Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

18 Scènes banales au cinéma qui nous agacent

Bien souvent, les cinéastes doivent faire preuve d’imagination pour impressionner les spectateurs ou faire avancer l’intrigue du film. Il est bien dommage que parfois, ils ne sont capables que de nous servir des clichés et des scènes banales qui nous font lever les yeux au ciel au lieu de nous impressionner.

Sympa a décidé de se pencher sur la question des poncifs du septième art pour en établir une liste non exhaustive pour ses lecteurs.

  • Est-ce que tu vois dans le film un personnage trouillard qui se met toujours dans des situations impossibles et qui fait tout de travers ? Attends la fin du film : tu verras qu’à coup sûr il accomplira un acte héroïque et sauvera tout le monde.

  • As-tu déjà remarqué que si le personnage d’un film répond à un coup de fil, mais qu’on n’entend pas parler son interlocuteur, il reprendra une à une toutes ses répliques : “Tu as besoin d’argent ? Cinq mille dollars ? Avant mercredi ?”

  • Ou si quelqu’un affirme que quelque chose est impossible à faire, sois certain que ce sera fait. Ce serait génial si dans la vraie vie tous nos rêves impossibles pouvaient se réaliser ainsi.

  • Les personnages féminins ont toujours des aisselles fraîchement épilées. Qu’il s’agisse de la fin du monde, d’une invasion de zombies ou d’un voyage dans l’espace, peu importe : si l’héroïne lève son bras, on voit bien que ses aisselles ont été rasées au plus tard la veille.

  • Un autre constat très curieux : on dirait qu’au cinéma, il y a des mallettes spécialement conçues pour transporter pile un million de dollars. Personne ne se donne la peine de recompter les coupures : si la valise est pleine, le compte est bon. En plus, on a l’impression que ces mallettes sont vendues à tous les coins de rues puisqu’elles sont utilisées si souvent.

  • Même si le héros du film roule en ligne droite sur une autoroute, il se sent obligé de tourner le volant en permanence comme s’il contournait des obstacles. En même temps, cela n’empêche pas le conducteur de se tourner vers les passagers sur le siège arrière pour leur parler pendant une bonne minute. Espérons que personne ne fasse la même chose dans la vraie vie.

  • Autre chose : tout personnage qui fait le va-et-vient dans le champ de la caméra sans aucun but précis ou qui se fait passer pour un idiot du village réserve en général bien des surprises : il ne sera pas du tout celui pour qui on le prend tout au long du film.

  • Les personnes qui ne travaillent pas dans la police sont beaucoup plus douées pour résoudre des crimes que les policiers. On a bien remarqué que dans la majorité des films, les forces de l’ordre débarquent avec leurs sirènes et leurs gyrophares sur le lieu du crime lorsque le coupable est déjà arrêté.

  • D’après le scénario, les personnages peuvent être amis d’enfance ou vivre en couple depuis 20 ans, mais si on nous montre leur correspondance, on ne verra que leurs tout premiers messages.

  • Pour un simple dîner de famille en semaine, il y a au moins trente-six plats que personne ne mange. Pendant que les adultes discutent entre eux, les enfants ne veulent rien manger car rien ne leur plaît. Par contre, s’il y a des chiens dans le film, ils veulent absolument se joindre au repas.

  • Après chaque scène érotique, la couverture prend miraculeusement la forme de la lettre L en couvrant entièrement le corps de la femme et les hanches de l’homme. Bon, on comprend très bien ce qu’ils veulent nous cacher, mais, bizarrement, dans la vraie vie cette technique ne marche pas.

  • Il y a deux endroits où il arrive toujours quelque chose de bouleversant dans la vie des héros du film : dans la salle de bain ou dans les toilettes. C’est pour cela qu’ils préfèrent ne pas y aller très souvent : en fait, ils ont peur ! Même au réveil, ils ne sont pas pressés d’y aller. Et si la scène se déroule dans une forêt en pleine nuit et l’un des personnages doit s’éloigner momentanément du groupe, cela ne présage rien de bon...

  • Les hommes veulent obstinément conquérir le cœur d’une femme. Au bout du compte, elle finit par céder aux avances et leur romance peut commencer. Sauf que dans la vraie vie, dans les mêmes circonstances, il y a plus de chance que la femme appelle la police.

  • Les snipers au cinéma ne choisissent jamais les chemins les plus faciles en révélant systématiquement leur position avec leur viseur laser. Bien évidemment, personne n’est censé remarquer ce point rouge sur la victime.

  • Le petit-déjeuner standard au cinéma avant d’aller travailler : personne n’est pressé, tout le monde a le temps de préparer plein de choses à manger et de discuter avec toute sa famille. Savoir comment ils font ça restera pour nous un grand mystère car les gens normaux ont à peine le temps de prendre une douche, de réchauffer les restes du repas de la veille ou d’avaler rapidement une tartine.

  • Si l’héroïne est poursuivie par un méchant, elle est sûre de trébucher et de tomber. Personne ne pourra expliquer ce qui lui prend, car les personnes normalement constituées ne font pas de chute en courant sans aucune raison apparente. Et si cela arrive, elles ne se mettent pas à reculer face à l’agresseur avec la vitesse d’une tortue.

  • Peu importe quel métier exerce le personnage principal ou s’il travaille ou non, mais s’il ne s’agit pas d’un drame social, il aura un logement digne d’un riche homme d’affaires. Bien sûr, dans la vie il arrive qu’on touche un héritage laissé par un parent fortuné, mais il est fort dommage que ça n’arrive pas aussi souvent qu’au cinéma.

  • Les jeunes femmes tombent facilement amoureuses de voyous ou de gros durs écervelés qui se moquent d’elles tandis que les gentils garçons, qui se plient en quatre pour elles, restent sur la touche.

Et toi, quels clichés trouves-tu insupportables dans les films ? N’hésite pas à donner d’autres exemples de poncifs récurrents du septième art dans les commentaires.

Partager cet article