Et si tu passais tes vacances en dehors de la Terre ?

C’est curieux
Il y a 5 mois

Whooush ! Ton vaisseau spatial est presque arrivé ! Grâce aux dernières technologies, tu peux maintenant voyager vers n’importe quelle planète de notre système solaire plus rapidement que jamais ! Et nous pouvons enfin visiter d’autres planètes en toute sécurité. Tu t’es inscrit à un voyage dans l’espace et tu es maintenant à bord d’un vaisseau avec ton guide, des astronautes et quelques autres passagers. Premier arrêt : la plus petite planète de notre système solaire, Mercure. Elle se trouve à seulement un tiers de la distance de la Terre au Soleil. La vue va être spectaculaire ! Dès que ton vaisseau se pose sur la surface solide de cette planète rocheuse, tu vois un univers sans fin ; des étoiles, des comètes qui passent, et... Le Soleil, trois fois plus grand que ce que nous voyons depuis la Terre, sans aucun nuage pour gêner la vue. Il n’y a pas de lunes. Mercure et Vénus n’en ont pas.

Tu essaies de bouger, mais à cause de ta combinaison spatiale et de la gravité réduite, tu as l’impression d’être sur un trampoline dans un film au ralenti. Il n’est pas prudent de venir ici pendant la journée. Sur Mercure, elle dure presque 59 jours terrestres. Bien que ta combinaison spatiale te protège, les températures peuvent devenir assez extrêmes. Pendant la journée, elles montent jusqu’à 430 °C. Il n’y a pas d’atmosphère pour conserver la chaleur, donc la température pendant la nuit peut descendre jusqu’à — 180°C. C’est pourquoi Mercure n’est pas la planète la plus chaude, même si elle est la plus proche du Soleil. Vénus est la deuxième plus proche, mais elle possède une atmosphère qui retient sa chaleur. Tu es en sécurité dans ta combinaison spatiale adaptée, mais il sera quand même très difficile de subir des changements de température aussi radicaux, alors tu dois te dépêcher.

Mercure a une gravité plus faible parce qu’elle pèse moins que la Terre, ce qui signifie que la gravité sur Mercure tire moins sur ton corps. Si une personne pèse 45 kg sur Terre, elle pèserait 17 kg sur Mercure. Et tu te sens vraiment plus léger ! “Dépêche-toi, nous n’avons pas beaucoup de temps !” Tu entends la voix de ton guide dans ta combinaison spatiale. Il est debout à côté de toi et pointe quelque chose du doigt. “Regarde à ta gauche ; c’est pour ça que nous sommes ici !” Le bassin Caloris. Époustouflant. L’atmosphère de Mercure est si fine que rien ne protège la planète des astéroïdes qui percutent sa surface. C’est elle qui a le plus de cratères de notre système solaire, c’est pourquoi elle te rappelle la Lune. Et maintenant tu es là, regardant le bassin Caloris. Le plus grand cratère d’impact de tout le système solaire, formé il y a presque 4 milliards d’années, par un objet d’au moins 97 km de long.

Tu peux voir son intérieur rocheux, rempli de crevasses profondes et de crêtes aiguës, entouré des plus hautes montagnes que l’on puisse trouver sur cette planète — lesquelles s’élèvent à 3 000 m au-dessus de nombreuses cheminées volcaniques. Elles étaient en activité autrefois. L’autre côté, qui est caché du Soleil, recèle de minuscules dépôts de glace. C’est la seule forme d’eau que l’on trouve ici, mais tu n’auras pas le temps de la voir. Mercure n’est qu’une étape temporaire avant de continuer à avancer. Tu commences à peine à te mettre à l’aise dans le vaisseau, lorsque tu vois ton guide s’approcher de toi : “On ne peut pas s’arrêter sur Vénus.” Dit-il. “Il arrive que nous puissions nous rapprocher de la surface, voire même atterrir et sortir du vaisseau ; mais aujourd’hui les vents sont trop forts.” Ils sont généralement d’un peu plus de 360 km/h, et ils maintiennent les nuages jaunes et blancs de la planète en mouvement constant.C’est l’activité volcanique qui a formé la surface de Vénus. 90 % de celle-ci est constituée de lave basaltique solidifiée, ce n’est donc peut-être pas le meilleur endroit à visiter. De plus, l’atmosphère y est dense.

Pendant que tu es dans le vaisseau spatial, tu reçois un appel vidéo de ta pote sur le système spécial de communication spatiale. Elle s’est rendue sur Jupiter. Jupiter est une géante gazeuse, il n’y a donc aucun endroit où se poser. Aussi, la pression est vraiment forte. Elle comprime les gaz en liquide, donc l’atmosphère de Jupiter pourrait écraser comme une boule de papier n’importe quel vaisseau spatial fait d’acier qui traverserait ses nuages. Les visiteurs font généralement des excursions d’une journée pour la voir, orbitant à bord leurs vaisseaux spatiaux afin de prendre des photos d’en haut. C’est fou, parce que cette planète est comme un tourbillon de vent orageux, et elle possède les aurores les plus brillantes de tout le système solaire. Ton amie a même vu la Grande Tache Rouge ! C’est un gigantesque anticyclone de forme ovale qui se déplace dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. “C’était incroyable ! La Tache Rouge est quatre fois plus grande que la Terre !” Mais le vrai régal était Europe, la sixième lune de Jupiter.

Les scientifiques pensent qu’elle est jeune, en raison de sa surface lisse et relativement intacte. Europe est un grand monde océanique, avec tous les ingrédients nécessaires à une vie que nous n’avons pas encore découverte. Ils proposent même des visites guidées, où tu essaies de découvrir si quelque chose nous attend sous une épaisse couche de glace. Les visiteurs doivent porter des combinaisons spatiales spéciales de protection, car Europe reçoit d’énormes quantités de radiations de Jupiter. Et il y a Io, une autre lune de Jupiter, qui est colorée et tout simplement la plus belle chose qui soit. C’est un endroit où l’activité volcanique est plus importante que sur Terre ; et où l’on trouve les volcans les plus actifs de notre système solaire ! Plus de 400 volcans, 150 d’entre eux peuvent entrer en éruption à tout moment. La gravité de Jupiter pousse l’activité volcanique ; elle comprime Io comme une balle en caoutchouc et cela donne des volcans. Tu aurais aimé être là, avec elle ! Mais pour l’instant, tu te diriges vers ta prochaine escale. Les jours passent et, à un moment donné, tu vois la Terre de loin. Tu te sens un peu nostalgique en pensant à tes amis et à ta famille... Mais au bout d’un moment, tu te réjouis en voyant ta prochaine destination.

Enfin, c’est la planète rouge ! Tu entends le bruit lointain et étouffé du vaisseau spatial, qui se pose sur la surface couleur rouille. Tout ce qui t’entoure n’est qu’un immense désert aride. Le vent est fort et soulève la poussière. C’est ainsi que se forment ces énormes dunes de sable extraterrestres ! Et la tempête va arriver dans les prochains jours, à ce qu’on te dit. Il y a des milliards d’années, Mars avait de l’eau liquide à sa surface — des lacs, des rivières...peut-être même abritait elle la vie. Son axe de rotation est un peu incliné, ce qui fait que Mars a des saisons similaires à celles de notre planète. Quand un hémisphère est incliné plus près du Soleil, ça correspond au printemps et à l’été. L’autre hémisphère, qui est incliné vers l’extérieur, est pour sa part en automne et en hiver. L’atmosphère de Mars est beaucoup plus fine que la nôtre, donc la planète ne peut pas retenir autant de chaleur près de sa surface. La pression de l’air sur Mars est environ 50 fois plus faible que celle au sommet du Mont Everest. Tu arrives à l’hôtel spatial. Mars est la seule planète à disposer de tels hôtels pour le moment. Sur les autres planètes, tu dors dans ton vaisseau, car elles ne peuvent pas offrir des conditions suffisamment sûres pour que les gens y demeurent longtemps.

Le personnel de cet hôtel est formidable ; il s’est habitué aux touristes car Mars est l’endroit le plus visité de notre système solaire. La nourriture est excellente, et tu as hâte de la manger et de dormir. Le lendemain, tu te réveilles à l’aube pour te préparer à faire du ski avec ton groupe. Les jours sur Mars sont approximativement de la même durée que sur Terre. Il a neigé toute la nuit, mais à cause de l’atmosphère sèche et de la basse pression, la neige ne reste jamais trop longtemps, alors autant tenter sa chance. Mars a des montagnes et des vallées étonnantes. Et ces calottes polaires glacées étaient si cool... Oh, et regarde les volcans ! Le lendemain, un petit avion spécialement conçu pour te transporter sur cette planète vient te chercher, pour une excursion d’une journée à Olympus Mons — le plus grand volcan de notre système solaire. Il s’élève à 26 km au-dessus de la surface, soit trois fois plus haut que notre Everest. Tu atterris sur le bord extérieur du volcan. Le sommet est si haut qu’il semble dépasser l’horizon !

Le troisième jour, tu visites Valles Marineris, le système de canyons emblématique que tu ne pouvais voir qu’en photo jusqu’à présent ! Son réseau d’abîmes est étonnant, 5 fois plus long et 4 fois plus profond que notre Grand Canyon. À son point le plus large, il fait 320 km de large. Tu décides de passer les 5 prochains jours dans l’hémisphère sud. Il y a un autre hôtel où tu peux réserver des excursions d’une journée vers les nombreux volcans éteints de la région. Tout est recouvert de poussière dans différentes nuances de rouge, d’orange et de brun, dues à la rouille du fer. Mais le ciel est tout le temps poussiéreux. Tu es même pris dans une tempête une fois, si bien que personne ne peut quitter l’hôtel de la journée. Tu regardes le Soleil, qui est un peu plus éloigné que ce que nous voyons depuis la Terre. Ta planète te manque, où tu peux te balader tranquille, sans combinaison spéciale, sentir la brise fraîche, nager dans l’océan ou boire un bon café avec tes copains.

Il y a encore un endroit à voir avant de rentrer à la maison. Il est autrement plus dangereux et compliqué à visiter que les autres. Dans la Constellation du Cygne, se trouve Kepler 16b : une planète qui tourne autour de deux étoiles et qui a deux couchers de soleil ; de sorte que tu auras deux ombres. La planète est faite de gaz et de roches, il sera donc difficile d’y atterrir. Mais, cette nouvelle aventure t’attend, et... il est temps de partir.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes