Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

20 Exemples qui montrent ce qui peut arriver lorsque les préjugés l’emportent sur les actes

Albert Einstein a dit un jour : “Si vous jugez un poisson sur sa capacité à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide.” Le temps a prouvé qu’il n’avait pas complètement tort. Cependant, les gens persistent à se faire une opinion sur les autres en fonction de leur apparence ou de leur manière d’écrire. Des utilisateurs de Reddit ont eu le courage de partager leurs histoires très personnelles...

Sympa te propose 20 récits révoltants de personnes qui se sont fait traiter injustement à cause de préjugés ringards. En guise de bonus, tu sauras ce qui arrive lorsqu’une personne, victime de ses propres préjugés, s’inflige une punition toute seule.

  • Déjà en terminale, je savais que j’allais faire de la politique. Pourtant, pour obtenir mon bac, je devais prendre des cours de poterie. Mes vases étaient moches, ils ressemblaient à des ruches fabriquées par des abeilles qui avaient fumé de la moquette. Le prof croyait sincèrement que j’avais un handicap mental. Deux ans plus tard, quand j’ai trouvé un boulot de vendeur pour financer mes études supérieures, je l’ai croisé par hasard sur mon lieu de travail. Il s’exclama : “Waouh, tu as un emploi ! Toutes mes félicitations !” © blubbertank
  • Au lycée, j’étais vraiment doué pour l’art, en même temps, j’étais un adolescent angoissé et taciturne et ne faisais pas beaucoup de sport. Les personnes de mon entourage se sont mises à m’appeler “le savant” (le syndrome du savant est diagnostiqué chez les personnes atteintes de troubles du développement excellant cependant dans un domaine spécifique — N.D.L.R.). Quand j’ai trouvé du travail, elles ont été très surprises : elles croyaient vraiment que j’étais un autiste incapable de s’intégrer à la vie en société. © TheSkyRamen
  • Quand on me présente à une nouvelle personne, je ne participe pas tout de suite à la conversation et ne fais qu’écouter. Après quoi, j’entends dire : “Mais qu’est-ce que tu es timide ! ” Non, je ne suis pas timide, j’essaye d’être poli et de ne pas couper la parole aux autres. © weasel85

