Apprends à jouer aux échecs en moins de 10 minutes

Jeux
Il y a 4 mois

Tout l’univers des échecs consiste en un échiquier de 64 cases noires et blanches. Lorsque tu t’assois pour jouer, veille à positionner l’échiquier de manière que chaque joueur ait une case sombre dans son coin inférieur gauche.

Les colonnes qui montent et descendent ont des lettres de A à H et les lignes horizontales sont faites avec des chiffres, de 1 à 8. Cela aide pour se souvenir de tes coups. Ainsi, si besoin, tu pourras revenir en arrière pour voir si tu as fait de grosses erreurs.


Il y a donc 32 pièces au total, 16 de chaque côté. Si tu joues avec les blanches, tu commences en premier. Le but du jeu est de forcer le Roi de l’adversaire à tomber dans un piège dont il ne pourras pas s’échapper. C’est ce qu’on appelle échec et mat.

Oui, cela semble assez simple, mais tu dois d’abord arriver jusqu’à lui — c’est quelque chose que ses loyaux sujets ne te laisseront pas faire facilement.

Ils s’efforceront de protéger leur roi et d’attaquer le tien, tout en essayant de capturer le plus grand nombre possible de tes pièces.

La capture signifie que la pièce d’échec de l’autre personne atterrit sur l’une des tiennes. Si cela se produit, ta pièce sort du jeu, terminé, ta-ta, chao !

Alors, assieds-toi en face d’un ami, et réveille tes neurones... il est temps d’aller connaitre l’équipe, alors commençons par les pions. Il y a 8 pions qui sont devant, donc tu vas probablement en perdre quelques-uns au début du jeu.

Pas tous en même temps, bien sûr, mais quelqu’un doit commencer pour mettre l’autre joueur au défi de faire des mouvements audacieux. Mais ne les sacrifie pas sans bien y réfléchir.

Ils peuvent t’être très utiles pour bloquer les chemins et peuvent même protéger ton roi vers la fin du jeu !

Oh, et ne t’inquiète pas trop quand tu commences à perdre des pièces, tu en captureras aussi beaucoup, c’est comme ça que les échecs fonctionnent !

Les pions sont les seules pièces qui ne peuvent pas reculer — ils ne peuvent avancer que d’une case — ou de deux cases si c’est leur premier déplacement dans le jeu.

Cependant, ne les laisse pas t’embrouiller : ces petits gars rusés peuvent parfaitement arriver à capturer les pièces les plus difficiles, si tu les joues bien.

Lorsqu’un pion capture une pièce de ton adversaire, il le fait en se déplaçant habilement en diagonale, au lieu de simplement avancer. De plus, si ton pion arrive jusqu’à l’autre côté, tu peux alors le remplacer par n’importe quelle pièce !

Mais y arriver n’est pas si facile ! Deux tours se tiennent dans chaque coin. Elles sont plutôt calmes et peuvent se déplacer un peu plus que des pions. Elles peuvent aller en avant, en arrière et de côté — mais seulement si rien ne leur barre le chemin.

Les tours ne peuvent pas sauter, mais si ton adversaire laisse une pièce qui leur bloque le chemin... Bam ! A l’époque, ces pièces ressemblaient plus à des chariots, tu vois pourquoi !

Juste à côté des tours, il y a des chevaux ou, comme ils aiment à être appelés, des chevaliers. Ils se déplacent en forme de L dans la direction qu’ils veulent. Deux sauts dans une direction et un saut dans l’autre. Ils sont les seuls à pouvoir sauter par-dessus d’autres pièces, les tiennes ou celles de ton adversaire.

Ils ne peuvent pas atterrir sur une case si tu as déjà une pièce dessus, mais si ton adversaire laisse une des siennes sans surveillance... Bam encore !

Après les chevaliers courageux et plein d’entrain, viennent les fous. Ils se tiennent de chaque côté de la reine et du roi, prêts à faire tout ce qu’il faut pour les protéger.

Les fous se déplacent en diagonale, dans n’importe quelle direction ouverte. Un se déplace uniquement sur les carrés noirs, l’autre uniquement sur les blancs.

Et maintenant la pièce que tu attendais, sa majesté, la reine ! La reine blanche commence sur un carré blanc, et la reine noire sur un carré sombre.

C’est la pièce la plus puissante du plateau, avec les pouvoirs combinés d’une tour et d’un fou. Mais comme toujours, avoir un grand pouvoir, signifie... que tout le monde veut te manger !

Elle est en tête de la liste des personnes les plus recherchées par ton adversaire. S’il réussit à capturer ta reine, il sera bien plus facile de s’en prendre au puissant roi, et alors la fin est proche !

Les rois peuvent se déplacer d’une case à la fois, comme un pion, mais ils peuvent se déplacer dans n’importe quelle direction, même en diagonale. Il capture aussi des pièces, mais c’est beaucoup plus compliqué. Tu te souviens de ce truc de l’échec et mat dont on a parlé au début ?

Lorsque l’une des pièces de ton adversaire est dans une position où elle pourrait capturer le Roi, on appelle cela échec. Il ne te reste alors que deux options.

Utilise une de tes pièces pour capturer la pièce qui menace ton Roi, déplace le pour le mettre hors de danger, ou déplace une de tes pièces devant le Roi pour le protéger.

Une fois que sa majesté est en échec et que tu ne peux faire aucune de ces options, le jeu est terminé, c’est échec et mat. Tu peux pousser ton roi pour qu’il tombe si tu veux être plus théâtral !

Une façon d’éviter les problèmes au début du jeu est de faire un coup appelé “roque”. Si tu as un espace libre entre ta tour et ton roi, tu peux les faire échanger leurs places... en quelque sorte.

Tu déplaces ton roi de 2 cases dans la direction de la tour, et la tour passe juste devant lui. C’est le seul moment où il est possible de déplacer deux pièces à la fois.

Le roque peut se faire à gauche ou à droite. Tu ne peux le faire que si tu n’as pas encore déplacé ces pièces, et tant que tu n’as pas eu un “échec” avec l’une des pièces de ton adversaire.

L’impasse est un tour qui arrive rarement, mais il est bien de le connaitre. Cela signifie simplement que tu ne peux faire aucun mouvement avec tes pièces. Ton roi ne peut se déplacer nulle part, mais il est en sécurité là où il se trouve, il n’est pas en échec.

Si cela se produit, personne ne gagne et c’est juste comme si on laisser tomber. Prends quelques secondes pour essayer de comprendre à quoi cela ressemblerait !

Une autre situation où personne ne gagne, c’est si le jeu se termine par une égalité. Cela se produit généralement lorsque toi et ton adversaire n’avez plus que vos Rois et que vous vous poursuivez sans fin sur le plateau de jeu.

Il est peut-être temps de commencer un nouveau jeu. Mais, hé, si tu en arrives là, tu n’es probablement plus un débutant !

Et maintenant, pour répondre à la question que tout le monde attendait. Quel est ce truc de gambit dame dont tout le monde parle ? C’est seulement un des plus anciens mouvements d’ouverture de l’histoire des échecs ! Il consiste en trois coups simples.

Ainsi, le pion blanc se déplace en D4, le pion noir se dirige vers D5, et un autre pion blanc se déplace vers C4. Ta reine est maintenant plus vulnérable, et tu vas probablement perdre le pion C4, mais il y un grand avantage.

On prend alors le contrôle du centre du tableau. Si tu es plutôt un joueur actif qui aime prendre l’initiative, vas-y !

Maintenant, prends un peu de temps pour t’entraîner avec quelques variations du gambit dame, et voir quels mouvements tu pourrais faire si tu jouais avec les blancs ou les noirs.

L’avantage de jouer seul, c’est que tu gagneras toujours ! Génial ! Mais aussi, tu perdras à chaque fois. Hum... Un bon jeu d’échecs comporte trois étapes principales. L’ouverture.

Chaque joueur envoie ses éclaireurs sur le plateau, en essayant de construire une stratégie et de voir contre quel type de joueur il se bat.

La deuxième phase débute lorsque les joueurs commencent à se poursuivre, et capturent des pièces de plus en plus puissantes. La phase trois est la phase finale, le moment critique.

Il y a beaucoup moins de pièces sur l’échiquier, généralement moins de la moitié, et le Roi commence à se déplacer beaucoup plus. L’objectif n’est pas seulement de mettre le roi en échec et mat, mais aussi de capturer le plus de pièces possible de l’adversaire, afin que ton chemin vers le roi soit le plus dégagé possible.

Plus tes pièces sont mobiles, plus elles sont puissantes. Mais attention ! Les bons joueurs aiment tendre des pièges dans lesquels tu risques de tomber. Ils peuvent laisser une pièce toute seule quelque part.

Et quand tu la captures avec ta reine, ils rient tout simplement. Et capturent la tienne ! C’est pourquoi les échecs sont si populaires, et si difficiles.

Tu dois planifier ton chemin vers la victoire, mais aussi essayer de prévoir la stratégie de l’autre ! Quel entraînement pour le cerveau ! Alors, prêt à inviter un ami pour une partie et lui montrer ce que tu as appris ? Cool.

Commentaires

Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes