Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Certaines personnes ne devraient pas se lever tôt, et une étude scientifique le confirme

Il faut bien s’accepter tel que l’on est, n’est-ce pas ? Plusieurs fois, lorsque ton réveil a commencé à sonner, tu t’es dit “encore cinq minutes” et tu l’as immédiatement éteint, pas vrai ? Peut-être que tu n’as tout simplement pas les mêmes facilités que d’autres pour te lever de bonne heure et commencer ta journée avec le plein d’énergie. Peut-être qu’après tout, ton truc, c’est de vivre la nuit et dormir le jour. Mais pourquoi cela arrive-t-il à certains et pas à d’autres ? Un groupe de scientifiques a décidé de chercher la réponse à cette question, et a constaté qu’il y a des personnes qui ne devraient jamais se lever tôt. Tu veux en savoir plus ? Lis la suite !

Chez Sympa, on sait que le sommeil est l’activité préférée de beaucoup de monde, et que se réveiller tôt n’est pas toujours facile. C’est pourquoi nous voulons partager avec toi les détails révélés par cette étude, afin que tu ne culpabilises plus de vouloir rester au lit plus longtemps.

L’étude

Cette étude, publiée dans le magazine Personality and Individual Differences, a été menée par l’Institut de recherche en biologie et biophysique moléculaire de l’Académie des sciences de Russie, et a été dirigée par Arcady A. Putilov, Olga G. Donskaya et Evgeniy G. Verevkin. Ces scientifiques ont déterminé qu’il existe deux types de personnes : les léthargiques (ceux qui vivent essentiellement la nuit) et les énergiques (ceux qui se lèvent tôt). De plus, les différents chronotypes dans le comportement des gens ont également un impact significatif sur leur réveil, car le rythme de chaque individu détermine la manière dont il accomplira ses activités, et le niveau d’énergie qu’il aura tout au long de la journée.

Méthodologie

Pour mener cette étude, on a demandé à 130 personnes de rester éveillées pendant 24 heures d’affilée. Le personnel chargé des recherches s’est assuré qu’aucun participant ne s’endorme. On avait auparavant demandé à chaque sujet de noter ses antécédents de sommeil, en recueillant des données sur la semaine qui précédait l’expérience. Tous les sujets se sont présentés entre 8h et 8h30, et ont quitté l’unité à 11h le lendemain matin. Pendant tout ce temps, on leur a demandé de répondre à différents questionnaires et de faire des tests de performances toutes les trois heures, dans le but d’évaluer leur niveau d’énergie. Ces activités comprenaient la lecture, l’écriture, les jeux de société, les jeux vidéo, regarder des émissions de télévision, écouter de la musique, manger et boire, à condition que les boissons ne contiennent ni caféine ni alcool.

Énergiques et léthargiques

Au cours des tests, les chercheurs ont pu observer qu’il y avait des gens qui ont la capacité de demeurer actifs tout au long de la journée, tout en montrant une énergie importante dans leurs activités, et cela, même s’ils sont privés de sommeil (ce sont les énergiques). Au contraire, il y a d’autres personnes qui ont constamment un faible niveau d’énergie (les léthargiques). Ce sont les mêmes personnes qui éprouvent des difficultés à se lever tôt, et ces heures matinales ne correspondent pas au moment de la journée où ils font preuve de plus de productivité. Cela s’explique par le fait que leur rythme circadien n’est pas bien synchronisé avec le cycle naturel d’une journée. Le meilleur moment pour que ces personnes accomplissent leurs différentes tâches est situé entre l’après-midi et la nuit.

Les différents chronotypes

Le chronotype a un rapport direct avec les fonctions de notre horloge biologique, de sorte qu’il détermine les rythmes circadiens de la mélatonine, responsables du contrôle d’autres rythmes. Lorsqu’une personne connaît son chronotype, il lui est plus facile de s’adapter à ses activités et à ses horaires. Chez l’homme, il existe trois types de chronotypes :

  • Les alouettes (lève-tôt) : personnes plus alertes le matin, mais peu habituées aux changements de rythme, car elles ont une organisation très spécifique en matière d’activités, et leur période de plus grande productivité se situe aux premières heures du matin. C’est pourquoi ils ont tendance à s’endormir tôt pour se réveiller tôt.
  • Les hiboux (nocturnes) : le matin, ils ne sont pas très productifs, mais leur énergie et leur productivité augmentent au fur et à mesure de la journée. Ils ont l’habitude de s’endormir tard car c’est la nuit qu’ils sont plus actifs. Ils peuvent souffrir de certains troubles du sommeil, et se caractérisent par leur créativité et leur capacité à travailler sous pression.
  • Les colibris (intermédiaires) : ces personnes se caractérisent par leur facilité d’adaptation aux changements d’horaires, mais sans rentrer dans les extrêmes, parce que ceux qui ont ce chronotype ont tendance à se rapprocher davantage de l’alouette ou du hibou, mais sans totalement y correspondre.

Que penses-tu de cette étude ? À quel chronotype corresponds-tu ? Es-tu plutôt léthargique ou énergique ? Laisse un message dans les commentaires, et partage cet article avec les personnes de ton entourage !