  • Je m’endormais souvent en cours. Je me faisais constamment réprimander, les profs se plaignaient à mes parents. Je me sentais terriblement coupable et me couchais le plus tôt possible, mais rien n’y faisait. Il s’avère que je suis atteint de narcolepsie. © x_vier
  • Quand je faisais du sport, j’étais terriblement maladroit. Je me prenais le ballon en pleine figure, je visais mal. Tout le monde me conseillait d’arrêter, y compris les entraîneurs et mes parents. J’ai continué parce que j’aimais les jeux actifs avec mes copains. Quand j’ai grandi, je suis allé consulter un ophtalmo et ce dernier m’a expliqué que je souffre d’un trouble de vision binoculaire : je suis incapable d’évaluer les distances ou de suivre des yeux les objets qui bougent. © Nice_Marmot
  • Je fais 2,01 mètres et je suis nul en basket-ball. © WelcomeMachine
  • Mon prof d’anglais a toujours mal noté mes dissertations malgré tous mes efforts. Un jour, j’ai eu le courage de montrer mon travail à un autre enseignant. Il l’a trouvé excellent et m’a conseillé de vérifier mon orthographe. En fait, mon premier prof ne lisait même pas mes écrits parce qu’ils étaient bourrés de fautes. Quelques années plus tard, on m’a diagnostiqué une dyslexie. © anactualcharliehorse
  • Un jour, ma prof de dessin a appelé mes parents pour leur dire que je me fichais d’elle en faisant intentionnellement des dessins exécrables. Je ne pouvais vraiment pas faire mieux. Me voyant tellement déçu, mes parents ont fini par blâmer la prof. © Rezzone
  • Au collège, on se moquait de moi, parce que j’étais passionnée par le hockey sur glace. Tout le monde disait que ce n’était pas un sport de filles, surtout avec mon physique ! Maintenant, je suis journaliste accréditée auprès de la LNH et connais personnellement la plupart des joueurs dont les autres rêvent d’obtenir un autographe. ZajacingOfff
  • À la maternelle, la prof nous apprenait à écrire des lettres, je n’y arrivais pas malgré tous mes efforts pour une raison que j’ignorais. Je savais pourtant déjà écrire et ne comprenais pas ce qui clochait chez moi, je me suis senti tellement frustré que j’ai éclaté en sanglots. Il s’est avéré que la prof nous montrait comment écrire avec sa main droite, alors que je suis gaucher. © ___KP
  • J’ai une écriture difficilement lisible. Parallèlement, mes résultats en maths étaient les meilleurs de la classe (99 points sur 100 au collège), mes notes en littérature étaient aussi très bonnes. Néanmoins, au collège, j’ai été obligé de recopier des exercices d’écriture des élèves de maternelle et j’étais le seul à écrire sur des feuilles lignées avec des lignes bien espacées. © hypnos1214
  • Mon prof à l’école primaire trouvait mon écriture tellement horrible qu’il m’a conseillé de devenir médecin. © swanhunter
  • Quand j’étais petit, je n’arrivais pas à faire mes lacets tout seul. Tous les adultes qui ont essayé de m’apprendre ont jeté l’éponge et je me sentais réellement bête. Un jour, mon oncle gaucher m’a montré comment il fallait faire et j’ai compris tout de suite. © peeweemax
  • Je me faisais disputer tout le temps : “Pourquoi es-tu si mal organisé, quand vas-tu arrêter de tout égarer ? ” Il s’est avéré que j’ai le TDAH : avoir des difficultés de concentration et perdre mes affaires, c’est mon état normal... © UUDDLRLRSelStar
  • Une fois, on m’a dit que j’étais minable parce que je ne savais pas faire la vidange de ma voiture. J’ai grandi sans père, donc je n’avais personne pour me l’expliquer. J’aurais dû dire à ce type que personne ne pouvait savoir faire quelque chose avant de l’avoir fait pour la première fois. © cashflow605
  • J’ai toujours été nul en maths. Comme la plupart des gosses qui ont ce problème, j’étais terriblement malheureux. Seulement à la fac, j’ai compris que je n’étais pas obligé d’exceller en tout. Mon prof parlait 13 langues et était pourtant incapable de dire combien font 5 + 4. Cela ne l’a pas empêché d’être le meilleur dans son domaine. © mimieieieieie
  • Il y a quelques mois, j’ai été convoqué à un entretien d’embauche pour un poste assez bien rémunéré. J’ai passé avec succès toutes les étapes, mais lors du dernier entretien, les personnes des ressources humaines se sont mises à me poser des questions qui n’avaient rien à voir avec mon métier. Je ne savais pas quoi dire, je devais ressembler à un poisson en détresse. Elles ont commencé à se moquer de moi ; alors, je me suis levé et suis parti. © wissenshunger
  • Alors que je cherchais un travail, un employé des ressources humaines s’est trompé et m’a envoyé à un entretien d’embauche pour un autre poste. J’ignorais tout du poste en question et je l’ai tout de suite signalé. Cependant, j’ai dû passer une journée entière à écouter des questions auxquelles je ne pouvais pas répondre. © skulltvhat
  • Quand j’étais dans la marine militaire, je n’arrêtais pas de proposer des innovations afin d’améliorer l’efficacité des opérations. Pour cette raison, j’étais souvent en conflit avec mes supérieurs hiérarchiques. Maintenant, je suis leur sous-traitant et ils me payent allègrement 200 $ de l’heure pour exactement la même chose. actuallychrisgillen

Bonus

  • Toute ma vie, je me suis mis la pression pour être aussi intelligent que mon père et mon frère qui excellaient en maths et en ingénierie. Le QI de mon père était de 138, tandis que mon frère, meilleur de sa classe dans toutes les matières, a remporté tous les prix les plus prestigieux. J’étais nul en sciences, mais travaillais d’arrache-pied. Je ne m’en sortais pas, mes notes étaient moyennes et je me sentais stupide. C’est seulement quand je suis devenu adulte, que j’ai compris que mes capacités dans le domaine de l’art valaient quelque chose. Les profs de dessin ont toujours été impressionnés par mes œuvres. Quelques-uns de mes tableaux ont même été exposés dans l’aéroport local. Quand j’ai dit à mon père que je ne pouvais pas continuer dans la filière dans laquelle j’avais été diplômé, il m’a conseillé de m’orienter vers un métier artistique. Nous avons un peu plaisanté sur l’image de l’artiste pauvre. À cet instant-là, j’ai compris qu’il attachait autant de valeur à mes talents d’artiste qu’à ses propres capacités intellectuelles. © HoneyCide

T’es-tu déjà retrouvé dans une situation semblable quand tu as dû faire face à des préjugés ? N’hésite pas à partager tes expériences dans les commentaires !

Photo de couverture blubbertank / Reddit