Sympa

Une quinzaine de codes secrets des employés des compagnies de transport que les passagers ne devraient pas connaître

Quiconque a pris l’avion ou voyagé à bord d’un paquebot de croisière a probablement entendu l’équipage parler d’une façon étrange. Le fait est que les employés des entreprises de transport utilisent des mots et des expressions spéciaux pour crypter diverses situations. De tels messages codés aident à garder les passagers calmes et à éviter la panique.

Les agents de bord des compagnies aériennes internationales, les agents de croisière et les employés des transports urbains ont révélé à Sympa certains codes secrets qui font référence à des incidents inattendus dans le ciel, dans l’eau et même sous terre.

1. “5 jours au Danemark”

Tu as peut-être entendu l’hôtesse de l’air dire qu’elle allait passer, par exemple, 5 jours au Danemark, et tu n’as même pas remarqué qu’elle ne parlait pas de vacances, mais d’un passager en particulier. Dans ce cas, le numéro indique la rangée et la première lettre du nom du pays est le siège. De cette façon, un passager était crypté dans le siège 5D. Grâce à ces phrases secrètes, les agents de bord peuvent parler des personnes qu’ils veulent dans la cabine sans craindre d’être compris.

2. “Jus bleu”

Le personnel de cabine utilise l’expression “jus bleu” lorsqu’il s’agit d’un problème dans les toilettes. Pour éviter toute confusion devant les passagers, les employés de la compagnie aérienne ont créé ce code figuratif. On entend généralement les agents de bord dire au pilote : “Nous n’avons plus de jus bleu”. Maintenant tu sais ce que ça signifie vraiment.

3. “Mayday”

Le code est principalement utilisé par les pilotes et les marins pour les alerter en cas d’une urgence mettant leur vie en danger. Mais dans certains pays, les pompiers, la police et les sociétés de transport utilisent également ce terme. Le code est toujours répété 3 fois de suite (Mayday ! Mayday ! Mayday !), afin qu’il ne soit pas confondu avec une phrase qui peut sembler similaire.

“Mayday” est en fait une abréviation de “Mayday call”, et la phrase est en réalité une transcription anglaise de l’expression française venez m’aider (“venez et aidez-moi”, “aidez-moi”).

4. “Pan-pan”

Ce signal d’alerte en cas d’urgence à bord d’un avion ou d’un navire vient du mot français panne, qui signifie littéralement “panne”. Cependant, il est généralement utilisé pour signaler un petit problème à bord qui ne met pas en danger la vie des passagers, mais qui est anormal.

5. “Code rouge”

Nous espérons que tu n’auras jamais l’occasion d’entendre cette phrase, sauf dans les films. Le “code rouge” est utilisé pour les situations d’urgence les plus complexes à bord de l’avion, qui sont généralement associées à une panne majeure ou à un atterrissage d’urgence.

6. Certains signaux sonores

En plus des codes secrets, il y a aussi des alertes sonores à bord de l’avion. Les passagers peuvent les utiliser, par exemple, pour appeler l’hôtesse de l’air en appuyant sur le bouton d’appel situé sur le siège. Mais dans d’autres situations, un signal caractéristique peut signifier quelque chose de complètement différent.

  • À l’atterrissage, lorsque les ceintures de sécurité sont bouclées, un signal sonore indique que le train d’atterrissage est sorti, et un deuxième son après l’atterrissage indique que l’équipage de cabine peut quitter son siège et commencer la procédure de débarquement des passagers.
  • Trois courts signaux sonores consécutifs suggèrent que les membres de l’équipage devraient immédiatement retourner à leur siège et entendre un message du commandant.
  • Cinq appels courts sont utilisés pour signaler l’évacuation d’urgence de l’avion.

7. Codes numériques 7 000

En plus des codes alphabétiques et acoustiques, certains codes numériques sont également utilisés :

  • 7 500 — Détournement d’avion.
  • 7 600 — Perte de communication avec les services au sol.
  • 7 700 — Situation d’urgence.

Le personnel de cabine dit qu’il y a un autre mot secret que seul l’équipage d’un vol particulier connaît. Le nouveau code est créé immédiatement avant le départ afin d’avertir le pilote en cas de menace ou d’accident terroriste.

8. “Ditch”

Actuellement, l’interprétation du code secret “Ditch” se trouve même dans le dictionnaire. Il est utilisé pour indiquer un atterrissage forcé de l’avion dans l’eau.

