Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Nous avons découvert comment sont organisées les excursions dans la région de Tchernobyl et ce que les touristes y apprennent

La série Chernobyl (HBO, 2019) a ravivé l’intérêt du public pour le pire accident nucléaire de l’histoire. Bien que 30 ans se soient écoulés depuis la catastrophe, les villes de Tchernobyl et Pripyat, avec leur histoire tragique et leur réalité post-apocalyptique, attirent de nombreux touristes du monde entier.

La région de Tchernobyl regorge d’endroits lugubres qui ressemblent à des décors de films d’horreur. Sympa souhaite te présenter les plus impressionnants d’entre eux.

D’ailleurs, soulignons que récemment, des touristes ont été critiqués pour avoir pris des photos humoristiques avec les monuments aux morts en arrière-plan. Il est important de rappeler que ces lieux ont été le théâtre d’une véritable tragédie, et que la visite ne peut être considérée comme une activité divertissante. Il faut respecter la mémoire des victimes et de toutes les parties impliquées dans ces événements.

Qui a la permission d’entrer dans la zone

L’entrée et la sortie de la zone se fait par le point de contrôle “Dityatki” : il est nécessaire de se munir d’un permis spécial (dont on peut faire la demande ici) et d’une pièce d’identité (la loi ne permet de visiter la zone d’exclusion qu’à partir de 18 ans). Les visiteurs présentant des contre-indications médicales ne sont pas autorisés à entrer, et les participants à l’excursion ne doivent pas être en état d’ébriété (la consommation d’alcool est également interdite pendant le circuit).

De plus, l’entrée à Tchernobyl peut être limitée pour des raisons politiques. En général, les gardes-frontières ukrainiens ne permettent pas aux citoyens russes en âge d’intégrer l’armée d’entrer dans le pays. 10 à 15% des touristes russes se voient refuser l’entrée en Ukraine.

Règles importantes

Avant de visiter la zone, il est obligatoire de passer le contrôle des passeports du service de patrouille du ministère de l’Intérieur, et de signer une décharge de responsabilité ; aussi, tous les participants assistent à une séance d’information durant laquelle on leur présente une longue liste de règles. En voici quelques-unes :

  1. Ne pas déranger d’autres personnes du groupe dont les intérêts peuvent différer des vôtres.
  2. Ne pas utiliser d’appareil photo sur le territoire des sociétés d’exploitation : la prise de photos et de vidéos n’est possible qu’avec l’autorisation du guide.
  3. Ne pas laisser d’effets personnels et ne s’approprier aucun article trouvé sur le territoire de la zone (article 267-1 du Code pénal ukrainien).
  4. Ne pas laisser d’inscriptions sur les objets (même si ce n’est qu’une phrase inoffensive comme “j’étais là”).
  5. Il est interdit de porter certains types de vêtements (shorts, bas, jupes, leggings, manches courtes, chaussures ouvertes).

Et voici la liste des endroits les plus intéressants de la région de Tchernobyl.

Centrale nucléaire de Tchernobyl

La centrale nucléaire de Tchernobyl était une source de fierté et un symbole du développement technologique en Union soviétique. Pendant la visite, on peut voir la centrale de l’intérieur : la tour de contrôle, le bunker de secours, la pompe à eau.

En 2011, l’accès au mémorial de l’ingénieur Valery Hodemchuk, situé dans le bâtiment de ventilation entre le troisième et le quatrième réacteur, a été permis. Si tu as déjà vu la série Chernobyl, tu te rappelles sans doute que le premier épisode de la tragédie commence là.

À l’entrée de la centrale, les visiteurs reçoivent des badges et des dosimètres, après quoi ils passent par un poste de contrôle moderne dans le bâtiment administratif ABK-1.

Zone d’exclusion

Après la catastrophe de Tchernobyl, on a procédé à une évacuation de la population en 1986 et 1987, dans un rayon de 30 km autour de la centrale. Ce rayon comprend les zones les plus contaminées : la centrale nucléaire, la ville de Pripyat et plusieurs villes voisines.

Au fil du temps, la zone d’exclusion est devenue une réserve naturelle pour des animaux rares comme l’ours, le lynx, le cheval Przewalski (la seule sous-espèce de cheval sauvage), la loutre et le rat musqué. Ne sois pas surpris si tout à coup tu aperçois un loup marcher librement dans les rues abandonnées de Pripyat.

Réacteur n°4

Ici, le niveau de radiations est beaucoup plus élevé que dans d’autres parties de la zone, de sorte qu’il est impossible de se rapprocher du réacteur détruit à moins de 200 mètres. La seule façon d’y entrer, c’est d’avoir une autorisation spéciale en tant que scientifique ou réalisateur. D’ailleurs, jusqu’à un passé récent, les touristes ne pouvaient pas rester à proximité du réacteur plus de 2 minutes ; aujourd’hui il est permis d’y rester jusqu’à 10 minutes.

Radar “Duga”

Dans l’une des villes abandonnées situées entre Pripyat et Tchernobyl, le radar “Duga” (Arc) a été installé, aussi appelé “Tchernobyl-2” ; c’est l’installation militaire la plus secrète et la plus importante de l’Union soviétique. Tu ne le trouveras sur aucune carte, car en URSS, ils savaient garder leurs projets militaires secrets. D’ailleurs, le monde n’a appris son existence qu’en 2013.

Ce radar ultrasecret a été construit à l’époque de la guerre froide pour servir de système d’alerte aux frappes de missiles depuis le territoire américain. Ses dimensions sont impressionnantes : la hauteur de la structure est de 150 mètres, soit environ la moitié de la Tour Eiffel, sa largeur est de 750 mètres, soit environ 10 terrains de football.

Cette structure aurait pu changer le cours de l’histoire, et notamment éviter la guerre, mais après la tragédie, le radar est devenu un énième objet du paysage post-apocalyptique. Auparavant, il émettait un signal perçu par l’oreille humaine comme semblable à celui provoqué par un pic-vert ; aujourd’hui il est à l’abandon et la seule chose que l’on entend est le murmure du vent dans les câbles.

Parc d’attractions, Pripyat

Le parc d’attractions, qui n’a même pas été inauguré, est situé près du Palais de la Culture “Energetik” et de l’hôtel “Polesie”. Son attraction la plus reconnaissable est la grande roue, et outre celle-ci, il n’y a qu’un carrousel et une balançoire qui se déplace dans le vent et qui fait froid dans le dos.

Il n’est pas possible de s’arrêter dans cette aire de loisirs, qui est l’un des endroits les plus contaminés de Pripyat : des hélicoptères transportant des matières radioactives ont utilisé la zone comme piste d’atterrissage.

Piscine municipale “Lazurny”, Pripyat

La particularité de ce bâtiment est qu’il est l’un des rares de Pripyat qui a continué à fonctionner même après l’accident et l’évacuation de la population. La piscine a fonctionné jusqu’en 1998, soit 12 ans après l’accident. Alors que la centrale nucléaire était encore en fusion, les bâtiments utilisés par les liquidateurs étaient raccordés au réseau d’alimentation en électricité et en eau potable.

Aujourd’hui, la piscine municipale est complètement abandonnée, les vitres des fenêtres sont cassées, et l’on peut voir des graffitis dans la piscine. La seule chose qui a survécu est le plongeoir, qui a l’air à la fois terrifiant et majestueux.

École de musique, Pripyat

Dans les environs du cinéma “Prometey” se trouve une ancienne école de musique abandonnée. On a peu d’informations historiques à ce sujet, on sait seulement que c’était une école normale où les professeurs enseignaient la musique et le solfège.

On peut toutefois souligner l’atmosphère effrayante de l’auditorium et des salles de classe, pleines de décombres, de fragments d’instruments de musique, de magazines de musique déchirés et jaunis par le temps, et de restes de mobilier.

Bassin de refroidissement de la centrale nucléaire de Tchernobyl

Des poissons bagres géants se trouvent dans l’étang artificiel construit pour refroidir les réacteurs de la centrale nucléaire. Au moment de l’accident, des fragments du réacteur explosé ont été projetés dans l’étang, mais avec le temps, le niveau de contamination de l’eau a diminué considérablement, et maintenant les travailleurs et les visiteurs peuvent nourrir les poissons, et en particulier ces énormes bagres. Certains spécimens atteignent trois mètres de long et 70 kg.

Monument aux héros liquidateurs, “À ceux qui ont sauvé le monde”

Le monument à la mémoire des liquidateurs de l’accident a été érigé à l’occasion du dixième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. Il est dédié non seulement aux pompiers qui ont participé à l’extinction du feu, mais aussi à tous les héros qui ont sciemment sacrifié leur vie pour celle des autres.

Le monument est situé près de la caserne de pompiers de Tchernobyl, qui ont été les premiers à éteindre l’incendie dans le réacteur 4 de la centrale nucléaire.

Tourisme dans la zone d’exclusion

Bien que les touristes aient commencé à visiter la région de Tchernobyl à partir de la fin des années 1990, l’entrée n’est autorisée qu’avec un guide ou selon le programme officiel des visites. Ceci permet de garantir la sécurité des visiteurs, car le niveau de radiations près de l’épicentre de l’accident dépasse encore les normes sanitaires.

As-tu déjà visité la zone de Tchernobyl ? Ou as-tu vu la mini-série consacrée à la catastrophe ? Qu’est-ce qui t’a le plus impressionné(e) ?

Photo de couverture pixabay