rendre à l’événement était inacceptable ; l’exception se faisait uniquement pour une maladie grave ou un deuil.
  • Au XXIe siècle, les bals restent toujours populaires. Par exemple, pour 95 €, n’importe qui peut s’acheter un billet pour assister au bal de Vienne, qui a lieu depuis plus de 150 ans. Lors de certains bals, les dames reçoivent un cadeau tout simplement du fait de leur présence. Cela peut tout aussi bien être une cuillère, qu’un magnifique bracelet en métal précieux.

Selon toi, quelle serait la règle la plus difficile à suivre lors d’un bal ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Partager cet article