20+ Histoires où la barrière de la langue a provoqué une situation comique

Histoires
Il y a 1 mois

Il est impossible de connaître parfaitement une langue étrangère, car il s’agit d’un phénomène vivant et en constante évolution. Les héros de cette sélection n’ont pas prétendu à la perfection lorsqu’ils ont dû se souvenir de leurs cours d’anglais à l’école ou se creuser les méninges pour trouver un mot dans une langue inconnue. En guise de bonus, nous te racontons une histoire qui montre que lorsque l’on ne connaît pas la langue, l’ingéniosité est de mise.

  • Un jour, un jeune étranger s’est approché de moi. Il pleurait presque, et dans sa langue maternelle, il me suppliait : “Au secours ! Le lit est une erreur !”. J’ai voulu partir, mais il m’a demandé d’attendre. Il a sorti sa tablette et a écrit quelque chose en anglais dans le traducteur. J’ai regardé l’écran et il s’est avéré qu’il avait des punaises de lit dans son lit, et il a d’abord traduit “bed bug” comme “erreur dans le lit”. Pendant qu’il cherchait un remède contre les punaises, il a effrayé tous les vendeurs. © Podslouchano / Ideer
  • J’étais dans un grand centre commercial. Un jeune homme d’environ 17 ans s’est approché de moi et m’a demandé en français : “Parlez-vous français ?”. Je l’ai appris à l’école, alors j’ai répondu calmement : “Oui, que puis-je faire pour vous ?”. Et le type m’a répondu calmement, dans ma langue maternelle et sans accent : “Moi, je ne parle pas”, et il est parti. © Podslouchano / Ideer
  • En Thaïlande, mon estomac a décidé de me faire une surprise. J’ai couru au supermarché et je savais qu’on y vendait des remèdes contre la diarrhée. Les femmes thaïlandaises refusaient obstinément de comprendre le mot “diarrhée”. Mais l’une d’entre elles l’a compris. Elle a secoué la tête et a dit : “Aah, ooh, pet-pet ?!”, puis elle s’est retournée, s’est à moitié accroupie et a solennellement placé le paquet convoité devant moi. Sous les rires légers et les lamentations compatissantes de “pet-pet, o-o-oh”, j’ai couru jusqu’à ma chambre. © barr.ell / Pikabu
  • J’étais en Turquie avec mon fils. Dans la piscine, un jeune Allemand a commencé à emporter son matelas pneumatique. Le fait est qu’il y avait un matelas similaire dans la piscine de l’hôtel, mais c’était un matelas public, et le garçon a décidé que c’était celui-là, et que nous devions le partager. J’ai appris l’allemand à l’école, j’ai donc fait appel à ma mémoire et j’ai dit : “C’est le nôtre, nous l’avons acheté”. Le gars m’a regardé bizarrement, a reculé et s’est éloigné à la nage. Puis j’ai ajouté à son père, en allemand clair : “Oui, oui, nous l’avons acheté.” Et le papa a reculé lui aussi. J’ai alors décidé de vérifier moi-même. Il s’est avéré que je lui ai dit que nous vendions le matelas. © iikor / Pikabu
  • Hier, le livreur ne m’a apporté que la moitié de la commande, l’autre moitié ayant été oubliée dans la voiture. J’ai contacté le service d’assistance. Une heure plus tard, ce livreur est arrivé et a commencé à s’excuser. Notre langue n’est pas sa langue maternelle. Je lui ai répondu :
    — Ce n’est pas grave, cela arrive.
    Il me parlait en “vous”. Mais il devait avoir très envie de s’excuser, alors il m’a dit :
    — Je suis désolé, frère. © Just Story / VK
  • J’étais en vacances à l’étranger avec une amie et nous sommes entrés dans un café où l’on cuisinait des pâtes. Derrière le comptoir, un beau mec a commencé à nous expliquer quelque chose en anglais, mais il était trop beau pour que je l’écoute. Et le voilà à la fin : “Okay ?”. J’ai accepté avec joie, sans savoir de quoi il parlait. Quoi qu’il en soit, nous n’avons jamais pu manger les pâtes, parce que le type a simplement dit que le restaurant fermait. C’est ce que mon amie m’a dit. Et le type l’a vue me répéter ce qu’il avait dit, m’a regardé et m’a envoyé un baiser. © Caramel / VK
  • Du village où une étudiante nigériane étudiait à l’école agricole et technique de l’État, elle a été amenée dans un autre village à l’hôpital où ma mère travaillait comme infirmière (elle a raconté cette histoire après un service agité). Cette étudiante, qui recevait une nourriture spéciale en tant qu’étrangère, s’est soudain mise à réclamer une vache, avec beaucoup d’insistance, au point de refuser de manger. L’ensemble du personnel médical essayait de satisfaire cette femme capricieuse. Même le chef de service a fait venir toutes sortes de plats de chez lui. Mais tout était en vain. Il s’est avéré que l’étudiante ne voulait que du bœuf ! © Natalia Zakhovaeva / Dzen
  • Un géologue français a participé à l’expédition avec nous. Presque dès le début, on a trouvé beaucoup de champignons. On les a cueillis et les a délicieusement cuisinés. Par la suite, le Français a demandé chaque jour de lui montrer les champignons. On répondait qu’on n’en avait pas trouvé aujourd’hui. Cela a duré plusieurs jours, jusqu’à ce que le Français se mette en colère et crie qu’on porte des sacs à dos pleins de champignons et qu’on les lui cache, bien que nous travaillions ensemble. Il s’est avéré que ce n’était pas le mot “champignon” qu’il disait, mais “échantillon”, en l’occurrence un échantillon de minerais. © yuri s. / Dzen
  • Mon mari et moi étions en vacances dans un hôtel en Turquie. Nous étions allongés sur des transats confortables, en train de nous amuser. Un Allemand s’est approché de nous et s’est mis à parler avec indignation, en tirant la serviette de mon mari : “Mein Handtuch tsap-tsap !”. Nous ne comprenions pas. Sa femme s’est alors approchée de l’Allemand et s’est mise à jurer, disant que ce n’était pas à eux, et a fait des gestes en direction des transats voisins. Le vieil homme s’est détaché de la serviette de son mari, a vu que sa serviette était sur les deux transats voisins et s’est excusé avec embarras en allemand. Tous les autres jours des vacances, cet Allemand, dès qu’il nous rencontrait dans le parc de l’hôtel, commençait par crier : “Mein Handtuch tsap-tsap”, puis il nous saluait de la main. © Foxinbush / Pikabu
  • Il y a toutes sortes de choses amusantes à propos des langues ! Après avoir vécu avec nous en Grèce, mon fils est parti travailler en Italie. Il a commencé à apprendre l’italien, mais un jour, il ne savait plus quelle langue parler. Voici comment cela s’est passé : il est venu au magasin pour acheter du poisson. Il est un grand blond aux cheveux bouclés et aux yeux bleus, et toutes les Italiennes tombent amoureuses de lui ! Une fille du rayon poisson a commencé à flirter avec lui, mais il était gêné et a oublié dans quelle langue demander : “C’est combien ?”. Il a donc demandé en grec : “Póso cani”. La fille l’a regardé avec horreur. Son ami s’est alors approché de lui, a ri et lui a dit : “Tu sais ce que tu as demandé ?”. “Est-ce que je peux avoir un chien ?”. © МТтт Таб / Dzen
  • J’ai travaillé comme serveuse dans un hôtel. Je connais l’anglais depuis l’école, mais j’ai appris un peu d’allemand au travail. Je servais un groupe d’Allemands. Une Allemande a demandé un “Eiswasser”. J’ai apporté de l’eau avec des glaçons et je suis partie rapidement (je n’avais pas assez de temps). Le lendemain, la situation s’est répétée. J’ai apporté de l’eau, je me suis retournée, mais l’Allemande a réussi à m’attraper par le bras et m’a dit avec insistance : “Heißes Wasser”. J’ai demandé à mes collègues ce que cela signifiait, et il s’est avéré qu’il s’agissait d’eau bouillante ! Et puis il y a eu une autre situation : un collègue a pris la commande d’un Finlandais qui a demandé “kurku”, et le serveur a cru qu’il s’agissait d’un poulet. Au bout de dix minutes, le Finlandais a essayé de demander où se trouvait son “kurku”. Le serveur l’a rassuré : “Une minute”. Une demi-heure plus tard, le Finlandais a mangé le poulet, mais il s’est avéré que “kurku” signifiait “des concombres”. © Vera Fomenko / Dzen
  • Mon mari au grand cœur, voyant une fille dans l’escalier aider un vieux monsieur affaibli à monter, l’a fait monter en un clin d’œil, sous les murmures reconnaissants de sa dame de compagnie. Mais s’il avait mieux connu l’allemand, il aurait entendu qu’ils n’avaient pas besoin d’aide et qu’il s’agissait d’un exercice spécial pour ce vieux monsieur. © vie_fastueuse / Twitter
  • Un anglophone m’a rencontrée sur les réseaux sociaux. J’ai pleuré de rire en lisant son super-compliment : “Tu es aussi belle que tes oreilles qui flottent dans le vent”. Je lui ai conseillé de ne plus utiliser le traducteur automatique. © Ne vse pojmoute / VK
  • Je disais à mon amie polonaise que j’étais allergique aux plumes. Nous parlions polonais, mais je ne connaissais pas le mot “plumes” et j’ai dit simplement : “vêtements de poule”. Nous nous sommes parfaitement comprises. © Podslouchano / VK
  • Je n’ai pas trouvé de tampons dans un supermarché en Thaïlande. J’ai montré un tampon à la caisse pour bien faire comprendre ce que je voulais acheter. La vendeuse m’a emmenée dans son arrière-boutique, a sorti un panier rempli d’objets (piles, chewing-gum), m’a montré des piles et me les a tendues. Là, je n’en pouvais plus et je me suis mise à rire, tout en montrant plus en détail à l’employée mon dernier tampon (dans l’emballage). Elle s’est mise à rire elle aussi et m’a finalement guidée vers le stand des produits hygiéniques en pointant du doigt les couches ! © kyklya / Pikabu
  • J’ai une amie qui a épousé un Japonais il y a 30 ans. Elle et son mari sont restés chez moi après le mariage. Je leur ai donné toute la couverture, mais le jeune mari a regardé avec stupeur les oreillers en plumes. Il a dit : “Qu’est-ce qui est si doux et si confortable à l’intérieur ?”. Il nous a fallu une demi-heure pour lui expliquer. Nous connaissons bien l’anglais, le japonais et d’autres langues, mais nous avons fini par dire qu’il s’agissait de poils de poule. Nous en rions encore lorsque nous nous voyons. © Olga T. / Dzen
  • Les enfants avaient environ 14-15 ans et s’étaient envolés pour l’Amérique afin de participer à une compétition. Ils ont été accueillis par un interprète. Lorsqu’ils sont montés dans le bus, les enfants ont commencé à s’amuser. Quelqu’un a traité quelqu’un d’idiot, (en leur langue “toupizza”). L’interprète a commencé à passer des appels téléphoniques urgents. Lorsqu’ils sont arrivés à l’hôtel, 40 pizzas les attendaient, deux par personne. © Vassiljok / Dzen
  • En vacances, nous voulions quelque chose d’exotique. Nous avons pris une excursion avec un guide local. Il est venu avec son fils. Nous marchions, j’admirais la beauté des lieux. Puis le guide s’est arrêté et m’a dit quelque chose rapidement en anglais. Je lui ai souri, j’ai sorti mon traducteur et j’ai fait un geste pour qu’il répète. “Ne bougez pas ! Il y a une tarentule sur votre épaule, maintenant, on va la frapper avec un bâton !”. J’ai perdu connaissance sous l’effet de l’horreur, le téléphone a été brisé, l’araignée aussi, je l’ai écrasée. © Podslouchano / Ideer
  • J’ai demandé à mon petit ami finlandais de me traduire une recette de cheesecake tirée d’un site web finlandais, car il était tellement délicieux. Et voici quelques étapes de la préparation : écraser les biscuits, jeter la graisse dans la foule, fouetter la crème pour libérer la mousse, verser le mélange sur la plaque à pâtisserie et le laisser dans le froid... Les Finlandais sont des durs en ce qui concerne la préparation des desserts ! © Podslouchano / Ideer
  • Je suis allée en Thaïlande, j’ai subi un empoisonnement, j’ai dû appeler un médecin dans ma chambre. J’étais allongée, presque en sanglots, la douleur était infernale, j’avais des crampes à l’estomac. Je n’arrivais pas à sortir un mot, seulement des “oui” et des “non”. Et le médecin utilisait un traducteur vocal. À un moment donné, il a dit : “Vous avez un bacille dans l’estomac et il continue à manger le petit déjeuner”. C’était très drôle, ce qui m’a fait du bien. © Podslouchano / Ideer
  • Je connais un peu l’anglais, mais j’ai oublié ce qu’est une méduse, et elles m’ont piqué en Thaïlande. Nous sommes donc allés dans les pharmacies. J’étais sûre que la méduse était aussi une méduse en anglais. Bien sûr, les Thaïlandais n’ont pas compris ce que je voulais jusqu’à ce que je leur dessine une méduse. Ils se sont moqués de moi ! Mais je me souviens de cette “jellyfish” pour toujours ! © 2903 / Pikabu

Bonus

  • Je suis professeure d’allemand. Un étudiant s’est présenté à un examen, a sorti un questionnaire et a immédiatement dit : “Je ne sais pas”. Eh bien, cela arrive, je lui ai fait prendre un autre. Il l’a pris et a dit : “Je suis trop paresseux pour répondre”. J’ai été stupéfaite par une telle impudence, je l’ai regardé d’un air interrogateur. Puis il m’a finalement choquée : “Laissez-moi plutôt vous chanter une chanson en allemand”. J’ai souri, j’ai décidé d’écouter. Et il a chanté un air en allemand. Je n’ai pu m’en remettre que le soir. C’était tellement beau. C’est la seule personne à qui j’ai donné une note excellente sans réfléchir. © Ne vse pojmoute / VK

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes