Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

20+ Particularités de la vie des Brésiliennes qui nous forcent à nous poser une question : comment y ont-elles pensé ?

La plupart des étrangers ont une opinion plutôt stéréotypée des Brésiliennes : des beautés bronzées qui passent la plupart de leur temps à se dorer à la plage ou à s’éclater lors d’un carnaval. Et il faut dire que cette opinion existe pour une simple et bonne raison : chaque habitante du Brésil est fière de sa propre apparence et se permet facilement de se détendre. Mais c’est loin d’être tout.

Chez Sympa, nous avons découvert grâce à quelles particularités de la vie et du comportement des femmes brésiliennes, celles-ci se sentent et ont l’air incroyablement attrayantes.

1. Au Brésil, on rencontre divers types de femmes

En raison de son passé, le Brésil est un énorme pays avec une multitude de différentes nationalités. Ici, impossible de surprendre qui que ce soit avec une peau blanche, des yeux bleus et des cheveux blonds. Au nord, les gens à la peau foncée sont beaucoup plus nombreux que dans le sud, où il y a énormément de villes colonisées par les Européens, et où vivent beaucoup plus de personnes à la peau claire. Dans la partie centrale du pays, les locaux ont une apparence très variée et, par conséquent, aucune couleur de peau, d’yeux ou de cheveux ne prédomine.

2. L’appareil dentaire est un signe de richesse

Les Brésiliens sont une nation extrêmement souriante et pour eux, de belles dents droites sont donc une nécessité. Ici, les appareils dentaires sont portés par les habitants de tous les âges : dès qu’une personne a mis assez d’argent de côté pour s’en permettre un, elle le fait, et peu importe qu’elle soit jeune ou âgée. En outre, toutes les femmes prennent énormément soin de la blancheur de leurs dents : pour elles, se brosser les dents dans un centre commercial après y avoir déjeuné, est tout à fait normal.

Une blogueuse a écrit à ce sujet : “Les Brésiliens portent leur appareil dentaire avec fierté et amour, et on dirait bien que, après l’avoir posé, ils commencent à sourire encore plus fort. Après tout, si tu portes un appareil dentaire au Brésil, cela veut dire que tu es une personne très aisée. Il se trouve que lorsque je suis pour la première fois arrivée au Brésil, je portais moi aussi un appareil dentaire. C’est après ce voyage que j’ai cessé d’avoir honte de lui et que j’ai appris à sourire avec confiance sans cacher ce bout de métal dans ma bouche : ici, une personne sur deux porte un appareil et je me sentais donc complètement dans mon assiette. La seule différence, c’était que mon appareil m’avait coûté 1,5 fois moins cher que ceux des Brésiliens”.

Une étrangère a partagé une astuce : “Je me brosse les dents avec de l’huile de coco depuis l’âge de 9 ans. La première fois, je l’ai fait par accident : le petit-ami de ma mère (et diplomate par la même occasion) en a ramené d’un voyage. J’ai d’abord goûté l’huile et elle m’a plu, puis j’ai bizarrement commencé à l’étaler sur ma brosse à dents. Récemment, j’ai fait la connaissance d’une Brésilienne. Elle m’a raconté que cette huile tue toutes les bactéries et blanchit les dents. Je n’y aurais jamais cru ! Mais en 30 ans, je n’ai jamais été chez le dentiste de toute ma vie !”

3. Les belles formes sont à la mode

Les touristes qui viennent au Brésil pour participer au carnaval ont souvent une fausse impression concernant la silhouette des beautés locales : ils pensent qu’elles sont toutes aussi minces que les danseuses, mais ce n’est pas tout à fait vrai. En fait, de nombreuses femmes ont tendance à avoir quelques kilos en trop : ici, les corps minces et fermes ne sont pas aussi populaires qu’en Europe. En outre, quelle que soit leur taille, les jeunes femmes locales adorent les shorts courts et moulants. En fait, les Brésiliennes apprennent à aimer leur corps quel qu’il soit depuis leur petite enfance, et l’attention constante qu’elles reçoivent de la part du sexe opposé maintient leur certitude que chacune d’entre elles est une véritable déesse.

4. Les femmes brésiliennes n’acceptent pas les refus catégoriques et ne disent jamais “non” sans en expliquer la raison

Ici, les refus doivent être accompagnés d’une explication : il s’agit d’une particularité de l’étiquette locale. S’il n’y a pas de raison particulière, tu dois donc en inventer une, afin de ne pas offenser les femmes. Quant à ces dernières, elles se comportent souvent de la manière suivante : elles acceptent avec un grand sourire aux lèvres, promettent des centaines de choses, mais ne tiennent finalement pas leurs promesses. C’est considéré comme étant plus respectueux que de tout simplement dire “non”.

5. Les femmes ne manquent jamais leur séance de manucure et de pédicure

Les femmes peuvent facilement ne pas porter de maquillage ou de bijoux, mais les ongles sont une sorte de culte. Peu importe que ce soit en salon de beauté ou à domicile, il n’est pas rare de voir que les familles emploient tout un groupe de spécialistes qui servent chacun des membres durant des années entières et ce, peu importe le coût. Même un budget familial modeste ne fait pas obstacle.

Cependant, la technique locale de manucure stupéfie littéralement les étrangères : les manucures appliquent le vernis sur les ongles et la peau tout autour, puis effacent le surplus à l’aide d’acétone et d’un bâton. La manucure et la pédicure ne leur prennent qu’une demi-heure : elles appliquent de la crème sur la cuticule, la coupent, appliquent le vernis, et c’est tout. En outre, chaque manucure a une poudre spéciale qui sert à saupoudrer la peau tachée. Chez les Brésiliens aisés, il est indécent de faire des dessins sur les ongles, du nail art, ou d’appliquer différentes couleurs. C’est pour cette raison que dans les salons de luxe, ce genre de service n’est même pas disponible.

Voici comment une blogueuse décrit sa première visite dans un salon de beauté local : "Ma belle-mère m’a emmenée dans un des salons de beauté d’une assez grosse chaîne. Il m’est impossible d’exprimer à quel point j’étais révoltée après avoir découvert le résultat. J’ai non seulement été choquée par cette technique qui consistait à appliquer du vernis sur tout le doigt, mais on m’a aussi beaucoup trop coupé la cuticule : ma peau a passé beaucoup de temps à guérir. Ma belle-mère m’a rassurée en me disant que c’était tout à fait normal. Depuis, la manucure et le dentiste sont pour moi sur un même pied d’égalité : il y a une chance sur deux que ça fasse mal. Je me souviens qu’une fois, une manucure m’a blessé cinq doigts entiers !

6. Souvent, il est possible de rencontrer des habitantes locales en bottes ou en veste en cuir, même s’il fait +30 °С

Tout d’abord, les femmes locales souhaitent ainsi diversifier leur garde-robe et porter des vêtements à la mode, et non pas se montrer uniquement en robes, jupes, et sandales. Deuxièmement, elles ont réellement froid.

Voici ce qu’a remarqué une jeune fille qui a déménagé au Brésil : “Ce matin, dans l’ascenseur, ma voisine m’a dit : ‘Il fait si froid dehors, si froid ! Il pleut et le vent est glacial ! C’est un cauchemar !’ Elle était vêtue d’une veste, portait des bottes, était enveloppée dans une énorme écharpe chaude et tenait un parapluie à la main. Je suis sortie dehors et il faisait en effet frais, il y avait une petite bruine, mais rien de critique. J’étais dans un sweat-shirt à manches longues, un pantalon de sport et des baskets. Le thermomètre indiquait +18°С le matin et jusqu’à +22°С dans l’après-midi.
Voici ce qu’est l’hiver pour les Brésiliens : il commence le 21 juin, lorsque la température à Rio varie entre +20°C et +30°C, et descend jusqu’à 0°C ou même −2°C dans le sud du pays. Durant cette période, les plages sont vides, même si le ciel est ensoleillé et il fait +30°C : l’hiver, c’est l’hiver, peu importe le temps. Les piscines sont toutes fermées et il y a beaucoup moins de monde dans les rues. Dans les magasins apparait un grand choix de bottes, de vestes chaudes, et même de bonnets et chapeaux divers”.

Quoi qu’il en soit, les femmes optent généralement pour des couleurs vives et les gros bijoux fantaisies, ainsi que pour des imprimés animaliers : ici, le léopard est partout. Pour des raisons pratiques, elles privilégient les vêtements en matière synthétique.

7. Les femmes portent rarement les bijoux de valeur

Généralement, elles préfèrent porter des bijoux fantaisie. À cause du taux de criminalité élevé de ce pays, les filles ne portent des bijoux de valeur que lors d’occasions spéciales et uniquement là où elles se sentent en pleine sécurité. Le premier conseil aux touristes qui s’apprêtent à se rendre à Rio ou à Sao Paulo, c’est de ne pas montrer leurs gadgets, enlever tous les bijoux de valeur, et dans les transports en commun, tenir leur sac à dos sur le ventre, afin de toujours le voir. Ainsi, il est possible de considérablement réduire la probabilité d’avoir des ennuis.

8. Beaucoup se lavent plusieurs fois par jour

Presque chaque maison est sans eau chaude. Les familles aisées peuvent installer une chaudière chez elles, mais la plupart des gens ne peuvent pas se le permettre à cause du coût élevé de l’électricité. Cependant, prendre une petite douche froide par une chaleur de presque 40 degrés est un réel plaisir. Et il est plutôt logique que la plupart des habitants aient une habitude pareille : à cause de la chaleur, les gens transpirent beaucoup et personne n’a envie de dégouliner pendant toute la journée. Au fait, pour les Brésiliens, avoir une baignoire est un véritable luxe. Si quelqu’un vit dans un appartement qui est doté non pas d’une cabine de douche, mais d’une baignoire, même minuscule, celui-ci peut être même considéré comme étant un appartement VIP.

9. Ils sont très ouverts

Ici, il est adopté de serrer et d’embrasser une personne sur les deux joues lors de la rencontre et des adieux. Peu importe qu’il s’agisse d’un vieil ami ou d’une personne que tu rencontres pour la toute première fois : en te prenant dans ses bras, une Brésilienne te dira certainement “Prazer”, ce qui veut dire “Ravie de faire ta connaissance”.

Les Brésiliens considèrent que plus les gens sont proches les uns des autres, mieux c’est. Même si le bus est à moitié vide, les gens s’asseyent obligatoirement les uns à côté des autres. Dans les files d’attente, il y aura certainement une personne qui commencera une conversation avec son voisin, et une inconnue rencontrée par hasard dans l’ascenseur fera obligatoirement un compliment du genre : “Quel beau foulard vous avez”, et demandera : “Où l’avez-vous acheté ?” C’est tout à fait normal, et parfois difficile à comprendre pour les étrangers.

10. De nombreuses femmes rêvent d’avoir des cheveux lisses

Puisque les femmes brésiliennes ont souvent des cheveux bouclés, voir frisés, elles les lissent souvent avec un fer à lisser ou des produits chimiques. Et dans les magasins locaux, se trouvent souvent des shampoings où il est indiqué “sans volume” : les femmes veulent rendre leurs cheveux plus lisses par tous les moyens possibles.

11. Elles prennent souvent l’initiative dans leur relation amoureuse

Au Brésil, les jeunes femmes ne sont pas habituées à se marier tôt, mais cela n’empêche tout de même pas le développement très rapide des relations. Le couple passe très vite d’une étape à l’autre : ils viennent tout juste de faire connaissance, mais les voilà déjà officiellement ensemble. Ici, il n’y a rien de mal à proposer à un homme de vivre ensemble et même à le demander en mariage. Au fait, les locaux ne se pressent pas vraiment de rendre leur relation officielle devant la loi : l’âge moyen des mariées est de 30 ans. Les raisons principales de ce mariage plus ou moins tardif est le désir des femmes de construire tout d’abord une bonne carrière, d’organiser leur vie, et de vivre pour leur propre plaisir.

Une jeune femme a remarqué une grosse différence culturelle entre son pays natal et le Brésil : “La famille et les connaissances ne posent jamais de questions concernant le mariage et les enfants. Tu n’entendras jamais des choses du genre : ‘Il faut avoir des enfants ! Accouche ! Le temps presse ! Tu as presque 25 ans et tu n’as même pas d’enfants !’ L’horreur ! Ici, c’est tout le contraire. Comme le montre la pratique, beaucoup disent plutôt : ‘Tu es encore jeune, tu as encore tout le temps. Organise d’abord ta vie, profite de ta vie à deux avec ton copain. Tu auras tôt ou tard des enfants, l’essentiel est de rester en bonne santé’”.

12. Ici, la plupart des femmes ont des nounous

Certaines Brésiliennes commencent à choisir une nounou dès qu’elles découvrent qu’elles sont enceintes. Ici, le congé maternité est court, la plupart des femmes travaillent, et les services des nounous sont peu coûteux (de 200 à 700 dollars par mois). C’est pour cette raison qu’il y en a tant. Ce service est aussi très populaire parce qu’avec un salaire pareil, les nounous surveilleront non seulement les enfants, mais cuisineront et feront aussi le ménage à la maison.

Une jeune femme a partagé son avis à ce sujet : “Il est tout à fait possible de rencontrer une nounou en train de bercer un bébé dans sa poussette dans un centre commercial, pendant que la mère sirote un cocktail dans un café ou fait du lèche-vitrine avec une amie. Il me semble que les Brésiliennes sont plus détendues que les représentantes des autres nations : elles aiment se consacrer du temps à elles-mêmes et se reposer”.

13. Mais d’un autre côté, les mamans peuvent prendre leurs enfants avec elles n’importe où

Les femmes n’ont en effet aucune convention à cet égard. Une jeune maman peut facilement prendre un bébé avec elle pour se rendre à une fête bruyante en pleine nuit ou à un match de football. Pour les touristes, le cinéma local peut devenir un des lieux où ils auront un véritable choc cultuel : des enfants peuvent ramper le long des allées pendant que leurs mamans sont occupées à regarder le film. Parfois, des cris d’enfants se font entendre, mais personne n’y prête attention. Cependant, les femmes brésiliennes sont de très bonnes mères qui prennent grand soin de leur enfant. C’est juste que selon les critères de certains étrangers, elles leur donnent beaucoup trop de liberté.

Cette histoire en est la parfaite preuve : “La famille de mon mari nous a invités à l’anniversaire d’un enfant, et j’ai été très surprise par l’heure de la fête : nous devions nous y rendre à 8 heures du soir. Ma fille dort déjà à 8 heures, elle... Nous avons décidé de légèrement décaler l’heure de son sommeil et de se rendre à l’anniversaire pour seulement une heure. Nous sommes arrivés, y avons passé quelque temps comme prévu, et avons commencé à faire nos adieux aux autres invités. Le grand-père de la reine de la soirée nous a arrêtés et a commencé à s’indigner de nous voir nous en aller si vite sans attendre que les bougies ne soient soufflées. Lorsque nous lui avons expliqué la raison de notre départ, il a ri et nous a lancé d’un ton moqueur : ‘On dirait que vous vivez à l’armée’. Il va sans dire que les enfants brésiliens ont fait la fête jusqu’au bout de la nuit et que personne à part nous ne se souciait du fait que les enfants doivent se coucher bien plus tôt que les adultes”.

14. Pour les locaux, le temps s’écoule à une toute autre vitesse

Il est important de ne jamais oublier qu’ils ne se précipitent nulle part. Ici, tu peux te détendre et profiter du moment, ainsi que te reposer du rythme rapide des pays occidentaux. Il est tout bonnement impossible d’obliger les Brésiliens à faire quelque chose plus vite : ils hocheront de la tête et s’excuseront, mais continueront tout de même à suivre leur propre rythme, sans hâte. Pour eux, le temps est un concept abstrait : “Si nous n’avons pas le temps de le faire aujourd’hui, nous le ferons demain. Quelle est la différence ?” Par exemple, si les Européens n’arrivent pas à terminer le travail qu’ils ont planifié pour la journée, ils font des heures supplémentaires, alors que si la journée de travail d’un Brésilien touche à sa fin, il laisse tout tomber et rentre chez lui.

Le manque de ponctualité des locaux est devenue légendaire : “Je vis au Brésil. Ici, les gens sont détendus, se prennent beaucoup moins la tête avec les broutilles, et ne se pressent pas. C’est pour cette raison qu’ici, la ponctualité pose problème. Une fois, j’ai eu une discussion avec une amie. Elle travaille à la banque et se considère comme étant très organisée. La banque travaille à partir de 9 heures, et il est possible d’être en retard pour un maximum d’une demi-heure. Ensuite, il faut se changer, prendre le petit déjeuner, le café... Et tout comme les Brésiliens le comprennent, les clients ne viennent jamais avant 10 heures du matin. Dans la plupart des autres pays, si l’établissement travaille à partir de 9 heures, il faut venir à l’avance. Et mon amie trouve ça inhumain”.

15. Ici, une énorme fête est organisée pour les 15 ans des jeunes filles

Non pas 14, 16, 18, ou même 21, mais exactement 15 ans. Les garçons n’ont pas de plaisir pareil, eux. Parfois, les 15 ans sont célébrés d’une manière bien plus pompeuse que les mariages. Cette tradition remonte à une très ancienne époque : avant, les jeunes filles étaient prêtes à se marier à 15 ans, et le but de ces soirées était de les montrer à des fiancés potentiels et à leur famille. De nos jours, l’ampleur de la célébration dépend de la situation financière de la famille. Habituellement, un nombre énorme d’invités se réunissent, des décorations spéciales sont achetées, un restaurant est parfois loué et si la famille vit dans une assez grande maison, des chefs-cuisiniers, des serveurs et un présentateur sont employés. La reine de la soirée porte une magnifique robe, a droit à un énorme gâteau, etc.

16. Il est difficile de s’habituer aux préférences alimentaires des locaux

Les locaux consomment du riz tous les jours. Beaucoup servent aussi des fruits comme par exemple des mangues, des ananas, des bananes, ou encore des oranges, qui sont mangés avec du riz et de la viande. Ici, l’ananas frais est combiné à du porc rôti ou grillé. Les Brésiliens ne mangent presque pas de soupe. Et s’ils en préparent tout de même, ils préfèrent ajouter plus de “farce” et moins d’eau.

Une jeune internaute a partagé son histoire sur Pikabu : “Durant mes premiers mois au Brésil, je vivais dans la maison de mon employeuse. Un jour, je suis revenue à la maison avant elle et j’ai reçu un texto de sa part : ‘Prépare du riz et de la salade vinaigrette pour le dîner, j’apporterai la viande. Je serai à la maison dans 15 minutes’. Et là, j’ai commencé à paniquer : cette salade ne se prépare pas en 15 minutes ! En plus, il n’y avait même pas de betterave à la maison ! Je l’ai appelée, mais elle ne décrochait pas. Je n’avais personne d’autre à contacter et j’ai commencé à flipper encore plus. Mais merci à Google tout-puissant : il m’a sauvé la mise. Il s’est avéré qu’au Brésil, la recette n’est pas du tout la même que chez moi, en Russie. Ici, il s’agit tout simplement de tomates fraîches coupées avec des oignons et des herbes, le tout assaisonné de vinaigre, d’huile d’olive et de jus de citron vert. Une salade vite fait bien fait que les Brésiliens mangent presque tous les jours et adorent consommer avec de la viande grillée”.

Cette fameuse vinaigrette

17. Il n’y a ni barrières, ni limites personnelles dans les conversations

Au travail, les collègues peuvent facilement t’annoncer que ta nouvelle coupe de cheveux ne te convient pas et que ta nouvelle robe te grossit. Tu peux par exemple t’acheter une nouvelle voiture et entendre que la couleur n’est pas super et que la marque de la voiture est, elle aussi, loin d’être bonne. Et il ne s’agit pas uniquement d’une norme adoptée dans les relations amicales, mais d’une façon dont mêmes des personnes qui se connaissent à peine peuvent communiquer. On pourrait penser que ce comportement manque de tact et qu’il s’agit tout simplement de mauvaises manières, mais les Brésiliens ne se fâchent pas du tout en entendant des remarques du genre. Pour eux, c’est tout à fait normal.

Une jeune femme a partagé son expérience sur internet : “Même si les interlocuteurs se connaissent mal, il est normal d’aborder le sujet de la santé, de dire que tu viens tout juste de quitter l’hôpital où les médecins ont traité tes hémorroïdes, et que Marie a des problèmes urinaires qui mènent à l’apparition de douleurs lorsqu’elle se rend aux toilettes. ‘Combien de fois par jour, tu fais pipi ?’, ‘Oh, tu as grossi, tu se serais pas enceinte par hasard ?’ J’ai entendu toutes ces phrases et bien d’autres encore non seulement de la part de mes anciens collègues, mais aussi de la part d’interlocuteurs accidentellement rencontrés dans le bus. J’ai même eu une conversation du genre avec un client pendant que je lui remettais sa commande. Je n’arrive toujours pas à comprendre : il s’agit d’une particularité culturelle et d’une grande ouverture d’esprit, ou tout simplement d’une impolitesse et d’une complète ignorance des limites personnelles ? Pour l’instant, j’opte pour la première version”.

18. Les femmes ont beaucoup de caractère, mais elles se calment très vite

Avoir une relation avec les femmes locales est comme faire face à un véritable ouragan. Elles peuvent facilement devenir jalouses et organiser tout un scandale, mais la réconciliation qui suit est généralement tout aussi “féroce”. Ici, les gens n’hésitent pas à exprimer leurs sentiments en public et cela ne gêne pas du tout leur entourage.

19. Elles vivent avec leurs parents jusqu’à leur mariage

Les femmes ne voient tout simplement aucun intérêt à dépenser de l’argent pour le loyer. Vivre avec ses parents est également très pratique : il y a toujours de la nourriture disponible et la maison est toujours propre. Mais dans les cas pareils, les factures sont partagées entre les parents et leur enfant, et l’argent économisé sur le coût du loyer est mis de côté. Généralement, lorsqu’une jeune femme trouve l’amour de sa vie, elle a déjà économisé assez d’argent pour acheter une maison ou un appartement, et a aussi sa propre voiture. En outre, ici, il n’est pas adopté et est considéré comme indécent de vivre avec ses parents après le mariage.

20. Les Brésiliennes n’ont pas honte d’essayer de nouvelles choses inhabituelles dans leur apparence

Les jeunes femmes peuvent facilement appliquer un rouge à lèvres ou un fard à paupières d’une couleur inhabituelle pour tout simplement se rendre au travail. Et personne ne les regardera de travers. Pour elles, le maquillage est un moyen de s’exprimer et plus il est vif, mieux c’est. Il existe bien évidemment des femmes qui préfèrent les maquillages plus naturels, mais dans la plupart des cas, si une Brésilienne a pris un pinceau dans la main, elle se laissera aller complètement.

21. La chirurgie plastique fait partie intégrante de la vie

Le Brésil se trouve à la deuxième place des pays dont les habitants ont le plus recours à la chirurgie plastique. Il semble que cela contredise le concept de “s’aimer quoi qu’il arrive”, mais en fait ce n’est pas du tout le cas. Il est considéré que même si tu aimes ton corps, cela ne veut pas dire que tu ne veuilles pas l’améliorer. Les opérations les plus courantes sont les diverses sortes de liftings. Il est tout aussi décent de demander à une Brésilienne qui est son chirurgien que de lui demander où se trouve le meilleur restaurant de la ville.

Qu’est-ce qui t’a semblé être le plus cool dans le mode de vie des Brésiliennes, et qu’est-ce qui est, à ton avis, totalement inacceptable ? N’hésite pas à partager ton avis dans les commentaires.

Partager cet article