Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Que se passerait-il si tu endommageais quelque chose dans un musée ?

1-15
657

Lors de l’une de tes visites dans un musée, as-tu remarqué qu’il n’y a qu’une infime séparation entre le public et les œuvres d’art ou objets exposés ? Souvent, ils ne sont séparés que par une corde en velours ou rien du tout. Que se passerait-il si tu trébuchais et tombais sur une étagère composée d’urnes étrusques d’une valeur inestimable ? La bonne nouvelle est que tu n’auras plus à t’en faire. Grâce à une poignée de personnes maladroites, nous savons désormais ce qui se passe lorsque tu tombes la tête la première sur une pièce hors de prix.

Chez Sympa, nous allons t’expliquer les représailles possibles si tu abîmais un objet en céramique vieux de 3 000 ans.

Lorsque tu casses un tableau à 130 millions de dollars

En 2010, une jeune femme a assisté à un atelier au Metropolitan Museum of Art (MET), dans la ville de New York. Là-bas, elle a trébuché et troué une œuvre d’art inestimable. Le tableau en question était L’Acteur de Pablo Picasso, évalué à 130 millions de dollars jusqu’à ce que l’étudiante non identifiée fasse un trou de 15 cm sur la toile.

Heureusement, la catastrophe n’était pas aussi dramatique. Le trou était situé près du bord, loin du centre de la peinture.

Qu’a fait le musée après l’incident ?

Le musée a publié une déclaration où il est indiqué que la jeune femme n’avait pas été blessée pendant la chute et qu’une équipe spécialisée prévoyait de restaurer l’œuvre. Trois mois plus tard, la peinture était comme neuve et de retour sur le mur, mais protégée d’une couche de plexiglas pour éviter un nouvel incident. La femme n’a pas eu à débourser d’argent pour réparer sa maladresse.

Aussi étrange que cela puisse paraître, les œuvres d’art endommagées sont monnaie courante. Dans le pire des cas, les casseurs peuvent être exclus du musée, même si ce cas est extrêmement rare. À Cambridge, un homme en a fait les frais : il a trébuché avec les lacets de ses chaussures et détruit complètement trois vases irremplaçables du XVIIe siècle, qui avaient une valeur de 120 000 dollars.

Que se passe-t-il lorsque les visiteurs endommagent un objet en enfreignant les règles du musée ?

Même lorsque les visiteurs enfreignent les règles, les musées sont réticents à l’idée de critiquer leur comportement. En 2016, un couple de personnes âgées a sévèrement détérioré une horloge dans le Musée National de l’Horlogerie, en Pennsylvanie. Les objets ne devaient pas être touchés, mais le couple a commencé à tirer sur les parties amovibles de l’horloge et elle a fini par s’écraser par terre.

Des incidents similaires ont déjà eu lieu dans d’autres musées, alors les autorités ont laissé partir le couple sans leur faire de remontrances.

Les nouveaux destructeurs : les personnes à la recherche du selfie parfait

En mai 2016, un jeune homme voulait faire une photo aux côtés de la statue de Sébastien Ier, roi du Portugal. La sculpture de 150 ans était positionnée sur une colonne, mais ce touriste de 24 ans l’a escaladée pour obtenir le cliché parfait. La finalité de l’histoire ? La statue est tombée et s’est brisée en mille morceaux.

L’homme concerné a été arrêté et a reçu une amende pour avoir détruit une propriété de la ville. Les fans de selfies qui endommagent les œuvres d’art sont nombreux, mais malgré tout, il n’avait pas à agir de la sorte. S’il avait cassé une pièce à l’intérieur d’un musée, il n’aurait probablement pas reçu de punition.

Les objets sont assurés

Presque toutes les pièces présentes dans un musée sont soumises à une assurance qui les couvrira en cas de casse, parce que dans la majorité des cas, les visiteurs (qui sont considérés comme des invités) ne seront pas responsables financièrement des dommages causés.

Généralement, les employés du musée ne perdront pas non plus leur travail en cas de maladresse. En Angleterre, des vigiles ont fait une découverte lorsqu’ils ont jeté ce qu’ils pensaient être un carton vide. Plus tard, il a été révélé qu’il s’agissait d’une peinture estimée à plus de 120 000 dollars.

En 2014, un cas similaire s’est produit en Italie, lorsqu’un concierge a confondu une œuvre d’art moderne avec un tas d’ordures. Bien que l’histoire ressemble à une blague, la “sculpture” pouvait prêter à confusion : elle était composée de morceaux de carton et de journaux froissés.

Que se passe-t-il si quelqu’un abîme une œuvre de manière intentionnelle ?

En 2012, Andrew Shannon visitait un musée en Irlande lorsqu’il a fait un trou dans une peinture de Claude Monet, dont la valeur dépassait les 11 millions de dollars. Il a affirmé que ce n’était qu’un accident, mais après avoir regardé les caméras de surveillance et découvert un spray décapant pour peinture dans sa poche, la police ne l’a pas cru. Il a été soumis à une peine d’emprisonnement de cinq ans.

Pourquoi les musées ne prennent pas plus de mesures de sécurité ?

Il existe deux raisons principales à ce supposé manque de sécurité. En premier lieu, de nombreuses personnes estiment que ce type de précautions, comme le plexiglas, interfère dans l’expérience entre le visiteur et l’art exposé.

La deuxième raison est l’argent. Sécuriser chaque exposition est tellement coûteux que de nombreux musées pensent que le prix n’est pas justifié. Même si les œuvres iconiques comme La Joconde de Léonard de Vinci et David de Michel-Ange sont suffisamment onéreuses pour bénéficier de précautions supplémentaires, il n’est pas pratique de mettre un tel procédé en place.

Dans tous les cas, si tu te rends dans un musée, sois prudent. La Joconde est protégée par une vitre, alors il sera difficile pour une personne maladroite de l’abîmer, mais comme on le dit si bien : “mieux vaut prévenir que guérir !” Les prochaines générations en seront reconnaissantes.

As-tu déjà cassé un objet de valeur ? Si oui, partage tes anecdotes dans les commentaires !

Photo de couverture Genial / Youtube
1-15
657