20 Internautes ont raconté comment ils ont tenu tête à des personnes dont l’ingratitude n’avait aucune limite

Gens
Il y a 1 an

Normalement, les règles de la vie en société sont régies par des codes de respect et de politesse. Cependant, il y a des gens qui se laissent aller du côté rebelle de la vie et qui, même lorsqu’une personne généreuse les soutient, décident de profiter du moment en faisant fi de toute reconnaissance. Les internautes le savent bien, et ils n’ont pas manqué l’occasion de raconter leurs rencontres avec des personnes qui n’éprouvaient absolument aucune honte.

Chez Sympa, nous sommes d’accord pour dire que ces situations sont frustrantes, même si certains internautes y voient une histoire amusante à raconter après avoir surmonté le problème.

  • Nous avons un petit commerce de fast-food, et mon mari donnait régulièrement un burger à un garçon qui venait ramasser les poubelles. Quand mon mari n’était pas là, le garçon ne venait pas chercher de burger. Pendant quatre week-ends, mon mari s’est absenté. Par la suite, le garçon s’est approché de moi et m’a demandé si mon mari était là car il lui devait déjà cinq repas. Il a ajouté : “Mais ce n’est pas grave, donnez-moi le montant équivalent !”. Il ne voulait pas les burgers, il voulait l’argent ! Vous imaginez bien que je l’ai envoyé balader. © Vero Lopez / Facebook
  • Nous étions en train de laver la façade de ma maison et une famille est venue me demander si elle pouvait prendre une douche, il y avait les parents et cinq enfants. Ils se sont lavés, nous avons eu pitié d’eux et leur avons dit que nous allions leur donner quelque chose à manger, des gâteaux et du chocolat. La fille aînée a dit : “Je mange, mais à condition qu’il n’y ait pas de beurre, d’œufs ni de fromage”. J’ai ri parce que je pensais que c’était une blague, mais elle m’a regardée droit dans les yeux et elle a dit : “Tu me l’apportes comme ça”. J’ai dit : “Il n’y en a déjà pas pour moi, donc tu crois que je vais t’en donner ?”. Depuis, à chaque fois que cette famille passe par là, à cause de leur fille, je ne leur ouvre plus la porte. © Adriana Saraz / Facebook
  • Une nouvelle collègue est arrivée dans mon boulot environ deux ans après moi, et nous nous sommes bien entendues dès le début. Cela faisait déjà quatre ans que nous étions amies, j’étais enceinte et j’économisais pour la naissance du bébé. Elle n’avait pas beaucoup d’opportunités professionnelles parce qu’elle avait des connaissances assez limitées, et mon patron lui a dit de chercher une formation. Elle m’a confié qu’elle ne pouvait pas se le permettre. Je voulais laisser à quelqu’un de confiance le soin de s’occuper de mes clients, j’ai donc proposé de lui accorder un prêt et de l’aider à se payer ses cours.
    Un jour, je lui ai posé une question sur un point particulier et elle m’a dit de me remettre aux études ou de payer une formation parce que, elle, elle n’avait pas appris tout cela gratuitement. J’ai demandé qu’elle me rembourse mon argent et elle a refusé, prétendant que j’avais payé pour son cours et qu’en tant qu’amie, il était malvenu de lui demander de payer. Ensuite, elle m’a dénigrée auprès de mon patron et de mes clients. Quand je l’ai confrontée, elle m’a dit qu’elle ne m’avait jamais aimée. J’ai décidé que je ne serais plus jamais amie avec des collègues de travail. J’ai été blessée par la trahison, mais j’ai appris ma leçon. © Mayumi Carmona Bello / Facebook
  • Lorsque nous recevions notre paie au travail, nous achetions des sandwichs ou quelque chose à manger avant de partir. Une collègue appelait son mari et ses trois enfants pour qu’ils viennent aussi manger. Le truc, c’est qu’elle n’a jamais mis un centime et que cinq personnes venaient manger. Nous avons donc cessé de nous retrouver à cause de cela. © Bea Catan Grispo / Facebook
  • J’avais un petit ami qui aimait la belle vie, mais il était un peu compliqué quand il s’agissait de payer. Une fois, je lui ai raconté que je m’étais liée d’amitié avec un professeur de mon université qui venait d’une autre ville pour enseigner et qui restait seul dans un hôtel. Mon petit ami, qui était une personne très sociable, a immédiatement contacté le professeur et l’a invité à dîner dans un endroit très cher. Nous sommes allés au restaurant et avons commandé de nombreux plats pour que le professeur puisse goûter aux délices de notre ville. Lorsque mon copain a demandé l’addition (qui était très élevée), il est allé aux toilettes, la note est arrivée et là, il a mis plus d’une demi-heure à revenir, si bien que le professeur a dû sortir son portefeuille et payer le repas de tout le monde.
    Une autre fois, lorsque j’ai obtenu mon diplôme et mon premier emploi, j’ai reçu mon salaire et j’en ai parlé avec joie à mon compagnon, qui m’a alors dit qu’il voulait me récompenser en achetant un cadeau, mais qu’il n’avait pas le temps d’aller à la banque pour retirer de l’argent. Je n’en avais pas non plus à ce moment-là, donc je lui ai dit : “Utilise ma carte et rapporte-la demain”. Il l’a rapportée le jour suivant, mais il n’y avait plus d’argent sur mon compte. Quand j’ai vu les transactions, il était sorti dîner et il était allé en soirée, mais avant cela, il s’était arrêté dans un magasin de vêtements pour acheter un très beau costume. Il m’a fallu des années pour réaliser que c’était un escroc, tellement j’étais aveuglée par l’amour. © Susana Sanchez-Ferrer / Facebook
  • Mon amie est très innocente et un peu naïve. Un jour, elle nous a dit, à une autre amie et à moi, qu’elle devait payer le salaire de sa collègue. Nous étions un peu sceptiques. Elle nous a donc raconté qu’elle avait reçu son salaire (en liquide, apparemment) en même temps que sa collègue et que, lorsqu’elles se promenaient, cette dernière lui avait demandé de garder son salaire dans son sac à dos. Alors qu’elles marchaient, sa collègue s’est mise à crier et lui a dit que son sac à dos était grand ouvert. Là, mon amie a vu qu’il n’y avait ni son salaire ni celui de sa collègue, elle lui a donc dit qu’elle devait lui rendre ce qui avait été volé. Lorsqu’elle a terminé son histoire, nous avons compris qu’elle avait été arnaquée. © Francisca Sofia Orellano / Facebook
  • Un voisin m’a demandé de lui prêter une pelle, je la lui ai prêtée, mais il faisait partie de ces gens qui “oublient de rendre”. J’ai dû lui réclamer. Un jour, son frère est venu me voir avec toute son arrogance et sa colère pour me dire : “Passe-moi la pelle, j’en ai besoin”. Moi, hors de moi, je lui ai dit : “Quelle pelle ? Je n’ai rien qui vous appartienne”. Et il a répondu : “La pelle de mon frère”, toujours exaspéré. Je lui ai dit que c’était la mienne et que je ne pouvais pas lui prêter parce que j’étais sur le point de l’utiliser. © Celeste Paz / Facebook
  • Je suis sur plusieurs pages Facebook d’entraide entre voisins. Aujourd’hui, une femme a demandé de l’aide pour fêter l’anniversaire de son fils. Une autre femme a fait remarquer que, depuis le mois de juin, cette femme demandait de l’aide pour la mère célibataire d’à côté, pour son frère au chômage ou pour elle et ses enfants. En revanche, elle ne proposait jamais ses services de repassage ou de nettoyage en échange. Aujourd’hui, tellement de gens sont pique-assiettes... © Xinia Castro / Facebook
  • Je vendais des produits de beauté et une collègue m’en a commandé. Je les lui ai donnés, et elle devait me payer une semaine plus tard. Quelques mois ont passé et au début, elle ne faisait plus attention à moi, elle m’évitait même, quand nous étions au travail. Puis elle a dit qu’elle avait eu des problèmes et qu’elle n’avait pas l’argent, soi-disant. Un jour, j’ai vu sur ses réseaux sociaux qu’elle montrait son nouveau tatouage, alors je lui ai laissé un commentaire pour réclamer mon argent. Le lendemain, en colère, elle a jeté l’argent sur mon bureau et m’a demandé : “Quand les autres produits arriveront-ils ?”. Je ne me suis pas laissée faire : “Tu pensais que j’allais commander d’autres produits alors que tu ne les règles pas ?” Nous ne nous sommes plus jamais parlé. © Ariana Pensso / Facebook
  • Je travaille dans un hôtel. Un jour, deux frères ont loué une chambre et le check in était à partir de 15 heures. Un frère était déjà dans la chambre et l’autre est arrivé à 19 heures. Il est venu à la réception pour demander qu’on lui donne une chambre propre parce que son frère était là depuis quatre heures et qu’elle était sale. Très poliment, mon collègue lui a dit que oui, il pouvait en louer une autre s’il le voulait, mais ce type s’est montré violent parce qu’il voulait une chambre propre sans devoir payer. © Yanexy Domínguez / Facebook
  • Un après-midi, ma mère et moi rentrions des courses quand nous avons entendu frapper à la porte d’entrée. La personne qui se trouvait de l’autre côté était de toute évidence pressée. Lorsque nous avons ouvert, c’était le voisin qui avait besoin d’emprunter de l’argent pour un taxi, car sa fille était très malade et devait se rendre à l’hôpital. J’ai sorti un gros billet qui couvrait son voyage aller-retour, il l’a pris et m’a dit que dès qu’il aurait de l’argent, il me rembourserait. Je me souviens avoir dit à ma mère : “Je vais lui donner de l’argent, parce que je sais ce que c’est que d’être dans cette situation”. Le fait est qu’à partir de ce jour, il ne m’a plus jamais calculé. © Mildred Daniela Hernandez / Facebook
  • Au Mexique, nous avons la coutume d’avoir des parrains et marraines lors de la remise des diplômes. Une amie nous a demandé, à mon mari et moi, si nous voulions être parrains et marraines pour la remise des diplômes de sa fille, et nous avons accepté avec joie. La coutume est d’offrir des fleurs, un cadeau et de sortir dîner ensemble. Nous sommes arrivés à la remise des diplômes et mon amie est venue nous accueillir, a pris les fleurs et le cadeau, nous a laissé à la porte et est repartie avec sa famille. Ils ont pris des photos et ont fait la fête. Au moment de saluer la jeune diplômée, sa sœur et son beau-frère sont venus avec notre cadeau à notre place. Nous avons quitté les lieux sans les emmener dîner. © Norma Martinez / Facebook
  • Ma mère était en difficulté financière à une époque, et elle a rencontré une dame qui avait de nombreux enfants. Elle a été touchée par son histoire et lui a donné quelques billets. Ce qui est surprenant, c’est que cette dame a découvert où nous vivions et est venue nous emprunter de l’argent. À deux reprises, ma mère a obtempéré. Cette dame avait un fils, adulte, et ma mère, sans vouloir la vexer, lui a dit : “Toi, pourquoi ne cherches-tu pas un emploi ?”. La dame est partie en vrille. Ils se sont mis en colère en demandant pourquoi elle les humiliait (j’avais le même âge que ce garçon et je travaillais déjà). Puis ils ont commencé à nous regarder de haut et nous ont dit que nous étions des gens pas sympathiques et hautains. © Lisseth Medina / Facebook
  • J’ai embauché un assistant pour m’aider à installer l’électricité à l’arrière de ma maison. Le type n’est venu que le premier jour et m’a ensuite appelé pour me dire que son grand-père était à l’hôpital. Le lendemain, sa petite amie a également été hospitalisée. Quoi qu’il en soit, il n’est jamais revenu, mais il a appelé pour me facturer le travail qu’il n’a jamais terminé. © Maria Silva / Facebook
  • Un couple qui vivait ensemble depuis dix ans m’a demandé d’être la demoiselle d’honneur à leur mariage. Ils sont venus chez moi avec un panier contenant du vin, du chocolat et du pain, et je me suis dit “quelle belle attention”. Ils m’ont dit que, en tant que demoiselle d’honneur, je devais leur offrir les bagues en or blanc, le voile, le bouquet, et les chaussures de la mariée. Je devais aussi payer le DJ pour la fête et leur prêter ma voiture pour les emmener à l’église, puis à la salle des fêtes. Je leur ai dit que s’ils voulaient des bagues en or, un voile, un bouquet, des chaussures, de la musique pour la fête et un taxi, ils devaient payer de leur poche. Ils m’ont dit que j’étais ingrate parce que c’était un honneur d’être demoiselle d’honneur. Ils se sont levés et ont repris leur panier. © Noor Cast / Facebook

As-tu déjà rencontré des profiteurs ? Quelle est l’histoire la plus difficile que tu aies vécue avec une personne ingrate ?

Photo de couverture Socram Araj Azeab / Facebook

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes