Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Voici pourquoi dans les anciennes peintures les bébés ressemblent souvent à des vieillards décrépits

1-2-
647

Dans tout musée ayant une exposition consacrée à l’art médiéval, on peut admirer des statues de différents dieux, des bustes de philosophes, des tapisseries de châteaux anciens et des peintures avec des bébés étranges. Après avoir vu ces derniers, certains d’entre nous se posent inévitablement des questions.

Chez Sympa, nous avons aujourd’hui compilé pour toi dans cet article toutes les théories possibles pour enfin comprendre pourquoi les peintres du Moyen Âge “détestaient” autant les enfants, et nous avons même préparé un petit bonus à la fin.

Un art qui a été perdu

Au tout début de l’art de la peinture, les gens savaient déjà très bien dessiner. Il existait même des images assez réalistes représentant aussi bien des humains que des animaux, mais ensuite on pense que quelque chose a mal tourné.

La raison de ce changement est peut-être la grande migration des nations. Au fil des années, les peintres ont acquis de nouvelles techniques et aux XIIIe et XIVe siècles, ils n’avaient tout simplement pas encore eu le temps de retrouver leur niveau d’antan.

Le plus important est le sens, et non pas l’apparence

Au Moyen Âge, les phénomènes et les objets étaient précieux non pas pour leurs qualités réelles, mais pour leur essence, et cette dernière n’est bien évidemment pas facile à représenter sur la toile. L’art médiéval était donc plus symbolique que réaliste.

Ainsi, dans le tableau, le plus important est non pas l’enfant, mais toutes les harpes, lyres, couronnes de fleurs et autres objets qui l’entouraient. Les artistes créaient ainsi des messages qui se limitaient généralement à des imageries nuptiales et à des décorations de chambres. Les enfants étaient eux aussi des symboles : ils peignaient des représentations religieuses qui avaient généralement accompli des actes de bravoure à l’âge adulte, et étaient donc censés avoir l’air courageux et sérieux dès leur naissance.

La peur d’enfreindre les traditions

Les artistes médiévaux étaient plus expressionnistes que naturalistes. L’idée de liberté créative, lorsqu’un artiste dessine ce qu’il veut, n’avait pas encore pris racine. Ainsi, l’image traditionnelle d’un bébé ressemblant plus à un homme d’âge moyen a été préservée jusqu’à l’époque de la Renaissance.

La dure réalité de la vie

Au Moyen Âge, le concept d’enfance n’existait pas encore. Les enfants avaient plutôt des rôles d’assistants dans le foyer. Les bambins pouvant mourir à tout moment, les parents ne s’y attachaient pas émotionnellement. La plupart des mères, surtout dans les familles nobles, remettaient immédiatement leur enfant à une nourrice, et lorsque le gamin était suffisamment grand, il commençait immédiatement à travailler sur un pied d’égalité avec les adultes.

Les enfants des familles nobles, eux, n’avaient pas non plus le temps de se détendre. Sur les portraits qui sont apparus à la fin du XVe siècle, les enfants ne jouent pas avec les sceptres de leur père et ne se cachent pas sous les canapés. Ils avaient toujours l’air sérieux, conscients de leurs responsabilités envers la famille et envers l’État. Les bébés étaient aussi très souvent représentés avec un chien ou un oiseau, car avoir une bonne éducation voulait dire savoir surmonter sa nature animale.

Voici un portait d’Eléonore de Tolède et son fils Giovanni, peint par Agnolo Bronzino. Chaque famille royale devait avoir au moins quatre garçons qui devaient survivre jusqu’à l’âge adulte. Le premier fils devenait Grand-Duc. Le second devenait cardinal avec de bonnes chances de devenir ensuite pape. Le troisième dirigeait l’armée, et le quatrième travaillait dans l’entreprise familiale : la banque.

L’idée de directement créer un adulte

Au Moyen Âge, l’alchimie était un art assez populaire. Et l’un de ses principaux buts était de créer un homme artificiellement. Ce dernier était appelé homoncule et était représenté comme un homme adulte déjà entièrement formé.

L’art suivait le rythme, et des enfants chauves, gros, et battus par la vie ont commencé à apparaître sur les peintures. Ils n’avaient pas de joues potelées ni de grands yeux, et ils pouvaient avoir une barbe.

Un manque de possibilités d’étudier l’anatomie humaine

Pour la médecine, il s’agit d’une période très difficile, car il était considéré que ceux qui se rendaient chez le médecin faisaient quelque chose d’indécent. Et pire encore si quelqu’un décidait d’étudier le corps d’un défunt. Les seules personnes qui avaient officiellement accès aux corps et la possibilité d’étudier l’anatomie humaine étaient les bourreaux, mais ces derniers ne savaient généralement pas dessiner.

Pour correctement représenter le corps humain, il fallait travailler dur et risquer sa vie. Les artistes et les sculpteurs étudiaient donc les corps pendant la nuit, et dans le plus grand secret.

Il n’y avait pas d’événements joyeux à “raconter”
dans les tableaux

La plupart des gens ne savaient pas lire, et il n’y avait d’ailleurs pas beaucoup de livres non plus. De plus, ceux-ci avaient une grande valeur et étaient énormes, afin qu’ils soient plus difficiles à voler. Les tableaux étaient donc pratiquement les seuls moyens accessibles de répandre et de recevoir des informations. C’était presque des bandes dessinées, sauf qu’à l’époque, il n’y avait pas d’histoires de super-héros. Les sujets étaient généralement tirés de la Bible ou de l’Histoire, et n’étaient pas vraiment drôles.

Alors pourquoi les enfants sont-ils devenus beau ?

  • À la Renaissance, l’art prospérait : les gens voulaient voir non pas des symboles, mais leurs propres enfants. Les hommes riches florentins insistaient particulièrement sur ce point, et il n’était pas du tout conseillé d’aller à l’encontre de leurs désirs.
  • Durant l’époque de la Renaissance, les artistes se sont trouvé un nouvel intérêt : observer la nature et représenter les choses telles qu’ils les voyaient. L’expressionnisme du Moyen Âge a disparu, ce qui a conduit à l’apparition de bébés plus réalistes.
  • Lors de la Renaissance, le concept d’enfant change : ils passent de statut de petits adultes à des créatures extrêmement innocentes. Cela s’est produit lorsque l’idée que chaque enfant naît sans péchés et ne connaît encore rien du monde s’est répandue dans la société.

Bonus : les artistes médiévaux représentaient aussi les chats
d’une manière très étrange

Alors, avais-tu déjà remarqué que les bébés étaient si étranges dans la peinture médiévale ? Et toi, y a-t-il d’autres détails qui te surprennent encore plus ?
N’hésite pas à nous donner ton avis et à nous faire part de ton expérience
dans les commentaires !

1-2-
647