9. “Formalités de dernière minute”

La phrase annoncée avant le vol par le système de haut-parleurs (" Nous avons dû faire es formalités de dernière minute ") indique en fait que le vol a été retardé en raison d’une situation imprévue. Par exemple, parce que le personnel de maintenance a dû vérifier une nouvelle fois quelque chose pour s’assurer que l’avion était prêt à voler.

10. “PNC aux portes, armement destoboggans, vérification de la porte opposée”

Tu as peut-être entendu l’ordre suivant émis par le commandant d’un aéronef : “PNC aux portes, armement des toboggans, vérification de la porte opposée”. Il retentit avant le décollage et après l’atterrissage pour que l’équipage active ou désactive le gonflage automatique des rampes de sauvetage avant que les portes ne s’ouvrent.

Conformément à la réglementation aérienne, les toboggans doivent toujours être activés lorsque les moteurs sont en marche, afin d’effectuer une éventuelle évacuation d’urgence. Avant le décollage, un levier spécial sur la porte est placé en position “armé”. Lorsque l’atterrissage est terminé, ce mode est désactivé en déplaçant le levier en position “désarmé”. Ensuite, lorsque la porte est ouverte, la rampe de sauvetage ne se gonfle pas. Cela semble simple, mais il y a des cas où le personnel de cabine oublie de désactiver le levier et où la rampe se gonfle directement dans le bâtiment de l’aéroport, bloquant ainsi le départ des passagers.

C’est pourquoi, lors des “contrôles croisés”, les agents de bord se croisent avec leurs collègues à la porte d’en face afin de vérifier qu’ils ont bien fait leur travail.

11. “Purell! Purell! Purell!”

“Purell” est une marque déposée de désinfectants, mais à bord d’un navire, ce mot secret est répété trois fois dans le service de nettoyage et signifie que, quelque part, un passager souffre de vertiges et que la zone doit être nettoyée immédiatement.

12. “Fête rouge”

Une compagnie de croisière répète trois fois le message “Fête rouge” dans le haut-parleur pour avertir l’équipage d’un incendie sur le navire. Le message est immédiatement suivi d’informations sur le lieu de l’accident.

13. “Priorité 1”, “Priorité 2”

Il existe des codes plus répandus pour les urgences maritimes. Par conséquent, le commandement “Priorité 1” indique un incendie possible à bord du navire, et “Priorité 2” indique une fuite dans le navire.

14. “Opération ‘Étoile brillante’”

" L’Opération Étoile brillante " signale à tous les services à bord la nécessité de soins médicaux d’urgence à bord du navire, et " Opération Étoile montante " indique qu’un passager est mort.

15. “Mr. Mob”

L’expression “M. Mob” est utilisée sur les navires pour annoncer qu’un passager est tombé à la mer. “Mob”, dans ce cas, est un acronyme signifiant “homme à la mer”. Il y a aussi un signal sonore pour cet incident : 3 longs coups de sifflet.

16. “Code 1”

Le " code 1 " est le plus souvent utilisé à bord des trains et des navires de croisière pour signaler qu’un passager a été blessé ou a besoin d’aide.

17. “Mr. Sand”

Le plus célèbre code du métro et des chemins de fer de Londres au Royaume-Uni est “Inspector Sands”, ou simplement “Mr. Sand”, qui est transmis lorsqu’une situation d’urgence survient, par exemple, un incendie ou une explosion. Il est également utilisé dans les théâtres anglais. Ce code est lié au fait que les incendies étaient auparavant éteints à l’aide de sable.

18. “Madame Kate, alarme d’incendie”

Un habitant d’Amsterdam a partagé sur son blog un code secret assez évident qu’il a entendu à la gare centrale de la ville : “Mme Kate, l’alarme incendie, venez au bureau d’information, Mlle Zapatilla vous attend. Je répète, Mme Kate, l’alarme incendie, s’il vous plaît venez au bureau d’information, Mlle Zapatilla vous attend”.

Bonus : Codes secrets des magasins Walmart

Codes pouvant être utilisés par les employés du réseau de magasins Walmart aux États-Unis :

  • Code noir — conditions météorologiques extrêmes (p. ex. un avertissement de tornade).
  • Code bleu — menace d’explosion.
  • Code marron — coups de feu.
  • Code vert — prise d’otages.
  • Code orange — déversement chimique.
  • Code rouge — feu.
  • Code blanc — accident.
  • Code C — appeler le service clientèle ou le caissier.
  • Code 300 ou département 51 — appelez le service de sécurité.

Utilises-tu des mots ou des codes secrets avec tes collègues ? Partage-les dans les commentaires, tant qu’il ne s’agit pas d’informations hautement confidentielles bien sûr.